Le Train de 16 h 50 (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Train de 16 h 50.
Le Train de 16 h 50
Image illustrative de l'article Le Train de 16 h 50 (roman)
Plaque en l'honneur d'Agatha Christie, sur un mur extérieur de Torre Abbey, à Torquay.

Auteur Agatha Christie
Genre Roman policier
Version originale
Titre original 4:50 from Paddington
Éditeur original William Collins
Langue originale Anglais
Pays d'origine Royaume-Uni
Date de parution originale 4 novembre 1957
Version française
Traducteur Michel Le Houbie
Éditeur Librairie des Champs-Élysées
Collection Le Masque no 628
Date de parution 1958
Nombre de pages 255 p.
Série Miss Marple
Chronologie
Précédent Une poignée de seigle Le miroir se brisa Suivant

Le Train de 16 h 50 (4:50 from Paddington dans l'édition originale britannique) est un roman policier d'Agatha Christie, publié en 1957, mettant en scène la détective Miss Marple.

Résumé[modifier | modifier le code]

Tout commence à la gare de Paddington où Mrs McGillicuddy, une amie de Miss Marple, est sur le point de prendre le train de 16 h 50 à destination de Brackhampton, après un séjour à Londres qui lui a permis d'effectuer ses achats de Noël.

Durant le voyage apparaît un train allant dans la même direction que le sien, et pour satisfaire sa curiosité, la vieille dame regarde à travers la vitre les occupants de celui-ci. C'est alors qu'elle est paralysée par une vision d'horreur : un homme, vu de dos, est en train d'étrangler une femme dont les yeux sortent de leurs orbites. Puis, le train de 16 h 50 ralentissant, Mrs McGillicuddy voit cet horrible spectacle disparaître dans la nuit.

Elle fait alors appel à sa vieille amie Miss Marple et lui expose les faits. La vieille demoiselle de St.Mary Mead, ressentant les atteintes de l'âge, décide alors d'enquêter sur place par personne interposée, elle-même séjournant à proximité chez sa « fidèle Florence » (son ancienne bonne) et supervisant les opérations...

Adaptations[modifier | modifier le code]

Produit par MGM en 1962 sous le titre : Murder, She Said avec Margaret Rutherford, cette adaptation s'écarte quelque peu du roman. L'aide ménagère de Miss Marple devient Lucy, Mme McGillicuddy et Lucy Eyelesbarrow disparaissent. Miss Marple est personnellement témoin du meurtre et se fait engager comme femme de chambre et cuisinière à Ackenthorpe Hall. Elle découvre le corps alors qu'elle fait semblant de pratiquer son golf. Le faire-valoir de Miss Marple est son ami et bibliothécaire, Jim Stringer (rôle joué par le mari de Rutherford, Stringer Davis), et elle lui téléphone pour qu'il avertisse la police. Le jeune Alexander apparaît aussi dans le film, mais pas son ami James Stoddard-West. Alexander joue le rôle de faire-valoir sur le terrain. L'intrigue est grosso modo la même, mais le meurtre d'Harold est maquillé en accident de chasse. Miss Marple dévoile la culpabilité du médecin, puis rentre chez elle après avoir gracieusement décliné une demande en mariage de M. Ackenthorpe.

En 1987 la BBC produisit une version très fidèle au roman : 4.50 from Paddington, avec Joan Hickson, qui avait déjà fait une apparition dans Murder She Said où elle jouait le rôle de Mme Kidder. Cette version laisse de côté l'épisode de l'empoisonnement. Alfred est toujours vivant à la fin du film, mais souffre d'une maladie incurable que le docteur Quimper aurait délibérément diagnostiquée de façon erronée. Comme dans l'adaptation précédente, le meurtre d'Harold passe d'abord pour un accident de chasse.

Il existe une version de 2004 produite par ITV avec Geraldine McEwan dans le rôle de Miss Marple ainsi que David Warner, Griff Rhys Jones, Ben Daniels et Pam Ferris. C'est l'épisode 3 de la saison 1 de la série « Miss Marple ». Le film est sorti aux États-Unis sous le titre What Mrs. McGillicuddy Saw.

Le roman a enfin inspiré en 2008 le film de Pascal Thomas avec Catherine Frot et André Dussollier : Le crime est notre affaire. L'adaptation cinématographique ne transpose en revanche pas Miss Marple, mais l'adaptation francisée des Beresford.

Éditions[modifier | modifier le code]

  • 4:50 from Paddington, Collins, Londres, 1957
  • What Mrs. Gillicudy Saw!, Dodd Mead, New York, 1957
  • Le Train de 16 h 50, Librairie des Champs-Élysées, Le Masque no 628, Paris, 1958, dans une traduction de Jean Brunoy.
  • Murder She Said, Pocket Books, New York, 1961 (Titre alternatif de l'édition de poche américaine.)
  • Le Train de 16 h 50, dans Agatha Christie. 10, Les années 1953-1958, Librairie des Champs-Élysées, Paris, 1997, dans une nouvelle traduction de Pierre Girard. ISBN 2-7024-2416-3