Halloween 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Halloween 2 (film, 2009) et Halloween (homonymie).

Halloween 2

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film Halloween 2.

Titre original Halloween II
Réalisation Rick Rosenthal
Scénario John Carpenter
Debra Hill
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Dino De Laurentiis Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Horreur
Slasher
Sortie 1981
Durée 92 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Halloween 2 (Halloween II) est un film d'horreur américain réalisé par Rick Rosenthal, sorti en 1981. Il s'agit de la suite de La Nuit des masques (1978), réalisé par John Carpenter. Il est parfois titré La Nuit la plus terrifiante.

On retrouve les personnages principaux interprétés par Donald Pleasence dans le rôle du docteur Samuel Loomis et Jamie Lee Curtis dans le rôle de Laurie Strode, la sœur du tueur Michael Myers, cette fois-ci interprété par Dick Warlock. C'est le dernier film de la saga écrit par John Carpenter et Debra Hill. Halloween 2 reprend la fin du premier film et suit le parcours de Myers qui tente de retrouver et de tuer Laurie Strode.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Durant la même nuit que La Nuit des Masques, en 1978, Michael Myers demeure dans les parages, après avoir été touché par le docteur Loomis, à six reprises. Désormais, il est dans un hôpital où Laurie Strode est soignée . Et c'est d'ailleurs la raison de sa présence car il veut la trouver pour la tuer. Mais l'équipe entière du shérif est à sa recherche. Cependant, seuls Loomis et Brackett sont certains de la présence de Myers, d'autres croient qu'il est mort carbonisé. Durant sa cavale, Myers va encore laisser échapper foule de meurtres.

Résumé détaillé du film[modifier | modifier le code]

Haddonfield, Illinois, le 31 octobre 1978, vers 22 heures. Atteint par six balles que son psychiatre, le docteur Loomis, vient de lui tirer dessus, le tueur Michael Myers tombe du premier étage de la maison Doyle mais parvient malgré tout à se relever et à s'enfuir. Peu après, Laurie Strode, terriblement choquée, blessée au bras et à la cheville, est conduite à l'hôpital local.

Le docteur Loomis et le shérif Brackett, patrouillant dans les rues de la ville, se lancent à la poursuite d'un homme portant un masque blanc : l'homme, traversant la route sans regarder, se fait renverser par une seconde voiture de police qui prend feu. Sur les lieux de l'accident, le shérif est appelé par l'un de ses hommes : trois cadavres ont été retrouvés chez les Wallace et l'une des victimes est Annie, la propre fille du shérif. Devant le corps de sa fille, Brackett devient fou de rage et de chagrin et tient Loomis pour personnellement responsable de « l'évasion » de Myers.
Convaincu que ce n'est pas Myers qui vient de mourir brûlé vif sous ses yeux, Loomis demande à un dentiste de procéder à un examen à la morgue. Le dentiste conclut, selon l'état des gencives, que le mort n'avait pas plus de 18 ans … alors que Michaël Myers en a 21. Tandis que les habitants d'Haddonfield font le siège de la maison Myers en hurlant leur colère, Loomis et l'adjoint du shérif apprennent l'identité de l'homme carbonisé : Ben Tramer, 17 ans.

Pendant ce temps, Myers n'a pas cessé sa cavale meurtrière. Dans le quartier cerné par la police, il vole un couteau de cuisine chez un couple âgé et l'inaugure en égorgeant la jeune voisine de ces derniers. Réussissant à se fondre dans la masse des habitants déguisés, l'assassin entend à la radio que Laurie a été hospitalisée et se rend aussitôt là-bas. Sur place, il crève les pneus de toutes les voitures, coupe les fils du téléphone, puis traque et massacre un à un les employés de l'établissement en usant de méthodes médicales variées (jacuzzi bouillant, seringues ou scalpels).

Dans sa chambre, Laurie a appris de la bouche d'un jeune infirmier amoureux d'elle, Jimmy Lloyd, le nom de son agresseur. Dans un état somnolent dû aux médicaments, elle fait d'étranges rêves d'enfance dans lesquels sa mère lui dit qu'elle n'est pas sa véritable génitrice, et où elle rend visite à un jeune garçon muet enfermé dans une chambre d'hôpital.

