La Mort dans les nuages

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le téléfilm, voir La Mort dans les nuages (téléfilm).
La Mort dans les nuages
Auteur Agatha Christie
Genre Roman policier
Version originale
Titre original Death in the Clouds [UK]
Death in the Air
[USA]
Éditeur original Dodd, Mead and Company
Langue originale Anglais
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Lieu de parution original New York
Date de parution originale 10 mars 1935
Version française
Traducteur Louis Postif
Lieu de parution Paris
Éditeur Librairie des Champs-Élysées
Collection Le Masque no 218
Date de parution 15 avril 1937
Nombre de pages 245 p.
Série Hercule Poirot
Chronologie
Précédent Drame en trois actes A.B.C. contre Poirot Suivant

La Mort dans les nuages (titre original : Death in the Clouds) est un roman policier d'Agatha Christie publié le 10 mars 1935 aux États-Unis sous le titre Death in the Air. Il est publié en juillet de la même année au Royaume-Uni, et deux ans plus tard, le 15 avril 1937, en France.

Ce roman est une énigme en chambre close, mettant en scène le détective belge Hercule Poirot accompagné de l'inspecteur Japp.

Résumé[modifier | modifier le code]

Dans un avion en plein vol, Mme Giselle est assassinée, apparemment à l'aide d'une fléchette empoisonnée lancée depuis une sarbacane sud-américaine. C'est un coup très difficile pour le tueur, car tous les passagers pouvaient le voir, y compris Hercule Poirot, qui était présent à quelques mètres de la victime. Et pourtant, l'assassin a réussi. Cependant, son aplomb et sa ruse ne feront pas le poids face aux qualités de déduction du détective belge…

Personnages[modifier | modifier le code]

Passagers de la cabine arrière du Prométhée
  • siège no 2 : Marie Angélique Morisot, dite Mme Giselle, usurière à Paris, la victime ;
  • siège no 4 : James Bell Ryder (*), directeur de cimenterie ;
  • siège no 5 : Armand Dupont (*), archéologue ;
  • siège no 6 : Jean Dupont, archéologue, fils du précédent ;
  • siège no 8 : Daniel Clancy, auteur de romans policiers ;
  • Wilbraham Brice, détective fictif, héros des romans de Daniel Clancy et lui dictant son comportement ;
  • siège no 9 : Hercule Poirot, détective belge ;
  • siège no 10 : Roger James Bryant (*), médecin à Harley Street ;
  • siège no 12 : Norman Gale, chirurgien-dentiste ;
  • siège no 13 : Lady Horbury, anciennement Cicely Bland (au théâtre), de son vrai nom Martha Jebb ;
  • siège no 16 : Jane Grey, coiffeuse ;
  • siège no 17 : l'Honorable Venetia Kerr, « proche » de Lord et Lady Horbury ;
Autres personnes à bord du Prométhée
  • Henry Charles Mitchell, steward en chef ;
  • Albert Davis, autre steward ;
  • Madeleine, femme de chambre de Lady Horbury, voyageant dans la cabine avant ;
Autres personnes
  • l'inspecteur Japp ;
  • Me Alexandre Thibault (*), homme de loi de Mme Giselle ;
  • James Whistler (*), médecin légiste ayant opéré à l'aéroport de Croydon ;
  • Henry Wintersppon (*), analyste en chef du gouvernement, faisant autorité en matière de poisons rares ;
  • l'inspecteur Fournier, de la Sûreté parisienne ;
  • Anne Richards née Morisot, fille illégitime de la victime ;
  • Élise Grandier, domestique de confiance de Mme Giselle ;
  • M. Zeropoulos, antiquaire grec tenant boutique à Paris (remplacé par un marchand de rue dans le téléfilm) ;
  • Jules Perrot, employé des Universal Airlines ;
  • Lord Stephen Horbury ;
  • M. Antoine (*), de son vrai nom Andrew Leech, coiffeur de luxe à Londres ;
  • Gladys (*), employée du salon de coiffure de M. Antoine ;
  • Miss Ross (*), assistante du cabinet dentaire de Norman Gale ;
  • Raymond Barraclough, ami de cœur de Lady Horbury.

N.B. : La liste des personnages du roman est différente de celle de son adaptation télévisée. Les noms des personnages absents dans le téléfilm sont suivis d'un astérisque (*).

Élaboration du roman[modifier | modifier le code]

Les deux premiers chapitres du roman, qui relatent les péripéties d'un voyage en avion entre Le Bourget et Croydon, ont donné l'occasion à la romancière de marier sa prédilection pour les voyages aériens — elle était sujette au mal de mer —, et son goût affirmé pour les intrigues criminelles dans un espace isolé, voire confiné et en quelque sorte coupé du monde, comme par exemple un train (Le Crime de l'Orient-Express, 1934), une île (Dix petits nègres, 1939), un bateau (Mort sur le Nil, 1937), ou encore un village isolé par une tempête de neige (Cinq heures vingt-cinq, 1931).

Éditions[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]