Liste des types de navires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cette liste donne une présentation rapide et illustrée de différents types de navires ; pour une liste plus complète, se reporter à la liste alphabétique des types de bateaux ; pour l'article encyclopédique, consulter Bateau.

Navires historiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des bateaux.
Nom Description Illustration
Pirogues Les pirogues sont les embarcations les plus anciennes connues, sous la forme de radeaux monoxyles ; elles ont ensuite évolué pour recevoir des voiles, un balancier, ou divers emménagements comme pour les pinasses. Pirogue pour deux personnes au Mali
Bateaux de l'Égypte antique Les Égyptiens maitrisaient déjà la construction de voiliers, à l'origine construits en papyrus pour les plus petits et en cèdre (polyxyle) pour les plus grands. La barque solaire reste le plus ancien bateau entièrement retrouvé. Voyage vers Abydos - Tombeau de Menna
Galères Ces navires militaires à voiles et à rames étaient mûs par des galériens aux bancs d'aviron. Elles ont été utilisées pendant l'Antiquité greco-romaine (les trières, les plus efficaces, ayant succédé aux pentécontères, et précédant les quinquérèmes) ; elles ont reparu sous la forme de dromons dans l'empire byzantin ou de galéasses à l'époque classique (après 1300). Une trière grecque
Bateaux viking Construits avec des coques à clin et disposant d'une voile carrée unique, leur technologie rudimentaire n'a pas empêché de grandes conquêtes et explorations. Les knørr étaient les plus grands navires marchands et les dreki les navires de guerre, avec ses figures de proue et de poupe. Schéma de profil d'un langskip
Jonques Existant dès le IIIe millénaire avant J.-C., les jonques sont les bateaux utilisés en Chine, dotés de coques compartimentées et de voiles lattées. Certaines jonques atteignaient des proportions gigantesques au XVe siècle, et bénéficiaient des avancées technologiques en Asie, notamment le gouvernail et la boussole. Jonque du XIIIe siècle
Caraques Les cogues du XIVe siècle puis les caraques et les caravelles du XVe siècle sont munis de tours puis de superstructures leur permettant d'affronter la haute mer, de même que leur gréement à plusieurs mâts ; l'artillerie et les sabords renforcent leur rôle militaire. Elles sont remplacées par les galions et les flûtes. Gréement de caraque
Atakebunes L'Atakebune' était le plus grand des types de navires construits au Japon aux XVIe siècle et XVIIe siècle ; préfigurant le navire de ligne voire le cuirassé européen, ils étaient propulsés à la rame et dotés de canons, devenant de fait de véritables « forteresses flottantes ». Atakebune du XVIe siècle
Galions Cette évolution de la caraque possède 3 à 5 mâts, avec une coque plus fine et plus stable à la fois. Très coûteux, ils étaient surtout utilisés pour le commerce. Ils ont été utilisés du XVIe au XVIIIe siècle avant d'être supplantés par les clippers pour le commerce et les navires de lignes pour la guerre. Réplique d'un galion
Gabares Ces trois-mâts étaient destinés au transport de marchandises au XVIIIe et XIXe siècle, mais ont également été utilisés pour l'exploration scientifique en raison de leurs excellentes capacités marines. Notre-Dame de Rumengol
Navires de ligne Les navires de ligne sont une évolution directe du galion, conçus pour opérer suivant une ligne de bataille. Entièrement destinés à la guerre, ils disposent d'une grande puissance de feu et donnent naissance au Man'o'war britannique et au vaisseau de 74 canons. Marquant l'apogée de la marine à voiles, ils évolueront en bâtiment de ligne (cuirassés et croiseurs de bataille) Le Bucentaure et le 'HMS Temeraire à Trafalgar
Clippers Les clippers étaient des trois-mâts très rapides, utilisés pour le commerce à l'apogée de la marine à voile. Leurs coques fines et leur grande manœuvrabilité leur ont conféré une grande supériorité, qui ne s'est éteinte qu'avec l'arrivée des grands voiliers en fer puis de la vapeur, prélude aux navires de commerce modernes. Le Cutty Sark en cale sèche à Greenwich

Navires actuels[modifier | modifier le code]

Navires de commerce[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Navire de commerce.