Loomis et les policiers se rendent dans une école pour y trouver des éventuelles traces de passage de Myers. Là, ils sont rejoints par un agent fédéral et par l'infirmière du docteur, Marion, laquelle a des ordres. Loomis doit absolument quitter Haddonfield et retourner à l'hôpital psychiatrique en laissant la police faire son travail. Forcé par l'agent fédéral d'obéir, Loomis quitte à contre-cœur la ville. Mais en route, Marion lui révèle un fait capital, resté secret jusqu'alors : Michaël Myers avait également une sœur, âgée de deux ans lors de son premier crime, et devenue orpheline à quatre ans après un accident de voiture dans lequel ses parents ont été tués. La fillette a été adoptée par les Strode. Loomis comprend aussitôt pourquoi Myers est revenu dans sa ville natale : il veut tuer sa seconde sœur, ainsi que quiconque se mettra en travers de son chemin ! Menaçant l'agent avec son revolver, le docteur l'oblige à faire demi-tour pour retourner à l'hôpital d'Haddonfield.

Comme une somnambule, Laurie quitte sa chambre et tombe nez-à-nez avec une infirmière, laquelle est tuée par Myers sous ses yeux. Laurie parvient avec difficulté à échapper à son frère ; après une fuite éperdue, elle est enfin secourue par Loomis qui vide une seconde fois son chargeur sur l'assassin. Ce n'est toujours pas assez pour arrêter le malade qui égorge l'agent fédéral. Réfugié avec la jeune fille dans une salle d'opération, Loomis est blessé au ventre d'un coup de scalpel. Laurie, après avoir appelé Myers par son prénom, arrive à le faire hésiter quelques secondes avant de lui tirer deux balles dans les yeux, ce qui le rend aveugle. Loomis en profite pour ouvrir toutes les bouteilles de gaz inflammable de la salle, ordonne à Laurie de s'enfuir, puis allume son briquet, provoquant une terrible explosion et se sacrifiant par la même occasion. Myers, torche humaine, sort de la boule de feu avant de s'effondrer à terre.

À l'aube du 1er novembre, Laurie est conduite dans un autre hôpital, en compagnie du dernier survivant de l'équipe médicale, Jimmy. Les policiers font le compte des victimes : ils en dénombrent dix pour l'instant. Au total, depuis la veille, treize personnes (sans compter Loomis) ont été assassinées par le tueur masqué.

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

Michael Myers est né le 31 octobre 1957 à Haddonfield. Il commet son premier meurtre à l’âge de six ans sur sa propre sœur Judith. Il est alors enfermé au Smith’s Grove, où il est placé sous la surveillance du docteur Sam Loomis. Durant son séjour, aucun son ne sort de sa bouche… jusqu’à son évasion lors d’une nuit d’orage de 1978. Michael rejoint alors sa ville natale, bien décidé à tuer le dernier membre vivant de sa famille, sa sœur encore vivante, Laurie Strode, qui a été confiée à une famille d’adoption. Après s'en être pris à elle et ses amis dans la nuit du 31 octobre 1978, le docteur Loomis lui tire dessus à plusieurs reprises. Toujours vivant, il part de nouveau à la recherche de Laurie, hospitalisée.

Laurie est une jeune fille de 17 ans qui a été adoptée par la famille Strode. Elle fréquente l'école secondaire Haddonfield High School. Elle passe son temps libre à faire du baby-sitting. Elle a deux amies de son âge : Annie Brackett, fille du shérif, et Lynda Van Der Klok. Toutes les trois résident dans la banlieue fictive de Haddonfield, dans l'Illinois. Le 31 octobre 1978, elle se fait agresser par son demi-frère Michael. L'identité de ce dernier lui sera révélée à la fin par le docteur Loomis. Hospitalisée après ses blessures, elle devra une nouvelle fois affronter son demi-frère à l'hôpital.

