Culture Club

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Culture Pub.

Culture Club

Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical New wave, pop, soul, funk, reggae, calypso, soft rock, nouveaux romantiques
Années actives 1981-1986, 1998-2002, 2006 et 2011-2014
Labels Virgin Records (monde), Epic Records (États-Unis)
Site officiel http://www.culture-club.co.uk/content/audio_index.htm
Composition du groupe
Membres Boy George
Mikey Craig
Jon Moss
Roy Hay
Anciens membres John Suede (avril-juillet 1981)
Sam Butcher (octobre 2006)

Culture Club est un groupe de new wave, de pop britannique d'influence soul-funk formé en avril 1981 par Mikey Craig et Boy George, puis rejoints par Jon Moss et Roy Hay. Ils connaissent un succès mondial durant les années 1980 avec une dizaine de tubes tels que Do You Really Want to Hurt Me, Karma Chameleon, It's a Miracle, Love Is Love ou The War Song avec plus de 50 millions d'albums et de 100 millions de singles vendus dans leur carrière[1].

Les débuts : 1981-1982[modifier | modifier le code]

Du club Planets à Culture Club[modifier | modifier le code]

À l'origine du groupe, c'est la rencontre entre Boy George et Mikey Craig en avril 1981. Ce dernier a découvert George, surnommé le Lieutenant Lush dans le groupe anglais Bow Wow Wow créé par Malcolm McLaren, dans une photo de l'hebdomadaire New Musical Express au côté d'Annabella Lu Win, elle-même leader de ce même groupe. Le personnage l'étonne, Craig est un ancien DJ et un bassiste autodidacte qui a eu connaissance des qualités vocales de George O'Dowd. Il a alors le souhait de le rencontrer avec le but de former un groupe avec lui[2].

Grâce à un ami interposé, les deux hommes se rencontrent dans une boîte de nuit appelée Planets dans laquelle Boy George officie en tant que disc-jockey en dehors de ses brèves activités avec Bow Wow Wow. Pour Craig cette entrevue prend date :

« Ce fut le début de tout. Le groupe n'a vraiment pris forme que lors de la venue de Jon[3]. »

Le projet de groupe prend vraiment forme avec Jon Moss, batteur professionnel qui a fait ses armes depuis son adolescence dans de nombreux groupes punk rock anglais dont London, The Edge, les renommés The Damned ou Adam and the Ants, tout en refusant de rejoindre le groupe américain les Ramones. Toutefois, durant trois mois il joue de la batterie avec le légendaire groupe punk rock The Clash[4]. Les compétences acquises de Moss dans le monde de la musique durant les années 1970 sont un atout important à la nouvelle formation musicale et à sa viabilité dans la durée.

Lors de son intégration, Moss se souvient des premières répétitions :

« C'était affreux. Il ne passait rien du tout mais il y avait quelque chose. C'était loufoque. Je pensais que "C'est juste ce que je recherche". Ils avaient évidemment aucune expérience et ils voulaient faire quelque chose. Ils avaient besoin de moi, et j'avais besoin d'eux. De plus, ils n'étaient pas cyniques ; qu'on pourrait travailler et s'amuser aussi ensemble[4]. »

Afin de compléter le groupe qui manquait d'un guitariste, ils engagent pendant seulement quelques mois John Suede, un ami de longue date de George, apparaîssant notamment dans les premières photos de publicité du groupe. Suede sera remplacé par Roy Hay en juillet 1981[4] après une audition. Selon Roy, au sujet de cette première rencontre :

« La chose qui m'a impressionné, c'était la voix de George. Je ne pensais pas qu'il aurait été capable de chanter, pour être tout à fait honnête[5]. »

Hay est à la fois un guitariste et un claviériste ainsi que l'ancien membre du groupe Russian Bouquet. Hay est sollicité par Moss et George pour rejoindre le groupe[6],[5].

Le choix de Hay présente un intérêt pour Boy George, exprimant ainsi ses raisons :

« Je voulais quelqu'un qui n'avait jamais entendu parler de moi, pas quelqu'un des clubs (londonien). Roy était de la banlieue, où il a joué dans un groupe appelé Russian Bouquet. Il était juste ce que je voulais. Quelqu'un qui était de la vraie banlieue et qui voulait réussir. Je voulais commencer par un vrai groupe... J'avais besoin d'une force musicale[2]. »

Lors de la constitution du groupe, le quartet a connu plusieurs noms tels que Sex Gang Children, une mauvaise idée par la suite abandonnée d'un communs accord, ou d'autres noms beaucoup plus neutres et acceptables comme In Praise Of Lemmings, Caravan Club, Can't Wait Club et surtout Culture Club. À l'origine, ce dernier nom retenu est une évidence vis-à-vis des diverses origines culturelles de chacun des membres du groupe ce dont remarque Jon Moss avec humour[7],[6] :

« Regarde-nous : un Irlandais androgyne, un juif, un noir anglo-jamaicain et un anglo-saxon. »

C'est en octobre 1981 que la formation est complète avec dans l'ordre dans sa composition :

  • George O'Dowd dit "Boy George", né le 14 juin 1961 à Bexley, Royaume-Uni : chanteur.
  • Michael Emile "Mikey" Craig, né le 15 février 1960 à Londres, Royaume-Uni : bassiste, joueur de keytar et choriste.
  • Jonathan Aubrey "Jon" Moss : né le 11 septembre 1957 à Londres, Royaume-Uni : batteur, percussionniste et choriste.
  • Roy Ernest Hay, né le 12 août 1961 à Southend-on-Sea, Royaume-Uni : guitariste, joueur de synthétiseur, pianiste et choriste.

Les débuts de Culture Club sont laborieux en matière d'écriture de chansons et de création musicale. Durant les six premiers mois de la formation, le quatuor se concentre essentiellement sur la composition des titres et sur le processus de création d'une chanson en voulant la même chose musicalement. C'est dans un contexte d'apprentissage que Culture Club se forme seul, en autodidacte. À ce sujet, Hay rapporte que :

« Aucun de nous ne savait comment écrire des chansons, donc nous avons vraiment appris ensemble du groupe en une démocratie.[...] Nous voulons tous en savoir plus sur nos instruments afin que nous puissions obtenir plus d'eux. Même George se rend compte que sa voix est un instrument comme ma guitare est un instrument[4]. »

Les styles de musique qu'apprècient le groupes vont de la pop des années 1970 au hard rock, passant par du reggae, du disco, du jazz-rock et de la soul de Philadelphie[4].