Navires cargo[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Navire cargo.
Nom Description Illustration
Cargos polyvalents Les plus basiques des navires cargos, ils peuvent transporter de tout, et en particulier des marchandises emballées conventionnellement (sacs, ballots, caisses…) ; ils sont souvent utilisés au cabotage. Le Pavel Korchagin à Brest
Chimiquiers Pouvant transporter une grande variété de produits, ils disposent de nombreuses citernes et de tuyautages séparés, ainsi que de systèmes de chauffage. Ils sont soumis à des normes de sécurité drastiques.
Voir aussi Asphaltier, Phosphoriquier, Soufrier.
Le Fiona Swan à Lorient
Gaziers Répartis entre méthaniers et butaniers, ils transportent du gaz naturel ou du gaz de pétrole liquéfié, à très basse température ; ils représentent le summum de la haute technologie sur mer. Le méthanier LNG Rivers à Brest.
Navires citernes Navires transportant des produits liquides dans des citernes ; on trouve les huiliers, pinardiers, bitumiers… selon le type de produit transporté. Le Keilir
Navires frigorifiques Petits, élégants et rapides, souvent peints en blanc, ils transportent des denrées périssables : bananes, agrumes, viande, poisson… à basse température. Le Salica Frigo
Pétroliers Navires citernes transportant du pétrole ; les transporteurs de pétrole brut sont les plus grands, dépassant 100 000 tonnes et atteignant de grandes proportions ; les transporteurs de produits raffinés sont plus petits.
Voir aussi : Bitumier, FPSO, FSO.
Le supertanker AbQaiQ
Porte-conteneurs Navires transportant exclusivement des conteneurs ; apparus récemment, ils prennent maintenant une place importante dans les ports de commerce, et font partie intégrante du commerce mondial. Puissants et rapides. Le Nedlloyd Barentsz près de Hambourg
Rouliers Ils embarquent des marchandises roulantes : camions, remorques, voitures… grâce à une rampe et de grands espaces de garage. Selon les lignes, ils peuvent aussi transporter des passagers.
Voir aussi : Transporteur de véhicules.
Le Tychy, roulier polonais
Vraquiers « Chevaux de trait » des mers, ils transportent de marchandises solides en vrac comme des granulats, des céréales, du charbon, etc. Ils forment 33 % du tonnage de commerce mondial.
Voir aussi : BIBO, Charbonnier, Cimentier, Céréalier, Grumier, Minéralier, Phosphatier.
Le Maciej Rataj, vraquier Handymax

Navires à passagers[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Navire à passagers.
Nom Description Illustration
Bacs Bateaux à fond plat utilisés pour traverser les cours d'eau, un estuaire ou un bras de mer, là où un pont n'est pas possible ou économique ; certains sont amphidromes, ou transportent des véhicules. Le MF Bastø III norvégien
Bateaux-omnibus Les bateaux-omnibus (appelés à Paris bateaux-mouche) sont utilisés dans les grandes villes fluviales comme attraction touristique et moyen de découvrir la ville. Bateau-omnibus sur la Seine à Paris
Ferrys Servant à traverser des mers ou estuaires, ils transportent souvent des voitures et camions en plus des passagers. Le Amorella en Suède
Liners Les liners ou paquebots assuraient le transport de voyageurs pour de longs voyages, et notamment pour la traversée de l'Atlantique. Maintenant remplacés par les avions pour les voyages et les navires de croisière, seuls deux transatlantiques sont encore en service, le Queen Mary 2 et le Queen Elizabeth 2. Le Queen Mary 2
Navires à grande vitesse Ces ferrys à haute vitesse peuvent être des monocoques à coque fine ou des catamarans. En service sur les lignes très fréquentées ou rentables, ils utilisent des hydrojets pour la propulsion. Le Hanse Jet à Helgoland
Navires de croisière Ces hôtels flottants proposent des croisières de une ou plusieurs semaine(s), souvent vers les Caraïbes ou autres destinations réputées « exotiques ». Les plus grands transportent plus de 4000 passagers. Le AIDA Cara partant de Helsinki
Navire de plaisance à utilisation commerciale Ces navires sont conçus pour la plaisance mais pratiquant une activité commerciale de transport de passagers au temps, ou au voyage, ou encore par une billetterie de passage. Ces yachts sont limité a un nombre de 12 passagers transportés (en plus des membres d'équipage) dans toutes les zones océaniques et à 30 personnes en tout dans les voiliers navigant exclusivement dans les eaux nationales de France. Transport de passagers dans un bateaux de plaisance.