Sam Loomis est le psychiatre de Michael Myers depuis que celui-ci aies été interné au Smith's Grove sanatorium après avoir tué sa sœur. Après son évasion, Loomis s’empresse de prévenir du danger que représente son ancien patient maintenant en liberté. Durant la nuit du 31 octobre 1978, il cherche désespérément, avec l’aide du shérif, la trace de Myers. Plus tard dans la nuit, il apprend que Laurie Strode est la sœur de Michael Myers.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légendes : Version française (VF) sur AlloDoublage[2]
Version française réalisée par PM Productions ; Direction artistique : Michel Gast ; Adaptation des dialogues : Christian Dura ; Enregistrement et mixage : Maurice Martin et Pierre Davanture

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

En raison du succès de La Nuit des masques, Halloween 2 eut droit à un budget plus conséquent : 2 500 000 $. Les producteurs Irwin Yablans et Moustapha Akkad ont beaucoup investi dans le film, même si John Carpenter refusa de le diriger. La plupart du film a été tourné au Morningside Hospital à Los Angeles, Californie et au Pasadena Community Hospital de Pasadena, en Californie[3]. Pendant la préparation du film, les scénaristes et producteurs ont envisagé de le tourner en relief. Debra Hill déclare : « Nous avons évoqué la possibilité de le tourner en 3D … mais c'était bien trop cher pour ce projet. La majorité du film est tourné la nuit. Il aurait été difficile de le tourner ainsi[3] ».

Scénario[modifier | modifier le code]

Le scénario de Halloween 2 a été écrit par John Carpenter et Debra Hill, déjà auteurs du premier volet. Cette dernière mentionna dans une interview pour le magazine Fagoria en 1981 que le film était pratiquement identique que celui qu'ils avaient écrit dans la première version du scénario. Elle explique aussi avoir envisagé avec Carpenter une suite se déroulant plusieurs années après La Nuit des masques[4]. Dans cette version, Myers suivait Laurie dans son nouvel appartement[4].

Initialement, Halloween 2 devait clôturer l'histoire de Michael Myers et de Laurie Strode. Ni Carpenter, ni Hill n'ont participé à l'écriture des différentes suites. Le troisième volet, Halloween 3 : Le Sang du sorcier, sorti un an plus tard, a pourtant été initié par les scénaristes[4], et des éléments des deux premiers films furent conservés.

Le critique Roger Ebert note que l'intrigue de cette suite est plutôt simple : « L'histoire d'Halloween 2 repose, bien sûr sur notre vieil idiot d'ami qui exige que chacun dans le film se comporte de manière idiote à tout moment. C'est nécessaire parce que si quelqu'un ne faisait jamais d'erreur, le problème serait résolu et le film se terminerait. »[5]. Les dialogues ont été décrits comme peu profonds. Hill a repoussé de telles critiques en affirmant que « dans un thriller, ce que dit le personnage est souvent sans rapport, c'est une manière de créer le suspense[6].. »

L'historien Nicholas Rogers suggère qu'une partie du film semble avoir inspiré des « controverses contemporaines entourant la fête elle-même[7]. » Il en est question dans la scène du film quand un jeune garçon dans un costume de pirate arrive à Haddonfield Memorial Hospital avec une lame de rasoir introduit dans sa bouche, une référence à la légende urbaine entachée de bonbons d'Halloween[8]. Selon Rogers, « Les films Halloween sont des histoires sur le sadisme et clairement négociées sur les incertitudes qui entourent la sécurité générale du festival[7].. »

Distribution[modifier | modifier le code]

C'est à Sunset Boulevard que cette suite, tout comme le premier, a été tournée.

Les acteurs principaux de La Nuit des masques ont repris leur rôle, à l'exception de Nick Castle, qui avait interprété Michael Myers adulte. Âgé de 63 ans, Donald Pleasence accepte de reprendre le rôle du docteur Loomis. Jamie Lee Curtis, devenue une star depuis le premier film, n'a tourné que des films d'horreurs (Fog, Le Bal de l'horreur et Le Monstre du train) entre 1978 et 1981, dates qui séparent la sortie du premier et du second volet. Ayant les cheveux courts au moment du tournage, elle dut utiliser une perruque longue pour interpréter Laurie Strode. Elle reprendra son rôle en 1998 dans Halloween 20 ans après et enfin dans Halloween : Résurrection en 2002. Elle fait aussi un caméo non crédité dans Halloween 3.

Charles Cyphers reprend le rôle du shérif Leigh Brackett, mais son personnage disparaît très vite. D'ailleurs Nancy Kyes est de retour pour un caméo en reprenant son rôle d'Annie Brackett.

