Mrs McGinty est morte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mrs McGinty est morte
Auteur Agatha Christie
Genre Roman policier
Version originale
Titre original Mrs McGinty's Dead
Langue originale Anglais
Pays d'origine Royaume-Uni
Date de parution originale 1952
Version française
Traducteur Michel Le Houbie
Éditeur Librairie des Champs-Élysées
Collection Le Masque no 458
Date de parution 1953
Nombre de pages 243 p.
Série Hercule Poirot
Chronologie
Précédent Le Flux et le Reflux Les Indiscrétions d'Hercule Poirot Suivant

Mrs McGinty est morte (Mrs McGinty's Dead dans la version originale) est un roman policier d'Agatha Christie, publié en 1952, mettant en scène le détective belge Hercule Poirot.

Résumé[modifier | modifier le code]

Ayant eu à traiter une affaire criminelle récemment, celui du meurtre d'une femme de ménage (Mme Mc Ginty), le commissaire Spence pensait avoir trouvé le coupable en la personne d'un pauvre diable, James Bentley, qui aurait tué la vieille dame d'un coup à la tête avant de lui voler ses économies qu'elle cachait sous une lame de parquet. Bentley a été déclaré coupable par le jury de la Cour d'assises et condamné à mort. Néanmoins le commissaire est honnête et consciencieux : il ne croit pas Bentley coupable, mais ne saurait dire pourquoi. Il « sent » que la solution Bentley est trop facile et que les services de police ont fait fausse route ; il craint que l'on pende un innocent.

Il vient alors consulter Hercule Poirot, qui goûte une retraite trop tranquille, afin que celui-ci reprenne l'enquête.

Le célèbre détective débute son enquête et apprend que quelques jours avant sa mort, Mme Mac Genty avait acheté un flacon d'encre pour écrire un courrier (elle qui n'en écrivait jamais). De plus, Poirot découvre un article découpé dans un magazine populaire relatant des meurtres et des femmes accusées de meurtres. Ces femmes s'appelaient : Eva Kane, Janice Courtland, Vera Blake, Lily Gamboll.

Mme Mc Genty n'aurait-elle pas découvert que l'une des personnes indiquées dans l'article vivait dans le petit village ? Elle qui est femme de ménage, n'aurait-elle pas reconnu l'épouse de l'un de ses employeurs ?

La vieille dame a été tuée par un objet lourd et contondant, apparemment un hachoir ou un outil dans ce genre. Poirot, au milieu de son enquête, découvrira effectivement l'arme du crime, en l'occurrence un « marteau à sucre », dans la maison des Summerhayes, sans que cette découverte n'amène à des résultats décisifs.

Mais d'ailleurs, quel pourrait être le mobile du meurtre ? Une des femmes citées dans l'article ? Son époux actuel ? Un fils ou une fille d'une des femmes ? Ou alors s'agissait-il d'impliquer seulement James Bentley, dont quelqu'un aurait voulu la condamnation ?

La situation se complique quand Mme Upward est, à son tour, étranglée dans des circonstances horribles à son domicile. Cette fois-ci, le doute n'est plus permis, il y a bien un ou une assassin dangereux dans le village, et Bentley était vraiment innocent. Le problème est qu'avant de mourir, Mme Upward avait invité plusieurs personnes à venir la voir chez elle. Et quelle est la femme blonde qui s'est effectivement rendue chez elle le soir de son décès ?

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

L'enquête a lieu à « Broadhinny », près de « Kilchester » (lieux fictifs).

Enquêteurs[modifier | modifier le code]

Suspects[modifier | modifier le code]

Par ordre d'apparition au cours de l'enquête

  • John (Johnnie) Summerhayes et Maureen Summerhayes, hôteliers de Long Meadows chez qui loge Poirot
  • Bessie Burch, nièce et héritière de Mme Mac Ginty - son mari Joe Burch
  • Maude Williams (cheveux blonds), qui aime en secret James Bentley
  • Mme Sweetiman, la postière du village, et sa fille Edna
  • Dr Andrew Rendell et son épouse Shelagh Rendell (cheveux blonds), employeurs de Mme Mac Ginty
  • Roger Wetherby, son épouse Edith Wetherby et la fille de celle-ci, Deirdre Henderson, employeurs de Mme Mac Ginty
  • Laura Upward et son fils Robin Upward, employeurs de Mme Mac Ginty
  • Guy Carpenter et Eve Carpenter (chevaux blonds), employeurs de Mme Mac Ginty

Éditions[modifier | modifier le code]

  • Mrs McGinty's Dead, Collins, Londres, 1952
  • Mrs McGinty's Dead, Dodd Mead, New York, 1952
  • Blood Will Tell (titre alternatif d'une édition à grande diffusion), Detective Book Club, New York, 1952
  • Mrs Mac Ginty est morte (sic), Paris, Librairie des Champs-Élysées, coll. « Le Masque » no 458, 1953, 243 p., dans une traduction de Michel Le Houbie
  • Mrs McGinty est morte, dans Agatha Christie. 9, Les années 1949-1953, Paris, Librairie des Champs-Élysées, coll. «Les intégrales », 1995, dans une nouvelle traduction de Janine Lévy.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Le film britannique Lady détective entre en scène de 1964 est basé sur l'œuvre d'Agatha Christie en changeant librement l'action et les personnages. Ainsi le rôle d'Hercule Poirot est remplacé par celui de Miss Marple qui est membre d'un jury.

En 2008, une autre adaptation du roman est faite dans le cadre de la série télévisée Hercule Poirot avec David Suchet dans le rôle du détective belge. L'épisode Mrs McGinty est morte constitue le 1er épisode de la 11e saison.

Curiosité[modifier | modifier le code]

En 1953, la première traduction française de ce roman dans la collection Le Masque par Michel Le Houbie modifie le nom contenu dans le titre original : Mrs. McGinty devient Mrs Mac Ginty. En outre, il fait suivre le titre de points de suspension. À la réédition du roman en 1963, dans la collection Le Club des Masques, les points de suspension disparaissent, et Mrs devient mrs. Il faut attendre 1996 et la nouvelle traduction du roman par Janine Lévy pour que le nom original soit rétabli.