Navires de services spécialisés[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Navire de services.
Nom Description Illustration
Brise-glaces Ils ouvrent des passages dans la glace, pour dégager des ports ou laisser passer d'autres navires derrière eux. Ils possèdent une coque renforcée, une étrave spécialement conçue et de puissants moteurs. Certains peuvent aussi embarquer des marchandises ou remorquer des navires. Le brise-glace russe Yamal à propulsion nucléaire
Câbliers Ils sont spécialisés dans la pose, le relevage et la maintenance des câbles de communication sous-marins. Ils disposent de puissants treuils et de tambours de stockage. Le câblier Île de Bréhat à Brest
Dragues Elles extraient les matériaux du fond afin de maintenir une profondeur minimum dans les chenaux d'accès, ports et estuaires, ou pour créer des remblais artificiels. Selon les méthodes et la nature du fond, les dragues peuvent découper, aspirer ou ramasser les matériaux. On trouve des dragues à disque désagrégateur, à godets ou à élinde traînante. Drague à élinde traînante Cap Croisette à Port-la-Nouvelle.
Heavy-lifts Ils servent à transporter des charges lourdes ou encombrantes comme des plates-formes pétrolières, d'autres navires, des grues, des éoliennes, etc. Les semi-submersibles ont de plus la possibilité de s'immerger afin de se placer sous leur cargaison. Le Swan transportant des sections de pont.
Navires de ravitaillement offshore Utilisés pour servir les plates-formes pétrolières au large, ils servent d'une part à ravitailler ces plates-formes (nourriture, équipement), d'autre part à les remorquer et à déplacer leurs ancres (cas des AHTS). Le Husky, AHTS norvégien
Navires océanographiques Ils sont utilisés pour la recherche scientifique en mer, et sont donc dotés de nombreux équipements de mesure pour les chercheurs embarqués. Spécialisés dans l'océanographie mais aussi dans la recherche sismique, ils sont fréquemment employés par l'industrie pétrolière. Ancienne frégate météorologique France I

