Château de Dampierre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Château de Dampierre (homonymie)
Château de Dampierre
Image illustrative de l'article Château de Dampierre
Le château vu du nord.
Période ou style classique
Type château
Architecte Jules Hardouin-Mansart
Début construction 1675
Fin construction 1683
Propriétaire initial Charles Honoré d'Albert de Luynes
Destination initiale habitation
Propriétaire actuel Philippe d'Albert de Luynes
Destination actuelle visite
Protection  Inscrit MH (1928)[1]
Site web www.chateau-de-dampierre.fr/en/index2.htm
Coordonnées 48° 42′ 17″ N 1° 59′ 17″ E / 48.7048, 1.9881 ()48° 42′ 17″ Nord 1° 59′ 17″ Est / 48.7048, 1.9881 ()  [2]
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Commune Dampierre-en-Yvelines

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Dampierre

Le château de Dampierre est un château français de style classique situé dans le creux d'un vallon, contre la vallée de Chevreuse, dans la commune de Dampierre-en-Yvelines dans le département des Yvelines et la région d'Île-de-France.

Construit dans le dernier quart du XVIIe siècle par Jules Hardouin-Mansart, sur les ordres du duc de Chevreuse, Charles Honoré d'Albert, gendre de Colbert, il est situé dans un vaste parc dessiné par Le Nôtre.

Le château de Dampierre, où ont séjourné les rois Louis XIV et Louis XV[3], est la propriété de la famille d'Albert de Luynes depuis 1663, qui possède également le château de Luynes dans l'Indre-et-Loire.

Le château fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 30 mai 1928[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château a été bâti sur l'emplacement d'un manoir construit au XIIIe siècle pour un cadet des sires de Chevreuse.

Incendié pendant la jacquerie de 1358, il est restauré sous Louis XI pour le compte d'un notable parisien, Jacques de Thumery; et en 1480 il est valorisé par la création d'un étang.

Dampierre à la Renaissance[modifier | modifier le code]

Dampierre est acquis en 1528 par Jean Duval, notaire et secrétaire du roi, devenu trésorier de l'épargne de François Ier, qui agrandit la seigneurie et l'étang, et modernise le manoir.

Celui-ci comprend désormais « plusieurs corps d'hôtel »[4] agencés sur des voûtes trapues autour d'une cour, dans une enceinte de fossés, et un petit jardin à fleur d'eau du côté de la vallée de Chevreuse. Le logis présente un rez-de-chaussée surélevé compris entre l'étage des offices et les combles, avec façades crépies de chaux et de sable, pierre de taille en chaînage d'angle et briques pour former doubles bandeaux en parements de croisées, lucarnes, et souches de cheminées.

Du côté du village se trouve un pavillon d'entrée, équipé d'un pont-levis et de deux tourelles d'angle « garnies de canonnières »[5]. Dès 1550 l'ensemble sert de modèle à Pierre Seguier pour l'agrandissement de son château de La Verrière (disparu).

Le 16 février 1551, le cardinal Charles de Lorraine, archevêque de Reims et duc de Chevreuse, fait l'acquisition de Dampierre.

De nouvelles dépendances sont édifiées en avant de l'entrée Le peintre Francesco Salviati orne l'intérieur de fresques en 1554.

Du côté des jardins, au niveau des offices, le logis est prolongé de portiques interrompus par trois pavillons et développés autour d'un parterre; ils s'inscrivent dans un vaste réseau de canaux, créé en 1555.

Dans Les plus excellens bastiments de France  [sic] (1576-1579), Androuet du Cerceau consacre quatre planches à Dampierre. À l'angle antérieur gauche du château, il montre des arcs et des pilastres dans le style classique de la Renaissance qui couronnent l'ancienne tourelle d'un élégant belvédère et rythment une serlienne sur le pavillon contigu. Au fond de cette tourelle se trouve une étuve, représentée sur une planche de détail, qui semble une reproduction d'un dessin du Primatice qui a sans doute contribué à ces embellissements de concert avec Claude Foucques, architecte du cardinal de Lorraine[6].

Sous le duc Claude de Lorraine (1578-1657), fils cadet de Henri Ier de Guise, duc de Guise, un corps de logis dit l'Astrée, ainsi dénommé car il est décoré de peintures inspirées du roman L'Astrée d'Honoré d'Urfé, est adossé à une aile des dépendances. À la même époque, il existe au bout de l'étang une île animée de cinq pavillons où aimait se retirer la célèbre duchesse de Chevreuse, née Marie de Rohan (1600-1679).

La reconstruction du château par Hardouin-Mansart[modifier | modifier le code]

Château de Dampierre. Façade sur le jardin.
Château de Dampierre. Façade sur la cour.
Château de Dampierre. Façade sur le jardin.

