Galéasse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
C’est la bataille de Lépante, en 1571, qui rend célèbre la galéasse. Les six galéasses vénitiennes sont visibles ici à l’avant de la ligne de galères chrétiennes.
Galéasse espagnole membre de l’Invincible Armada, lors de la tentative d’invasion de l’Angleterre de 1588.
Le naufrage de la galéasse la Girona, sur les côtes anglaises en 1588. La galéasse se révèle peu adaptée à la navigation et au combat dans l’Atlantique.
Une galéasse, vers 1600. La galéasse, surclassée par le vaisseau de ligne disparait du paysage maritime au XVIIe siècle, alors que la galère et le galion se maintiennent jusqu'au début du XIXe siècle. (Dessin du XIXe siècle)

La galéasse est un navire de commerce apparu au XIIIe siècle et devenu navire de guerre à la bataille de Lépante, en 1571[1].

Une innovation d’abord destinée au commerce (XIIIe  ‑  XVIe siècles)[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, Venise met au point ce navire pouvant utiliser la rame tout en portant une voilure respectable. Pour son commerce, la « Sérénissime République » recherchait un navire plus rapide que les naves, portant plus de charge qu’une galère et pouvant assurer sa défense sans escorte coûteuse. La galéasse résulte de cette recherche et fut le vecteur du commerce vénitien du XIIIe au XVIe siècle[2]. La première galeazza di mercancia semble avoir été construite par Demetrio Nadal en 1294. L’Arsenal s’assure rapidement le monopole de ce type de construction : le navire a une longueur de 41 m, une largeur de 6 m, avec un creux de 2,70 m[2]. Au début, on rame alla zenzile à deux rameurs et deux rames par banc ; la taille des coques augmentant, on passe à trois rames et à trois hommes par banc.

Le déplacement de ces navires exige une voilure latine importante et en plus d’un grand mât (l’arbre de mestre), équipé d’une antenne et d’une voile latine de grande taille, on voit apparaître une misaine latine (le trinquet) et un artimon (la méjane). Ces deux dernières voiles servent beaucoup plus à l’évolution qu’à la propulsion de ces grandes coques[2].

Avec ses galéasses, Venise assure un service régulier, deux fois par an, entre l’Orient (Constantinople ou les territoires sous contrôle vénitien) et sa lagune, et entre ses entrepôts et l’Occident jusqu’aux Flandres[2]. Fortement armées — leurs rameurs, libres, étant autant de combattants —, les galéasses naviguent en groupes, à l’abri de presque toutes les attaques des pirates ou corsaires musulmans. Aussi se voient-elles confier les frets de grande valeur : épices ou soieries. Avec le temps, la taille des galéasses augmente. Leur capacité de charge passe de 70 tonneaux en 1303 à 280 en 1570[2].

De Lépante à l’Invincible Armada : une courte carrière militaire[modifier | modifier le code]

À la fin du XVIe siècle, la menace turque devient de plus en plus pressante. La « Sublime Porte », qui semble vouloir prendre le contrôle de toute la Méditerranée, pousse le Pape à prêcher une véritable croisade navale à laquelle se rallient l’Espagne et la plupart des villes italiennes dont Venise. Dans le secret de son arsenal, Venise arme tout ce qu’elle possède et transforme six de ses vieilles galéasses de commerce en bâtiments de combat[2]. À la place du fret, elles reçoivent une cinquantaine de bouches à feu, de tous calibres, tirant sur les flancs, à une époque où les galères ne portent que quelques pièces en chasse, c'est-à-dire sur l’avant et tirant dans l’axe du navire. Les bâtiments, redoutables plates-formes d’artillerie, créent la surprise à la bataille de Lépante en dévastant et coulant nombre de galères turques[2].

La galéasse se veut la synthèse du galion et de la galère, du navire de combat du Ponant (Atlantique) et du navire de combat du Levant (Méditerranée) et fait son apparition vers 1550, soit 21 ans avant d’entrer dans l’histoire à Lépante. Héritière de la galéasse médiévale, c’est le plus grand de tous les bâtiments à rames. Elle comporte 25 rangs de rameurs, occupés chacun par 7 hommes ; elle embarque 200 soldats et 36 pièces d’artillerie, de sorte que la galéasse apparaît comme une véritable forteresse, dont la longueur peut atteindre 50 m et la largeur 7,30 m. Inventée probablement par Cristoforo de Canale, la galéasse est mise au point par Giovan Andrea Badoer en 1568. Au départ, il s’agit d’une adaptation des galere grosse, galères de commerce qui depuis le XIVe siècle, assurait les liaisons régulières entre la Flandre et Venise[2].

La galéasse est alors un trois-mâts comme n’importe quel galion, mais en Méditerranée, elle est gréée en voilures latines comme l’atteste la maquette du musée de la Marine à Paris. Lorsqu’elle passe le détroit de Gibraltar, elle s’adapte aux nécessites de l’Atlantique, puisque misaine et grand mât sont gréés à voile carré comme le prouve le tableau du National Maritime Museum à Greenwich, représentant l’Invincible Armada[2]. Comme sur les galères romaines antiques, les rameurs sont protégés par un pont, sur lequel est placé l’artillerie et où évoluent les soldats porteurs de la mousqueterie[2]. Les pièces de gros calibre sont placées à l’avant, dans un château de forme ronde, analogue à la rondella des fortifications terrestres. Elles constituent une sorte de batterie flottante.

Comme les galéasses ont largement contribué à la victoire de Lépante, les grandes marines italiennes l’adoptent immédiatement. L’Espagne fait de même, le navire complétant les galions des escadres madrilènes. Pourtant, la carrière militaire de la galéasse sera courte. Navire hybride, elle est censée ajouter les qualités de la galère à celles du galion, mais en vérité, elle en additionne plutôt les défauts[2]. Si la galéasse est à l’aise en Méditerranée contre les galères turques, c'est nettement moins le cas dans l’Atlantique ou le navire est sensible à la houle, comme tous les navires à rames. En 1588, lors de la tentative d’invasion espagnole de l’Angleterre, les galéasses de l’Invincible Armada sont surclassées par les navires de guerre anglais. Au XVIIe siècle, les galéasses disparaissent définitivement du paysage militaire au profit du vaisseau de ligne, à la manœuvrabilité et à la puissance de feu bien supérieure. Les deux navires dont est issue la galéasse auront une durée de vie plus longue. Les galions espagnols navigueront jusqu’au début du XIXe siècle dans le Pacifique[3], à peu près au même moment où les galères livreront leur dernier combat[4].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean Béranger, Dictionnaire d’Histoire Maritime, sous la direction de Michel Vergé-Franceschi, éditions Robert Laffont, collection Bouquins, 2002, p. 647-648.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Ibidem.
  3. Il s'agit du galion de Manille.
  4. Ce dernier affrontement impliquant des galères n'a cependant pas lieu en Méditerranée mais dans la mer Baltique, entre les Suédois et les Russes, en 1809, à bataille de Ratan et Savar.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire d’Histoire maritime, sous la direction de Michel Vergé-Franceschi, éditions Robert Laffont, collection Bouquins, 2002.
  • Histoire de l’Adriatique, sous la direction de Pierre Cabanes, Paris, 2001.
  • Navires et constructeurs à Venise pendant la Renaissance, F.C. Lane, Paris, 1965.
  • Gunpowder and galley. Changing technology and Mediterranean warfare at sea in the sixteenth Century, Londres, 1974.