Navires de services[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Navire de services.
Nom Description Illustration
Baliseurs Chargés de la pose et l'entretien des balises (et autres signaux de navigation), ils peuvent aussi être chargés d'autres rôles comme la lutte anti-pollution. Ils se reconnaissent à leur grue unique et à leur pont dégagé facilitant la mise à l'eau. Le Roi Gradlon, ancien baliseur français
Bateaux de lamanage Ces petites embarcations sont utilisées pour porter les amarres d'un navire à terre pendant un amarrage à quai. Ils disposent parfois d'une cabine. Deux bateaux de lamanage de Rotterdam
Bateaux de sauvetage Ils sont utilisés pour porter secours aux naufragés ou personnes en difficulté près des côtes, même par mauvais temps : de construction robuste et rapides, beaucoup sont même auto-redressables. Canot de sauvetage britannique de la RNLI, basé à Poole
Bateaux-phares Ces bateaux servaient de marques de balisage là où l'édification d'un phare était dangereuse et difficile, comme près de bancs de sable. Généralement non propulsés, ils disposent d'ancres solides et sont surmontés d'un feu. Leur usage est devenu plus restreint avec la navigation moderne. Bateau-feu allemand Elbe 1
Bateaux-pompe Ils servent à lutter contre les incendies grâce à de puissantes pompes ; en opération dans les ports et parfois près de terminaux pétroliers, il s'agit souvent de remorqueurs. le plus puissant bateau pompe d'Europe est le "Louis Collet" du Bataillon de marins pompiers de Marseille. Bateau-pompe du port de Rotterdam
Bateaux pilotes Aussi appelés pilotines, ils transportent les pilotes jusqu'aux navires arrivant dans un port afin de les guider. Ils sont petits et rapides, souvent propulsés par hydrojets. bateau-pilote du port du Havre
Embarcations de sauvetage Il s'agit des bateaux permettant l'abandon de grands navires et en particulier des navires à passagers, en cas de catastrophe. Les plus simples sont simplement des radeaux de sauvetage tandis que l'on trouve des embarcations à chute libre sur les cargos. Suite d'embarcations de sauvetage sur le ferry Scandinavia.
Remorqueurs Bateaux relativement petits mais très puissants, ils peuvent tirer et pousser d'autres navires, en général pour les opérations portuaires, mais aussi pour le remorquage en haute mer, le sauvetage ou l'escorte de pétroliers. Leur forme ronde, leurs protections et leur espace de pont arrière dégagé pour passer la remorque les distinguent facilement. Le De Da chinois, un des remorqueurs les plus puissants au monde