En 1663 le château passe à Louis Charles d'Albert de Luynes (1620-1699), 2e duc de Luynes, fils issu du premier mariage de la duchesse de Chevreuse avec Charles d'Albert (1578-1621), 1er duc de Luynes, Connétable de France, favori du roi Louis XIII. Le château va dès lors rester dans la maison d'Albert.

À partir de 1675 le duc de Chevreuse, Charles Honoré d'Albert de Luynes (1646-1712), gendre du contrôleur général des finances de Louis XIV Jean-Baptiste Colbert, entreprend de moderniser Dampierre et fait appel à Jules Hardouin-Mansart qui devient Premier architecte du roi en 1681. Les travaux de Dampierre battent leur plein entre 1682, année où le roi annonce son installation définitive au château de Versailles, et 1684.

L'aile neuve des écuries est allongée en 1685. À la fin de 1688, le sculpteur David Bertrand s'apprête à décorer sur place des cheminées en stuc inspirées par la Renaissance italienne dont deux subsistent au premier étage[7].

Après les travaux d'Hardouin-Mansart, le corps principal du château est agrandi, surélevé et rendu plus homogène, avec une distribution plus rationnelle. Les espaces de la cour intérieure et du petit jardin clos sont diminués et ce qui reste de ce dernier est remplacé par une terrasse à hauteur du rez-de-chaussée. L'architecte conserve les voûtes anciennes, ramène les douves à leur plan d'origine, remanie les tourelles d'angle sans les détruire et rhabille certains pans de murs. « Il a su marier les lignes de son architecture avec les composantes traditionnelles des parements locaux les plus réceptifs à la lumière (crépi ocre, brique, pierre de grès taillée). Enfin il a osé réinterpréter le jeu décoratif du double bandeau qui rappelle les châteaux du Val de Loire du XVIe siècle.

Côté parc, il a ajouté le perron et l'escalier majestueux qui franchit la douve. Du côté de l'entrée, il a ouvert la cour intérieure, comprise entre les ailes du logis, sur une cour d'honneur, bordée par deux longs bâtiments symétriques avec galeries à arcades en rez-de-chaussée. Derrière ces bâtiments et le village, il créa des dépendances. Enfin, il a précédé la cour d'honneur, bordée de balustrades, d'une avant-cour en pente douce, qu'introduisent deux légers pavillons entre des sauts-de-loup. »[8]

Entre 1742 et 1743, le duc Charles Philippe d'Albert de Luynes fait remplacer les cinq pavillons de l'île par de nouveaux bâtiments couverts "à l'Italienne", sans doute conçus par Jean Cailleteau dit « Lassurance le Jeune ».

Le principal de ces pavillons a seul subsisté; il était orné de boiseries richement sculptées de médaillons sur la thème de la chasse et de trophées de musique, qui furent remontées vers 1850 dans le grand salon du château, mais sans leur lambris d'appui.

En 1758 le château reçoit une grille d'honneur en fer forgé créée par Louis-Adam Loriot.

En 1765 le duc Marie-Charles-Louis d'Albert de Luynes fait construire une orangerie au bout de l'Astrée et de l'aile voisine des dépendances, dans laquelle il fait remployer des pierres à bossages et des mascarons féminins du XVIe siècle, toujours en place.

En 1778 des têtes de chevaux et de cervidés dues à Ligier Richier sont incorporées à la façade noble des écuries.

En 1793 Joseph Charles Amable, sixième duc de Luynes, est arrêté puis relâché à la demande des villageois, il revient au château où il ne sera plus inquiété et parvient à faire traverser cette période troublée à la bibliothèque qu'il avait notablement enrichie.

Les transformations de Félix Duban[modifier | modifier le code]

Le château de Dampierre traverse la Révolution française sans encombres, mais en très mauvais état en raison des dégâts causés par l'humidité, il est restauré à partir de 1839 par le duc Honoré Théodoric d'Albert de Luynes (1802-1867), numismate et archéologue, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres; celui-ci a hérité de la considérable fortune paternelle mais n'est que l'usufruitier du château, transmis à son fils unique, encore adolescent.

Le duc fait appel à l'architecte Félix Duban qui fait avancer légèrement les frontons du château au-dessus des colonnes, mascarons, balcons en fer forgé et portes-fenêtres, recomposées en plein cintre au rez-de-chaussée. Le monogramme ducal y est inscrit entre des lions en bas-relief de Christophe Fratin.

La grande salle d'apparat du premier étage y gagne en hauteur et en éclairage grâce à une lanterne prise entre deux arcs doubleaux et deux parois cintrées au centre d'un plafond à voussures. Deux tribunes sont aménagées à ses deux extrémités, soutenues par des cariatides qui copient, avec la polychromie en plus, celles découvertes à Rome dans la villa d'Hérode Atticus.

