Outrigger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir tangon et outrigger.

Outrigger (en anglais, out (extérieur) et rig (gréement)) désigne les deux espars faisant office de barres de flèche montées sur le pont d'un bateau. Cette technique a été adoptée pour certains voiliers de course, notamment les 60 pieds IMOCA.

Développés par les architectes Jean-Marie Finot et Pascal Conq pour l'Aquitaine-Innovations d'Yves Parlier en 1996, ce gréement est destiné à offrir un bras de levier favorable à des haubans soutenant un mât-aile orientable[1].

Ce « gréement de thonier » est appelé tangon, en raison des perches fixées en surplomb pour les bateaux pratiquant la pêche à la traîne ou le chalutage en gréement double[2].

Le terme d'outrigger peut aussi désigner un support extérieur à la coque servant à divers usages dont les plus courants sont:

Sur les périssoires, yoles et autres bateaux de course à avirons l'outrigger sert à déborder les dames de nage en dehors de la coque pour permettre l'utilisation de grands avirons sur une coque très étroite (et instable) à faible surface mouillée

Ce dispositif est souvent complété par un dispositif de siège à coulisse et de calepieds.

Sur les voiliers de régate très étroits, le célèbre Manfred Curry , théoricien de l'aérodynamique des voiliers a utilisé dans les années 1920 et 1930 des outriggers assez semblables à ceux des périssoires dans le but de déporter vers l'extérieur le filoir de l'écoute de foc et ainsi obtenir un effet de fente optimum entre foc et grand voile. Sur les voiliers de course modernes, beaucoup plus larges au pont, ou a fortiori sur les multicoques, un tel dispositif ne se justifie plus et il est remplacé par un système de réglage latéral de la poulie d'écoute de foc, appelé Barber-Hauler.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Finot, Pascal Conq, « Aquitaine Innovations (1996), Yves Parlier », sur finot.com (consulté le 16 décembre 2012)
  2. FAO, Lettre O, anglais-français-espagnol, p. 10-11

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]