La Nuit qui ne finit pas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Nuit qui ne finit pas
Auteur Agatha Christie
Genre Roman policier
Version originale
Titre original Endless Night
Éditeur original Collins Crime Club
Langue originale Anglais
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Lieu de parution original Londres
Date de parution originale 30 octobre 1967
Version française
Traducteur Claire Durivaux
Lieu de parution Paris
Éditeur Librairie des Champs-Élysées
Collection Le Masque no 1094
Date de parution 1969
Nombre de pages 256 p.

La Nuit qui ne finit pas (titre original : Endless Night) est un roman policier d'Agatha Christie publié le 30 octobre 1967 au Royaume-Uni. Il est publié en 1968 aux États-Unis et en 1969 en France.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le livre est raconté à la première personne par le protagoniste, Michael Rogers, un jeune homme anglais qui, dans sa vie, a exercé plusieurs métiers, toujours en cherchant à obtenir davantage mais sans peiner trop. Et « En ma fin est mon commencement », ce sont les premiers mots du livre, mais aussi les derniers... il se demande quand, où, toute sa vie a commencé, avec tous ses espoirs, ses rêves et ses ambitions.

Il ne trouve pas de réponse, du moins jusqu'au jour où il rencontre, pour la première fois, Ellie... Comme le protagoniste lui-même avouera, ce roman est une histoire d'amour et, depuis cette rencontre, il semble que sa vie ait trouvé un sens, il semble que — peut-être — ils aient atteint la félicité : ils s'aiment et, pour tous les deux, c'est le premier amour sincère et total de leur vie. Ils se marient et ils vont vivre dans la maison de leurs rêves, construite spécialement pour eux par Rudolph Santonix, l'un des plus grands et célèbres architectes, ainsi qu'ami de Michael.

Personnages[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

Christie écrit le roman en seulement six semaines, au lieu des trois à quatre mois habituels. Alors âgée de 77 ans, elle n'éprouve cependant aucune difficulté à écrire l'histoire du point de vue d'un jeune homme dans la vingtaine. Elle expliquera qu'« après tout, vous entendez des gens comme lui parler tout le temps »[1].

Comme dans tous ses romans, Agatha Christie décline ici le développement des sentiments dans l'âme du héros et souligne la faiblesse de l'esprit humain et l'impossibilité de lutter contre le destin.

Titre et dédicace[modifier | modifier le code]

Le titre du roman vient du poème Auguries of Innocence (en) de William Blake. Cela s'accorde bien avec le thème développé par Christie dans le roman : un esprit torturé qui choisit toujours le mal sur le bien[1].

Le livre est dédicacé à Nora Prichard, un membre de la famille de Christie. C'est elle qui lui parla d'un terrain appelé « Gipsy's Acre » dans la brande du Pays de Galles[1].

Éditions[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Endless Night », sur le site officiel d'Agatha Christie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]