Jonque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jonque
Image illustrative de l'article Jonque
Jonque à deux voiles au Viêt Nam.
Généralités
Type Voilier
Époque IIe au XXe siècle
Lieux Asie
Caractéristiques courantes
Propulsion Voile (jonque)
Jonque japonaise, ca. 1860
Photographie Ueno Hikoma

Une jonque est un bateau traditionnel d'Asie, à coque compartimentée et à voiles aux « trois quarts » entièrement lattées « flottantes » et à amure glissante ou réversible.

Par extension, jonque désigne le gréement typique de ces voiliers.

Étymologie[modifier | modifier le code]

On trouve à la fin du XVIe siècle les graphies ioncque, iuncque, et ionco, respectivement dans des traductions de textes italien, espagnol et néerlandais. Les trois mentions dérivent du portugais jonco attesté au XIVe siècle, qui dérive lui-même du malais djong[1].

Il n'y a donc pas de lien avec l'anglais où l'équivalent junk est homographe et homophone d'un adjectif dépréciatif.

En chinois, les appellations qui auraient pu être à l'origine du terme sont très peu employées[2]. Inversement les statistiques des Douanes impériales chinoises utilisent environ un millier de termes pour désigner les différents types de jonques de mer et de rivières[3].

Typologie[modifier | modifier le code]

La typologie des jonques est difficile et les ouvrages scientifiques sur le sujet toujours partiels[3]. En fait le sujet recouvre potentiellement l'ensemble des embarcations d'Asie.

Comme pour les bateaux occidentaux, cette typologie peut être fondée sur différents critères :

  • Origine historique (les dérivés de la pirogue cousue, et ceux du radeau),
  • Géographie (lieu d'usage),
  • Type fonctionnel (utilisation : habitation, transport de marchandises, de passagers, surveillance et assistance, guerre, pêche, plaisance).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Gréement et voiles[modifier | modifier le code]

Un gréement de jonque est composé d'une ou plusieurs voiles entièrement lattées et « compensées ».

Compensée, car la voile est à côté du mât et dépasse légèrement en avant de celui-ci. C'est comme un gouvernail compensé avec une partie en avant de son axe. Ce qui distingue le gréement de jonque des gréements occidentaux est l'utilisation de lattes relativement lourdes sur toute la longueur de la toile, la divisant ainsi en panneaux. Ces lattes (généralement en bambous), qui sont tenues au mât, raidissent la voile, tiennent sa forme et encaissent les efforts sur la voile. Chaque latte a sa propre écoute. L'orientation de la voile est maintenue par un réseau d'écoutes relié à une écoute principale.

Avec tous ces renforts, la toile n'est jamais lourdement sollicitée, en faisant une voile très fiable et durable.

Structure et coque[modifier | modifier le code]

Gouvernails[modifier | modifier le code]

« Le gouvernail est, comme la quille, percé de trous en losange, et son safran passe dans une entaille qui sépare l'arrière en deux, en laissant entrer l'eau dans une chambre calfatée d'où elle ne peut se répandre dans l'intérieur du navire ; sa fusée longue et ronde tourne dans deux étambrais et dépasse, de beaucoup, le navire ; aussi le gouvernail peut il se rentrer lorsqu'on est au mouillage, à l'aide d'un guindeau qui le soulève. »[4]

Dérives[modifier | modifier le code]

Cloisons étanches[modifier | modifier le code]

La « technique des cloisons étanches » des jonques chinoises a été inscrite en 2010 par l'UNESCO sur la liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.cnrtl.fr/etymologie/jonque
  2. Par exemple 戎克, qui aurait été inventé pour correspondre phonétiquement au mot anglais junk
  3. a et b Jonques : une collection du musée d'ethnographie de l'université Bordeaux-Segalen
  4. Edmond Pâris et Pierre de Bonnefoux, Dictionnaire de la marine à voile [détail des éditions]
  5. UNESCO, « La technique des cloisons étanches des jonques chinoises »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]