Le tremplin Do you really want to hurt me[modifier | modifier le code]

L'aventure musicale de Culture Club commence par plusieurs maquettes enregistrées auprès de la maison de disques EMI qui ne sont pas retenues par la suite. Ces démos, enregistrées en partie avec John Suede à la guitare, sont quatre inédits ne figurant pas sur leur premier album. Il y a : I'm An Animal, Kissing to Be Clever, The Eyes of Medusa et Put it Down qui est la première chanson écrite par Roy Hay. Le groupe fait leur premier concert le 24 octobre 1981, joué dans un club nommé le Crocs à Rayleigh dans le comté de l'Essex, près de la ville natale de Hay. Néanmoins, c'est au début de l'année 1982 que Virgin Records accepte d'engager le nouveau groupe.

Leurs deux premiers 45 tours White Boy sorti en mai 1982 et I'm Afraid of Me sorti en juin sont des flops dans les charts anglais et européens. Le troisième titre Do You Really Want to Hurt Me qui est soutenu par la maison de disques, sort pendant l'été, change définitivement le destin du groupe anglais. Ce titre à la question étrange, qui signifie en français : "Voulez-vous me faire du mal?", devient le hit incontournable de l'année 1982.

La bande des quatre font leur débuts radiophoniques avec ce titre dans le Peter Powell Show sur les ondes de la BBC Radio One. Peu de temps après, ils font des apparitions dans les émissions musicales populaires, Top of the Pops et The Late Breakfast Show qui propulse à la mi-septembre Do You Really Want to Hurt Me en tête des classements en Grande-Bretagne[8].

Le succès est instantané, Do You Really Want to Hurt Me, se vend à 6,5 millions d'exemplaires en se classant au sommet des classements en Angleterre, en France, en Australie et dans toute l'Europe[6]. Les téléspectateurs français découvrent Culture Club à l'occasion de l'émission musicale Les Enfants du rock de Philippe Manœuvre et de Jean-Pierre Dionnet pendant l'été 1982, présentant le vidéo-clip de ce nouveau groupe anglais avec son titre pop accrocheur teinté de reggae et avec son chanteur à la voix soul dont le look androgyne et féminin marque les esprits de l'époque.

Dans la foulée, ils sortent en octobre 1982 leur premier album Kissing to Be Clever avec comme autre extrait le rythmique plein d'entrain aux sonorités caribéennes I'll Tumble 4 Ya et Time (Clock of the Heart) qui gravit les charts avec succès. En France ces titres connaissent une diffusion régulière sur les nouvelles ondes de la FM, Time (Clock of the Heart) est le second succès du groupe qui accroche une 7e place en février 1983 durant une semaine dans les classements[9].

Le 33 tours Kissing to Be Clever, produit par Steve Levine, se compose de plusieurs titres différents et énergiques intégrant de la pop, du rock, de la new wave, de la soul et des rythmes caribéens. Le tube Do You Really Want to Hurt Me suivi de I'll Tumble 4 Ya et de Love Twist sont les titres majeurs de l'album. Par une pop progressive et musicalement riche, le groupe obtient rapidement du succès commercial et critique qui leur permet de devenir par la suite les acteurs incontournables de la carte musicale mondiale[10]. Dans les classements français, Kissing to Be Clever reste présent durant 72 semaines en atteignant notamment la deuxième place des meilleures ventes[11]. Plus tard, Craig résumera l'état d'esprit musical de Kissing to Be Clever :

« Le premier album était jeune et brut, il était plein d'idées et d'énergies[4]... »

Début 1983, Culture Club connaît une consécration supplémentaire en devenant le premier groupe depuis les Beatles à avoir 3 titres dans le classement américain du Billboard dans le top 10, dans la catégorie pop avec Do You Really Want to Hurt Me, Time (Clock of the Heart) et I'll Tumble 4 Ya[12].

Succès international : 1982-1984[modifier | modifier le code]

Les raisons d'un succès multiculturel[modifier | modifier le code]

Dans les années 1982-1983, le groupe devient à la fois célèbre et rapidement reconnaissable grâce à leur leader Boy George, par son esprit vif et son charisme associés à un look ambigu. Une image rebelle ayant un grand impact notamment auprès des adolescentes anglaises qui par identification adoptent le style, le look composé de maquillages à outrance, de chapeau, de dreadlocks et d'ample robe de l'extravagant personnage Boy George[8].

Au sujet de ses fans féminines, Boy George affirme dans la presse musicale en septembre 1984 :

« Culture Club sont pour les jeunes filles qui ont juste découvert leur liberté. Culture Club est intelligemment rebelle[13]. »

La célébrité de ces nouveaux Fab Four rejaillit à travers la presse, celle rock juqu'à celle grand public, attirant la curiosité du public par la une des journaux du monde entier tels que Newsweek le 21 janvier 1984, Rolling Stone le 10 novembre 1983, People Weekly le 23 avril 1984, Le Nouvel Observateur le 18 mai 1984 et d'autres journaux comme New Sounds ou New Styles qui assurent une forte communication au groupe.

Boy George et Culture Club deviennent aussi pour le public américain le fer de lance de la grande nouvelle vague (new wave) d'anglomania (Duran Duran, Eurythmics, O.M.D., New Order, Yazoo, Depeche Mode, Tears for Fears...) qui impose un style, un look, une façon de vivre la crise économique et le thatchérisme, à travers la musique[14]. Relayé par les médias, le groupe devient dans cette première partie des années 1980 un phénomène de société.

Un succès mondial accompagné par des vidéo-clips aux vertus dynamiques qui jouent un rôle prépondérant, par exemple aux États-Unis, sur la chaîne musicale MTV, Culture Club aura une place de choix dans leur programmation[14].

À l'origine, leur réussite est liée à une approche intelligente de leur production musicale qui doit beaucoup dans la composition de chansons à la tradition noire, notamment à des influences rhythm 'n' blues de la Motown jusqu'aux sonorités des Caraïbes[14], un son qui se repose sur un mélange astucieux d'influences musicales de chacun des membres[4].

Musicalement, Craig est inspiré par le poids de la culture des Caraïbes c'est-à-dire celle des rythmes reggaes sur Love Twist et celle des rythmes calypsos sur I'll tumble 4 Ya. L'influence majeur de Roy vient de Steely Dan par la conception à tout ce qui touche aux accords jazz et aux arrangements multi-couches. Du côté de Jon, avec son expérience dans les groupes punk rock ajoutés à son goût pour le jazz-rock et la soul vont permettre au final de renforcer le groove du groupe. En ce qui concerne George, ses influences majeurs viennent de la soul de Philadelphie (Philadelphia soul), appelée aussi la Philly sound, et de la musique pop anglaise des années 1970. Des influences et des goûts musicaux qui sont notamment perceptibles lorsqu'il chante sur le romantique Time (Clock of the Heart), le soul-reggae Do You Really Want to Hurt Me ou le gospel Man Shake[4].

