Un meurtre est-il facile ?

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Un meurtre est-il facile ? (homonymie).
Un meurtre est-il facile ?
Auteur Agatha Christie
Genre Roman policier
Version originale
Titre original Murder is Easy
Éditeur original Collins Crime Club
Langue originale Anglais
Pays d'origine Royaume-Uni
Lieu de parution original Londres
Date de parution originale 5 juin 1939
Version française
Traducteur Michel Le Houbie (1956)
Lieu de parution Paris
Éditeur Librairie des Champs-Élysées
Collection Le Masque no 564
Date de parution 1956
Nombre de pages 255 p.
ISBN 978-2702424841
Série Superintendant Battle

Un meurtre est-il facile ? (Murder is Easy dans l'édition originale) est un roman policier d'Agatha Christie, publié en revue à la fin de l'année 1938, puis en volume en 1939.

Ce roman ne met en scène aucun des personnages récurrents de l'œuvre de la romancière, en dehors du superintendant Battle, qui fait une brève apparition à la fin du roman.

Citation[modifier | modifier le code]

« Il n'y a rien de plus facile que de tuer aussi longtemps que nul ne vous soupçonne. Et justement, la personne en question est la dernière qu'on suspectera ! »

Personnages[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Luke Fitzwilliam, policier à la retraite, venu enquêter à Whychwood-under-Ashe
  • Bridget Conway, 29 ans, secrétaire et fiancée de lord Whitfield, cousine de Jimmy Lorrimer
  • Miss Honoria Waynflete, bibliothécaire bénévole, amie de Lavinia Pinkerton, fiancée de Gordon Ragg (futur Lord Whitfield) dans sa jeunesse

Victimes successives[modifier | modifier le code]

  • 1 - Lydia Horton, épouse du major Horton, officiellement décédée d'une gastrite
  • 2 - Harry Carter, patron du pub Seven Stars, alcoolique, tombé dans la rivière et mort noyé
  • 3 - Amy Gibbs, femme de chambre de miss Waynflete, empoisonnée en avalant « par erreur » de la teinture pour chapeaux au lieu d'un sirop contre la toux
  • 4 - Tommy Pierce, adolescent mal-aimé mort après une chute depuis une fenêtre de Wych Hall, la bibliothèque du village
  • 5 - Lavinia Pinkerton, écrasée par une automobile, en plein Londres, en se rendant à Scotland Yard
  • 6 - Dr John Edward Humbleby, décédé d'une septicémie
  • 7 - Rivers, chauffeur de Lord Whitfield, renvoyé pour inconduite

Principaux suspects[modifier | modifier le code]

  • Lord Whitfield (Gordon Ragg) entrepreneur de presse d'origine modeste, fiancé de Miss Waynflete dans sa jeunesse puis fiancé de Bridget Conway dans son âge mûr
  • Docteur Geoffrey Thomas, associé du docteur Humbleby, officieusement fiancé à Rose Humbleby
  • Major Horton, passionné de courses de chevaux
  • M. Abbott, avoué, passionné de courses de chevaux
  • M. Ellsworthy, antiquaire maniéré, organisateur de cérémonies « secrète » au Pré aux Sorcières

Autres personnages[modifier | modifier le code]

  • Jimmy Lorrimer, ami de Luke Fitzwilliam
  • Jessie Rose Humbleby, veuve du docteur Humbleby
  • Rose Humbleby, fille du docteur Humbleby, officieusement fiancée au docteur Thomas
  • Mme Anstruther, tante de Bridget Conway, férue de jardinage
  • M. Jones, directeur de la banque
  • Hetty Jones, jeune fille « gloussante », fille du directeur de la banque
  • le pasteur Alfred Wake, féru de vestiges romains
  • Mme Carter, veuve de Harry Carter
  • Lucy Carter, fille Harry Carter, ayant fréquenté Mr Abbott
  • Jim Harvey, fiancé d'Amy Gibbs, mécanicien au garage Pipwell
  • Mme Church, tante d'Amy Gibbs
  • Mme Pierce, mère de famille nombreuse, gérante d'une papeterie-tabac
  • Wonky Pooh, chat persan orange de Miss Pinkerton recueilli par Miss Waynflete, souffrant d'une infection aux oreilles
  • Néron, Auguste et Nelly, bouledogues du major Horton

Résumé[modifier | modifier le code]

Mise en place de l'intrigue (chapitres 1 et 2)[modifier | modifier le code]

Luke Fitzwilliam, policier britannique d'âge mûr prenant sa retraite après un dernier poste occupé en Extrême-Orient, se rend à Londres en train après avoir débarqué d'un navire. Lors d'un arrêt imprévu dans une gare, après avoir aperçu une affichette lui apprenant que contre toute attente, un cheval sur lequel il avait parié a gagné une course, il descend du train pour se procurer le journal, avant de s'apercevoir que l'arrêt n'était pas prévu dans l'itinéraire normal du train, et que celui-ci est reparti sans lui.

