Galate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la langue galate. Pour le peuple galate, voir Galates. Pour les autres significations, voir Galates (homonymie).
Galate
Période IIIe siècle av. J.-C. au IVe siècle
Région Galatie et Asie Mineure
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 xga
IETF xga

Le galate est une langue celtique continentale hypothétique qui était parlée autrefois en Galatie en Asie Mineure (Turquie actuelle) du IIIe siècle av. J.-C. au IVe siècle.

Historique[modifier | modifier le code]

Les Galates font partie des peuples celtes, originaires d'Europe centrale, qui ont migré vers les Balkans puis traversé la Macédoine et gagné la Grèce. De là une partie d'entre eux, commandée par Lutérios et Léonorios, franchit l’Hellespont et arrive en Asie Mineure vers 278 av J.-C. à l’invitation du roi Nicomède Ier pour combattre Antiochos Ier, roi séleucide. Battus par ce dernier vers 275/274 av J.-C. les Galates s'installent sur les hauts plateaux anatoliens, à l'est de la Phrygie, région qui prend alors le nom de Galatie (capitale Ancyre, actuelle Ankara).

La langue galate[modifier | modifier le code]

Le galate est une langue celtique continentale contemporaine du (voire un dialecte) gaulois. De cette langue, seules quelques gloses nous sont connues ainsi que quelques brefs commentaires chez les écrivains classiques et des noms sur des inscriptions. Cela représente un total d'environ 120 mots, principalement des noms de personne se terminant par -riks (cf le Gaulois -rix/-reix, le vieil irlandais righ, l'irlandais , le latin rex) « roi », et quelques-uns se terminant par -marus, datif -mari (cf. le gaulois -maros, le viel irlandais már / mór, l'irlandais mór, le gallois mawr et le breton meur) « grand ». On dispose également de quelques noms de peuplades tels que Ambitouti (vieil irlandais imm-/umm- « environs » et tuath « tribu »).

Un terme lexical drunemeton (cf. gaulois nemeton « sanctuaire », vieil irlandais neimed « endroit sacré ») pourrait se traduire « sanctuaire de l'arbre » (l'Arbre du monde) selon X. Delamarre[1]. Une autre interprétation en fait un sanctuaire druidique[2], sachant que le premier élément est le même que dans le mot gaulois "druid-" (dru-wid-) « druide ».

Saint Jérôme a mentionné le fait que « les Galates parlent la même langue que les Trévires »[3].

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. X. Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Errance, 2003.
  2. Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux, Les Druides pages 226, 383 et 408, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1986, (ISBN 2-85882-920-9)
  3. Commentarii in Epistolam ad Galatos, II:3.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Philip Freeman, The Galatian Language: A Comprehensive Survey of the Language of the Ancient Celts in Greco-Roman Asia Minor, Lewiston, New York, Mellen Press, 2001, (ISBN 0-7734-7480-3),
  • (de) L. Weisgerber, Galatische Sprachreste In Natalicium Johannes Geffcken zum 70. Geburtstag 2. Mai 1931 gewidmet von Freunden, Kollegen und Schülern, 151–75. Heidelberg, Carl Winter

Liens externes[modifier | modifier le code]