Dick Warlock interprète Michael Myers (crédité en tant que « The Shape » - « La Forme » - au générique). À l'âge de 40 ans, il n'avait tourné que peu de films comme acteur. Sa principale activité était cascadeur. Il tourna dans des films avec les plus grands tels que Les Bérets verts (John Wayne, 1968), Les Dents de la mer (Steven Spielberg, 1975) ou encore Complot de famille (Alfred Hitchcock, 1976), ainsi que dans la série policière Dossiers brûlants[9]. Après Halloween 2, il interprétera l'assassin d'Halloween 3 : Le Sang du sorcier.

Warlock déclara que le masque blanc qu'il portait dans le film était le même que celui utilisé par Nick Castle dans le premier film. Dans une interview, il explique comment il s'est préparé au rôle et comment Myers apparaît plus de fois à l'écran dans la suite que l'original :

« J'ai observé les scènes où Laurie est blottie dans la garde-robe. Michael brise la porte, elle saisit un porte manteau et le lui envoie dans les yeux. Michael tombe et Laurie se dirige vers la chambre à coucher, reste devant la porte et s'assoit. Dans l'arrière-plan, nous voyons Michael se relever et se tourner vers Laurie au rythme de la musique. Le masque qu'il porte alors était le même que celui que j'avais dans Halloween 2[10]. »

Le reste de la distribution est quasiment composé d'acteurs et actrices inconnus, à l'exception de Jeffrey Kramer et de Ford Rainey. Kramer avait déjà tourné dans Les Dents de la mer et Les Dents de la mer 2 (1978). Dans Halloween 2, Kramer joue le docteur Graham, un dentiste qui examine les restes carbonisés d'un garçon confondu avec Myers. Rainey est un acteur connu pour ses rôles à la télévision comme Bonanza, Gunsmoke ou Super Jaimie. Il a été choisi pour interpréter le médecin Frederick Mixter au Haddonfield Memorial Hospital[11].

Le personnel de l'hôpital étaient des connaissances du réalisateur Rick Rosenthal[12]. Il s'agissait notamment de Leo Rossi, Pamela Susan Shoop, Ana Alicia et Gloria Gifford. Rossi allait tourner ensuite dans des séries télévisées telles que Capitaine Furillo ou Falcone[13],[14].

Pamela Susan Shoop interpréta l'infirmière Karen, assassinée par Myers. C'est d'ailleurs la seule scène du film où l'on peut voir de la nudité. L'actrice explique le tournage : « Ça a été très dur ! L'eau était glacée et assez sale. J'ai fini par avoir une infection à l'oreille[15].. » Avant de travailler avec Rosenthal, l'actrice avait fait plusieurs apparition à la télévision comme dans Wonder Woman et B.J. and the bear et fera plus tard K 2000 et Arabesque[16]. Gifford et Alicia apparaissaient comme aide aux infirmiers. Alicia deviendra plus tard célèbre pour son rôle dans la série Falcon Crest.

Lance Guest interprète un conducteur, Jimmy. Comme Jamie Lee Curtis avec La Nuit des masques, ce film « lança » sa carrière. Il tourna des films comme Starfighter (Nick Castle, 1984) et Les Dents de la mer 4 : La Revanche (Joseph Sargent, 1987) ainsi que dans la série télévisée Corky, un adolescent pas comme les autres[17]. Pour Starfighter, Nick Castle déclara : « Lorsque j'ai préparé le film, le premier nom que j'ai écrit pour la distribution était celui de Lance. Je voulais le retrouver après Halloween 2. ». Il ajoute : « Il possédait toutes les qualités que je voulais pour le personnage, une sorte d'innocence, de timidité, mais de détermination[18]. »

Réalisation[modifier | modifier le code]

La maison utilisée dans le premier film à Mission Street (Pasadena) que l'on peut revoir au début du second.

John Carpenter refusa de signer la réalisation de cette suite et pensa à Tommy Lee Wallace, directeur artistique de La Nuit des Masques, pour prendre le relai. Le réalisateur déclare : « J'ai fait ce film une fois, je n'ai pas envie de le faire à nouveau. »[19]. Son choix se porta finalement sur le débutant et inconnu Rick Rosenthal qui avait tourné dans la série Secrets of Midland Heights (19801981). Dans un entretien avec Twilight Zone Magazine, Carpenter explique que Rosenthal a été choisi parce qu'« il avait fait un court métrage fantastique intitulé Toyer plein de suspense et de tension avec de fantastiques performances[20]. »