Plus précis, Craig en parle ainsi :

« Jon et Roy écoutent plus du côté rock des choses, alors que j'écoute plus sur le côté ethnique. Le reggae, le calypso et d'autres musiques des Caraïbes. Ils fusionnent ensemble de belle façon. Les mélodies viennent généralement de George, il y a beaucoup de R&B et du son noir contemporain qui passent par lui et ce dans la façon dont il formule les lignes, dans la façon dont il sort les sons de sa voix. George est fondamentalement un chanteur de soul blanche[4]. »

Dans le groupe, le processus créatif se structure en deux parties, commençant en premier par les mélodies fredonnantes créées par George qui sont traduites ensuite par Roy en termes musicaux, mettant en place notamment les accords et les mélodies. Puis, Jon et Mikey travaille l'autre partie en interprétant ces mêmes mélodies en termes rythmiques[5].

Selon George, Culture Club a été formé en tant que :

« Un pont entre l'énorme séparation qui existe toujours entre le rock blanc et la soul noire, il s'agit d'être une partie de tout[15]. »

Et sur le même sujet, Roy Hay affirme :

« Il y a tellement de similitude entre les chansons rocks classiques et les chansons R&B classiques que c'est pathétique à dire qu'un homme blanc ne peut pas faire de la soul ou qu'un homme noir ne peut pas faire du rock. Les barrières s'effrondent lentement, et je suis fier que Culture Club ait contribué à ce mouvement[4]. »

Le triomphe de Colours by numbers[modifier | modifier le code]

Le groupe assoit leur popularité en 1983 avec leur deuxième album Colour by Numbers, et leur autre grand succès avec le numéro un Karma Chameleon et ses 7 millions d'exemplaires vendus dans le monde. Dans l'hexagone, le titre culmine en tête des classements avec 720000 exemplaires vendus[16]. C'est un album qui contient plusieurs tubes comme It's a Miracle avec un clip-vidéo mettant en scène le groupe dans une sorte de Trivial Pursuit géant, ou de Church of The Poison Mind avec la participation de la chanteuse anglaise Helen Terry à la voix soul. Puis aussi de Miss Me Blind avec un clip sous influence du China Girl de David Bowie, le slow tragique Victims et du soul Black Money avec de nouveau Helen Terry, un titre souvent diffusé sur la FM. L'album se vend à plus de 10 millions d'exemplaires dans le monde, il est certifié triple disques de platine au Royaume-Uni et quadruple disques de platine aux États-Unis tout en restant deuxième au classement américain du Billboard pendant six semaines consécutives derrière l'album le plus vendu de l'histoire de la musique, Thriller de Michael Jackson.

L'année 1984 démarre sur les chapeaux de roues avec une série de récompenses tels que le TV Times Awards du « Meilleur groupe » le 31 janvier, le BPI Awards du « Meilleur groupe » le 9 février, le Music Week Awards du meilleur titre, groupe et producteur le 15 février et pour la seconde année consécutive George gagne le BBC Rock & Pop Awards pour « La personnalité pop de l'année ». Aux États-Unis, Culture Club est recompensé par leurs homologues américains en recevant le Grammy Award du « Meilleur nouvel artiste » le 29 février 1984.

Loin de prendre une pause, le groupe anglais entame une longue série d'enregistrements, de vidéo-clips et de concerts étalée sur toute l'année. Le 24 février 1984, les quatre membres font le clip de Miss Me Blind et début mars il y a les premières diffusions du clip It's a Miracle à la télévision. Toujours en février, c'est le début de l'enregistrement de leur troisième album et de deux titres, The Dream et Love Is Love, pour la bande originale du film Electric Dreams ainsi que la fin de l'enregistrement du titre Love Lies Lost d'Helen Terry, leur protégée et la presque cinquième membre du groupe. Le 45 tours sort le 30 avril 1984 dans lequel George, Hay et Terry ont participé à l'écriture, Hay et Moss à l'enregistrement de la chanson[17]. Roy et George participent aussi à l'album éponyme des rock stars californiennes les Beach Boys sur une chanson appelée Passing Friend qui sortira durant l'année 1985.

Du 4 au 28 mars, ils continuent le travail en studio tout en se préparant à la tournée américaine et mondiale de plus de vingt dates qui débute le 31 mars à Montréal au Canada dont un mois complet de répétition. La tournée mondiale démarre en Amérique du Nord passant dans de nombreuses villes dont Ottawa, Détroit, Atlanta ou Nashville. Elle est accueillie avec succès et connaît notamment le 5 avril un moment mouvementé à Columbus dans l'Ohio, une date marquante pour Jon Moss, potentielle victime d'un tireur :

« Quelqu'un a essayé de me tirer une balle dans l'hotel. Il est venu frapper à la porte de notre suite avec une arme à feu. La police l'a attrapé et l'ont emmené et il s'est avéré qu'il était recherché pour homicide[18]. »

Ce sont au Japon, du 17 au 27 juin, et en Australie, du 28 juin au 14 juillet 1984, que le groupe recueille l'adhésion des fans japonais et australien et peut se permettre d'évaluer encore mieux leur célébrité mondiale. L'impact populaire du groupe est notable notamment lors de leur arrivée à Adélaïde en Australie, le centre ville du Rundle Mall est débordé par des milliers d'habitants, avec une estimation de 10000 à 25000 personnes présentent, qui attendent de découvrir les quatre musiciens anglais[19].

Le début de la fin : 1984-1985[modifier | modifier le code]

L'échec de la maison en feu[modifier | modifier le code]

Leur troisième album Waking Up with the House on Fire, signifiant en français : "Se réveiller avec la maison en feu", sort en octobre 1984. Comme son prédécesseur, c'est un mélange de soul, de funk, de calypso et de pop, cependant il est de qualité inférieure. Il devient la première déception du groupe tant d'un point de vue commercial que de la critique. Les chansons sont baclées, les mélodies sont inexistantes, c'est un album dans lequel le groupe semble avoir perdu la créativité de ses débuts[20], le contexte manque de souffle et d'âme (soul) créant un fossé tel que Culture Club ne parviendra pas à le combler durant les années suivantes, bien que le 33 tours devienne un disque de platine en Angleterre et aux États-Unis, atteignant les 5 millions de ventes dans le monde.

Le groupe est éreinté, une lassitude liée à une programmation de leur emploi du temps désordonné durant l'année 1984. Menant tambour battant leur activité professionnel avec trois enregistrements différents de disque, dont ce troisième album qui a été élaboré épisodiquement et dans la précipitation sur une période décousue, entre début mars jusqu'à août[18] ; ainsi que par un désintérêt de Boy George à l'élaboration de cet opus, laissant le choix à Roy Hay, un passionné de technologie, de contrôler et de paralyser au final la création des chansons[20].

