King Kong 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

King Kong 2

Titre original King Kong Lives
Réalisation John Guillermin
Charles McCraken[1]
Scénario Steven Pressfield
Ronald Shusett
Acteurs principaux
Sociétés de production Dino De Laurentiis Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre fantastique
Aventure
horreur
Sortie 1986
Durée 105 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

King Kong 2 (King Kong Lives) est un film américain réalisé par John Guillermin, en 1986. Ce film est une suite directe au King Kong de 1976, par le même réalisateur.

Synopsis[modifier | modifier le code]

A Manhattan, King Kong escalade une des deux tours du World Trade Center, avec Dwan[2] dans une de ses mains. Arrivé au sommet, il la dépose, et c'est le moment que choisissent les trois hélicoptères qui se trouvaient à proximité pour ouvrir le feu sur lui. Affaibli par la multitude des impacts qu'il subit, King Kong réussit néanmoins à en détruire un. Mais ce dernier effort le fait vaciller et il chute dans le vide. Gisant aux pieds des deux tours[3], le rythme cardiaque en constante diminution, jusqu'au silence le plus complet, le "roi Kong" est mort[4]. Dix ans plus tard, à l'Atlanta Institute, des battements de coeur similaires se font entendre. Dans une salle chirurgicale hors normes, King Kong est là, allongé, le coeur faible, dans un profond coma, mais en vie. Des scientifiques viennent de mettre au point un cœur artificiel à la taille du malade. Mais malgré les 7 millions de dollars que vaut ce nouveau coeur, la transplantation ne peut se faire. En effet, King Kong a perdu trop de sang et toute opération chirurgicale importante, sans une transfusion sanguine conséquente, l'enverrait à une mort certaine. C'est alors qu'un aventurier, Hank Mitchell, découvre, dans la jungle de Bornéo, un gigantesque gorille femelle, Lady Kong qu'il revend à l'institut. King Kong reçoit donc du sang de la part de la femelle, ce qui le fait sortir de son profond coma et King Kong va découvrir l'amour fou à ses cotés.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Au milieu des années 1980, la diffusion télévisée aux États Unis de King Kong (1976) constitua un tel record d'audience que le producteur italien Dino De Laurentiis pensa judicieux de lui donner cette suite tardive au cinéma. Globalement honnie par les média, celle-ci fit en outre un flop au box office avec moins de 5 millions de recettes au box office pour un budget de 10 millions. De plus, le film fut très mal accueilli par la critique qui le jugea "médiocre".

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Non crédité
  2. Dwan, l'héroïne dans le King Kong de 1976
  3. Le surnom des World Trade Center
  4. Le début de ce film reprend les dernières minutes du film de 1976
  5. Comme Martha Schumacher
  6. Jeff Bridges, apparait durant les premières scènes du film, extraites du King Kong de 1976.
  7. Jessica Lange, apparait durant les premières scènes du film, extraites du King Kong de 1976.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]