Rosenthal tenta de recréer certains éléments et les thèmes du film original. Au début, le générique défile sur une tête de citrouille qui se coupe en deux pour révéler un crâne humain. Dans l'original, la caméra zoome sur l'œil gauche de la tête de citrouille. La première scène du film est présentée selon la vision de Michael Myers qui observe la maison d'un couple âgé et vole un couteau de cuisine. Rosenthal essaya de reproduire certains plans où Myers apparaît[21]. Dans une interview avec Luke Ford, Rosenthal explique :

« On voulait que Halloween 2 soit une suite directe, un prolongement. Il commence une minute après la fin du premier film. On doit essayer et c'est difficile de garder le style du premier film. C'est votre responsabilité. C'est la même équipe. Ma philosophie est de faire plus qu'un simple thriller qu'un slasher[10]. »

La décision d'insérer plus de « gore » et de nudité dans la suite n'a pas été prise en compte par Rosenthal, mais par Carpenter qui voulait un film beaucoup plus violent que l'original[22]. Selon le site officiel du film, « Carpenter est arrivé et a réalisé de nouvelles séquences afin de remplacer certains des travaux de Rosenthal. »[20]. Une critique du film note que « Carpenter, préoccupé par le fait que les images soient jugées trop « inoffensives » par le public, a saupoudré plusieurs scènes de mort avec plus de gore[23]. ». Lors d'une autre interview, Carpenter dira de son rôle :

« C'est une longue, longue histoire. Il s'agit là d'un projet où je suis venu à la suite de nombreuses pressions. Je n'ai eu aucune influence sur la réalisation du film. J'ai eu une influence dans la post-production. J'ai vu la première version de Halloween 2, et ce n'était pas effrayant. Il faisait à peu près peur comme Quincy. Donc, nous avons dû faire quelques modifications dans la post-production[24]. »

Rosenthal n'était pas satisfait des modifications de Carpenter. Il s'est plaint que le réalisateur du premier film « ruinait soigneusement le rythme du film[25] ». Néanmoins, quelques scènes contiennent des éléments jusque là inédites au cinéma.

Roger Ebert affirme : « Ce film propose le premier gros plan dont je me souvienne d'une aiguille hypodermique insérée dans un globe oculaire[5] ». Il n'est pas souvent classé comme un « slasher » en raison du niveau élevé de gore[26]. Rosenthal réalisera vingt ans plus tard le huitième film de la série Halloween, Halloween : Résurrection (2002).

Musique[modifier | modifier le code]

Comme pour le premier, John Carpenter est le compositeur d’Halloween 2. La musique du film est très importante car c'est une des raisons du succès de La Nuit des masques[27]. La bande-sonore reste la même. Le film est composé au piano en signature rythmique. Le producteur, scénariste et compositeur, déclara dans une interview « Je peux jouer sur n'importe quel clavier, mais je ne peux pas lire ou écrire une seule note[28] ».

Un analyste de la BBC affirme que la nouvelle version « ne sonne pas tout-à-fait aussi bien que l'original », mais « il n'en reste pas moins une pièce classique de la musique »[29]. Carpenter s'est fait aider par Alan Howarth qui avait déjà été impliqué dans Star Trek, le film (1979) et travailla à nouveau avec Carpenter sur des projets tels que New York 1997 (1981) et Christine (1983)[30].

Dans le film, on peut entendre la chanson Mr. Sandman jouée par The Chordettes[31].

Version alternative[modifier | modifier le code]

Une version alternative de Halloween 2, connue sous le nom de Rick Rosenthal Version, a été diffusée à la télévision au début des années 1980. La plupart des images violentes et gores et plusieurs scènes supplémentaires ont été ajoutées. Cette autre version est parfois visible sur la chaîne American Movie Classics.

À l'origine, cette version du réalisateur déplut à John Carpenter qui fit un nouveau montage. Une édition spéciale DVD/Blu-Ray regroupant les deux versions est sortie en 2012.

Accueil[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

La première d'Halloween 2 eut lieu le 30 octobre 1981[32]. Pour faire la promotion du film, Universal Pictures imprima une affiche représentant un crâne superposé avec une citrouille. Cette image est décrite par l'historien Robert E. Kapsis comme « un unique motif d'horreur. »

Le film engrangea 7 446 508 $ lors du premier week-end d'exploitation et totalisa 25 533 818 $[32]. Les droits du film ont été vendus au célèbre producteur italien Dino De Laurentiis et distribué par Universal Pictures[33].

