Le Cheval pâle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Cheval pâle (homonymie) et The Pale Horse.
Le Cheval pâle
Auteur Agatha Christie
Genre Roman policier
Version originale
Titre original The Pale Horse
Éditeur original Collins Crime Club
Langue originale Anglais
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Lieu de parution original Londres
Date de parution originale 6 novembre 1961
Version française
Traducteur Henri Thiès
Lieu de parution Paris
Éditeur Librairie des Champs-Élysées
Collection Le Masque no 774
Date de parution 1962
Nombre de pages 255 p.
ISBN 2-7024-1388-9

Le Cheval pâle (titre original : The Pale Horse) est un roman policier d'Agatha Christie publié le 6 novembre 1961 au Royaume-Uni, mettant en scène Ariadne Oliver. Il est publié en 1962 aux États-Unis et en France.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Une femme agonisante, Mrs Davis, est entendue en confession par le père Gorman, un prêtre catholique, et lui révèle un terrible secret ainsi qu'une série de noms. Toutefois, avant de pouvoir entreprendre quelque chose, le prêtre est assassiné alors qu'il retourne à son presbytère.

Pendant ce temps-là, Mark Easterbrook, héros du livre et narrateur d'une partie des chapitres, est témoin, dans un bar de Chelsea, d'une bagarre entre deux jeunes filles, dont l'une arrache à pleines touffes des cheveux du crâne de son adversaire, sans que celle-ci paraisse éprouver de la douleur. Peu de temps après, il apprend le décès soudain de cette dernière, nommée Thomasina Tuckerton. Lors d'un dîner avec un de ses amis, accompagné d'une certaine Poppy Stirling, celle-ci révèle qu'une organisation nommé le Cheval pâle serait susceptible de commettre des meurtres sur commande, mais prend peur lorsque, le lendemain, Mark Easterbrook cherche à lui soutirer des informations complémentaires.

Rencontrant inopinément une de ses camarades d'université, Jim Corrigan, à présent chirurgien pour la police, Mark Easterbrook est mis au courant de la liste de noms découverte dans la chaussure du père Gorman après son assassinat. Il a la surprise d'y trouver un nom rare, celui de sa marraine, Lady Hesketh-Dubois, récemment décédée de causes apparemment naturelles, et celui de Thomasina Tuckerton. Il commence alors à s'interroger sur la nature de cette liste, qui semble recenser les noms de personnes récemment décédées et, peut-être, ceux de personnes susceptibles de mourir dans un proche avenir.

Puis Mark Easterbrook, accompagnée de son amie Ariadne Oliver, célèbre auteur de romans policiers, se rend à une kermesse de village organisée par le mari d'une de ses cousines, et y apprend alors l'existence d'une maison nommée Le Cheval pâle, une ancienne auberge, à présent habitée par trois « sorcières » modernes, Thyrza Grey, Sybil Stamfordis et leur cuisinière Bella, auxquelles ils rendent une visite de courtoisie mâtinée de curiosité, au cours de laquelle les « sorcières » ne cherchent pas à détromper leurs visiteurs sur leur réputation sulfureuse.

À l'occasion de ce séjour, Mark Easterbrook a également l'occasion de rencontre Mr Venables, un homme très riche cloué dans un fauteuil roulant et qui semble professer des idées au-dessus de la morale ordinaire, sans parler des origines troubles de sa fortune.

Se souvenant d'une conversation avec Thyrza Grey, Mark Easterbrook a la nette impression que son interlocutrice, lors d'une discussion sur la capacité de tuer quelqu'un à distance, lui a implicitement indiqué que, en cas de nécessité, elle pourrait éventuellement lui rendre service.

Pendant ce temps-là, l'enquête policière sur l'assassinat du père Gorman suit son cours, avec l'apparition du témoignage d'un pharmacien, Zacharias Osborne, qui fait une description détaillée d'un homme aperçu le soir du meurtre, et qui semblait suivre sa future victime. Quelque temps plus tard, Zacharias Osborne, qui a entre-temps pris sa retraite pour venir s'installer dans une petite demeure guère éloignée du Cheval pâle et du village où résident les cousins de Mark Easterbrook, prend à nouveau contact avec la police, car il est certain que le suspect, dans l'assassinat du père Gorman, ne serait autre que Mr Venables. Informé de l'infirmité dont souffre celui-ci, des suites d'une poliomyélite contractée quelques années plus tôt, et qui rend peu probable, en raison de l'atrophie des muscles de ses jambes, l'hypothèse avancée par le pharmacien, celui-ci refuse de démordre et émet la supposition que Mr Venables pourrait feindre son infirmité.

