Trois-mâts carré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sail plan ship.svg
Le Duchesse Anne (Dunkerque).

Un trois-mâts carré (ou trois-mâts franc) est un navire à voile de trois-mâts dont tous les mâts sont gréés en voiles carrées. On dit aussi que ce type de voilier « porte des phares carrés »[réf. souhaitée] c'est-à-dire plusieurs étages de voiles carrées (cinq le plus souvent) sur ses trois-mâts, une solution apparue avec l'augmentation de la taille des navires (et consécutivement de leurs mâts) afin que les voiles restent cargables (repliables) par un nombre acceptable de marins. Toutes les voiles sont enverguées et leur vergue est horizontale, retenue par le milieu (voile carrée). Le mât d’artimon à l’arrière conserve en plus une brigantine à corne.

Historiquement, on trouve des trois-mâts carrés notamment parmi les flûtes, les galions, les frégates, puis les clippers. Les trois-mâts carrés furent de grands bâtiments marchands, navires de guerre (corvette à vaisseaux de ligne) et des cap-horniers. À leur âge d'or, au XIXe siècle, il y avait plus de 2 000 navires de ce type dans la flotte de commerce mondiale et, particulièrement en France, grâce aux voiliers à prime. Comme tous les trois-mâts, à l'ère de la propulsion mécanique, ils n'ont survécu qu'en qualité de voiliers-écoles dans plusieurs Marines étrangères (par exemple : le Libertad, pour l'Argentine ou l'Amerigo Vespucci, pour l'Italie).

De nos jours, si quelques vieux trois-mâts carré naviguent encore, comme justement c'est le cas du splendide Amerigo Vespucci régulièrement plébiscité par le public lors des rassemblements de vieux gréements (voir ci-après), les plus anciens servent de bateaux musée et se visitent, comme le Duchesse Anne et ses sister-ships. Mais une partie de la flotte naviguante contemporaine provient aussi de nouveaux bâtiments dont la construction a repris à partir des années dix-neuf-cent-quatre-vingt (mais pas en France), avec notamment la majestueuse lignée du Dar Młodzieży ou des répliques, comme le Grand Turk.

Trois-mâts carrés encore visibles[modifier | modifier le code]

En état de naviguer[modifier | modifier le code]

  • L’USS Constitution (1797) est une frégate en bois à trois mâts carrés de l'United States Navy. Le plus ancien navire en service régulier.
  • Le Sorlandet (1927) est un trois-mâts carré norvégien de 68,8 m (voilure : 1 400 m2; 897 tx)
  • Le Dunay (1928) est un trois-mâts carré russe de 97,10 m
  • L’Amerigo Vespucci[1] (1931) est un trois-mâts carré de la Marine italienne de 101 m. Son port d'attache est La Spezia. C'est l'un des plus grands voiliers école militaire du monde.
  • Le Danmark (1932) est un trois-mâts carré danois de 77 m, basé à Frederikshavn[2].
  • Le Georg Stage II (1934) est un trois-mâts carré danois en acier, pour remplacer le Georg Stage I (rebaptisé Joseph Conrad).
  • Le Christian Radich (1936) est un trois-mâts carré norvégien de 73,5 m (voilure : 1 360 m2; 1 100 tx)
  • Le Libertad (1956) est un trois-mâts carré argentin de 91,8 m (voilure : 2 643 m2).
  • Le Bounty II (1960) est un trois-mâts carré de 27,70 m, réplique exacte d'un vaisseau de la Royal Navy, ancien charbonnier de 1784 anciennement baptisé Bethia, construite pour les besoins du film Les Révoltés du Bounty (1962) et reconverti en musée flottant, dans le port de St. Petersburg (Floride, États-Unis)[3]. Il existe une autre réplique plus récente et plus fidèle (bien que la partie émergée soit en acier recouvert de bois), le Bounty III (1978), pour les besoins du film tourné en 1984. Le bateau sert aujourd'hui pour promener en mer les touristes visitant le port de Sydney (Australie)[3].
  • Le Dar Młodzieży (1982) (Cf. illustration) est un trois-mâts carré polonais de 108,8 m. Il est le premier d'une série de 6 grands voiliers créés par l'architecte Zygmunt Choren construits suivant les mêmes plans : le Mir, le Pallada et le Nadejda naviguant sous pavillon russe, le Khersones et le Druzhba, tous deux ukrainiens.
  • Le Nadejda (1982) est un trois-mâts carré russe de 109,4 m.
  • Le Mir (1987) est un trois-mâts carré russe de 109,4 m.
  • Le Druzhba (ou Droujba, ou Drushzba), est un trois-mâts carré ukrainien de 109,4 m.
  • Le Khersones (1989), surnommé La Dame de Crimée est un trois-mâts carré et un navire-école ukrainien de 109,4 m (voilure : 3 015 m2) basé à Kertch.
  • Le Pallada (1989) est un trois-mâts carré russe de 109,4 m.
  • L’Étoile du Roy (1997), ex-Grand Turc, est un trois-mâts carré français de 46,30 m, réplique exacte d’une frégate de la flotte de l’Amiral Nelson, construit à Marmaris (Turquie) et basé à Saint-Malo.
  • Le Cisne Branco (1999) est un trois-mâts carré brésilien (son nom se traduit par « cygne blanc »).
  • Le Stad Amsterdam (1999) est un trois-mâts carré hollandais de 78 m (voilure : 2 200 m²)