Navires de guerre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Navire de guerre.
Nom Description Illustration
Aéroglisseurs Utilisé comme navire de débarquement à coussin d'air. son mode de propulsion permet une réduction du temps de transition entre les navires et la plage, ainsi que son déploiement sur plus de 70 % des côtes du globe Aéroglisseur de débarquement de la force maritime d'auto-défense du Japon
Bâtiments de débarquement Ces bâtiments servent à débarquer sur un rivage ne possédant pas de port accessible. Ils peuvent contenir des unités terrestres, mises à terre par des chalands de débarquement. Plusieurs types de bâtiments de débarquement peuvent se voir réunis dans un groupe amphibie. Le BPC Mistral français, bâtiment d'assaut amphibie
Chasseurs de mines Ils servent à détruire les mines dans un champ de mines, en les détectant au sonar et en les faisant exploser (ou en les désactivant) avec un robot sous-marin. Comme les dragueurs de mines qu'ils remplacent progressivement, leur coque est conçue pour résister aux chocs et être difficilement détectable. Le HMS Bangor britannique
Corvettes D'un tonnage intermédiaire (entre les avisos et les frégates), les corvettes sont conçues pour la protection de quelques navires ou la défense côtière. Elles sont utilisées principalement par de petites nations, pour des espaces restreints. Elles peuvent parfois embarquer un hélicoptère, et certaines sont furtives. Le SAS Mendi sud-africain, corvette furtive
Croiseurs Il s'agit des plus grands navires de combat, après les porte-aéronefs. Puissants et multifonctions, ils sont maintenant spécialisés dans la lutte anti-aérienne (croiseurs AEGIS) ou remplacés par les destroyers. Le USS Vicksburg
Cuirassés Navires principaux des groupes de combat entre les deux guerres mondiales, leur utilisation a décliné avec la croissance de la menace sous-marine et aérienne. Avec les croiseurs de bataille, ils étaient des navires de ligne. Le USS Iowa tire une salve
Destroyers Les destroyers ont pour rôle la protection d'une flotte et la destruction de menaces navales ennemies, et peuvent aussi passer à l'attaque contre des bâtiments ennemis. Avec le déclin des croiseurs, leur tonnage et leur autonomie s'est vue accrue.
Voir aussi : Escorteur
Le HMS Southampton britannique
Dragueurs de mines Ils interviennent sur les champs de mines avec une drague qui cisaille les orins des mines et les fait exploser ou avec des dragues magnétiques ou acoustiques pour détruire les mines à influences. Ils sont construits avec des matériaux non ferreux pour réduire la signature magnétique et sont particulièrement résistants aux chocs. Les chasseurs de mines ont peu à peu remplacé les dragueurs de mines. Le Fische allemand des années 1970
Frégates Éléments de base des marines modernes, les frégates protègent les autres navires de guerre et marchands des menaces sous-marines ou aériennes. Certaines frégates récentes sont furtives.
Voir aussi : Aviso, Aviso colonial
La frégate américaine USS Bronstein
Navires collecteurs de renseignements Ces bâtiments collectent des signaux afin d'aider les services de renseignement et d'intercepter les communications ennemies. Ils peuvent intercepter les ondes radio (COMINT), radar (ELINT) ou les deux (SIGINT) Le Dupuy de Lôme français
Patrouilleurs Bâtiments de faible tonnage aussi appelés « vedettes », ils assurent la protection des côtes contre les navires ainsi que des missions de police, quand ils sont utilisés par les garde-côtes. PT Boat americaine 1943
Porte-avions Véritables bases aériennes flottantes, ils sont les navires principaux des groupes de combats des grandes marines, alliant une grande puissance à une longue portée. Ils ont aussi besoin de nombreux navires de soutien et de protection. Le USS Eisenhower
Porte-hélicoptères De dimensions plus réduites que les porte-avions, ils ne transportent que des hélicoptères. Ils ont été utilisés par les marines de moyenne importance, mais sont souvent remplacés par des bâtiments de débarquement.
Voir aussi : Porte-aéronefs
La Jeanne d'Arc française
Sous-marins d'attaque Leur rôle est de détruire les forces sous-marines ou de surface ennemies grâce à des torpilles ou des missiles. Ils peuvent également poser des mines ou infiltrer des forces spéciales. Le Casabianca
Sous-marins lance-missiles Il peut s'agir des lanceurs de missiles de croisière, qui peuvent lancer des missiles anti-navires ou anti-cibles terrestres, ou bien des lanceurs d'engins balistiques, dont les missiles sont à charge nucléaire, dans un rôle de dissuasion. L'USS Wyoming, sous-marin lanceurs d'engins balistiques américain
Pétroliers-ravitailleurs Ce sont des bâtiments chargés du ravitaillement en mer des autres navires en carburant, vivres et personnel Le Var et le Meuse (à l'arrière plan) à Toulon
Vedette-torpilleurs Type de torpilleur caractérisé par une vitesse de déplacement maximale pour cette puissance de feu, au détriment d'autres facteurs comme le blindage ou le rayon d'action. Vedette-torpilleurs de retour de patrouille

Navires de pêche[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Navire de pêche.
Nom Description Illustration
Bateau ostréicole Utilisés pour l'élevage des huitres, des moules, ils possèdent un faible tirant d'eau pour pouvoir se déplacer dans de faibles profondeurs, un pont bas et des grues afin de faciliter le chargement de sacs. Bateau ostréicole breton
Chalutiers Utilisant un chalut, ils capturent près de la moitié du tonnage mondial de poissons. On les distingue grâce aux apparaux de manœuvre du chalut, souvent à l'arrière. S'il existe de petits chalutiers artisanaux, on trouve aussi d'énormes navires-usine pouvant pêcher plusieurs dizaines de tonnes de poisson par jour. Le Arosa Quince à Tromsø en Norvège
Thoniers Ils pêchent des thons, historiquement avec des madragues, ou des lignes, mais actuellement plutôt avec une senne, les coups de senne peuvent emprisonner jusqu'à 250 tonnes de poisson en une seule fois. Le Albatun Dod, thonier senneur congélateur aux Seychelles

Sources[modifier | modifier le code]

  • Consulter les sources des articles détaillés et des articles individuels.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]