La Maison du péril

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Maison du péril (homonymie).
La Maison du péril
Auteur Agatha Christie
Genre Roman policier
Version originale
Titre original Peril at End House
Éditeur original Dodd, Mead and Company
Langue originale Anglais
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Lieu de parution original New York
Date de parution originale Février 1932
Version française
Traducteur Louis Postif
Lieu de parution Paris
Éditeur Librairie des Champs-Élysées
Collection Le Masque no 157
Date de parution 1934
Nombre de pages 247 p.
Série Hercule Poirot
Chronologie
Précédent Le Train bleu Le Couteau sur la nuque Suivant

La Maison du Péril (titre original : Peril at End House) est un roman policier écrit par Agatha Christie qui se passe en Angleterre, dans la station balnéaire de St Loo, et qui met en scène le détective belge Hercule Poirot et son faire-valoir, le capitaine Hastings. Le roman a d'abord été publié en février 1932 aux États-Unis, puis le mois suivant au Royaume-Uni. Il est publié deux ans plus tard, en 1934, en France.

Résumé[modifier | modifier le code]

End House, une magnifique maison perchée sur les falaises de Cornouailles, est la propriété de Nick Buckley, une jeune femme pétillante qui semble bien avoir besoin d'aide. Elle a invité des amis à passer quelques jours chez elle, mais plusieurs tentatives de meurtre dirigées contre elle viennent émailler le séjour. Lorsqu'un coup de feu est tiré sur la jeune femme dans le jardin d'un hôtel voisin où séjournent Hercule Poirot et le capitaine Hastings, le détective belge ne peut s'empêcher d'intervenir et de mettre à contributions ses « petites cellules grises ». Qui peut donc en vouloir à la jolie Miss Buckley ? Et pourquoi cherche-t-on à l'éliminer ? Avec son talent unique, Poirot va fouiller dans les vies complexes des invités d'End House, pour mettre au jour quantité de mensonges.

Personnages[modifier | modifier le code]

Élaboration du roman[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

Agatha Christie écrit dans Une autobiographie (1977) :

« La Maison du péril est un autre de mes livres qui m'a laissé si peu d'impressions que je me souviens à peine l'avoir écrit. Il est possible que j'aie ressassé l'intrigue quelque temps, une habitude chez moi : voilà pourquoi, ensuite, j'ai souvent du mal à retrouver le moment précis où le livre a été écrit et publié. »

— Agatha Christie, Une autobiographie[1]

Les notes de Christie sur ce roman sont contenues dans les carnets nos 59 et 68 découverts par John Curran. L'intrigue dans ces carnets est assez proche de l'aspect final du roman. Seuls les noms des personnages diffèrent, comme Egg Beresford qui devient Nick Buckley[2].

Dédicace[modifier | modifier le code]

Le roman est dédicacé à l'écrivain anglais Eden Phillpotts. Il fut présent lors de l'enfance d'Agatha Christie et l'encouragea à écrire[3].

Références à la réalité[modifier | modifier le code]

La ville de St Loo, située sur la côte sud de l'Angleterre, ressemble à la ville de Torquay dans le comté du Devon. Le Majestic Hotel où descendent Poirot et Hastings est , selon Charles Osborne, une copie conforme de l'Imperial Hotel de Torquay[4].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

The New York Times Book Review dit du roman qu'il est « diaboliquement intelligent »[3].

Éditions[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Agatha Christie, Une autobiographie, partie IX, chap. 2 (« La vie avec Max »)
  2. John Curran (trad. Gérard de Chergé), Les Carnets Secrets d'Agatha Christie : 50 ans de mystère en cours d'élaboration, Paris, Éditions du masque,‎ 2011 (ISBN 978-2-7024-3516-8), chap. 10 (« Droit d'asile : Meurtres en vacances »), p. 338-342
  3. a et b (en) « Peril at End House », sur le site officiel d'Agatha Christie
  4. L'Intégrale - Agatha Christie (préf. Jacques Baudou), t. 3 : Les années 1930-1933, Paris, Librairie des Champs-Élysées, coll. « Les Intégrales du Masque »,‎ 1991, 1241 p. (ISBN 2-7024-2088-5, notice BnF no FRBNF35478891), « Postface - La Maison du péril », p. 638-639

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]