Les Sept Cadrans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Sept Cadrans
Auteur Agatha Christie
Genre Roman policier et d'espionnage
Version originale
Titre original The Seven Dials Mystery
Éditeur original William Collins, Sons
Langue originale Anglais
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Lieu de parution original Londres
Date de parution originale Janvier 1929
Version française
Traducteur Miriam Dou-Desportes
Lieu de parution Paris
Éditeur Librairie des Champs-Élysées
Collection Le Masque no 44
Date de parution 1929
Nombre de pages 252 p.
Série Superintendant Battle
Chronologie
Précédent Le Secret de Chimneys Un meurtre est-il facile ? Suivant

Les Sept Cadrans (titre original : The Seven Dials Mystery) est un roman policier et d'espionnage d'Agatha Christie publié en janvier 1929 au Royaume-Uni, mettant en scène le Superintendant Battle. Il est publié la même année aux États-Unis et en France.

Bien que les intrigues soient totalement indépendantes, le roman prolonge, quatre ans plus tard, par une sorte de suite, le roman Le Secret de Chimneys, se déroulant dans le même cadre et avec au moins cinq personnages communs aux deux romans.

Résumé[modifier | modifier le code]

Une fête est organisée à Chimneys, demeure louée pour l'occasion par le multimillionnaire Sir Oswald Coote et son épouse au Marquis de Caterham pendant deux ans. En plus du couple, se trouvent trois filles et quatre jeunes hommes. L'un d'eux, Gerald "Gerry" Wade, a une réputation méritée pour dormir très tard dans la matinée, au grand dam de Lady Coote. Les six jeunes gens ont alors mis au point une plaisanterie en achetant 8 réveils, en les mettant dans sa chambre et en les programmant pour qu'ils se déclenchent à intervalles réguliers le lendemain matin à partir de 6h30.

Le lendemain matin, toutes les sonneries des horloges se sont déclenchées, mais Wade n'a pas bougé de son lit. Plus tard, on découvre que le jeune homme est mort dans son lit, après avoir pris une trop grande quantité de chloral. Il ne reste que sept réveils...

Par la suite, on apprend l'existence de la société secrète des 7 Cadrans...

Personnages[modifier | modifier le code]

Les habitants de Chimneys
  • Le Marquis de Caterham
  • Lady Eileen "Bundle" Brent, sa fille
  • Tredwell, le majordome de Chimneys
  • MacDonald, le jardinier de Chimneys
  • Bauer, valet de pied de Chimneys, remplace Alfred
Les locataires et leurs invités
  • Sir Oswald Coote, le self-made millionnaire
  • Maria, Lady Coote, son épouse
  • Rupert Bateman, le secrétaire de Sir Oswald. Est allé à l'école avec Jimmy Thesiger.
  • Jimmy Thesiger
  • Stevens, le valet de chambre de Jimmy
  • Ronny Devereux
  • Gerald Wade
  • Helen, Nancy et Vera "Socks" Daventry – membres de la soirée organisée par les Coote à Chimneys
Les Sept Cadrans
  • Mr Mosgorovsky, propriétaire du club des sept cadrans
  • Comte Andras et Hayward Phelps, membres des sept Cadrans
Les représentants de l'État
Les autres
  • Loraine Wade, la demi-sœur de Gérard Wade
  • Alfred, ancien valet de pied de Chimneys
  • Terence O’Rourke
  • Comtesse Radzky
  • Herr Eberhard, inventeur allemand

Élaboration du roman[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

C'est seulement le deuxième roman qu'écrit Agatha Christie après son divorce avec son premier mari Archie Christie. Elle explique : « Je gagne en confiance dans mon écriture. Je sens que je n'aurai aucune difficulté à écrire un livre par an, voire quelques nouvelles en plus »[1].

Écrit au départ, dans ses carnets, comme un roman à énigme habituel, elle décide de s'orienter vers le thriller, genre qu'elle avouera être beaucoup plus facile à écrire, car à la construction moins rigoureuse[2].

Références à d'autres œuvres[modifier | modifier le code]

Elle réutilise d'anciens personnages de son roman Le Secret de Chimneys (1925)[1] : le Marquis de Caterham, sa fille Lady Eileen "Bundle" Brent, le sous secrétaire d'état au Affaires étrangères George Lomax et Bill Eversleigh du Foreign Office[2].

De plus, on retrouve le personnage du Superintendant Battle, de Scotland Yard, présent dans quatre autres romans en incluant Le Secret de Chimneys[2].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

La critique anglo-saxonne trouve une influence de l'humoriste Pelham Grenville Wodehouse dans le roman, et plus particulièrement dans la description des personnages et leurs rapports marqués d'un certain humour[2].

Éditions[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « The Seven Dials Mystery », sur le site officiel d'Agatha Christie
  2. a, b, c et d L'Intégrale - Agatha Christie (préf. Jacques Baudou), t. 2 : Les années 1926-1930, Paris, Librairie des Champs-Élysées, coll. « Les Intégrales du Masque »,‎ 1990, 1268 p. (ISBN 2-7024-2087-7, notice BnF no FRBNF35338232), « Postface - Les Sept Cardrans », p. 823-824

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]