Galatie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Galatie (homonymie).
La province romaine de Galatie vers 120

La Galatie est une région historique d'Anatolie (autour de l'actuelle Ankara), dont le nom vient de Gaulois (en grec Galates), peuple celte qui, dans l'Antiquité, après 279 avant Jésus-Christ y a migré.

Géographiquement, elle est délimitée par le royaume du Pont et la Paphlagonie au nord, la Cappadoce à l'est, le royaume de Pergame au sud et la Bithynie à l'ouest.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mouvements des groupes celtes de la Grande expédition

Voyant les Galates comme des sauvages hellénisés, Francis Bacon et d'autres écrivains de la Renaissance les appelaient « Gallo-Graeci », des « Gaulois installés chez les Grecs » et leur pays, « Gallo-Grecia », comme l'avait fait au IIIe siècle l'historien latin Justin[1]. Le terme le plus courant dans l'Antiquité est Ἑλληνογαλάται (Hellēnogalátai) dans la Bibliotheca historica de Diodore de Sicile, v.32.5, dans un passage : «... et ont été appelés gallo-Graeci raison de leur lien avec les Grecs », identifiant ainsi la Galatie à l'Est grec par opposition à la Gaule à l'Ouest[2].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Les Galates d'Asie mineure faisaient partie à l'origine de la troisième vague de la grande migration celtique qui a envahi la Macédoine, lors de la Grande expédition dirigée par Brennos durant l'année 279 avant J.-C. [3] Une partie de l’armée emmenée par Léonor et Lutor ayant pénétré en Thrace, prend la direction de la mer Noire sous le commandement de Commontor. Ce groupe fonde en -277, aux portes de Byzance, le Royaume de Tylis qui sera conquis par les Thraces vers -212. Un dernier groupe, le plus important, passe au service de Nicomède Ier, roi de Bithynie, qui l'installe en Anatolie : ce sont les Galates (« à la peau laiteuse » en grec) qui y fondent la Galatie.

Le Galate mourant, copie romaine d'une sculpture grecque d'un soldat galatien, commandée entre 230 et 220 av. J.-C. par Attale Ier de Pergame pour commémorer sa victoire sur les Galates

Après avoir été défaits par Attale Ier de Pergame, en 232 av. J.-C., les Galates se regroupèrent en trois tribus principales : les Trocmes, les Tolistoboges et les Tectosages) autour de Tavium, Pessinonte et Ancyre.

La Galatie fut conquise par Rome en 189 av. J.-C. lors de la guerre galatienne.

À la mort d'Amyntas, en 25 av. J.-C., elle devint province romaine. Il s'agissait d'une province impériale proprétorienne car administrée par un propréteur. Sa métropole était Ancyre (actuelle Ankara).

Sous la tétrarchie, elle fut partagée en deux provinces : la Galitie et la Galatie salutaire (Galatia salutaris), qui relevèrent du diocèse pontique (diocesis Pontica) dont le vicaire résidait à Nicomédie (actuelle Izmit).

Selon le Synekdèmos de Hiéroklès, la Galatie était divisée en trois provinces :

  • la Paphlagonie, comprenant Pagra ou Gangra, Pompeiopolis, Sora, Amastrium, Junopolis et Dadybra ;
  • la Galatie première, comprenant Ancyre (métropole), Tabia, Aspona, Cinna, Reganalia, Regemnesus et Héliopolis ;
  • la Galatie salutaire, comprenait Pessinonte, Maurecium, Pitinesus, Acorium, Claneus, Regnetnocade ou Regnetnoanade, Eudoxias, Myracion et Germia.

Elle a été évangélisée dès les débuts de l'ère chrétienne. Dans la seconde moitié du IVe siècle, sous l'impulsion de Basile le Grand, de nombreux ermitages orthodoxes s'implantent en Galatie, en réponse à l'arianisme qui est alors en plein essor et qui a les faveurs de l'empereur Valens : basiliques et oratoires se multiplient.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

À l'époque byzantine, la Galatie a fait partie du thème des Bucellaires (grec moderne : θέμα Βουκελλάριôν, Thema Boukellariôn ou « Thème des vachers »).

À la suite de la bataille de Manzikert, en 1071, la Galatie est conquise par les Turcs seldjoukides, menés par Alp Arslan, qui vainc l'empereur byzantin Romain IV Diogène. Deux sultanats turcs, celui des Danichmendides établis à Sébastée et celui des Seldjoukides établis à Iconium, se mettent en place. Les Seldjoukides se heurtent cependant aux Croisés qui, à partir de 1099, ravagent le pays, pillant sans distinction chrétiens et musulmans.

En 1299, Osman Gazi, un bey vassal du sultan seldjoukide, lui ravit le pouvoir et se fait proclamer sultan sous le nom d'Osman Ier, fondant ainsi la dynastie ottomane. Cette dernière s'empare progressivement des autres beylicats issus de la fragmentation des Seldjoukides. La Galatie est une des principales régions d'installation des Turcs en Anatolie, et la population autochtone aussi devient turque et musulmane au fil des conversions (entre autres, pour ne plus payer le haraç : impôt sur les non-musulmans, et pour ne plus subir le devchirmé : enlèvement des jeunes garçons pour en faire des soldats musulmans dans le corps des janissaires). Mosquées et caravansérails se multiplient dans le pays.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Sous l'Empire ottoman, l'ancienne Galatie, dont le nom n'est plus usité, est intégrée à l'eyalet d'Anadolu, puis au vilayet d'Ankara. Actuellement, elle est partagée entre les provinces turques modernes d'Ankara, Amasya, Çankiri, Çorum, Kirikkale, et partiellemnent Bolu, Karabük et Kastamonu.

Souverains de Galatie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Justin, Epitome of Pompeius Trogus, 25.2 and 26.2; the related subject of copulative compounds, where both are of equal weight, is exhaustively treated in Anna Granville Hatcher, Modern English Word-Formation and Neo-Latin: A Study of the Origins of English (Baltimore: Johns Hopkins University), 1951.
  2. On trouve des remarques sur cette distinction dans : William M. Ramsay (revised by Mark W. Wilson), Historical Commentary on Galatians 1997:302; Ramsay notes the 4th century AD Paphlagonian Thémistios' usage Γαλατίᾳ τῇ Ἑλληνίδι.
  3. Ellada, istoria kai politismos tome 4, page 168, éditions Pankosmia synchroni paidia Mallieris, Athènes 1982 (en grec).

Articles connexes[modifier | modifier le code]