Il emprunte alors, pour rejoindre Londres, un train à vocation plus locale et s'installe dans le compartiment d'une vieille demoiselle, qui finit par lui raconter qu'elle soupçonne une série de meurtres, dans son village de Wychwood-under-Ashe, et qu'elle se rend à Scotland Yard pour y faire part de ses soupçons (chapitre 1er).

Parvenu à Londres, Luke Fitzwilliam oublie un temps l'existence de celle qu'il a pris pour une personne victime de son imagination, avant d'apprendre le lendemain, à la lecture de la presse, que la vieille demoiselle a été renversée par une automobile, sur Whitehall, non loin de l'immeuble de Scotland Yard[1].

Déjà intrigué par la nouvelle du décès soudain de Miss Pinkerton, Luke Fitzwilliam voit son instinct de policier se réveiller lorsqu'il apprend, quelque temps plus tard, toujours dans la presse, la mort subite du docteur Humbleby, dont Mme Pinkerton lui avait parlé lors de leur conversation dans le train, et à propos duquel elle avait indiqué qu'elle éprouvait des craintes pour sa vie.

Jim Lorrimer, un ami chez qui Luke Fitzwilliam séjourne, à Londres, depuis son retour en Angleterre, lui indique alors qu'une de ses cousines, Bridget Conway, vit justement à Wychwood-under-Ashe, village où vivaient Miss Pinkerton et le docteur Humbleby. Bridget Conway exerçant les fonctions de secrétaire de Lord Whitfield, un fils de cordonnier s'étant mué, à force de travail, en riche entrepreneur de presse, Jim Lorrimer suggère que Luke Fitzwilliam aille enquêter à demeure, en se faisant passer pour un érudit étudiant les phénomènes et croyances de sorcellerie dans les campagnes anglaises (chapitre 2).

L'enquête (chapitres 3 à 20)[modifier | modifier le code]

Luke se rend au village et, sous prétexte de rédiger un ouvrage sur les croyances populaires et la sorcellerie, va trouver gîte et couvert à Ashe Manor, chez Lord Gordon Whitfield, sous prétexte d'être cousin de Bridget Conway, la fiancée de ce dernier (chapitre 3).

Il commence par rencontrer le révérend Wake (chapitre 4). Puis il contacte M. Abbot, un avocat qui avait licencié Tommy Pierce, lequel était décédé peu après, et une amie de Lavinia Pinkerton, Honoria Waynflete, une vieille dame chargé de la bibliothèque municipale. Il fait la connaissance de M. Ellsworthy, un brocanteur qui lui paraît bizarre (chapitre 5).

Questionné par Bridget qui est étonnée de cette enquête, Luke lui révèle la vérité. Tous deux commentent les résultats de cette première journée passée ensemble ; Luke commence à éprouver des sentiments pour la jeune femme (chapitre 6).

Après avoir mis sur un papier les résultats de son enquête et posé des questions auxquelles il ne trouve aucune réponse, Luke va rencontrer le Dr Thomas, l'ancien associé du docteur Humbleby. Le défunt s'était opposé au projet que sa fille épouse le Dr Thomas. Luke prêche des idées qu'il n'a pas afin de guetter la réaction du médecin, mais sans y parvenir : le médecin reste neutre (chapitres 7 et 8).

Luke contacte ensuite l'épicière du village, Mme Pierce, mère de Tommy Pierce, mort le mois précédent (chapitre 9), puis Rose Humbleby, fille du Dr Humbleby ; Luke commence à éprouver des soupçons à l'égard de Bridget quand il apprend que Mme Pinkerton en avait émis à propos d'elle (chapitre 10).

Par la suite, Luke rencontre Jones, le directeur de la banque locale, puis Jim Harvey, le fiancé d'Amy Gibbs, enfin le major Horton, veuf depuis environ un an (chapitre 11).

Il profite d'une partie de tennis pour discuter avec Bridget et Rose Humbleby, puis rencontre de nouveaux Mme Waynflete en tête-à-tête (chapitres 12 et 13).

Au milieu de cette enquête, il semblerait que tous les décès successifs sont des accidents malheureux :

  • Lydia Horton, après avoir été hospitalisée pour une gastrite, a vu son état de santé se détériorer progressivement ;
  • Harry Carter, ivre, est tombé d'un pont ;
  • Amy Gibbs est morte après avoir bu par mégarde de la teinture pour chapeau au lieu de sirop contre la toux ;
  • Tommy Pierce est décédé en tombant de la bibliothèque municipale dont il lavait les carreaux des fenêtres ;
  • Humbleby est mort des suites d'une blessure infectée ;
  • Lavinia Pinkerton a été malencontreusement renversée par une voiture.

