A.B.C. contre Poirot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir A.B.C. contre Poirot (homonymie).
A.B.C. contre Poirot
Auteur Agatha Christie
Genre Roman policier
Version originale
Titre original The A.B.C. Murders
Éditeur original Collins
Langue originale Anglais
Pays d'origine Royaume-Uni
Date de parution originale 1936
Version française
Traducteur Louis Postif (1938)
Éditeur Librairie des Champs-Élysées
Collection Le Masque no 263
Date de parution 1938
Nombre de pages 244 p.
Série Hercule Poirot
Chronologie
Précédent La Mort dans les nuages Cartes sur table Suivant

A.B.C. contre Poirot (The A.B.C. Murders dans les éditions originales anglophones) est un roman policier écrit par Agatha Christie, publié en 1936.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le capitaine Hastings est de retour en Angleterre. Hercule Poirot l'accueille à la gare et lui annonce qu'il y a quelques jours, il a reçu une curieuse lettre, signée A.B.C., lui disant d'aller voir à Andover le 21 juin. Quelques jours plus tard, le 22, Poirot et Hastings reçoivent une visite de l'inspecteur Japp, qui leur apprend qu'une marchande nommée Ascher a été sauvagement frappée à mort. Les soupçons se dirigent vers le mari de la victime, qui a déjà menacé de la tuer par le passé. Un guide des chemins de fer A.B.C. a été laissé au côté de MM. Ascher… La nièce de la victime, Mary Drower, est sa seule parente vivante. Elle est très triste, d'autant plus qu'elles devaient fêter l'anniversaire de Mary ensemble.

Une seconde lettre parvient à Poirot, lui donnant rendez-vous à Bexhill. Là-bas, le corps de Elisabeth (dite Betty) Barnard, qui a été étranglée est découvert par un homme promenant son chien. Poirot remarque que le nom de la première victime commence par A., et qu'elle habitait à Andover. Ensuite, c'est B. pour Bexhill et Barnard. Peut-être l'assassin désire-t-il faire tout l'alphabet ? Et pourquoi les lettres sont-elles adressées à Poirot ? L'assassin serait-il un fou homicide qui aurait une manie de l'alphabet ? Et surtout, quel lien existe-t-il entre les victimes ?

Éditions[modifier | modifier le code]

  • 1936 : The ABC Murders – Collins, Londres
  • 1936 : The ABC Murders – Dodd Mead, New York
  • 1938 : A.B.C. contre Poirot – Librairie des Champs-Élysées, coll. « Le Masque » no 263, Paris, dans une traduction de Louis Postif
  • 1966 : The Alphabet Murders – Pocket Books, New York – Réédition sous un titre alternatif
  • 1992 : A.B.C. contre Poirot – Librairie des Champs-Élysées, coll. « Intégrale » volume 5 (Les années 1936-1937), Paris – Nouvelle traduction de Françoise Bouillot

Adaptations[modifier | modifier le code]

Au cinéma

Le réalisateur Frank Tashlin s'est servi de la trame du roman pour réaliser une comédie policière, ABC contre Hercule Poirot, assez infidèle à l'esprit de l'œuvre d'Agatha Christie, qui n'a aucun ressort comique particulier. Le symbole le plus marqué de cette « infidélité » du film au roman réside dans la transformation du personnage masculin Alexandre-Bonaparte Cust (dans le roman) en celui du personnage féminin Amanda Beatrice Cross (dans le film).

À la télévision
En jeux vidéo

Notes et références[modifier | modifier le code]