Comptabilité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La comptabilité est une discipline pratique, consistant à schématiser, répertorier et enregistrer les données chiffrées permettant de refléter et de qualifier, pour un agent ou une entité, aussi bien l'ampleur de son activité économique que ses conséquences sur l'inventaire de son patrimoine.

Dans le domaine commercial et administratif cette discipline est mise en œuvre par le comptable ou l'agent-comptable, éventuellement assistés d'experts comptables et de logiciels, bureaux ou agences spécialisés.

Dans le domaine de l'évaluation, dans le domaine non-marchand (ex : services écosystémiques), on parle aussi de comptabilité environnementale, voire de comptabilité universelle (dont en France avec Michel Veillard)[1] [2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les traces les plus anciennes de comptabilité datent de la haute-antiquité et notamment de la Mésopotamie ancienne (sur tablette d'argile, papyrus…). Les villes commerçantes italiennes et flamandes jouent un grand rôle dans l'établissement des pratiques occidentales moderne, naissance de la comptabilité en partie double.

La théorie comptable s'est organisée, clarifiée et normée à partir du XIXe siècle, lors de la révolution industrielle, notamment sous l'influence de praticiens tels que Pierre-Antoine Godard-Desmarest [3].

En France, c'est la loi fiscale de 1917 qui a donné une dimension supplémentaire à la comptabilité, dans l'objectif de donner nouveau souffle à l'investissement. Elle autorise un véritable amortissement comptable, permettant de déduire chaque année des bénéfices une fraction des investissements.

Le souverain Hammourabi de Babylone évoque la comptabilité des marchands dans ses lois. Les Incas utilisaient des rubans de couleurs noués pour tenir les comptes ; un nœud par opération, une couleur par produit. Les Romains utilisaient les termes expensa pour les dépenses et accepta pour les recettes. 1494 : le moine italien Luca Pacioli édite à Venise son traité sur la comptabilité en « partie double ». 1581 : en Italie, le collegio des Raxonati est la première société de comptables. 1673 : en France, Jean-Baptiste Colbert impose la tenue de livres comptables. 1807 : code de commerce napoléonien. 1881 : création en France de la société de comptabilité. 1947 : premier plan comptable général en France 1962 : Gilbert Bitsch invente le lettrage conversationnel de qualification des écritures pour son application en comptabilité générale et réalise le premier positionnement des détails du solde des comptes de tiers sur une tabulatrice IBM 421 un outil de mécanographie, puis sur ordinateur IBM 360/40, le 1er janvier 1966. Ce qui a ouvert la comptabilité à l'informatique. 2002 : règlement européen sur l'application des normes comptables internationales aux comptes consolidés des sociétés cotées.

Utilité[modifier | modifier le code]

La comptabilité est le moyen[4] de :

  • connaître le montant et l'origine de « résultats » (économiques notamment) ;
  • aider à vérifier le bien-fondé de décisions prises (à cet égard on peut estimer qu'il s'agit également d'un outil concourant à la gestion, à l'évaluation et à la prévision) ;
  • de suivre au jour le jour le montant de sa caisse (dans le cas d'un commerce, d'une entreprise) ;
  • de connaitre la valeur du patrimoine concerné, son évolution, sa valeur ajoutée, par une comptabilité et l'ampleur de ses engagements vis-à-vis des tiers.

Applications[modifier | modifier le code]

Les applications de la comptabilité sont multiples. Elles ont donné naissance à des domaines et à un vocabulaire très riche, dont :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Veillard (co-auteur de La Comptabilité Universelle, co-animateur du groupe de recherche comptable du Club Développement Durable du Conseil supérieur de l'Ordre des experts comptables (2013) Pour une comptabilité universelle qui prenne en compte les dimensions sociales et environnementales, Conférence donnée pour le Club Économie de la Fonctionnalité et Développement Durable (présentation)
  2. Jacques de Saint-Front, Pauline de Saint-Front, Gérard Schoun, Michel Veillard (2012), Manifeste pour une comptabilité universelle ; Un autre regard / Paris School of Business ; juin 2012 ; ISBN 978-2-296-99183-5 ; 132 p
  3. Nikitin, M. (1992), La naissance de la comptabilité industrielle en France ; thèse d’État, soutenue à l'université de Paris, PDF, 541 pages, en ligne avec Tel.archives-ouvertes.fr
  4. « Initiation à la gestion », par J. Lochard, ICG 1973.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Archambault, Édith (2003) Comptabilité nationale , Lavoisier 09-2003 ; 56 p
  • (fr) Colasse B. (2005); Comptabilité générale, Ed : Economica ; ISBN 2-7178-5007-4 (résumé)
  • (fr) Colasse B (2000), Encyclopédie de comptabilité, contrôle de gestion et audit, éd : Economica,
  • (fr) de Saint-Front, Jacques., de Saint-Front, Pauline., Schoun Gérard , Veillard Michel (2012), Manifeste pour une compatibilité universelle ; Un autre regard / Paris School of Business ; ; juin 2012 ; ISBN 978-2-296-99183-5 ; 132 p
  • (fr) Nikitin, M. (1992), La naissance de la comptabilité industrielle en France ; thèse d’État, soutenue à l'université de Paris, PDF, 541 pages, en ligne avec Tel.archives-ouvertes.fr
  • (fr) R. de R. (1937) Aux origines d'une technique intellectuelle. La formation et l'expansion de la comptabilité à partie double ; Annales d'histoire économique et sociale ; t. 9, no 45 (1937-05-31), p. 270-298 (résumé avec JSTOR)