Quelques mois plus tard en 1985, le leader de Culture Club déclare dans les pages du magazine anglais Smash Hits :

« Quand j'écoute le troisième album, je pense que c'est vraiment nul. Je n'ai pas assez bien chanté sur l'album. Je n'ai pas mis tous les efforts nécessaires dans tout. Je n'ai pas travaillé, et j'étais vraiment paresseux. »

De plus, la tournée mondiale qui se déroule sur trois continents entre mars et juillet et les autres sollicitations médiatiques ont été peu propice à la conception de ce nouvel album et des attentes de la maison de disques, des médias et des fans suite au succès mondial de Colour by Numbers.

Le seul titre qui sort du lot est le hit The War Song qui se classe au septième rang au Top 50 français[21]. The War Song est un plaidoyer contre la guerre, un plaidoyer qui est illustré dans leur vidéo-clip avec des défilés de mannequins-guerriers, de soldats, de chars, d'explosions et de 400 enfants grimés en squelette dans un monde en désolation. Boy George à propos de The War Song :

« The war song est une chanson vraiment heureuse, une chanson positive à chanter avec une approche vraiment différente de l'objet[22]. »

À l'automne 1984, le groupe repart en tournée américaine, qui n'atteint pas les attentes de la maison de disque. cette tournée est dispendieuse et ne suscite plus le même intérêt qu'il y a quelques mois[20]. À Dallas, Texas, le groupe a beaucoup de mal à remplir la salle dès la première date. L'accueil est mitigé aux États-Unis, les concerts de Louisville et de Oklahoma City sont annulés[23]. La réception de ce tour de chant est une déception pour le groupe ce qui ne fait que précipiter en novembre l'annulation de cette tournée. Les dissensions internes, artistiques de George vis-à-vis de Hay et Craig ou sentimentales entre Moss et George, n'arrangent pas la vie du groupe et la perte de créativité de celui-ci.

Vacances et distances[modifier | modifier le code]

Peu de temps après, Culture Club, représenté seulement par Jon Moss et Boy George, participe chacun de leur côté au collectif Band Aid mis en place par Bob Geldolf avec de nombreux groupes et chanteurs pop, rock et new wave anglais pour l'enregistrement de la chanson humanitaire Do They Know It's Christmas? venant en aide aux populations victimes de la famine en Éthiopie. Le titre atteint le haut des classements en Angleterre durant les fêtes de Noël 1984. Cette réunion d'artistes donnera l'impulsion à la même action en 1985 aux États-Unis avec USA for Africa et en France avec Chanteurs sans frontières.

À partir de février 1985, Culture Club réalise qu'il est temps de prendre des vacances. Boy George part vivre à New York avec ses amis, il se produit sur la scène de l'Apollo Theater de Harlem, à New York, en se prêtant à un duo avec Stevie Wonder sur Part-Time Lover et Luther Vandross sur What Becomes of The Broken Hearted. Durant cette période, il chante aussi avec d'autres grandes voix de la musique noire comme auprès de Chaka Khan ou de Dionne Warwick avec le titre Save a Little Prayer For Me dans l'émission populaire de variété américaine Solid Gold. Toutefois, il passe la plus grande partie de son temps en soirée ou dans des fêtes dans lesquelles il commence à tomber dans la drogue.

Loin des tumultes de leur leader, leur manager Tony Gordon pour des raisons fiscales part en Espagne, suivi peu de temps après par Roy et Mikey pour les mêmes raisons, tandis que Jon Moss reste à Londres pour produire un groupe anglais Wow Yeh Yeh. Pendant que Mikey séjourne tranquillement en France, Roy Hay travaille avec la chanteuse angalise Eugenie et tente en vain de produire le premier titre du groupe anglais Curiosity Killed The Cat[24].

Le quatuor ne sort pas un album et ne fait que leur seul tube de l'année, enregistré un an plus tôt, le titre Love is Love. En France, la chanson atteint le 29e rang au mois de juin 1985 dans le classement officiel du Top 50[25], et rejoint aussi la troisième place au classement canadien. Le titre Love is Love fait partie de la bande originale du film La Belle et l'Ordinateur ou plus connu sous le nom anglais d'Electric Dreams.

De retour de vacances, le groupe entame leur dernière tournée mondiale, appelée le Let's Be Modern Tour qui les conduits à faire des concerts en Grèce, à Athènes dans le cadre d'un festival rock, dans une ambiance houleuse avec un public tapageur et indiscipliné souhaitant entendre que seulement du rock. Le concert prend subitement fin de façon violente lorsque la foule a commencé à huer le groupe et à leur jeter des pierres et des bouteilles, blessant à la tête Phil Pickett, l'un des musiciens au clavier accompagnant en live Culture Club. Le groupe est amené à faire des concerts en Israël à Tel 'Aviv, à Puerto Rico qui demeure le show préféré de George, ainsi que des prestations scèniques réussies aux États-Unis, sur la côte ouest en Californie du sud avec sept spectacles dans cinq lieux différents en une semaine et sur la côte est dans le New Jersey et à Jones Beach près de New York[26].

Durant cet été 1985, le groupe joue aussi à Montreux en Suisse, dans le cadre d'un festival pop et rock international proposant trois de leur succès comme The War Song, Love Is Love et Karma Chameleon[26]. D'ailleurs en octobre 1985, Culture Club est dans la ville de Montreux et de ses renommés studios d'enregistrements pour la réalisation du quatrième album.

Le contexte semble être au beau fixe entre tous les membres et ce malgré les tensions ayant existées entre eux, Boy George de bonne foi, déclare plus tard :

« L'ambiance dans le groupe a été brillant, tout le monde s'entendait si bien que j'ai oublié que je n'avais pas parlé à Mikey depuis un an.[...] Roy et moi-même, nous avons eu de la haine vraiment entre nous et nous ne sommes pas parlés. Nous n'aurions pas dû tout simplement se mettre dans cette situation. Maintenant, j'ai de très bon moment avec lui[22]. »

Néanmoins, la conception et la réalisation de cet album se déroule dans des circonstances inhabituelles pour le leader, quittant à quelques reprises les studios pour aller à Londres pour s'abandonner dans les paradis artificiels. David O'Dowd affirme dans les pages de Rolling Stone Magazine en 1986 que son frère consomme de la cocaïne au cours des séances d'enregistrement. Puis en novembre 1985, George reste seul dans son monde de cocaïne et d'héroïne, dont il se servait assez régulièrement[27].

