Rendez-vous avec la mort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rendez-vous avec la mort (homonymie).
Rendez-vous avec la mort
Auteur Agatha Christie
Genre Roman policier
Version originale
Titre original Appointment with Death
Éditeur original Collins
Langue originale Anglais
Pays d'origine Royaume-Uni
Date de parution originale 1938
Version française
Traducteur Louis Postif
Éditeur Librairie des Champs-Élysées
Collection Le Masque no 420
Date de parution 1952
Nombre de pages 243 p.
Série Hercule Poirot
Chronologie
Précédent Le Miroir du mort Le Noël d'Hercule Poirot Suivant

Rendez-vous avec la mort (Appointment with Death dans les éditions originales en anglais) est un roman policier d'Agatha Christie, publié en 1938, mettant en scène le détective belge Hercule Poirot.

Résumé[modifier | modifier le code]

À Jérusalem, l'arrivée de la famille Boynton à l'hôtel est largement commentée. En effet, toute la famille obéit au doigt et à l'œil à la vieille et terrible Mrs Boynton, qui prend un malin plaisir à faire souffrir son monde.

De son côté, Hercule Poirot entend la voix de Raymond Boynton dans la chambre voisine de sa suite : « Tu vois bien qu'il faut la tuer, non ? ».

Le drame se produit lors d'une excursion à Pétra, en Jordanie. Le corps de Mrs Boynton y est découvert, tel un horrible bouddha. Pas de trace d'une morte violente, juste une marque de seringue sur le poignet…

Commentaires[modifier | modifier le code]

Le roman a pour décor les ruines de Pétra, au Moyen-Orient. Agatha Christie avait été impressionnée par les ruines de cette cité après les avoir visitées avec son second mari, Max Mallowan.

Elle avait déjà utilisé le cadre de Pétra pour y situer l'intrigue de La Perle de prix, nouvelle publiée en 1934, dans laquelle le héros est cette fois Mr Parker Pyne.

Comme dans nombre de ses œuvres, Agatha Christie fait recourir un de ses personnages au crime par empoisonnement. Elle aura été aidée pour cela par des connaissances basiques en pharmacologie acquises durant la Première Guerre mondiale, alors qu'elle était infirmière. Elle s'est également documentée, par correspondance, auprès de spécialistes en pharmacologie.

Éditions[modifier | modifier le code]

  • 1938 : Appointment with Death, Collins, Londres
  • 1938 : Appointment with Death, Dodd Mead, New York
  • 1952 : Rendez-vous avec la mort, Paris, Librairie des Champs-Élysées, coll. « Le Masque » no 420, dans une traduction de Louis Postif, précédemment parue en feuilleton, sous le titre Rendez-vous avec l'inconnu, dans le magazine « Lisez-moi bleu », de janvier à mars 1948.
  • 1993 : Rendez-vous avec la mort, dans Agatha Christie. 6, Les années 1938-1940, Paris, Librairie des Champs-Élysées, coll. « Intégrale », dans une nouvelle traduction de Jean-Marc Mendel

Adaptations[modifier | modifier le code]

En 1945, Agatha Christie adapte elle-même son roman en pièce de théâtre, dans laquelle elle supprime Hercule Poirot, qu'elle s'est mise à détester à ce moment-là. Autre changement, le nom de l'assassin...

En 1988, le roman est adapté au cinéma par Michael Winner (voir Rendez-vous avec la mort (film, 1988)) avec l'acteur Peter Ustinov. Le scénario trahit d'ailleurs l'œuvre originale. Parmi les acteurs on trouve David Soul qui vient de jouer dans une nouvelle adaptation de Mort sur le Nil, avec David Suchet dans le rôle de Poirot.

En 2008 : adaptation du roman pour l'un des épisodes de la série télévisée Hercule Poirot avec David Suchet. L'intrigue ne se déroule pas dans les ruines de Petra, mais en Syrie. On y retrouve les acteurs Elizabeth McGovern, Christina Cole et Tim Curry.

En 2013 : adapté en bande dessinée par Emmanuel Proust éditions, dans la collection Agatha Christie (bande dessinée), qui regroupe toutes les adaptations BD des œuvres de Christie. Rendez-vous avec la mort est illustré par Marek (qui a déjà dessiné dans cette collection : Le Couteau sur la nuque, Poirot joue le jeu, Les Oiseaux du lac Stymphale et Témoin muet) et scénarisé par Didier Quella-Guyot (Les Vacances d'Hercule Poirot, La Maison du péril).