Bateaux-musée[modifier | modifier le code]

  • Le HMS Warrior (1861) est un cuirassé à vapeur portant trois mâts à voiles carrées, dessiné par les architectes Isaac Watts et Thomas Lloyd, restauré à partir de 1979, visible dans le port de Portsmouth[4]
  • Le Cutty Sark (1869) est un clipper anglais classé au patrimoine mondial par l'UNESCO. Il est installé en cale sèche au bord de la Tamise dans la banlieue de Londres (en restauration jusqu'en 2010).
  • Le Meiji Maru (1874) est un bateau à vapeur japonais de 86 m, rapidement transformé en trois-mâts carré pour former les cadets jusqu'en 1910, visible à Tokyo, en tant que musée depuis qu'il fut endommagé par un cyclone en 1920. Il est le doyen des navires école[5].
  • Le Joseph Conrad (1882), ex-Georg Stage, d'origine danoise, est désormais visible au Mystic Seaport Museum de Boston (États-Unis).
  • Le Wavertree (1885), ex-Southgate, trois-mâts carré en fer de 82 m, est désormais visible au musée de South street seaport à New York[6]
  • Le Balclutha (1886), ex-Star of Alaska, ex-Pacific Queen, est un trois-mâts carré construit en Écosse. Il est désormais visible à San Francisco au Musée maritime.
  • Le Najaden (1897) visible à Halmstad en Suède.
  • Le Presidente Sarmiento (1898), est un voilier argentin en acier de 85 m construit en Angleterre. Il est équipé d'une machine à vapeur. Il devient navire-école sationnaire dans le port de Buenos Aires, puis bateau musée à partir de 1961[7].
  • Le Jarramas (1900) visible à Karlskrona en Suède.
  • Le Duchesse Anne (1901) (Cf. illustration), ex-Grossherzogin Elisabeth, est le dernier trois-mâts carré français et le plus grand voilier conservé en France. D'origine allemande, cet ancien voilier-école passa 35 ans sous pavillon de la Marine nationale française. Il est désormais visitable dans le cadre de la collection à flot du musée portuaire de Dunkerque.
  • Le Suomen Joutsen (1902), ex-Laënnec, ex-Oldenburg, est un voilier à prime construit à Saint-Nazaire, cap-hornier converti comme navire école finlandais. Il se visite aujourd'hui dans le port de Turku (Finlande).
  • Le Dar Pomorza (1909) (Cf. illustration), ex-Prinzess Eitel Friedrich, ex-Colbert, sister-ship du Duchesse Anne (supra), a été construit au chantier naval d’Hambourg pour servir de bateau école allemand. Il navigue jusqu'en 1981. Il est désormais amarré à Gdynia (Pologne).
  • Le Schulschiff Deutschland (1927), sister-ship du Duchesse Anne (supra) navigue jusqu'en 1948. Après restauration, il est aujourd'hui visible dans le port de Brême.
  • Le HMS Surprise (1970) est un trois-mâts carré américain de 54,60 m, réplique d'un navire de guerre britannique HMS Rose de 1757, construite pour les besoins d'un film et visible au Musée maritime de San Diego

Transformé[modifier | modifier le code]

Vestiges[modifier | modifier le code]

Trois-mâts carrés disparus[modifier | modifier le code]

Construits sur les chantiers de Saint-Nazaire et de Normandie

Trois-mâts carrés construits entre 1901 et 1902 par la Société anonyme des chantiers et Ateliers de Saint-Nazaire (Penhoët), chantiers de Normandie. La date entre parenthèses indique le lancement. Tous ont disparu, coulé ou ont été démolis.

  • Le Léon Blum (14/12/1901)
  • Le Duchesse-d'Uzès ; L’Amiral Cécille (22/01/1902)
  • L’Ernest Reyer (24/02/1902)
  • Le Pilote-Hervé-Rielle ; Le Rancagua (25/04/1902)
  • Le Jehan-d'Hust ; Le Quillota (21/06/1902)
  • Le Bérangère (7/08/1902)
  • Le Madeleine ; Le Madeleine II (20/09/1902)
  • L’André Théodore (14/11/1902)
La Lutine, frégate française du XVIIIe siècle
Les trois-mâts carrés cap-horniers de Nantes

En 1902, la Compagnie maritime française comptait 7 trois-mâts de ce type sur une flotte de 15 voiliers :

