La Dernière Énigme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le téléfilm, voir La Dernière Énigme (téléfilm).
La Dernière Énigme
Auteur Agatha Christie
Genre Roman policier
Version originale
Titre original Sleeping Murder: Miss Marple's Last Case
Éditeur original Collins Crime Club
Langue originale Anglais
Pays d'origine Royaume-Uni
Lieu de parution original Londres
Date de parution originale 1976
ISBN original 0-002-31785-0
Version française
Traducteur Jean-André Rey
Lieu de parution Paris
Éditeur Librairie des Champs-Élysées
Collection Hors collection
Date de parution 1977
Nombre de pages 250 p.
ISBN 2-7024-0561-4
Série Miss Marple
Chronologie
Précédent Némésis Miss Marple tire sa révérence Suivant

La Dernière Énigme (Sleeping Murder: Miss Marple's Last Case dans les éditions originales en anglais) est un roman policier d'Agatha Christie publié en 1976. C'est le dernier livre où apparait Miss Marple. Sa publication se fait après la mort de l'auteur.

Résumé[modifier | modifier le code]

(ATTENTION: ce résumé est basé sur l'adaptation télévisuelle de 2006 avec Geraldine McEwan dans le rôle de Miss Marple et qui comporte de nombreuses différences avec le roman original.)

Gwenda, jeune femme fiancée à Charles, débarque d'Inde pour s'établir en Angleterre. Elle recherche une maison pour y fonder leur famille… Par hasard, elle repère une villa, démodée mais charmante, qu'elle achète sans hésiter une seconde. C'était exactement ce qu'elle recherchait… Un employé de son fiancé, Giles, lui tient compagnie.

Gwenda s'y sent chez elle dès le premier instant, chaque pièce évoque en elle des souvenirs confus… Tout d'abord, elle demande à percer une porte entre deux chambres. Le chef des ouvriers tâte le mur et lui apprend qu'il y a longtemps, une porte était là mais a été murée. Puis, elle exprime le souhait de mettre du papier peint avec des coquelicots et des bleuets, et découvre que ce papier peint était celui d'avant... Un autre jour, en descendant les escaliers, elle voit à travers les barreaux une jeune femme étranglée.

Prenant peur, elle accepte l'invitation à Londres d'un ami de Giles : Raymond West, neveu de Miss Marple. Alors que tous assistent à une représentation de La Duchesse de Malfi, elle est prise de terreur. La réplique d'un acteur éveille en elle un terrible souvenir : la vue depuis le haut de l'escalier d'un homme venant d'étrangler une jeune femme. Qui sont-ils ?

Le jeune couple se met en quête, soutenu par Miss Marple.

Gwenda découvre qu'elle a habité en Angleterre pendant 2 ans quand elle était enfant, après la mort de sa mère; elle fut renvoyée en Inde après la "crise cardiaque" de son père, Kelvin Halliday. Elle retrouve la nourrice qui s'occupait alors d'elle, Lily. Celle-ci lui apprend que son père, après la mort de sa femme, Clare Halliday, fut lié à une jeune femme d'une troupe de théâtre, les Funnybones, Helen Mardsen. Celle-ci disparut la veille de son mariage, et envoya une carte postale quelques mois après pour lui demander de ne pas la chercher. Kelvin se serait alors suicidé en se jetant d'une falaise. Mais Gwenda est sûre désormais que la jeune femme qu'elle a vue étranglée est Helen; elle est prête à tout pour retrouver le coupable. Accompagnée de Jane Marple, elle parle avec tous les membres de la troupe des Funnybones et avec le frère de Clare Halliday (sa mère), un psychiatriste, James.

Miss Marple décide de réunir tous les gens liés à Helen pour leur exposer la vérité, qu'elle a trouvé. Mais Lily est étranglée avant d'arriver. On retrouva sur elle une lettre de James qui lui demande de venir.

Quand tous les autres membres de l'intrigue sont présents, Miss Marple leur dévoile la vérité: Clare Halliday était une serveuse dans un restaurant avant de rencontrer Kelvin. Elle volait parfois des objets de valeur aux clients pour arrondir ses fins de mois; après son mariage avec Kelvin, elle accouche rapidement de Gwenda et donc arrête ses pratiques. Mais ses anciennes victimes la harcèlent pour qu'elle leur rendent leur argent et lui font une mauvaise réputation. De plus, elle découvre que son frère est amoureux d'elle et voudrait un rapprochement sexuel entre eux. Elle imagine alors, avec son mari, de pousser sa voiture dans un ravin pour faire croire à sa mort; Kelvin, se disant submergé par le chagrin, rentrerait en Angleterre, où elle le rejoindrait sous un nom d'emprunt et où ils se marieraient. Kelvin ignore cependant les désirs incestueux de James. Helen et Clare sont donc une seule personne; mais après l'annonce dans le Times du mariage entre Kelvin et Helen, James décide de connaître la nouvelle femme de son beau-frère et reconnaît sa sœur. Celle-ci, refusant toujours de commettre un inceste, James l'étrangle sans savoir qu'en haut des escaliers Gwenda la regarde. Puis il écrit la carte postale à Kelvin et le pousse d'en haut d'une falaise pour éviter qu'il ne dévoile la vérité. Il tue aussi Lily. On apprend aussi que Walter (qui s'est marié à Janet) ne peut pas avoir d'enfant et que c'est Jackie Atkins, un autre acteur de la troupe, qui est le père de son fils.

Gwenda et Giles décident de se marier en dépit des fiançailles de Gwenda avec Charles. Gwenda va aussi prier sous un arbre au bord de la mer, là où James a avoué enterrer sa mère.

Éditions[modifier | modifier le code]

  • Sleeping murder : Miss Marple’s last case, Collins Crime Club, Londres, 1976, 224 p., (ISBN 0-002-31785-0).
  • Sleeping murder : Miss Marple’s last case, Dodd Mead & Company, New York, 1976, 242 p., (ISBN ISBN 0-39-607191-0[à vérifier : isbn invalide]).
  • La Dernière Énigme (traduction de Jean-André Rey), Librairie des Champs-Élysées, hors collection, Paris, 1977, 250 p., (ISBN 2-7024-0561-4).
  • La Dernière Énigme (traduction de Jean-André Rey), Librairie des Champs-Élysées, coll. « Le Masque » no 1591, Paris, 1980, 250 p., (ISBN 2-7024-0982-2).
  • La Dernière Énigme (traduction de Jean-André Rey), Librairie des Champs-Élysées, coll. « Club des Masques » no 530, Paris, 1984, 250 p., (ISBN 2-7024-1554-7).
  • La Dernière Énigme (traduction de Jean-André Rey), Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche » no 6970, Paris, 1991, 250 p., (ISBN 2-253-05681-2).
  • La Dernière Énigme (nouvelle traduction de Jocelyne Warolin), in Agatha Christie 13. Les années 1971-1976, Librairie des Champs-Élysées, coll. « Les Intégrales du Masque », Paris, 2000, 1278 p., (ISBN 2-7024-7903-0).
  • La Dernière Énigme (nouvelle traduction de Jocelyne Warolin), Librairie des Champs-Élysées, coll. « Le Masque » no 1591, Paris, 2000, 252 p., (ISBN 2-7024-3012-0).

Adaptations télévisuelles[modifier | modifier le code]