Mark Easterbrook, lorsqu'il constate que son amie de cœur, Hermia Redcliffe, ne partage pas ses craintes sur l'existence d'un vaste réseau de meurtres sur commande, commence à s'éloigner d'elle. Il trouve toutefois plusieurs alliées de poids : son amie la romancière Ariadne Oliver, ainsi que la femme du pasteur, Mrs. Dane Calthrop, femme de tête désireuse de contenir le mal où qu'il puisse se trouver, au-delà de la charge d'âmes dévolue à son mari par ses fonctions sacerdotales. Une jeune fille de la région, Ginger Corrigan, simple homonyme du chirurgien de la police, lui apporte également de l'aide en allant interroger Poppy Stirling et en lui soutirant le nom et l'adresse d'un avocat véreux résidant à Birmingham, M. Bradley, qui confirme à Mark Easterbrook les rumeurs selon lesquelles, moyennant finances, il peut accepter des « paris » sur la probabilité de voir disparaître une personne gênante à une échéance donnée, le tout sans violer la loi.

Mark Easterbrook décide alors, avec l'agrément de l'inspecteur Lejeune et la coopération de Ginger, de se faire passer pour un homme désireux de se débarrasser de son épouse, personnifiée par Ginger, en vue de pouvoir épouser Hermia Redcliffe, qui est partout considérée comme étant quasiment fiancée avec lui. Mark Easterbrook rend à nouveau visite à l'avocat véreux, pour « passer commande » du meurtre de sa prétendue « femme », et est invité à participer à une séance particulière de magie noire au Cheval pâle, où officie Thyrza Grey. Quelque temps plus tard, Ginger tombe effectivement malade et commence à s'affaiblir sérieusement.

Très éprouvé par les craintes qu'il éprouve pour la santé et pour la vie de Ginger, Mark Easterbrook retourne voir Poppy Stirling et celle-ci finit par lui révéler que le Cheval pâle pourrait avoir partie liée avec une organisation, le CRC – pour Customers’ Reactions Classified –, dont faisait partie une de ses amies, Eileen Brandon, qui en a démissionné, mais aussi la défunte Mrs. Davis. On apprend alors que les représentantes du CRC se livraient, de manière très ciblée, à de supposées enquêtes de marché sur des produits de nature diverse (articles de toilette, cosmétiques, petite pharmacie) et que, ultérieurement, un faux plombier, un faux électricien ou tout autre prétendu ouvrier, parvient à accéder sous de faux prétextes au domicile des victimes et à substituer discrètement un produit (de beauté, de petite pharmacie, etc.) empoisonné au vrai produit utilisé de manière régulière par la victime.

C'est alors qu'Ariadne Oliver indique à Mark Easterbrook un élément décisif qu'elle vient de découvrir : une autre des victimes supposées du Cheval pâle, Mary Delafontaine, perdait également ses cheveux durant sa maladie, comme cela était arrivé à Thomasina Tuckerton, mais aussi à Lady Hesketh-Dubbois et, maintenant, à la jeune Ginger. Le doute n'est alors plus permis : l'ensemble de ces assassinats semble être accompagné de symptômes d'empoisonnement au thallium.

L'inspecteur Lejeune décide alors d'organiser une sorte de confrontation avec Mr Venables, à laquelle il convie Mark Easterbrook et le pharmacien retraité Zacharias Osborne. Mais cette rencontre s'avère être un piège pour conduire Zacharias Osborne à reconnaître que, à la grande surprise de Mark Easterbrook, derrière l'organisation pseudo-magique du Cheval pâle, il y a non pas un infirme n'ayant pas toujours respecté la loi – Mr Venables –, mais un cerveau scientifique à la base de l'organisation criminelle dans laquelle il n'apparaissait pas : Zacharias Osborne lui-même, idéalement placé pour se procurer du thallium et préparer des médicaments ou autres préparations empoisonnées, destinées à ses victimes.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Mark Easterbrook, historien spécialiste de l'Empire moghol, narrateur d'un avant-propos et de la plupart des 25 chapitres (seuls les chapitres 2, 3, 8 et 10, et la liste rédigée des personnages, placée en en-tête, ne sont pas écrits de son point de vue)
  • l'inspecteur Lejeune, chargé de l'enquête sur l'assassinat du Père Gorman
  • Ariadne Oliver, auteur de romans policier et amie de Mark Easterbrook
  • Jim Corrigan, chirurgien de la police
  • Ginger Corrigan, jeune fille, sans parenté avec Jim Corrigan, rencontrée par Mark Easterbrook
  • Mr. Venables, homme riche au passé trouble, cloué dans un fauteuil roulant
  • Zachariah Osbourne, pharmacien prenant sa retraite
  • Mr. Bradley, avocat véreux prenant les « paris » pour le Cheval pâle
  • Thyrza Grey, versée dans la magie noire
  • Sybil Stamfordis, medium
  • Bella, cuisinière de Thyrza Grey et sorcière
  • Thomasina Tuckerton, une des victimes du Cheval pâle
  • Poppy Stirling, amie d'une relation de Mark Easterbrook
  • Mrs. Dane Calthrop, épouse du révérend Dane Calthrop
  • Rhoda Despard, cousine de Mark Easterbrook
  • Colonel Despard, époux de Rhoda
  • Mrs. Tuckerton, belle-mère et héritière de Thomasina
  • Mrs. Coppins, propriétaire du meublé où est décédée Mrs. Davis
  • Eileen Brandon, ancienne employée de Customers’ Reactions Classified
  • Hermia Redcliffe, amie de cœur de Mark Easterbrook, supposée être sa « fiancée »
  • David Ardingley, historien, ami de Mark Easterbrook
  • le Père Gorman, prêtre catholique
  • Mrs. Davis, employée de Customers’ Reactions Classified