Arif Mardin, le grand producteur des années 1960 et 1970 pour George Benson, Aretha Franklin, David Bowie ou le groupe Queen, admis que Boy George n'était pas présent régulièrement lors de la réalisation de l'album et qu'il n'était pas toujours là quand il était temps pour lui d'enregistrer ses partitions de chant :

« Quand son travail sur l'album a été fait, George retourna à New York et a commencé à faire la fête avec plus d'ardeur[27]. »

Le 27 décembre 1985 est prévu un grand concert à Los Angeles au Anaheim Stadium entre les deux groupes emblématiques de cette période, Culture Club et Duran Duran pour une diffusion mondiale par satellite[22],[28]. Cette dernière prestation scènique de Culture Club est annulée en raison du retrait de Duran Duran, lié notamment à des contraintes contractuelles du groupe ainsi qu'à des problèmes de négociations de la salle de spectacle de la part des promoteurs[29].

La séparation : 1986-1987[modifier | modifier le code]

Le dernier sursaut[modifier | modifier le code]

Culture Club entame le début de l'année 1986, par trois semaines de tournage à Los Angeles pour un unique épisode de la série populaire l'Agence tous risques aux côtés de George Peppard, de Mister T., de Dirk Benedict et de Dwight Schultz, dans l'épisode no 16 nommé "Cowboy George" de la saison 4 (1985-1986). Cette apparition est un moyen efficace de promotion mondiale pour le groupe lors de la sortie des deux titres du futur album From Luxury to Heartache.

Les deux principaux singles de From Luxury to Heartache, signifiant en français : "Du luxe au chagrin", sont God Thank You Woman et Move Away qui débarquent sur les ondes en février-mars 1986. Le premier cité est une chanson en hommage aux femmes avec un vidéo-clip montrant différentes actrices des années 1950-1960 telles que Brigitte Bardot, Sophia Loren ainsi que d'autres actrices évoluant auprès du groupe. Move Away est une chanson du style synth-pop avec un vidéo-clip qui se déroule dans une salle de cinéma, dans une rue et des boutiques d'une ville italienne. Ces deux titres connaissent une importante diffusion mondiale, le succès est au rendez-vous en Angleterre ou aux États-Unis pour Move Away, cependant le groupe fait une discrète et une courte apparition avec Move Away dans le Top 50 français avec au classement une place de 47e au printemps 1986.

Pour un budget de six millions de dollars, produit par l'expérimenté Arif Mardin qui a remplacé Steve Levine le producteur des trois premiers albums. Ce quatrième opus est de qualité supérieure dans son contenu à Waking Up with the House on Fire, cependant il est de niveau moindre que les deux premiers 33 tours de leur carrière[30].

À travers cet album le son Culture Club est revitalisé en partie par un mélange de musique funk et de synth-pop qui leur permet de repartir sur de meilleure base avec une ambiance positive générale au sein du groupe. Malgré les critiques peu encourageantes de la presse musicale anglaise, From Luxury to Heartache parvient tout juste à décrocher sur une courte période une 10e place dans les ventes anglaises, une 32e place aux États-Unis et un 18e rang en Norvège. Pour le monde de l'industrie du disque, cet album est un échec dans les ventes, il en vendra moins que le troisième album.

Pour Boy George la déception est grande, dans les pages du magazine musical en vogue de l'époque, Blitz, il déclare :

« Je ne comprendrai jamais pourquoi un bon disque comme God Thank You Woman n'a pas obtenu de résultat dans les charts. Je pense que c'est un disque brillant et notre album est vraiment génial. Je suis catégorique à ce sujet, c'est un grand album. J'ai mis tout mon coeur dans cet album et j'ai mis beaucoup d'effort en lui. je pense vraiment que le problème avec l'album était que nous ne sommes pas allés en tournée, je veux dire, j'aurai bien aimé aller en tournée, mais évidemment avec mon état physique, nous ne pouvions pas ; je me suis trompé sur l'idée d'aller en tournée... Cela m'a explosé la tête[31]. »

La chute d'une idole[modifier | modifier le code]

Au début de l'été 1986, tout s'accélère dramatiquement pour le meneur de Culture Club. Tout d'abord, le 29 juin 1986, George vit un cauchemar lors du concert du collectif d'Artists Against Apartheid, ou en français Les Artistes contre l'Apartheid, joué dans le parc londonien du Clapham Common. Méconnaissable physiquement à cause des effets de la drogue et d'un maquillage masquant ceux-ci, les videurs lui refusent l'accès des coulisses du concert alors qui ne l'avait pas reconnu en premier. Sans la présence des autres membres de Culture Club ayant compris que ce n'était pas le meilleur moment de rejoindre leur leader sur scène, Boy George chante dans des circonstances difficiles trois titres : Melting Pot, le classique de Stevie Wonder Heaven Help Us All, et un classique du groupe Black Money, le public impitoyable lui lance près de deux douzaines de bouteilles et de canettes de bières[32]. Avant de quitter la scène, George salue la foule par un au revoir sarcastique :

« Votre toxicomane favori[32]. »

Puis le 12 juillet c'est la chute, George est arrêté par la police dans une maison de soin dans laquelle il recevait un traitement médical vis-à-vis de sa toxicomanie. La police interroge pendant plus de huit heures la pop star qui est accusée d'être en possession d'héroïne dans le quartier du Greater London à Londres. Il est ensuite libéré sous caution[30]. Cette arrestation à des conséquences désastreuses en termes d'image pour le chanteur.

Et le 29 juillet, Michael Rudetsky, musicien et claviériste sur From Luxury to Heartache, est retrouvé mort par Kevin O'Dowd, le frère de George, dans l'appartement du leader de Culture Club après une overdose d'héroïne. La famille de Rudetsky porte plainte contre le chanteur comme étant le responsable. Après enquête de Scotland Yard, la police lave de tout soupçon Boy George[6],[33].

À la suite de ces événements dramatiques, une campagne de presse à charge s'abat sur Boy George avec des unes s'affichant dans toute la presse d'outre-Atlantique. The Sun, The Standard, Fleet Street, The Mirror avec des titres tels que ceux du Daily Express : "Police en chasse de Boy George" ou du The Star : "Héroïne surprise", ou encore avec The Sun : "Junkie George a huit semaines à vivre". Le rouleau compresseur médiatique est tel que Scotland Yard publie un appel en faveur de la pop star. Après l'enquête de Scotland Yard, la police perquisitionne six lieux à Londres incluant l'arrestation de cinq personnes, parmi eux Marilyn, né Peter Robinson, un proche de Boy George, et Kevin O'Dowd l'un des frères du chanteur[34].

