Dragon (voilier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dragon.
Dragon
Image illustrative de l'article Dragon (voilier)
logo de la classe
Symbole de classe
Symbole de classe

Équipage 3
Gréement Sloop
Débuts 1929
Longueur hors-tout 8,90 m
Maître-bau 1,95 m
Tirant d'eau 1,2 m
Voilure Grand-voile 16 m², génois 11,7 m², spi 23,6 m²
Déplacement 1,7 t dont 1 t de lest
Architecte Johan Anker

Le Dragon est un type de voilier, à gréement de sloop et à quille qui a été série olympique et conserve encore un grand nombre de passionnés ; il est souvent surnommé le voilier des rois ou le roi des voiliers. Il est comparable au Requin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Dragon est dessiné par l'architecte naval norvégien Johan Anker en 1929. C'est un bateau de qualité, à la carène fine et au pont dégagé, il est taillé pour une utilisation sportive à au moins 3 équipiers. Construit en bois, il n'est pas bon marché et a une image bateau de prédilection des aristocrates. De 1948 à 1972, il devient série olympique, ce qui augmente encore son prestige. C'est un bateau qui conserve son fan club, une régate organisée en octobre 2004 à Saint-Tropez pour le 75e anniversaire de la série a réuni 260 Dragon. De nos jours, le Dragon est produit avec une coque en plastique et 3000 exemplaires naviguent à travers le monde.

Il se fabrique actuellement 40 à 50 Dragon par an (principalement dans 4 chantiers), ce qui pour une série qui a près de 80 ans est remarquable et beaucoup de séries plus récentes aimeraient atteindre ce chiffre.

La classe des Dragon est très certainement une des séries les plus actives et dynamiques au monde et, en quillards de sport, elle fait largement la course en tête. Ainsi au dernier Championnat de France, 62 Dragon étaient présents. De même, la France a organisé trois épreuves différentes avec à chaque fois plus de 100 Dragon au départ.

Pour éviter la course à l'armement, mylar, kevlar et carbone sont des matériaux interdits. Ainsi, lorsqu'un chantier sort un modèle légèrement plus rapide, immédiatement la jauge s'adapte pour permettre aux anciens bateaux de se remettre à niveau, tout en respectant une stricte monotypie.

Le Dragon est un voilier très technique et très complexe. Relativement peu toilé pour son poids, il ne faut jamais l'arrêter. Pour cela, le barreur doit être extrêmement attentif et concentré et ses équipiers disposent de plus de 32 taquets, soit plus de 32 points à contrôler et à régler en permanence.

Extrêmement marin, il n'est pas rare de voir naviguer des Dragon par plus de 28 nœuds de vent.

Le Dragon en France[modifier | modifier le code]

Dragons en régate à Douarnenez

L'Association Française des Dragon fut constituée en 1949, peu de temps après les JO de Torquay. Actuellement plus de cent Dragon sont adhérents à l'Association Les principales flottes se situent à La Baule, Douarnenez, Cannes, Deauville, Arcachon et une nouvelle flotte à La Grande Motte. La preuve du dynamisme de cette Classe est le nombre de Dragon au départ des régates : sur les 10 principales manifestations, pas une seule ne rassemble moins de 30 bateaux.

Palmarès olympique[modifier | modifier le code]

Olympiade Nation Équipage médaille d'or
Londres 1948 Drapeau de la Norvège Norvège Thor Thorvaldsen, Sigve Lie, Haakon Barfod
Helsinki 1952 Drapeau de la Norvège Norvège Thor Thorvaldsen, Sigve Lie, Haakon Barfod
Melbourne 1956 Drapeau de la Suède Suède Folke Bohlin, Bengt Palmquist, Leif Wikström
Rome 1960 Drapeau de la Grèce Grèce Constantin II de Grèce, Odysseus Eskidioglou, Georgios Zaimis
Tokyo 1964 Drapeau du Danemark Danemark Ole Berntsen, Christian von Bülow, Ole Poulsen
Mexico 1968 Drapeau des États-Unis États-Unis George Friedrichs, Barton Jahncke, Gerald Schreck
Munich 1972 Drapeau de l'Australie Australie John Cuneo, Thomas Anderson, John Shaw

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :