Halloween 3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Halloween (homonymie) et Season of the Witch.

Halloween 3 : Le Sang du sorcier

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film Halloween 3.

Titre original Halloween III: Season of the Witch
Réalisation Tommy Lee Wallace
Scénario Tommy Lee Wallace
Nigel Kneale
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Dino De Laurentiis Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Horreur
Sortie 1982
Durée 96 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Halloween 3 : Le Sang du sorcier (Halloween III: Season of the Witch) est un film d'horreur américain réalisé par Tommy Lee Wallace, sorti en 1982.

Ce film fait suite à La Nuit des masques de John Carpenter (1978) et de Halloween 2 de Rick Rosenthal (1981) mais n'entretient aucun rapport avec ceux-ci, mis à part le thème de la fête d'Halloween. C'est le seul film de la saga dans lequel Michael Myers n'apparait pas. S'écartant du genre slasher, l'accent, mis auparavant sur un tueur psychopathe, l'est désormais sur un savant fou sur fond de sorcellerie. Le but était de créer une anthologie de films d'horreur autour de la fête d'Halloween, mais devant l'échec rencontré par celui-ci auprès du public, la série sera réengagée sur ses bases à l'occasion du 4e épisode. Bien que certaines scènes de mort soient violentes, il n'est pas comparable avec Halloween 2 qui comportait de nombreuses scènes gore.

Produit avec un budget d'environ 2 500 000 $ US, la production ne rapportera que 14 400 000 $ US au box-office américain. Parmi les dix films de la saga, ce sera celui dont le résultat financier aura été le plus faible. S'ajoutent à ce mauvais résultat des critiques très dures. Vingt ans plus tard, une critique suggéra qu'Halloween 3 ne faisait pas partie de la série Halloween et qu'il « n'était pas le pire film d'horreur de l'époque, mais était loin d'en être le meilleur ».[réf. nécessaire]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un démoniaque constructeur de jouets, Conal Cochran, a mis au point des milliers de masques pour enfants qui doivent exploser le nuit d'Halloween. Le docteur Dan Challis et Ellie Grimbridge vont mener leur enquête pour percer le mystère des masques d'Halloween. Ils se retrouvent plongés dans une petite bourgade où la vie est organisée autour d'une fabrique de jouets. Mais comment empêcher la mort atroce de milliers d'enfants ?

Résumé détaillé du film[modifier | modifier le code]

Comté de Humboldt (Californie), lieu de tournage du film.

Le samedi 23 octobre, Harry Grimbridge, commerçant, est poursuivi par de mystérieux hommes d'affaires portant des costumes. Il s'effondre dans une station-service et est conduit à l'hôpital. L'homme répète : « ils vont nous tuer. Chacun d'entre nous. » Grimbridge est placé dans le service du docteur Daniel Challis. Un homme en costume entre alors dans sa chambre et appuie fortement sur ses yeux pour lui fracturer le crâne. Peu de temps après, l'homme retourne dans sa voiture, puis verse de l'essence pour allumer un feu. La voiture explosera très rapidement, avertissant l'entourage du désastre.

Challis contacte par la suite la fille de la victime, Ellie. Celle-ci, bouleversée, lui apprend que son père était confectionneur de jouets et qu'il travaillait pour le compte de la société Silver Shamrock, située dans la petite ville de Santa Mira en Californie et dirigée par un Irlandais vivant aux États-Unis, Conal Cochran.

Challis et Ellie se mettent à enquêter sur la société qui semble être à l'origine de cette affaire. Un jour après leur arrivée, ils apprennent l'existence d'un entrepôt surveillé par d'étranges hommes en costumes. Ellie est enlevée par ces derniers. Challis se rend alors dans l'usine et découvre que les hommes en combinaison sont en fait des androïdes créés par le mystérieux Cochran. Bien que Challis réussisse à neutraliser l'un de ces androïdes, il est capturé par d'autres, plus nombreux.

Cochran lui révèle alors son plan machiavélique qui consiste à tuer un bon nombre de personnes. Les masques qu'il vend, destinés aux enfants, sont équipés de badges, et ces derniers réagissent à un signal envoyé par une publicité Silver Shamrock qui sera diffusée à Halloween, encourageant tous les enfants à mettre les masques. Le badge envoie un laser qui fait littéralement fondre le crâne de l'enfant et cause aussi la mort atroce de son entourage.

Challis réussit à s'échapper de la cellule où l'avait enfermé Cochran et en profite pour sauver Ellie. Il veut tout faire pour empêcher que ce plan diabolique ne se réalise, d'autant plus que ses propres enfants ont déjà acheté ces masques Silver Shamrock. Il doit supprimer Ellie qui n'était autre qu'un androïde qui avait pris sa place. Challis se rend dans une station-service, le soir d'Halloween, à quelques minutes de la diffusion du clip meurtrier. Il appelle les trois chaines TV ayant accepté de le diffuser, en leur demandant de ne pas le montrer. Deux des trois chaines interrompent leurs programmes alors que le clip a démarré, mais le troisième refuse, ou prend plus de temps qu'il n'en fallait. Le film se termine sur le clip qui clignote (la citrouille d'Halloween est le signal) et sur le hurlement au téléphone de Challis, « Cooooouuuuuupeeeeeeeez ! ».

La fin du film, brutale, est ouverte et troublante. On ne sait pas si le héros, Challis, a réussi à empêcher la catastrophe de se produire ou s'il est déjà trop tard.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Version française réalisée par PM Productions ; direction artistique : Jean Droze ; adaptation des dialogues : Christian Dura ; enregistrement et mixage : Maurice Martin et Pierre Davanture.

Production[modifier | modifier le code]

Jamie Lee Curtis, héroïne des deux premiers films, fait un caméo dans le troisième Le Sang du sorcier.

Lorsqu'ils ont été sollicités pour la création d'un troisième film Halloween, les scénaristes John Carpenter (également réalisateur de l'original et compositeur des deux premiers) et Debra Hill (également productrice) furent réticents. Selon le magazine Fangoria, Carpenter et Hill eurent accepté de participer au nouveau projet seulement si le film n'était pas une suite directe d'Halloween 2, ce qui signifiait la disparition de Michael Myers[4]. Irwin Yablans et Moustapha Akkad, producteurs des deux premiers films, ont financé le film pour 2 500 000 $[5].

Les effets spéciaux ont été conçus par Don Post. Le masque est fabriqué en latex, comprenant un crâne et une sorcière orange sur fond de citrouille[6]. Hill déclare : « nous n'avions pas beaucoup d'argent pour les accessoires, c'est pour ça que Post n'a pas eu beaucoup de moyens et qu'il a dû utiliser le masque d'Halloween 2[7]. » Post déclare de son côté :

« Partout, il y a des masques qui conviennent à l'humeur de la société, du bal masqué à des clowns maquillés. Les gens veulent un masque qui exprime leur sentiment à un moment précis, qu'ils soient en colère, triste, heureux ou vieux. Mais les masques représentant l'horreur sont les meilleurs[7]. »

La plupart du film a été tournée dans la petite ville côtière de Loleta dans le comté de Humboldt. Familiar Foods, une usine d'embouteillage de lait a servi de décor à l'usine du fabricant de masques, mais tous les effets spéciaux impliquant le feu, de la fumée ou des explosions ont été filmés au studio de Post[6].

Scénario[modifier | modifier le code]

Les producteurs engagèrent le scénariste Nigel Kneale pour écrire le scénario du fait que Carpenter appréciait particulièrement sa série Bernard Quatermass. Kneale dira que son script n'était pas composé d'« horreur pure » et que « l'histoire se concentre sur la tromperie, les chocs psychologiques plutôt que physiques. » Kneale a affirmé que le producteur Dino De Laurentiis, à qui appartenait les droits de distribution, n'avait pas donné son accord pour que le scénario soit plus violent et gore. Si une grande partie de l'intrigue est restée la même, les modifications apportées déplurent à Kneale qui demanda que son nom soit retiré du générique. Le réalisateur Tommy Lee Wallace a été ensuite engagé pour réviser le script[8].

Wallace déclare à Fangoria que le titre faisait référence aux trois masques mis en scène dans le film et à la tentative de poursuite de la saga dans ce sens. Il explique dans l'interview que Carpenter et Hill ont voulu faire chaque épisode de la série Halloween différent, en précisant, « il est dans notre intention de créer une anthologie de la série, comme Night Gallery ou La Quatrième Dimension sur une échelle beaucoup plus grande, bien sûr. » Chaque année, un nouveau film devait sortir sur un aspect différent de la saison d'Halloween[9].

Distribution[modifier | modifier le code]

Tom Atkins interprète le docteur Daniel « Dan » Challis, un médecin alcoolique. Avant Halloween 3, Atkins était apparu dans plusieurs films de John Carpenter tels que Fog (1980) et New York 1997 (1981). L'acteur avait joué en guest star dans des séries télévisées comme Harry O, 200 dollars plus les frais et Lou Grant. Il accepta de jouer dans Halloween 3 simplement pour être le héros. Tout comme Jamie Lee Curtis, il ne voulait pas tourner seulement des films de genre : « je ne voudrais pas tourner que des films d'horreur durant toute ma carrière[10]. » Après le troisième Halloween, Atkins poursuivit sa carrière dans des dizaines de films et de séries télévisées[11].

Stacey Nelkin interprète Ellie, une jeune femme dont le père est assassiné par Silver Shamrock. Elle passa d'abord une audition et fit des essais pour le rôle. Dans une interview, l'actrice note à propos de son personnage: « Ellie est une femme très forte d'esprit. Moi-même, je n'ai pas cette force. » La comédienne a estimé que c'était un « honneur » de succéder à Jamie Lee Curtis[12]. Selon Roger Ebert, la performance de Nelkin à « sauver le film »[13]. Avant son rôle de Grimbridge, l'actrice avait joué dans les séries CHiPs et La Famille des collines. Après Halloween 3, Nelkin continuera à travailler à la télévision[14].

Le vétéran irlandais Dan O'Herlihy interpréta Conal Cochran, le propriétaire de Silver Shamrock[4]. L'acteur joua dans près de 150 films, et fut nommé à l'Oscar du meilleur acteur en 1955 pour Les Aventures de Robinson Crusoé (1954). Avant sa mort en 2005, il tourna une vingtaine d'autres films et de séries télévisées[15]. Il admit dans une interview avec le magazine Starlog ne pas avoir été particulièrement impressionné par le film monté[16].

Deux acteurs d'Halloween 3 ne sont pas totalement étrangers à la saga. Nancy Kyes interprète Linda, l'ex-femme de Challis. L'actrice avait interprété l'amie de Jamie Lee Curtis (Laurie Strode) dans La Nuit des masques. Dans Halloween 2, elle n'avait fait qu'un caméo. D'ailleurs, l'actrice avait déjà joué avec Tom Atkins dans Fog. Quant à Dick Warlock, il était l'un des acteurs à avoir joué Michael Myers dans le second épisode.

Réalisation[modifier | modifier le code]

Avec Halloween 3, Tommy Lee Wallace réalise son premier film bien qu'il ne soit, lui aussi, pas étranger à cette saga. Il était le directeur artistique de La Nuit des masques et avait été préconisé pour réaliser Halloween 2 avant que le choix de John Carpenter ne se porte sur Rick Rosenthal. Après Le Sang du sorcier, Wallace réalisa d'autres films d'horreurs tels que Vampire... vous avez dit vampire ? II (1988), Vampires 2 : Adieu vampires (2002) ou encore le téléfilm « Il » est revenu (1990) d'après un livre écrit par Stephen King.

Malgré les désaccords entre Wallace et le scénariste Nigel Kneale, les acteurs ont tous trouvé le réalisateur appréciable. Stacey Nelkin déclare : « le tournage était amusant. Tommy Lee Wallace est très ouvert[12]. »

Bien que le troisième film s'éloigne de l'intrigue des deux premiers films, Wallace a tenté de rapprocher les trois films à travers plusieurs thèmes. Le générique d'ouverture est une animation numérique sur fond d'une citrouille qui figurait auparavant sur les deux premiers films. Dans une autre scène, on voit ce que le docteur Challis réalise comme si le spectateur se trouvait à sa place. Cette scène fait référence au début de La Nuit des masques, où l'on se trouve à la place du jeune Michael Myers tuant sa sœur en portant un masque de clown[17].

Dans ce troisième film, Wallace n'a pas utilisé autant de gore que dans Halloween 2. Selon Tom Atkins, « les effets dans ce film ne sont pas sanglants, ils sont plus que bizarres[18]. »

Tom Burman, directeur des effets spéciaux, indique dans une interview : « ce film ne provoque aucun dégoût chez les spectateurs. C'est un film amusant avec beaucoup d'émotions ; il n'y a pas de violence gratuite et encore moins de gore[19]. »

La plupart des effets spéciaux étaient censés être drôles. Le critique Vincent Canby du New York Times écrit : « le film comporte un grand nombre d'effets spéciaux horriblement comiques ... ». Canby était l'un des rares critiques de l'époque à avoir donné une bonne opinion d'Halloween 3[20].

Musique[modifier | modifier le code]

Comme dans La Nuit des masques et Halloween 2, la musique est restée très importante dans Le Sang du sorcier. De nombreux morceaux font souvent sursauter le public alors qu'il ne se passe rien.

La bande sonore fut de nouveau composée par John Carpenter et Alan Howarth qui avaient déjà travaillé sur Halloween 2. Le thème d'Halloween 3 est différent des deux premiers films. Carpenter a remplacé le piano par une mélodie plus lente, joué sur un synthétiseur : c'est un système tonal[21]. Howarth explique comment Carpenter et lui ont composé la musique pour ce troisième film :

« le style musical de John Carpenter a évolué dans cette musique. Nous avons exclusivement travaillé avec des synthétiseurs. Le film a d'abord été transféré sur une cassette vidéo et synchronisé avec un 24 pistes Master Audio Recorder, puis, en regardant le film, nous composions la musique en rapport avec les images que nous voyions. Le processus a été très rapide[22],[23]. »

L'un des aspects les plus mémorable de la bande sonore du film est le jingle de la Silver Shamrock Halloween. Pour la promotion du film, sur l'air de London Bridge Is Falling Down, Tommy Lee Wallace encourageait les enfants à acheter un masque d'argent Shamrock et à le porter durant la nuit d'Halloween:

Huit autres jours jusqu'à l'Halloween,
Halloween, Halloween.
Huit autres jours jusqu'à l'Halloween,
Silver Shamrock.[24]

Accueil[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Halloween 3 : Le Sang du sorcier est sorti dans 1 297 salles aux États-Unis le 22 octobre 1982. Il engrangea 6 333 259 $ pour son premier weekend d'exploitation. À l'instar de son prédécesseur, le film a été distribué par Universal Pictures, par le producteur italien Dino De Laurentiis. Il totalisa 14 400 000 $ aux États-Unis, la performance la plus médiocre de la saga Halloween[25]. D'autres films d'horreur à cette époque firent bien mieux comme Poltergeist (76 606 280 $), Meurtres en 3 dimensions (34 581 519 $) ou Creepshow (21 028 755 $)[26].

Critiques[modifier | modifier le code]

Les critiques envers Halloween 3 furent mitigées. Vincent Candy du New York Times trouva le film bon[20]. Au contraire, d'autres critiques ont été dures. Roger Ebert écrit que le film était « un très faible thriller[13]. »

Tom Milne du magazine britannique Time Out a été plutôt positif. Contrairement à d'autres, Milne pense que le début d'une nouvelle saga est rafraîchissant : « il n'y a plus de possibilités de films avec les personnages des deux précédents Halloween. Le Sang du sorcier est plus ingénieux. Le plan diabolique du personnage principal rétablit les origines de l'Halloween : le culte des sorcières. » Il souligna néanmoins que le scénario était « un peu en pagaille », mais ajoute que le résultat final est « très réussi »[27].

Depuis, Halloween 3 est plus apprécié par certains[28],[29].

Rotten Tomatoes lui a scolarisé un score de 33 % de critiques favorables, basé sur 12 avis.

Merchandising[modifier | modifier le code]

Pour la promotion du film, les producteurs ont demandé à Don Post de produire en masse des crânes, des sorcières et des jack-o'-lantern. Les studios avaient déjà utilisé ces procédés pour La Planète des singes (1968), Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir (1977), et E.T. l'extra-terrestre (1981).

Post utilisa les moules d'origines pour faire les masques afin qu'ils soient bien détaillés, « parce que les masques sont si importants pour le film, qu'ils pourraient devenir culte ; les fans veulent les porter lorsqu'ils vont voir le film. » On peut voir un exemple dans Scream 2. Les fans portent le masque du tueur en se rendant au cinéma. Les masques se sont vendus pour 25 dollars dans les magasins[7].