  • Le Crillon, 3 000 tonneaux (Chantiers de Penhoët, Saint-Nazaire 1902).
  • Le Desaix, 3 000 tonneaux (Chantiers de Penhoët, Saint-Nazaire 1902).
  • Le Duquesne, 3 080 tonneaux (Chantiers de la Loire, Nantes 1901-Bayonne 1948)[8].
  • Le Général-Faidherbe, 3 080 tonneaux (Chantiers de la Loire, Nantes).
  • Le Hoche, 3 080 tonneaux (Chantiers de la Loire, Nantes 1901).
  • Le La-Pérouse, 3 080 tonneaux (Chantiers de la Loire, Nantes 1901).
  • Le Vauban, 3 200 tonneaux (Chantiers de la loire, Saint-Nazaire 1902)
  • Le Charlemagne (ce voilier fut porté disparu en décembre 1901 au retour de son premier voyage)
Constructions des chantiers Dubigeon[9]

Parmi les nombreux trois-mâts carrés construits par ce chantier, cinq navires de 2700 tonnes jaugeant brut 2 078 tonnes, de 79,75 m de longueur, 11,86 m de largeur, 6,84 m de creux, tous de mêmes dimensions :

  • Le David d'Angers
  • Le Lafayette
  • Le Léon Bureau
  • Le Léon XIII
Autres
  • L’Alice a été construite chez Dylé et Bacalan à Bordeaux. C’était un trois-mâts carré particulier. Il est en effet le seul bateau à avoir gréé des contre-cacatois en France, à savoir sept voiles carrées par mât. Il appartenait à la Société des voiliers nazairiens
  • Le Smet-de-Naeyer, trois-mâts carré français
  • L’Abner Coburn[10]
  • Le Stad Amsterdam, un clipper du XIXe siècle, dont le Cisne Branco et le nouveau Stad Amsterdam (supra) sont des répliques modernes
  • Le Marco Polo est un trois-mâts carré construit en 1851 à Saint John et naufragé en 1883.

Nom des voiles principales sur un gréement à trois-mâts carré[modifier | modifier le code]

3mast-fullrigged.png
Légende
A beaupré B bout-dehors C mât de misaine D grand mât E mât d'artimon
1 clinfoc 3 grand foc 5 misaine 12 grand-voile 20 voile barrée ou artimon 19 brigantine
2 petit foc 4 faux foc 6 hunier fixe de misaine 13 grand hunier fixe 21 hunier fixe de fougue
7 hunier volant de misaine 14 grand hunier volant 22 hunier volant de fougue
8 petit perroquet fixe 15 grand perroquet fixe 23 perruche fixe
9 petit perroquet volant 16 grand perroquet volant 24 perruche volante
10 petit cacatois 17 grand cacatois 25 cacatois de perruche 27 voile d'étai
11 petit contre-cacatois 18 grand contre-cacatois 26 contre-cacatois de perruche

Rassemblements contemporains de trois-mâts carrés[modifier | modifier le code]

Les rassemblements et courses de grands voiliers ont lieu un peu partout dans le monde. La plupart sont organisées ou agréées par Sail Training International Race Committee. On y rencontre les plus beaux trois-mâts carrés du monde (entre autres).

En France, les événements les plus importants sont l'Armada de Rouen, les rassemblements de Brest ou de Douarnenez, mais aussi les étapes des Tall Ships' Races (Cherbourg en juillet 2005), Saint-Malo (cinquantenaire en 2006) et aussi Toulon qui s'est déroulé du samedi 21 juillet au mardi 24 juillet 2007.

En 2008, l'Armada de Rouen 2008 s'est déroulée du 5 juillet au 14 juillet 2008. Les trois-mâts carrés suivants y étaient présents : le Cisne Branco (Brésil), le Dar Mlodziezy (Pologne), le Mir (Russie), le Sorlandet (Norvège), le Stad Amsterdam (Pays-Bas)[11] (pour les précédentes manifestations voir : Rassemblement de grands voiliers de Rouen). À la suite du rassemblement de Rouen certains voiliers se sont rendus à Liverpool, d'où était donné le départ de la course Tall Ship's Race 2008, le 18 juillet 2008.

Chansons évoquant un trois-mâts carré[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce voilier est souvent référencé comme un « trois-mâts carré » : site Amis des grands voiliers, mais l'organisation de l'Armada de Rouen 2008 le présente par erreur comme un « trois-mâts barque » : site Armada 2008.
  2. Guide des grands voiliers, Chasse-marée, 1999, p. 84
  3. a et b Les répliques
  4. Guide des grands voiliers, Chasse-marée, 1999, p. 11
  5. selon le Guide des grands voiliers, Chasse-marée, 1999, p. 78
  6. Guide des grands voiliers, Chasse-marée, 1999, p. 34
  7. Guide des grands voiliers, Chasse-marée, 1999, p. 78
  8. Selon le site leonc.net
  9. Cf. La construction navale nantaise
  10. Photographie in Au temps des grands voiliers 1850-1920, édité par Barret (Paris) 1977
  11. Site officiel Armada 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Molle, Le Trois-mâts carré « Duchesse Anne », ex-voilier-école allemand « Grossherzogin Elisabeth »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]