Le chanteur ne supportant plus sa célébrité et les exigences de celle-ci, donne une interview vérité dans le magazine Blitz. C'est avec regret et dépit qu'il parle en ces termes au sujet de Culture Club :

« J'aimerais une bande de frimeurs, et c'est le problème avec Culture Club, il y a qu'un chanteur - moi - et trois poltrons. Je suis désolé, cela ressemble à de l'impolitesse à leur sujet, mais je dis toujours à Jon, "S'il te plaît soit une star. Montre-le!" Je voulais qu'il soit à l'honneur[31]. »

, et annonce presque malgré lui les raisons futures de rupture avec son groupe :

« J'aime la musique et j'aime chanter et j'aime jouer et ce qui s'est passé avec Culture Club, c'est que nous nous sommes arrêtés de nous voir sur le plan professionnel. Nous nous sommes arrêtés de répéter, Nous nous sommes arrêtés d'écrire ensemble. Tout est devenu une stratégie (marketing), vous savez, le calendrier (professionnel), c'est tellement laid. Et que cela m'énervait, c'est probablement la raison pour laquelle je suis parti et que j'ai pris des tas de drogues et fait tout ce j'ai envie de faire. C'était comme être dans le groupe Genesis et je ne voulais pas être dans un groupe comme celui-là[31]. »

La fin de Culture Club est alors irréversible dans ce contexte difficile et de tourment médiatique l'y accompagnant. Confirmé par Boy George lui-même, le groupe se sépare au printemps 1987.

L'après Culture Club : 1987-1997[modifier | modifier le code]

Boy George - Mikey Craig[modifier | modifier le code]

Après une cure de désintoxication, Boy George repart sur une carrière solo peu de temps après la dissolution du groupe durant ce même printemps 1987 avec la reprise d'un vieux reggae Everything I Own. Un succès inattendu dans sa réussite dans les classements anglais après le déferlement médiatique vécu.

En 1986, dans le cadre de l'album Blue Notes d'Helen Terry, George et Roy continuent de travailler ensemble sur la composition de deux titres Come on and Find Me et Feelin' Your Heart[24]. Ce n'est seulement qu'à partir de 1987 que le médiatique chanteur reprend ses activités de DJ après un voyage à Ibiza et crée à la fin des années 1980 un nouveau label More Protein. Durant les dix années qui suivent, il sort une vingtaine de singles agrémentés de quelques succès dans les charts européens tels que Everything I Own, le slow To Be Reborn en 1987 ou le rythmique Bow Down Mister en 1991. Aux États-Unis, The Crying Game est le seul titre de cette période à percer au Billboard avec une 15e place.

L'après Culture Club se déroule dans la discrétion pour Mikey Craig. Il joue de la basse en 1988 pour la chanteuse anglo-jamaicaine Ruby Turner sur le titre Baby I Need Your Lovin' produit par Roy Hay dans l'album The Motown Song Book[35]. En tant que chanteur accompagné du groupe The Method, il propose un 45 tours au style pop avec I'm A Believer[36] publié par Virgin Records, un titre qui passe inaperçu en 1989. Pendant les années 1990, il est le producteur exécutif de sa propre maison de disque appelée Slamm Records[37]. Un label qui propose des hits dance et house anglais pendant l'année 1996 avec des artistes comme Mr. & Mrs. Smith[38] avec Gotta Get Loose ou Mankey[39] avec Believe in Me ou Double Trouble.

Jon Moss - Roy Hay[modifier | modifier le code]

En 1987, Jon Moss, en tant que batteur-percusionniste et choriste, retrouve un groupe au sein de Heartbeat UK dans lequel il produit aussi le titre pop Jump To It![40], un titre qui ne dépasse pas les frontières du Royaume-Uni. Il participe aussi entre 1990 et 1992 au groupe Promise Land[41] avec son ami d'enfance Nick Feldman, sortant deux titres comme Something In The Air et Circle in The Square. Puis en 1995, il rejoint le groupe Yeah de Sebastian Wocker pendant deux ans sur une série de concert pop rock jusqu'à son retour au sein de Culture Club.

Pour Roy Hay, le virage de l'après Culture Club est l'un des mieux négociés du groupe. Le musicien fonde en 1987 avec John "Robinson" Reid, le groupe This Way Up et pendant deux ans, il coécrit, produit et joue de nombreux instruments tels que de la guitare, des claviers, le fairlight ou le piano. This Way Up sort trois 45 tours Tell Me Why, 72e dans les classements britanniques, If I Can't Have You et Louise[42]. Toujours en 1987 au côté de Boy George, il coécrit et produit les face B des différents 45 tours qui sortent de l'album Sold avec les chansons suivantes : State Of Love et Are You Too Afraid. De 1987 jusqu'au milieu des années 2000, c'est presque sans interruption qu'il enchaîne les albums en tant que producteur et/ou compositeur pour de nombreux et divers artistes tels que : Ruby Turner en 1988 dans Baby I Need Your Lovin' avec Mikey Craig à la basse et le légendaire groupe de la Motown, les Four Tops dans les chœurs ; ainsi que de Sarah Jane Morris en 1988, Brenda K. Starr en 1991 avec If You Could Read My Mind, le groupe Deep Water en 1993 ou Preska en 1990 avec Let's Get Real pour le compte de sa maison de production Haywired Productions[24].

Il produit et compose aussi des musiques de publicité pour un cigarettier ou notamment pour le Super Bowl 1993 avec un important équimentier sportif. Il compose aussi plusieurs musiques de séries télévisées dont Gun (1997), Cracker (1997) ou Dead Zone (2002-2005) et des musiques de films dont Meteor Man (1993) avec le titre Is It Just Too Much pour Keith Washington, Ultime vengeance (2003) avec à l'affiche Steven Seagal, Precious find (1996) ou Goodbye America (1997) avec à l'écran Corin Nemec[24]. C'est en tant que musicien qu'il joue aussi de la guitare en participant au CD Feelings Are Too Good And Other Lies du musicien de Duran Duran John Taylor, puis en tant que choriste pour Deniece Williams en 1987 dans l'album Water Under The Bridge[24].

Les retours : 1998-2014[modifier | modifier le code]

Premier retour 1998-2003[modifier | modifier le code]

Le groupe tente de se reformer en 1989 après plusieurs demandes infructueuses de Tony Gordon, l'ancien manager de Culture Club et actuel manager de Boy George à cette époque. Néanmoins, George accepte d'essayer une douzaine de chansons inédites lors des sessions d'enregistrements avec le groupe. l'ex-leader de Culture Club préfère s'atteler à ses propres projets de disques, comme l'organisation de son propre label, appelé More Protein, et de sa musique.

Le 2 mai 1998, le groupe fait son premier retour dans le cadre de l'émission américaine VH1 Storytellers par un spectacle proposé aux abonnés de la chaîne par câble avec un enregistrement se déroulant dans les Studios Sony à New York. Culture Club se réunit brièvement durant l'été 1998 lors de la tournée Big Rewind Tour aux États-Unis aux côtés d'artistes des années 1980, le groupe Human League et le chanteur-musicien Howard Jones. Le groupe proposent sur scène leur plus grands succès comme Karma Chameleon ou Church of The Poison Mind et une chanson de Boy George, une reprise The Crying Game. Pour un premier retour sur scène, après leurs derniers concerts durant l'été 1985, les quatre musiciens avaient l'air hagard, semblant ne pas avoir le même enthousiasme d'être de nouveau ensemble sur scène[43],[44].