Bien que les résultats au box-office d'Halloween 2 aient considérablement baissés par rapport au premier qui avait rapporté 47 000 000 $, il est considéré comme un grand succès au vu des recettes des films de genre de l'année 1981 : Le Tueur du vendredi (21 722 776 $), La Malédiction finale (20 471 382 $) et Hurlements (17 985 893 $). Halloween 2 est sorti dans toute l'Europe, mais fut interdit en Allemagne de l'Ouest et en Islande en raison de la violence graphique et de la nudité. En 1986, il fut interdit en Norvège. Le film a été projeté au Canada, en Australie, aux Philippines et au Japon[33],[34],[35],[36].

En 1982, l'Académie des films de science-fiction, fantastique et horreur aux États-Unis, nomma le film pour deux Saturn Awards : celui du Meilleur film d'horreur et celui du Meilleur Acteur pour Donald Pleasence, mais il perdit face au Loup-garou de Londres et face à Harrison Ford pour Les Aventuriers de l'arche perdue[37].

Le film a d'abord été édité en VHS et laserdisc en 1982 par MCA/Universal Home Video et plus tard par Goodtimes Home Video. À partir de 1988, sont sorties les éditions DVD[33]. Une adaptation du scénario fut adaptée en livre de poche l'année de sa sortie par l'écrivain Dennis Etchison sous le pseudonyme de Jack Martin. La nouvelle a été distribuée par Kensington Livres et est devenue un best-seller[38],[39].

Critiques[modifier | modifier le code]

À sa sortie, Halloween 2 reçut un accueil très mitigé. La plupart des critiques ont comparé le film à l'original et ont trouvé qu'il laissait à désirer. Roger Ebert du Chicago Sun-Times a écrit que Halloween 2 représentait « une chute de grandeur » qui « ne cherche même pas à rendre justice à l'original. » Ebert commente également: « au lieu de cela, il tente de dépasser toutes les autres scènes de violence de ces dernières années[5]. » James Berardinelli déclare de son côté :

« Le principal problème fut la motivation sous-jacente du film. Halloween était un travail d'amour, fait par le peuple et le film ne fait que rendre cette fête inquiétante. Halloween 2 a été tourné simplement dans un but économique[23]. »

Il accusa Carpenter et Hill, de ne pas croire « à ce projet de la même façon dont ils ont cru en l'original et cela se voit dans le montage final. C'est un ennui répétitif[23]. »

D'autre part, Janet Maslin du New York Times a comparé le film à d'autres suites d'horreur. « Par les normes de la plupart des films d'épouvante récents, ce film semblable à son prédécesseur — est un acte de classe. Il y a une certaine variété des crimes, comme celle entre les personnages et le public qui va probablement pousser des hurlements aux moments inquiétants et effrayants. » Maslin applaudit également la performance des acteurs[40].

David Pirie, du magazine anglais Time Out, donna une critique positive au film en déclarant : « Rosenthal n'est pas Carpenter, mais il reprend le style visuel du premier dans cette suite. » Il écrit que le caractère Myers a évolué depuis La Nuit des masques : « Il devient un agent du mal absolu[41]. »

Un historien du cinéma, Jim Harper, indique : « Le temps a été un peu juste pour le film, mais il est réussi ! ». Avec le recul, « de nombreux critiques ont fini par reconnaître qu'il est beaucoup mieux que la plupart des films de « slashers » des années quatre-vingt[42]. »

Rotten Tomatoes scolarise un score de 29% de critiques positives, basé sur 34 avis.

Controverse[modifier | modifier le code]

Les détracteurs de films d'horreur ont accusé le genre de diminuer la moralité et accusent d'accroître le taux de criminalité chez les jeunes des États-Unis. Selon le critique Peter Peeters, les esprits fragiles sont déformés par « la soif illimitée et le sexe, l'horreur, l'horrible monde cadavérique, de torture, de boucherie et de cannibalisme, la violence et la destruction[43]. » Un tragique incident lié au film Halloween 2 a favorisé de telles controverses.