Luke et Bridget ont alors une discussion, dont il résulte qu'ils sont très attirés l'un par l’autre. Luke lui propose de quitter Lord Whitfield et de vivre avec lui. Bridget n'est pas sûre de vouloir accepter.

Luke soupçonne Ellsworthy d'être le tueur : celui-ci paraît nettement névrosé. Ses soupçons se confirment lorsque, le surveillant et fouillant sa maison en son absence (trouvant notamment un document étrange, du sirop contre la toux et un portrait d'Amy Gibbs), il le voit revenir chez lui les mains pleines de sang ! Rentrant à Ashe Manor, il rencontre Bridget. Tous deux sortent, et Bridget lui annonce qu'elle a décidé de rompre les fiançailles, de quitter Gordon et de venir vivre avec lui. Alors qu'ils sont près du portail d'entrée, ils découvrent Rivers, le chauffeur de Lord Whitfield, qui après avoir utilisé la voiture de son patron pour se balader avec une jeune fille, avait été tancé vertement par Lord Whitfield et été licencié par celui-ci, étendu raide mort, une pomme de pin en pierre lui ayant fracassé le crâne. Or en examinant le crâne, ils constatent la présence de sable dans les cheveux, signe que le jeune homme a été tué ailleurs et que son cadavre a été amené en cet endroit (chapitre 16).

Lorsque Luke va voir Lord Whitfield pour lui annoncer la décision de Bridget, celui-ci fait une étrange remarque selon laquelle la Providence divine veille sur lui et tue tous ceux qui se mettent en travers de ses volontés. Il égrène les noms des victimes, et fait remarquer à Luke que tous sont morts parce qu'ils s'étaient opposés, de près ou de loin, à lui. Il annonce à Luke que Bridget et lui devraient faire attention car un malheur pourrait s'abattre sur eux.

Quand Luke apprend que Mme Waynflete avait rompu jadis les fiançailles parce que Gordon avait tué sous ses yeux un petit oiseau pour l'impressionner et qu'il y avait pris du plaisir, ses doutes se font certitude : Gordon, profitant de sa situation sociale, est un malade mental qui tue en série. Mme Waynflete confirme cette idée et lui révèle que c'était l'opinion de Lavinia Pinkerton.

Luke et Bridget décident malgré tout de faire face à Gordon et de rester au village ; ils acceptent la proposition de Mme Waynflete de les héberger chez elle.

Dénouement et révélations finales (chapitres 21 à 23)[modifier | modifier le code]

Tandis que Luke se rend au village pour prendre ses bagages et ceux de Bridget, celle-ci va chez Mme Waynflete La vieille dame lui offre du thé, que Bridget jette en catimini pendant qu'Honoria a le dos tourné. Puis, profitant du beau temps, les deux femmes vont faire un tour dans la campagne. On découvre alors que Mme Waynflete a mis un somnifère dans la tasse de thé de Bridget, et qu'elle a prévu son meurtre ! Depuis le début, c'est Mme Waynflete qui était l'assassin en série. Elle avait été traumatisée dans sa jeunesse par la rupture des fiançailles par Lord Whitfield. Par la suite, le désir de se venger a surgi : elle a décidé de tuer plusieurs personnes du village ayant eu une altercation avec Lord Whitfield afin que les soupçons se portent sur lui et qu'il endosse des crimes qu'il n'avait pas commis. Commettre un meurtre est-il facile ? Pour elle, la réponse est positive, et ce fut d'autant plus facile que ses victimes ne s'attendaient pas à ses actes meurtriers et qu'elle n'avait aucun mobile officiel permettant qu'on la soupçonne. Lord Whitfield, imbu de lui-même et incité par Mme Waynflete à penser que ses ennemis étaient punis par Dieu, ne pouvait que propager les soupçons sur lui-même.

Elle avait donc rendu visite à plusieurs reprises à Lydia Horton, à qui Lord Whitfield avait envoyé du raisin et des pêches à l'hôpital, et avait empoisonné son thé ; elle avait tué sa femme de chambre Amy Bibbs en mettant de la teinture de chapeau ; elle avait tué Carter en le poussant du pont le jour où il s'était opposé à Gordon ; il en avait été de même pour Tommy ; elle avait infecté le docteur Humbleby avec une paire de ciseaux ; elle avait enfin tué Rivers.

Lavinia Pinkerton avait observé son amie Honoria et avait compris les agissements de son amie. Lorsque Lavinia s'était rendue à Londres, elle y était allée aussi et l'avait poussée sous les roues d'une automobile choisie au hasard. Le conducteur ne s'étant pas arrêté, elle avait donné à une témoin du drame le numéro de la plaque d'immatriculation de la voiture de Gordon, avant de s'éclipser.