À propos de cette réunion, George déclare dans les colonnes du quotidien le Los Angeles Times :

« C'est un voyage de nostalgie, Il n'y a aucun moyen d'éviter cela[45]. »

Une compilation Greatest Moments sort le 9 novembre 1998[46], ce nouveau CD devient un disque de Platine au Royaume-Uni qui atteint le 15e rang dans le classement des ventes anglaises. Il contient les titres de Culture Club de la période 1982-1986 et de trois titres de Boy George avec Everything I Own, The Crying Game et Generations of Love. Dans les classements, un nouveau titre I Just Wanna Be Loved issu de la même compilation, devient un succès au Royaume-Uni en se hissant au 4e rang dans les meilleurs ventes du moment.

En France le groupe est boudé par le public, ne décrochant pas un seul hit. Cependant, le quatuor fait une apparition remarquée au cours de l'émission Qui est qui? présentée par Marie-Ange Nardi. Culture Club donne à cette occasion une courte interview tout en se présentant de nouveau ensemble devant le public de France 2 en direct.

Par la suite le 22 novembre 1999, le quatuor sort leur cinquième album Don't Mind If I Do, le premier depuis 1986. Un CD qui est seulement disponible en Europe et au Japon, et qui reste néanmoins absent des bacs aux États-Unis, une première pour le groupe depuis 1982.

Le quatuor essuie un échec commercial, atteignant au Royaume-Uni seulement le 64e au classement des ventes d'albums. Malgré une forte promotion et des critiques favorables, présentant cet album au style pop rock comme le plus solide et mature de leur carrière, avec un mélange des éléments musicaux qui ont fait de Culture Club un phénomène pop.

Dans son contenu, allant du rock à la soul et d'une influence reggae abondante, le CD propose 15 titres originaux dont l'inédit de 1998 I Just Wanna Be Loved et une reprise d'un classique Starman de David Bowie ainsi que des ballades mélancoliques comme Less Than Perfect et Cold Shoulder, du rétro-rock avec Sign Language et de la musique latino avec Black Comedy[47]. Les deux CD singles, une version réenregistrée de Your Kisses Are Charity avec Dolly Parton en invité atteint le 25e rang en août[48] et Cold Shoulder est au 43e rang dans les classements anglais à la fin de l'année 1999.

Durant les années 1999 et 2000, le groupe est parti en tournée avec le Club Sandwich Tour et le Far East and Down Under Tour à Singapour, en Australie et au Japon en mars 2000. Puis, une autre tournée plus longue appelée le Club Sandwich Tour aux États-Unis avec un total de vingt-cinq dates. Finalement pour la dernière fois de la décennie, Culture Club se produit en concert de leur 20e anniversaire dans la salle mythique du Royal Albert Hall de Londres en 2002[49]. À partir de 2003, les activités de DJ et les albums de Boy George prennent le dessus sur Culture Club, le groupe redevient inactif pendant quelques années.

En 2005, le groupe retrouve le chemin des charts en France lors de la sortie d'une version remixée de Do You Really Want to Hurt Me du disc-jockey DJ Lbr avec la présence dans le clip de la personnalité Steevy Boulay évoluant dans un garage en sosie de Boy George des années 1980.

Deuxième retour 2011-2014[modifier | modifier le code]

En 2006, les deux membres d'origines de Culture Club, Craig et Moss, tentent de relancer pour une ènième fois le groupe avec à la clef une tournée mondiale et une série TV sur le groupe, un agenda prévu pour 2007. Malgré les refus de George et de Roy de participer à ces concerts, les deux autres membres engagent Sam Butcher, un chanteur de 29 ans ressemblant à Boy George, suite à une annonce publiée dans la presse par leur maison de disque Virgin Records[50]. Après un show et un spectacle unique, ce nouveau Culture Club sans Boy George est vite abandonné[44]. Quelques années plus tard, en 2011, dans les colonnes de la presse anglaise, le leader naturel de Culture Club présente cette situation :

« Vous savez, à propos de cette tentative affreuse pour me remplacer, ça m'a mis vraiment en colère, et puis j'ai un peu ri aussi parce que je pensais que c'était une idée ridicule, parce que je n'avais jamais essayé d'être dans Culture Club sans les 3 autres gars. Je pense que le groupe est la somme de ses parties. Ce que j'ai compris du groupe au cours de ces dernières années, c'est qu'il y a une sorte de magie à ce que nous avons fait et à ce que nous représentons[51]. »

En 2011, le groupe dans son ensemble se retrouve pour un deuxième retour à l'occasion de leur trentième anniversaire sur les scènes de Dubaï le 29 décembre et de Sydney le 31 décembre[52].

D'après Boy George sur le plateau télévisé d'On n'est pas couché présenté par Laurent Ruquier le 12 avril 2014, il y a de nouveau des projets de reformation du groupe Culture Club dans son ensemble d'origine avec Moss, Craig et Hay.

Le 19 juillet 2014, Boy George, Moss et Craig prennent part à deux heures de concert au Château d'Édimbourg lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux du Commonwealth à Glasgow. Blessé à un genou, Roy Hay n'est pas présent à cette prestation. Culture Club chante leur deux plus grands succès : Do You Really Want to Hurt Me et Karma Chameleon pour la première fois depuis quinze ans[53].

Pour l'automne 2014, une tournée nord-américaine est programmée dans plusieurs villes, à Los Angeles, à New York, à Las Vegas ou à Atlantic City en novembre ainsi que l'arrivée d'un album en mai 2015 avec le travail en studio du producteur Youth, bassiste et cofondateur du groupe Killing Joke et producteur de Paul McCartney, The Verve, The Cult et Primal Scream[1].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Année Album UK U.S. JAP
1982 Kissing to Be Clever 2 14 7
1983 Colour by Numbers 1 2 1
1983 Time EP [Japan Only] - - 8
1984 Waking Up with the House on Fire 2 26 4
1986 From Luxury to Heartache 10 32 13
1987 This Time: the First Four Years 8 - 30
1993 At Worst... The Best of Boy George and Culture Club - 169 -
1998 Greatest Moments - VH1 Storytellers (Live) 15 148 94
1999 Don't Mind If I Do 64 - -
2002 Culture Club Box Set - - -
2005 Greatest Hits - - -

