Le Train bleu (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Train bleu.
Le Train bleu
Auteur Agatha Christie
Genre Roman policier
Version originale
Titre original The Mystery of the Blue Train
Éditeur original Collins
Langue originale Anglais
Pays d'origine Royaume-Uni
Date de parution originale 1928
Version française
Traducteur Louis Postif (1932)
Éditeur Librairie des Champs-Élysées
Collection Le Masque no 122
Date de parution 1932
Série Hercule Poirot
Chronologie
Précédent Les Quatre La Maison du péril Suivant

Le Train bleu (The Mystery of the Blue Train dans les éditions originales en anglais) est un roman policier d'Agatha Christie, publié en mars 1928, mettant en scène le détective belge Hercule Poirot.

Résumé[modifier | modifier le code]

Hercule Poirot veut passer quelques vacances sur la Côte d'Azur.

Pour cela, il emprunte le train bleu de la ligne Calais-Nice.

Des vacances ? Pas exactement, car il va devoir déployer les facultés qu'il ne déploie normalement qu'au travail : son art de résoudre les énigmes.

En effet, Ruth Kettering, fille du richissime M. Van Aldin est assassinée durant le voyage, tandis qu'on lui vole ses rubis.

Commentaires[modifier | modifier le code]

L'idée de base du roman a été directement transposée de sa nouvelle antérieure l'Express de Plymouth (The Plymouth Express), publiée initialement en recueil aux États-Unis en 1926 dans le recueil The Underdog and Other Stories, reprise en 1951 dans les recueils britannique (The Underdog) et français (l'Opprimé), reprise en revues sous de nouveaux titres en 1955 (The Girl in Electric Blue) et 1957 (la Femme en bleu), pour être finalement réintégrée, sous les titres d'origine, dans les recueil Poirot's Early Cases (1974) et le Bal de la victoire (1981).

Dans son Autobiographie, Agatha Christie écrit avoir « toujours détesté le Train bleu » et ajoute ailleurs qu'il s'agit d'« un roman banal, plein de clichés, avec une intrigue sans intérêt. ».

Agatha Christie n'eut aucune difficulté à écrire un livre se déroulant en France, car elle y fit de nombreux voyages, et avait notamment voyagé dans le Train bleu entre Calais et la Côte d'Azur.

Il est fait référence dans cet ouvrage au village de St. Mary Mead, dont on connaîtra dans les livres suivants l'habitant le plus célèbre, Miss Marple.

Éditions[modifier | modifier le code]

  • 1928 : The Mystery of the Blue Train – Collins, Londres
  • 1928 : The Mystery of the Blue Train – Dodd Mead, New York
  • 1932 : Le Train bleu – Librairie des Champs-Élysées, coll. « Le Masque » no 122, Paris, dans une traduction de Louis Postif
  • 1992 : Le Train bleu – Librairie des Champs-Élysées, coll. « Intégrale » volume 2 (Les années 1926-1930), Paris, dans une nouvelle traduction d'Étienne Lethel

Adaptation télévisée[modifier | modifier le code]

Le roman a fait l'objet, en 2005, d'une adaptation télévisée sous le même titre, dans le cadre de la série télévisée Hercule Poirot, avec David Suchet dans le rôle du détective belge. Cette adaptation est globalement fidèle à l'intrigue du roman mais on note certaines différences. En effet, l'adaptation ajoute quelques intrigues secondaires et transforme certains personnages comme celui de Mireille. Une tentative de meurtre contre Katherine Grey est ajoutée et le pseudonyme du « Marquis » et de Kitty Kidd ainsi que les personnages du grec Papopoulos et de de sa fille sont supprimées. Contrairement au roman, Lady Tamplin, sa fille et son mari sont dans le train. À la fin du téléfilm, le meurtrier se suicide alors qu'il est arrêté par la police dans le roman. Quelques indices sont ajoutées, comme la bouteille de champagne et le briquet, et un autre est supprimée (l'étui à cigarette avec l'initiale « K »). Enfin, l'action semble avoir été transposée à la fin des années 1930 [réf. nécessaire] .

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]