Commentaires[modifier | modifier le code]

Titre[modifier | modifier le code]

Le titre du roman, est tiré du chapitre 6, verset 8 du dernier livre du Nouveau Testament, l'Apocalypse de Jean : « Je regardai, et voici, parut un cheval d'une couleur pâle. Celui qui le montait se nommait la mort, et le séjour des morts l'accompagnait... »[1] (« And I looked, and behold a pale horse: and his name that sat on him was Death, and Hell followed with him... »)[2]. Le Cheval pâle est le quatrième cheval, portant la Mort, faisant partie des Quatre Cavaliers de l'Apocalypse.

Liens avec d'autres œuvres[modifier | modifier le code]

Ce roman ne met pas en scène l'un des détectives habituels imaginés par Agatha Christie. Toutefois, au moins un personnage récurrent de l'œuvre de la romancière y apparaît, tandis que d'autres personnages, ponctuellement entrevus dans d'autres romans, réapparaissent ici à des titres divers :

  • Ariadne Oliver, double autoparodique d'Agatha Christie, présente aux côtés d'Hercule Poirot dans plusieurs œuvres,
  • le révérend et Mrs. Dane Calthrop, croisés aux côtés de Miss Marple, notamment dans le roman La Plume empoisonnée (1942),
  • le colonel Despard et son épouse Rhoda (cousine de Mark Easterbrrok), tous deux apparus aux côtés d'Hercule Poirot et de Mrs. Oliver dans l'intrigue du roman Cartes sur table (1936), à la suite de laquelle ils se sont mariés.

Ariadne Oliver fait clairement allusion, au cours de la première scène avec Mark Easterbrook, au fait qu'elle a été choquée par une mésaventure récente au cours d'une kermesse de village, pour laquelle elle avait mis au point le scénario d'une course à l'assassin, et durant laquelle la jeune fille jouant le rôle de la victime, Marlene Tucker, avait effectivement été assassinée. Cet épisode a trait au roman Poirot joue le jeu (1956), paru cinq ans après Le Cheval pâle.

On retrouve également une allusion à Mon petit doigt m'a dit (1968), avec l'évocation de la vieille dame aux cheveux blancs, en train de boire un verre de lait, qui interroge un visiteur pour savoir si c'est « [son] pauvre enfant qui est enterré derrière la cheminée ».

Liens avec la réalité[modifier | modifier le code]

Ce roman, dans lequel Agatha Christie décrit les symptômes d'un empoisonnement au thalium, a permit à des lecteurs de sauver plusieurs vies[2] :

  • en 1971, le tueur en série Graham Young (en), qui avait empoisonné plusieurs personnes, est arrêté grâce au livre. Un médecin travaillant avec le Scotland Yard découvre que le supposé virus était en fait un empoisonnement thalium ;
  • en 1975, une femme d'Amérique latine sauve la vie d'une femme victime d'un lent empoisonnement ;
  • en 1977, une infirmière sauve la vie d'un bébé en suggérant qu'il puisse être victime d'un empoisonnement ;

Éditions[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « The Pale Horse » (voir la liste des auteurs)

  1. « Chapitre 6, verset 8 de l'Apocalypse », sur saintebible.com
  2. a et b (en) « The Pale Horse », sur le site officiel d'Agatha Christie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]