Le major parlait trop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Major parlait trop (homonymie).
Le Major parlait trop
Image illustrative de l'article Le major parlait trop
Plaque en l'honneur d'Agatha Christie, sur un mur extérieur de Torre Abbey, à Torquay.

Auteur Agatha Christie
Genre Roman policier
Version originale
Titre original A Caribbean Mystery
Éditeur original Collins Crime Club
Langue originale Anglais britannique
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Lieu de parution original Londres
Date de parution originale 16 novembre 1964
Version française
Traducteur Claire Durivaux
Lieu de parution Paris
Éditeur Librairie des Champs-Élysées
Collection Le Masque no 889
Date de parution 1965
Nombre de pages 191 p.
Série Miss Marple
Chronologie
Précédent Le miroir se brisa À l'hôtel Bertram Suivant

Le Major parlait trop (titre original : A Caribbean Mystery) est un roman policier d'Agatha Christie publié le 16 novembre 1964 au Royaume-Uni, mettant en scène Miss Marple. Il est publié l'année suivante aux États-Unis et en France.

Résumé[modifier | modifier le code]

Miss Marple est en vacances aux Antilles et elle discute avec les hôtes de l’hôtel. Parmi eux se trouve le Major Palgrave qui lui raconte ses aventures au Kenya. Alors qu’il cherche à lui montrer des photographies, il lui dit : « Tiens, voulez-vous voir la photo d'un assassin ? », puis marque un temps d’arrêt en regardant par-dessus les épaules de Miss Marple. Qui a attiré son regard ? Il s'en va précipitamment sans avoir terminé la conversation. Le lendemain, il est retrouvé mort. Pourquoi ? Aurait-il aperçu l'assassin dont il avait la photo parmi les membres de l'hôtel ? A-t-il été assassiné à son tour ?

Personnages[modifier | modifier le code]

Autour du livre[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Agatha Christie commence à écrire Le Major parlait trop en 1963. Il est publié le 16 novembre 1964 au Royaume-Uni. Seule aventure « exotique » de Miss Marple, son histoire se déroule dans l'île imaginaire de Saint-Honoré, et s'appuie sur les souvenirs d'un séjour qu'Agatha Christie a effectué à la Barbade. L'auteur reprend une idée employée dans la nouvelle Le Taureau de l'île de Crète (1939), où les désordres apparents d'une personne sont provoqués par une drogue hallucinogène[1].

Titre[modifier | modifier le code]

Le livre est dédicacé à John Cruikshank Rose : « Avec des souvenirs heureux de ma visite aux Antilles » (« With happy memories of my visit to the West Indies »). Agatha Christie et son second mari Max Mallowan ont rencontré John Rose lors de fouilles sur le site d'Ur en 1928[2].

Éditions[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. John Curran (trad. Gérard de Chergé), Les Carnets secrets d'Agatha Christie : Cinquante ans de mystères en cours d'élaboration [« Agatha Christie's Secret Notebooks, Fifty Years of Mystery in the Making »], Paris, Éditions du Masque,‎ 2011, 541 p. (ISBN 978-2-7024-3516-8), chap. 8 (« Destination inconnue : Meurtres à l'étranger »), p. 304-305
  2. (en) « A Caribbean Mystery », sur le site officiel d'Agatha Christie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]