Le 7 décembre 1982, Richard Delmer Boyer de El Monte, Californie, a assassiné Francis et Eileen Harbitz, un couple de personnes âgées de Fullerton, Californie, menant au procès populaire People versus Boyer (1989). Le couple s'est fait poignarder 43 fois par Boyer. Selon le procès-verbal, Boyer souffrait d'hallucinations provoquées par Halloween 2. Il était sous l'influence de phéncyclidine, de marijuana et d'alcool. Selon le jury, le film « fait observer diverses similitudes entre ses scènes et les visions décrites par l'accusé[44]. »

Boyer a été reconnu coupable et condamné à mort. L'incident fut traité en tant que Halloween 2 Murders et fut présenté dans un court segment sur la Turner Network Television, présenté par le critique de cinéma Joe Bob Briggs[20]. Par la suite, certains ont demandé d'interdire les films d'horreur. La suggestion fut refusée. Thomas M. Sipos, par exemple, a déclaré : « Il serait stupide, après tout, d'interdire les films d'horreur simplement parce que Boyer affirme avoir pensé qu'il était dans Halloween 2[45]. »

Suites[modifier | modifier le code]

Halloween 2 devait être le dernier chapitre d'une saga avec le personnage de Michael Myers[4]. Mais sept ans après l'échec de Halloween 3 : Le Sang du sorcier (1982) qui se passait de ce dernier, Myers revient dans Halloween 4 : Le Retour de Michael Myers (1988). En 1998, Halloween, 20 ans après, qui marque le retour de Laurie Strode, considéré comme la suite alternative d'Halloween 2 (où les Halloween 4, 5 et 6 avec Michael Myers n'ont jamais existé).

Erreurs scénaristiques[modifier | modifier le code]

  • Le film s'ouvre avec la dernière scène du premier volet. Celle-ci a cependant subi de petits changements : Lorsque Loomis tire sur Michael Myers, celui-ci tombe du balcon principal situé à l'avant de la maison. La minute d'après, le psychiatre arrive à la porte d'entrée et découvre que le corps a disparu. Or, si l'on revoit la fin d'Halloween, la nuit des masques, on observe que Michael Myers tombe d'un autre balcon qui donne derrière la maison et non pas devant. De plus, Loomis aperçoit la disparition de Myers depuis ce même balcon et non depuis la porte d'entrée comme le montre le second film.
  • À la fin du premier film, La Nuit des masques, Laurie Strode parvient à enlever le masque de Michael Myers, où l'on peut brièvement voir le visage de celui-ci, interprété par Nick Castle, remettant ensuite son masque, juste avant que le docteur Sam Loomis lui tire dessus. Dans la suite, Halloween 2, lorsque Laurie Strode enlève le masque de Myers, on ne voit plus clairement le visage du tueur, la scène où l'on voit de manière distincte son visage est coupée. Deux hypothèses peuvent éventuellement l'expliquer : Dans le second volet, Michael Myers est interprété par un autre figurant, l'acteur et cascadeur Dick Warlock ; Ou alors, il était dans l'intérêt du film, surtout au début, de laisser le mystère sur le visage de Michael Myers, qui porte un masque tout au long du film.
  • Les infirmiers précisent au Dr Mixter que Laurie a reçu un coup de poignard sous le sein gauche alors que l'on avait bien vu Myers l'atteindre simplement à l'humérus gauche dans le premier film.
  • Les personnages ont quelque peu changé de mode vestimentaire : Loomis, qui à l'origine avait une grosse cravate typique des années 70, porte ici une cravate plus fine ; Quant à Laurie, elle porte une chemise comportant un col aux bords courts alors qu'au départ, elle en portait une avec un col aux bords longs, typique des années Disco. Certains personnages ont même des coiffures typiques de ce début des années 80.
  • Au début du film, quand Loomis tire à plusieurs reprises sur Michael Myers, on peut entendre 7 détonations alors que son pistolet ne peut compter que 6 balles. De plus, un peu plus loin dans le film, on peut attendre Loomis dire a plusieurs reprises au shérif qu'il lui a tiré 6 fois dessus.