Elles soutiennent le décor néo-antique de la galerie, conçu pour abriter deux grandes peintures commandées à Jean-Auguste-Dominique Ingres dès 1839[9].

Le Maître en donne les sujets – L'Âge d'Or et L'Âge de Fer – et commence le premier au mois d'août 1843 mais le laisse inachevé en 1848 sans même avoir entrepris le second...on dit que, fort impatienté de l'extrême lenteur de ce "chantier" de cinq années - Ingres ayant peut-être accepté d'autres travaux - son commanditaire fit transporter dans la cour d'honneur du château tout le matériel du peintre, que celui-ci trouva en arrivant un matin.

Trois de ses élèves travaillèrent dans ce salon : Hippolyte Flandrin y peignit des nus et des ornements pompéiens, son frère Paul deux paysages opposés, enfin le sculpteur Pierre-Charles Simart réalise quatre frises et dix bas-reliefs d'inspiration hellénistique entre 1841 et 1843. Les arc de la galerie sont ornés de petits bas-reliefs de Francisque Duret.

En 1843 le duc de Luynes commanda à Antoine Vechte un vase en argent, qui a été vendu en 2013 par les antiquaires Kugel lors de la 26ème édition de la "Tetaf" de Maastricht par le Rikjsmuseum grâce au mécénat d'un collectionneur néerlandais. (Sylvain Alliod, Tetaf, le bilan, dans "La Gazette de l'Hôtel Drouot" n°13 - 5/04/2013, p 243).

La Minerve de Simart[modifier | modifier le code]

De 1844 à 1855 sur les indications du duc, l'orfèvre Henri Duponchel exécute une tentative de restitution au quart de la statue chryséléphantine d'Athéna exécutée par Phidias pour le Parthénon, qui est est posée devant « L'Âge d'or » sur un socle en marbre de Carrare où Simart a sculpté une « Naissance de Pandore ».

Cet "exemple de polychromie sculpturale" exposé à l'Exposition Universelle de 1855 fut ainsi décrit par Théophile Gautier : "(...) La victoire que tient Minerve dans sa main et qui fait palpiter éperdument ses frissonnantes ailes d'or est la plus délicieuse statuette chryséléphantine qui se puisse rêver" (Maumené - op.cit., p. 351).

Le décor du vestibule du grand escalier d'honneur est revu en 1840-1841. Le plafond représentant « l'Abondance » entourée de quatre médaillons en grisaille est peint par Charles Gleyre tandis que les trois grands vases en trompe-l'œil sur les murs sont dus au pinceau de François-Édouard Picot.

Les boiseries de la chapelle voisine ont été sculptées par Jean-Baptiste-Louis Plantar sur des dessins de l'architecte du duc de Luynes Joseph-Frédéric Debacq. Les statues de la Vierge de la Nativité et des Quatre Evangélistes sont dues à Alexis-Hippolyte Fromanger.

Le Louis XIII de Rude[modifier | modifier le code]

En 1842 un des salons du rez-de-chaussée fut décoré pour recevoir une statue de Louis XIII en argent sur un superbe piédestal de bronze, commandée en 1840 à François Rude et exécutée avec le concours des fondeurs Eck et Durand.

"Aussi satisfait que l'artiste de cette oeuvre", le duc de Luynes lui remit 10 000 francs au lieu des 6 000 convenus, soit, en ajoutant la matière, la fonte et le piédestal une dépense totale d'au moins 65 000 francs, selon A.Maumené (op.cit., p. 350).

Prêtée exceptionnellement en 1876 à l'Exposition organisée au profit des Alsaciens-Lorrains, elle y fut très remarquée; elle fut volée en 1985.

Architecture[modifier | modifier le code]

Ingres L'Odalisque à l'esclave (1842), le jardin en arrière plan est inspiré du parc du château de Dampierre

Cette architecture révèle un style classique par la rigoureuse disposition des fenêtres, qui marque les étages, et par l'entrée monumentale, précédée d'un large escalier. La façade est ornée de colonnes et d'un fronton à l'antique.

Les fines boiseries de la salle à manger, attribuées au menuisier Bernard Toro, datent de l'époque Louis XIV. De nombreuses pièces ont été lambrissées sous Louis XV.

Dans la Salle de Musique est exposée l’Âge d’Or, une fresque (inachevée) par Ingres.

