Drame en trois actes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Drame en trois actes (homonymie).
Drame en trois actes
Auteur Agatha Christie
Genre Roman policier
Version originale
Titre original Three Act Tragedy [UK]
Murder in Three Acts
[USA]
Éditeur original Dodd, Mead and Company
Langue originale Anglais
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Lieu de parution original New York
Date de parution originale 1934
Version française
Traducteur Louis Postif
Éditeur Librairie des Champs-Élysées
Collection Le Masque no 366
Date de parution 1949
Nombre de pages 255 p.
Série Hercule Poirot
Chronologie
Précédent Le Crime de l'Orient-Express La Mort dans les nuages Suivant

Drame en trois actes (titre original : Three Act Tragedy) est un roman policier d'Agatha Christie publié en 1934 aux États-Unis sous le titre Murder in Three Acts, et mettant en scène le détective belge Hercule Poirot, accompagné de Mr Satterthwaite. Il est publié l'année suivante au Royaume-Uni sous le titre original, et quinze ans plus tard, en 1949, en France.

Résumé[modifier | modifier le code]

Sir Charles Cartwright, célèbre acteur, invite du monde, ce jour-là... Étrange, tout de même, ce décès subit du Révérend Babbington, au moment où il vient de tremper les lèvres dans un cocktail... Rien pourtant ne permet de conclure à un meurtre, d'autant plus que le bon pasteur ne semblait pas avoir un ennemi au monde. Hercule Poirot ne commencera à froncer les sourcils qu'après un deuxième décès, dans des circonstances similaires, lors d'un autre repas : celui d'un médecin, Sir Bartholomew Strange, présent lors du premier dîner. Il faudra une troisième disparition pour que le détective commence à deviner un truquage cyniquement organisé pour détourner l'attention des enquêteurs.

Personnages[modifier | modifier le code]

Élaboration du roman[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

Le roman étant agencé comme une pièce de théâtre, sans être à proprement parler du théâtre (puisqu'il y a prédominance de narration), Agatha Christie s'amusa à le faire précéder d'une page de « crédits » :

  • Mise en scène : Sir Charles Cartwright
  • Assistants : Mr Satterthwaite, Miss Hermione Lytton Gore
  • Costumes : Ambrosine Ltd.
  • Éclairages : Hercule Poirot

De plus, le roman est divisé en trois « actes » comme une vraie pièce de théâtre portant chacun un nom: Acte I : Soupçons, Acte II : Certitude, Acte III : Découverte. Chaque chapitre peut faire penser à une scène car les personnages entrent et sortent comme sur une scène. Ensuite, l'un des principaux suspects est une femme, auteur de pièces de théâtre, et le personnage principal est un ancien comédien qui de temps à autre aime bien se mettre dans la peau de plusieurs rôles : détective, marin, homme au cœur brisé, etc. alors qu'il est à la retraite. Ajoutons que Poirot découvre la vérité en pensant à un mot du vocabulaire du théâtre. Enfin, le dernier chapitre du dernier acte s'intitule « Rideau », l'assassin exécutant une sortie de scène propre au théâtre.

Références à d'autres œuvres[modifier | modifier le code]

Hercule Poirot fait référence à son seul échec professionnel alors qu'il était policier en Belgique. Cette affaire avait été développée quelques années auparavant dans la nouvelle La Boîte de chocolats (1923)[1].

Le très distingué et très aisé Mr Satterthwaite, amateur de duchesses et de mondanités, était auparavant apparu comme compagnon, confident et faire-valoir de Harley Quinn, dans une série de nouvelles qui avaient un léger parfum fantastique. Dans ce roman, il commence à raconter à Sir Charles une histoire qui est la matière de la nouvelle L'Auberge du fou aux clochettes (1925). Il retrouvera Hercule Poirot une deuxième et dernière fois dans la nouvelle Le Miroir du mort (1937)[1].

Références dans d'autres œuvres[modifier | modifier le code]

Des romans ultérieurs font référence à Drame en trois actes. Le colonel Johnson en parle dans Le Noël d'Hercule Poirot (1938), et le détective belge lui-même cite l'affaire à Hastings dans A.B.C. contre Poirot (1936)[1]. Il y raconte comment lui, Poirot, a faillit être tué par un meurtrier plus téméraire qu'audacieux[2].

Éditions[modifier | modifier le code]

Différences entre éditions[modifier | modifier le code]

La première édition américaine de 1934 attribue un mobile différent au meurtrier, sans pour autant que le roman ait besoin d'être réécrit. L'édition britannique de 1935 correspond à l'intrigue de Christie, et est depuis devenue la version standard. Le seul autre roman à avoir vu son intrigue altérée dans la version américaine est Le Couteau sur la nuque (1933).

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Three Act Tragedy », sur le site officiel d'Agatha Christie
  2. Agatha Christie (trad. Louis Postif), A.B.C. contre Poirot, Librairie des Champs-Élysées, chap. 1 (« La Lettre »)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]