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Box office/business for Halloween 2 (1981). IMDB.
  2. « Fiche de doublage VF du film » sur AlloDoublage, consulté le 1 novembre 2012
  3. a et b (en) Debra Hill Interview, Fangoria, sur HalloweenMovies.com
  4. a, b, c et d (en) Halloween 3 : Le Sang du sorcier sur HalloweenMovies.com
  5. a, b et c (en) Roger Ebert, à propos de Halloween 2, Chicago Sun-Times, 1er janvier 1981, sur RogerEbert.com
  6. (en) Debra Hill Hitchcock: The Making of a Reputation (Chicago: University of Chicago Press, 1992), p. 172, ISBN 0-226-42489-8.
  7. a et b (en) Nicholas Rogers, Halloween: From Pagan Ritual to Party Night (Oxford: Oxford University Press, 2002), p. 121, ISBN 0-19-516896-8.
  8. (en) Barbara Mikkelson, "Pins and Needles", sir Snopes.com
  9. (en) Dick Warlock sur l’Internet Movie Database
  10. a et b (en) Dick Warlock, interview avec PitofHorror.com.
  11. (en) Ford Rainey sur l’Internet Movie Database
  12. (en) Luke Ford, interview avec Rick Rosenthal, 12 mars 2002, sur LukeFord.net.
  13. (en) Leo Rossi sur l’Internet Movie Database
  14. (en) Leo Rossi Biographie, sur HalloweenMovies.com.
  15. (en) Pamela Susan Shoop interview, surLukeFord.net.
  16. (en) Pamela Susan Shoop Biographie, sur HalloweenMovies.com.
  17. (en) Lance Guest sur l’Internet Movie Database
  18. (en) Nick Castle interview, quoted at Starfighter.photoweborama.com
  19. (en) Interview de John Carpenter, Famous Monsters Magazine sur HalloweenMovies.com.
  20. a, b et c (en) Behind the Scenes, Halloween 2, surHalloweenMovies.com.
  21. (en) Review of Halloween 2 sur Epinions.com.
  22. (en) Bill Chambers, Halloween 2 in FilmFreakCentral.net.
  23. a, b et c (en) James Berardinelli, à propos de Halloween 2 sur ReelViews.com.
  24. (en) John Carpenter, interview avec Twilight Zone Magazine voir ici
  25. (en) Justin Kerswell, "Slash with Panache?", à propos de Halloween 2 sur Hysteria-Lives.co.uk.
  26. (en) John McCarty, The Official Splatter Movie Guide (New York: St. Martin's Press, 1989), ISBN 0-312-02958-6, quoted at RogerEbert.com.
  27. (en) Analyse d'Halloween.
  28. (en) John Carpenter, Entertainment Weekly Interview, HalloweenMovies.com.
  29. (en) More of the Night He Came Home, à propos de Halloween 2, BBC Collective, 23 octobre 2003, sur BBC.co.uk.
  30. (en) Alan Howarth sur l’Internet Movie Database
  31. (en) Soundtrack, Halloween 2, sur HalloweenMovies.com
  32. a et b (en) Halloween 2 at Box Office Mojo
  33. a, b et c (en) Halloween
  34. (en) Halloween 2 sur Internet Movie Database.
  35. (en) Censure en Allemagne MelonFarmers.com.
  36. (en) Halloween 2 Censures EEOFFTV.com.
  37. (en) Saturn Awards, 1982, sur Internet Movie Database.
  38. (en) Jack Martin, Halloween 2, (New York: Kensington, 1981), ISBN 0-89083-864-X.
  39. (en) Dennis Etchison, Jack Dann, and Ramsey Campbell, eds., Gathering the Bones: Original Stories from the World's Masters of Horror (New York: Tor/Forge, 2003), p. 447, ISBN 0-7653-0179-2.
  40. (en) Janet Maslin, "Movie: 'Halloween 2' for Fright Fans", New York Times, 30 octobre 1981, p. C8.
  41. (en) David Pirie, « Halloween 2 » in Time Out Magazine, reprinted in 1991, p. 277.
  42. (en) Jim Harper, Legacy of Blood: A Comprehensive Guide to Slasher Movies (Manchester, Eng.: HeadPress/Critical Vision, 2004), pp. 16–17, ISBN 1-900486-39-3.
  43. (en) Peter Peeters, The Four Phases of Society: Where Are We Going in the 21st Century? (Westport, Conn.: Greenwood Press, 1998), p. 70, ISBN 0-275-96143-5.
  44. (en) People v. Boyer (1989) 48 C3d 247, transcript available voir ici.
  45. (en) Thomas M. Sipos, Don't Blame the Devil This Halloween, 11 octobre 2005, at HollywoodInvestigator.com

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 14 juillet 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.