Bibliothèque[modifier | modifier le code]

La bibliothèque de Dampierre vue en 1908[modifier | modifier le code]

Vente de la bibliothèque chez Sotheby's le 29 avril 2013

"C'est une des mieux choisies qu'il y ait en France sur les sujets historiques, occupant toute une aile de la grande cour, contient 18 500 volumes, notamment des lettres autographes de Louis XIV et de Colbert, un Coran manuscrit, don de Soliman Pacha, une Bible du XIIe siècle, deux livres d'heures du XVe siècle, deux manuscrits du calligraphe Jarry, chargé par le duc de Montausier d'écrire la Guirlande de Julie, et de très précieuses archives familiales (...). Enfin des collections d'histoire naturelle, principalement de géologie, sont disposées dans la salle de l'Astrée. Les magnifiques collections de Dampierre ont toujours attiré l'attention des artistes et des critiques d'art" (Maumené, op. cit. p 351).

Ce très riche fonds aristocratique, contient également l'album original (selon l'expert de la vente) relié relatant les fêtes données à Paris pour le mariage du Dauphin, fils de Louis XV, avec l'Infante d'Espagne (1745), illustré de 19 dessins aquarellés (toujours selon l'expert).

Une dispersion programmée[modifier | modifier le code]

Afin de financer d'importants travaux de restauration des bâtiments, cet ensemble vieux de quatre siècles et riche "de plus de 10 000 volumes", une des dernières bibliothèques de grands châteaux français, sera vendu aux enchères publiques par la maison Sotheby's en deux vacations : les 29 et 30 avril 2013, pour la période allant de Louis XIII à la Révolution Française de 1789 dont une importante section militaria, puis, à l'automne 2013, la bibliothèque archéologique et historique axée sur le bassin méditerranéen d'Honoré d'Albert, huitième duc de Luynes (1802-1867)[10].

Peinture[modifier | modifier le code]

Le jardin figurant en arrière plan du tableau L'Odalisque à l'esclave de Ingres fut peint d'après des études faites dans le parc du château[11].

Au cinéma[modifier | modifier le code]

En 1995, l'escalier intérieur du château a servi de décor au film Ridicule de Patrice Leconte, faute d'avoir obtenu les autorisations nécessaires pour tourner au château de Versailles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Notice no PA00087420 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Coordonnées trouvées sur Géoportail
  3. Site officiel : Histoire du château
  4. cité in : Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Guide du Patrimoine. Île-de-France, p. 208
  5. cité in : Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Guide du Patrimoine. Île-de-France, p. 209
  6. Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Guide du Patrimoine. Île-de-France, p. 209
  7. Leurs manteaux représentent « La France et la Renommée » et « La danse des Quatre Saisons » (Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Guide du Patrimoine. Île-de-France, p. 210).
  8. Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Guide du Patrimoine. Île-de-France, p. 210
  9. Après avoir successivement considéré Horace Vernet et Paul Delaroche, le duc de Luynes fixe son choix sur Ingres, alors directeur de l'Académie de France à Rome, et charge Duban, vieil ami du peintre, de lui transmettre l'invitation, qui accepte avec enthousiasme. Le duc lui écrit de Dampierre le 11 avril 1839 : « En faisant restaurer par Monsieur Duban le château de Dampierre, mon désir le plus vif a toujours été de l'orner d'une œuvre d'art qui pût rester comme un ornement précieux à ma famille [...] Aujourd'hui, votre lettre à Monsieur Duban annonce que vous accédez à ma demande et je me hâte de vous témoigner toute la joie que j'en éprouve. La galerie qui devrait être ouverte seulement pour recevoir de vos peintures va être commencée sans retard. Monsieur Duban se charge de vous transmettre les dimensions des deux toiles dont il vous a dit les sujets. J'espère qu'ils vous conviendront, mais je vous supplie de ne les considérer que comme une donnée générale que vous pourrez modifier [...] ».
  10. J.B.R., Vieilles Maisons Françaises n°248, mars 2013, p.17 - ill. d'une vue de la longue galerie qui l'abrite - et Stéphane Durand-Gallet dans Arts et Métiers du Livre, n° 295 mars/avril 2013, p.84 et 85, qui cite les principaux ouvrages)
  11. Valérie Bajou, Monsieur Ingres, p. 262.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

  • Albert Maumené, Le Château de Dampierre (La Vie à la Campagne, n°42, 15/06/1908,pp. 345 à 351, ill. - arch. pers.;);
  • Thomas de Luynes, Duban à Dampierre, dans Sylvain Bellenger et Françoise Hamon dir., Duban. Les couleurs de l'architecte (Gallimard/Electa, 1996, p. 150-155 (ISBN 2-07-015028-3);
  • Thomas de Luynes, dans Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Guide du Patrimoine. Ile-de-France, (Hachette, Paris, 1992 (ISBN 2-01-016811-9);

Liens externes[modifier | modifier le code]