Finalement, Mme Waynflete avait empoisonné le thé remis à Bridget avant de la tuer à coup de couteau : celui-ci, appartenant à Lord Whitfield et portant ses empreintes digitales, l'aurait accusé du meurtre de manière indubitable, d'autant plus que Luke était persuadé de sa culpabilité et qu'un appel téléphonique passé devait l'inciter à venir à proximité du lieu du meurtre.

Briget, qui n'avait pas consommé le thé, se défend soudainement et empêche la vieille dame de l'assassiner : les deux femmes se battent, et Luke arrive à temps pour les séparer et mettre hors d'état de nuire la tueuse.

Dans le dernier paragraphe, Luke et Bridget décident de se marier.

Éditions[modifier | modifier le code]

  • Première publication en revue, aux États-Unis, sous le titre Easy to Kill, en 7 épisodes, du 19 novembre au 31 décembre 1938, dans le volume 211, nos 21 à 27 de l'hebdomadaire The Saturday Evening Post, avec des illustrations de Henry Raleigh.
  • Première publication en revue, au Royaume-Uni, sous le titre Easy to Kill, en 23 épisodes (correspondant aux 23 chapitres du roman publié en volume), du jeudi 10 janvier au vendredi 3 février 1939, dans les colonnes du quotidien Daily Express, accompagnés d'une illustration signée Prescott.
  • Murder is Easy, Collins Crime Club, Londres, 5 juin 1939, 256 p. Première publication où le titre britannique du roman fait son apparition.
  • Easy to Kill, Dodd Mead, New York, septembre 1939, 248 p.
  • Un meurtre est-il facile ? (traduction de Michel Le Houbie), Librairie des Champs-Élysées, coll. « Le Masque » no 546, Paris, 1956, 255 p., (ISBN 978-2702424841).
  • Un meurtre est-il facile ? (traduction de Michel Le Houbie), Librairie des Champs-Élysées, coll. « Club des Masques » no 13, Paris, 1966, 253 p., (ISBN 2-7024-0065-5).
  • Un meurtre est-il facile ? (traduction de Michel Le Houbie), Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche » no 6685, Paris, 1989, 252 p., (ISBN 2-253-05132-2).
  • Un meurtre est-il facile ? (nouvelle traduction de Gérard de Chergé), in Agatha Christie. 6. Les années 1938-1940, Librairie des Champs-Élysées, coll. « Les Intégrales du Masque », 1993, (ISBN 2-7024-2239-X).

Adaptations[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Le roman a fait l'objet, en 1982, d'une adaptation télévisée, sous la forme d'un téléfilm américain, portant le titre britannique du roman – « Murder is Easy » –, diffusé, dans les pays francophones, sous le titre Un meurtre est-il facile ?. Ce téléfilm, réalisé par Claude Whatham sur un scénario de Carmen Culver, avait pour interprètes principaux : Bill Bixby (dans le rôle de « Luke Williams »), Lesley-Anne Down (dans le rôle de Bridget Conway), Olivia de Havilland (dans le rôle de Honoria Waynflete) et Timothy West (dans de rôle de « Lord Easterfield »).

Une nouvelle adaptation a été réalisée dans le cadre de la série télévisée britannique Miss Marple (Saison 4), en ajoutant le personnage de Miss Marple dans une intrigue où elle n'apparaissait pas, dans l'œuvre d'Agatha Christie. Ce téléfilm est titré Un meurtre est-il facile ?, dans la version doublée en français, et Murder is Easy, pour le public anglosaxon. Les principaux interprètes sont : Julia McKenzie (dans le rôle de Miss Marple), Benedict Cumberbatch (dans le rôle de Luke Fitzwilliam), Margo Stilley (dans le rôle de Bridget Conway) et Shirley Henderson (dans le rôle de Honoria Waynflete).

Théâtre[modifier | modifier le code]

Le scénariste et dramaturge Clive Exton, qui a collaboré, en tant que scénariste ou consultant, à 25 scénarios pour la série télévisée Hercule Poirot, de 1989 à 2001, est également l'auteur d'une pièce adaptée de ce roman pour le théâtre, sous le titre Murder is Easy. Cette pièce a été jouée, au Royaume-Uni, en 1992. Le texte de la pièce est resté inédit en volume ou en revue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les bureaux de Scotland Yard, après avoir été situés, de 1829 à 1890, au no 4 de Whitehall, à proximité immédiate de Trafalgar Square, déménagèrent en 1890 sur le Victoria Embankment, à environ 500 mètres de là, dans un immeuble désigné sous le nom de New Scotland Yard, où ils demeurèrent jusqu'en 1967, date à laquelle, toujours sous le nom de New Scotland Yard, les services déménagèrent une nouvelle fois dans une tour de 20 étages située à Ealing, à plusieurs kilomètres de là.