Le Crime du golf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Crime du golf
Auteur Agatha Christie
Genre Roman policier
Version originale
Titre original Murder on the Links
Éditeur original Bodley Head
Langue originale Anglais
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Lieu de parution original Londres
Date de parution originale mai 1923
Version française
Traducteur Marc Logé
Éditeur Librairie des Champs-Élysées
Collection Le Masque no 118
Date de parution 1932
Nombre de pages 247 p.
Série Hercule Poirot
Chronologie
Précédent La Mystérieuse Affaire de Styles Les Enquêtes d'Hercule Poirot Suivant

Le Crime du golf (titre original : Murder on the Links) est un roman policier d'Agatha Christie publié en mai 1923 au Royaume-Uni, mettant en scène le détective belge Hercule Poirot et le capitaine Arthur Hastings. Il est publié la même année aux États-Unis, et seulement en 1932 en France.

Résumé[modifier | modifier le code]

Paul Renauld, un riche marchand ayant fait fortune en Amérique du Sud, fait appel à Hercule Poirot par une lettre dans laquelle il le supplie de le retrouver chez lui à Merlinville, en France (« à mi-chemin entre Boulogne et Calais »), expliquant se trouver en grand danger de mort. Poirot et Hastings quittent donc Londres pour se rendre chez Renauld mais, à leur arrivée, il est déjà trop tard : Renauld a été découvert mort par la police le matin même sur un parcours de golf attenant à la propriété du défunt. Poirot propose alors au commissaire et au procureur présents sur la scène du crime de les aider dans leur enquête ; c'est alors qu'un certain Giraud de la Sûreté de Paris débarque et bouleverse l'enquête en utilisant des « méthodes modernes », récoltant par son antipathie l'hostilité des autorités locales, et surtout celle de Poirot…

Personnages[modifier | modifier le code]

Autour du livre[modifier | modifier le code]

Rédaction[modifier | modifier le code]

Après avoir introduit Hercule Poirot à travers la voix du Capitaine Hastings dans La Mystérieuse Affaire de Styles (1920), Agatha Christie décide de laisser Poirot seul face à son public. Ainsi lors de l'enquête, Hastings tombe amoureux, et à la fin du roman, il quitte Poirot et l'Angleterre pour se marier et vivre en Argentine. Il ne fera alors plus que quelques rares apparitions lors de ses voyages retours à Londres[1].

Selon Laura Thompson, qui a écrit Agatha Christie: An English Mystery, Le Crime du golf est un roman au style très français. La romancière se serait inspiré des auteurs français de romans policiers comme Gaston Leroux (Le Mystère de la chambre jaune, 1907)[1].

Couverture[modifier | modifier le code]

Comme dans beaucoup de ses futurs livres, Agatha Christie n'aime pas le dessin de la couverture, trouvant qu'il ne représente en rien l'intrigue de son roman. Elle dira à son propos[1] :

« A part avoir des couleurs horribles, c'était mal dessiné, et représentait, autant que je pouvais en dire, un homme en pyjama sur un parcours de golf, victime d'une crise d'épilepsie mortelle. Puisque [dans le roman] l'homme assassiné était habillé normalement et avait été poignardé avec une dague, je ne fus pas d'accord[2]. »

— Agatha Christie, Une autobiographie

Liens avec la réalité[modifier | modifier le code]

Hercule Poirot explique au Commissaire Giraud que la nature humaine est faite de répétitions. Pour démontrer son propos, il fait référence à un criminel anglais qui s'est « débarrassé de ses femmes successives en les noyant dans sa baignoire ». En fait, Agatha Christie fait référence au tueur en série George Joseph Smith (en)[1].

« Mais il a obéi à ce que lui commandait la nature humaine, qui croit bien à tort que ce qui a réussi une fois réussira toujours. Ce qu’il a payé, c’est son manque d’originalité. »

— Hercule Poirot, Le Crime du golf (chapitre 9)[3]

Éditions[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « Murder on the Links », sur le site officiel d'Agatha Christie
  2. « Apart from being in ugly colours, it was badly drawn, and represented, as far as I could make out, a man in pyjamas on a golf links, dying of an epileptic fit. Since the man who had been murdered had been fully dressed and stabbed with a dagger, I objected. »
  3. Agatha Christie (trad. Françoise Bouillot), Le Crime du golf, Paris, Librairie des Champs-Élysées, coll. « Le Masque » (no 118),‎ 1992 (ISBN 2-7024-2258-6, notice BnF no FRBNF35534185), chap. 9 (« Giraud trouve des indices »)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]