Le scénario a été adapté en livre de poche, écrit en 1982 par l'écrivain de science-fiction Dennis Etchison sous le pseudonyme de Jack Martin. Le livre devint un best-seller et fut réédité en 1984[30]. Etchison avait déjà écrit le livre de poche Halloween 2 l'année précédente.

Le film est sorti en VHS, Betamax, laserdisc et RCA Selectavision formats vidéodisque en 1983 par MCA / Universal Home Video. Le film est re-sorti en 1984, 1987 et de nouveau en 1996.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Also Known As. IMDB.
  2. (en) Box office/business for Halloween III: Season of the Witch (1982) sur IMDB.
  3. (en) Release dates for Halloween III: Season of the Witch sur IMDB.
  4. a et b (en) Ellen Carlomagno, « Halloween III: Season of the Witch: An On-The-Set Report On The Ambitious Sequel to Carpenter's Classic! »," Fangoria n°22, octobre 1982, p. 8.
  5. (en) Halloween 3 sur BoxOfficeMojo.com.
  6. a et b (en) Les coulisses de Halloween 3 sur HalloweenMovies.com
  7. a, b et c (en) Aljean Harmetz, « Halloween III Masks to Help Scare Up Sales »," New York Times, 16 octobre 1982, p. 12.
  8. (en) Nigel Kneale, Interview avec Tommy Lee Wallace, Starburst 4.11, juillet 1983), p. 32.
  9. (en) Interview de Tommy Lee Wallace.
  10. (en) Tom Atkins, Interview de Tommy Lee Wallace
  11. (en) Tom Atkins sur Internet Movie Database.
  12. a et b (en) Stacey Nelkin interview, Jason Paul Collum, Assault of the Killer B's: Interviews with 20 Cult Film Actresses (Jefferson, N.C.: MacFarland & Company, 2004), pp. 133–134, ISBN 0-7864-1818-4.
  13. a et b (en) Roger Ebert, Halloween III: Season of the Witch, Chicago Sun-Times, 31 octobre 1982, sur RogerEbert.com.
  14. (en) Halloween 3 sur l’Internet Movie Database
  15. (en) Halloween 3 sur l’Internet Movie Database
  16. (en) Dan O'Herlihy interview, "The Man Alone," Starlog, #278, April 2001, in Tom Weaver, Science Fiction Confidential: Interviews with 23 Monster Stars and Filmmakers (Jefferson, N.C.: McFarland & Company, 2002), p. 232, ISBN 0-7864-1175-9.
  17. (en) Collum, Attack of the Killer B's, p. 133.
  18. (en) Tom Atkins interview, sur HalloweenMovies.com
  19. (en) Ellen Carlomagno, « The Effects of Halloween III: Tom Burman Tells All About His Special Makeup Work for the Latest From Carpenter-Hill »," Fangoria n°23, novembre 1982, p. 8.
  20. a et b (en) Vincent Canby, «  Film: Halloween III, Plotting a Joke »," New York Times, 22 octobre1982, p.28.
  21. (en) « Soundtrack » sur HalloweenMovies.com.
  22. (en) Alan Howarth, sur TheOfficialJohnCarpenter.com.
  23. (en) HalloweenMovies.com.
  24. (en) HalloweenMovies.com
  25. (en) Halloween Franchise Box Office Records sur BoxOfficeMojo.com.
  26. (en) 1982 Domestic Grosses, sur BoxOfficeMojo.com.
  27. (en) Tom Milne, Time Out, rééd., 1991, p. 277.
  28. (en) Tony Williams, Hearths of Darkness: The Family in the American Horror Film, Fairleigh Dickinson University Press, Madison,1996, p. 219 (ISBN 0-8386-3564-4).
  29. (en) Martin Harris, « You Can't Kill the Boogeyman: Halloween III and the Modern Horror Franchise », Journal of Popular Film and Television 32.3, automne 2004, pp.104–105.
  30. (en) Jack Martin, Halloween III: Season of the Witch, Jove Books, New York, 1982, (ISBN 0-515-06885-3).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 16 juillet 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.