45 Tours & CD Singles : 1982-1999[modifier | modifier le code]

Année Face A CLASSEMENT Album
FR[54],[55] US pop[56] UK[57] JAP CAN
1982 White Boy 114 Kissing to Be Clever
I'm Afraid of Me 100
Mystery Boy (Japon)
Do You Really Want to Hurt Me 1 2 1 23 1
Time (Clock of the Heart) 7 2 3 4 45 Tours seulement
1983 I'll Tumble 4 Ya (États-Unis / Canada) 9 9 Kissing to Be Clever
Church of the Poison Mind 43 10 2 23 7 Colour by Numbers
Karma Chameleon 5 1 1 26 1
Victims 3
1984 Miss Me Blind 28 5 3
It's a Miracle 13 4 17 5
The War Song 7 17 2 52 3 Waking Up with the House on Fire
The Medal Song 32 68
Mistake No. 3 33 10
Don't Go Down That Street 69 Love Is Love (Japon)
1985 Love Is Love 26 9 3 Love Is Love (Japon) / B.O.F. Electric Dreams
1986 Move Away 47 12 7 4 From Luxury to Heartache
God Thank You Woman 31
Gusto Blusto 24
1998 I Just Wanna Be Loved 4 18 Greatest Moments
1999 Your Kisses Are Charity 25 Don't Mind If I Do
Cold Shoulder / Starman 43
2005 Do You Really Want to Hurt Me DJ LB remix 2005 16 Culture Club Singles And Remixes

Légende[modifier | modifier le code]

  • En fond jaune : Meilleur classement dans le Top 10.
  • En fond vert : Classement dans les 50 meilleures ventes.

Clips[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jon Blistein, « (en) Original Culture Club Lineup Reunites for First Time in 14 Years », sur www.rollingstone.com, Rolling Stone,‎ 12 août 2014 (consulté le 18 août 2014)
  2. a et b Source : The Rolling Stone. Interview de Nancy Collins : Boy George - He wears the pants in Culture Club, pg 13, 7 juin 1984.
  3. Source : New Musical Express. Interview de Lynn Hanna : The Multicultural Club - Part 3, pg 28 1984.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Geoffrey Himes, « Hey fella... you wanna step outside and say that? Boy George and Culture Club aren't what they seem. », sur www.rocksbackpages.com, pg 56,‎ octobre 1983 (consulté le 17 août 2014)
  5. a, b et c Source : New Musical Express. Interview de Lynn Hanna : The Multicultural Club - Part 2, pg 39, 1984.
  6. a, b, c et d Stephen Thomas Erlewine, « (en) Biographie de Culture Club », sur www.allmusic.com, Allmusic (consulté le 21 juin 2014)
  7. Source : 1000 UK Number One Hits, Par Jon Kutner, 509 - Culture Club - Do you really want to hurt me? - No. 1 23 oct 1982.
  8. a et b (en) Ronald D. Lankford Jr., « Culture Club Biography », sur www.musicianguide.com (consulté le 15 août 2014)
  9. (en) Steve Hawtin, « Song artist 247 - Culture Club », sur www.tsort.info,‎ 3 août 2014 (consulté le 15 août 2014)
  10. (en) Jose F. Promis, « Album - Kissing to Be Clever (1982) », sur www.allmusic.com, All Music (consulté le 17 août 2014)
  11. (en) « Kissing to Be Clever (1982) », sur www.boygeorgefever.com (consulté le 18 août 2014)
  12. (en) Jaymi McCann, « Highs and lows », sur www.scotsman.co.uk, The Scotsman,‎ 14 décembre 2011 (consulté le 15 août 2014)
  13. Source : Smash Hits. Culture Club say war is stupid!, pg 48-50, 27 septembre-10 octobre 1984.
  14. a, b et c Source : L'année du Rock 1984-1985. Article sur l'impact de Boy George et de Culture Club, pg 24-26, éd. Calmann-Lévy.
  15. Source : Newsweek. Culture Club et sa musique - Volume 101, No. 18-26, 1983.
  16. (fr) « Classement de Karma Chameleon (1983) », sur www.infodisc.fr (consulté le 17 août 2014)
  17. (en) « 45 tours : Loves Lies Lost », sur www.discogs.com (consulté le 20 juillet 2014)
  18. a et b Source : Smash Hits : all around the world - A year in the life of Culture Club. Rétrospective sur Culture Club - 1983 à 1984, pg 44, août-septembre 1984.
  19. Source : TV Week Australia. Culture Club en Australie, pg 6-7, 28 juillet 1984.
  20. a, b et c Mischka Assayas, Dictionnaire du rock, vol. 2, t. 1, Robert Laffont,‎ 2000, 2001, L09565 éd. (ISBN 2-221-09565-0), p. 428-430
  21. (fr) « Les Charts : classement de The War Song au Top 50. », sur www.lescharts.com (consulté le 14 juin 2014)
  22. a, b et c (no) « Culture Club Biografi », sur www.multinet.no (consulté le 27 juillet 2014)
  23. (en) « Waking up with the house on fire Tour (1984) », sur www.boygeorgefever.com (consulté le 27 juillet 2014)
  24. a, b, c, d et e Source : Cyber-Esque : Fanzine Boy George & Culture Club - Spéciale Roy Hay, pg 10, Issue 4 - sep 2011.
  25. (fr) « Les Charts : classement de Love is Love au Top 50. », sur www.lescharts.com (consulté le 14 juin 2014)
  26. a et b (en) « Let's Be Modern Tour (1985) », sur www.boygeorgefever.com (consulté le 2 août 2014)
  27. a et b Source : Rolling Stone Magazine. Boy George's nightmare, Michael Goldberg, pg 19, Issue 481, 28 août 1986.
  28. (en) Jon Pareles, « Closed-circuit pop concert », sur www.nytimes.com, New York Times,‎ 22 octobre 1985 (consulté le 3 août 2014)
  29. (en) Randy Lewis, « Duran Duran Concert Out », sur www.latimes.com, Los Angeles Times,‎ 16 novembre 1985 (consulté le 3 août 2014)
  30. a et b Source : Rolling Stone Magazine. Boy George's nightmare, Michael Goldberg, pg 20, Issue 481, 28 août 1986.
  31. a, b et c Source : Blitz Magazine. The whole thruth : From Luxury to heartache, Tim Hulse, pg 57-60, Issue 45, septembre 1986.
  32. a et b Source : Rolling Stone Magazine. Boy George's nightmare, Michael Goldberg, pg 15, Issue 481, 28 août 1986.
  33. Source : 80s Chart-Toppers. 80s Chart-Toppers : Every Chart-Topper Tells a Story par Sharon Davis.
  34. (en) Steven Rea & Ken Tucker, « The Boy George Saga », sur www.philly.com, Inquirer Staff Writer,‎ 10 juillet 1986 (consulté le 2 août 2014)
  35. (en) « 33 Tours : The Motown Song Book(1988) », sur www.discogs.com, Discogs (consulté le 23 août 2014)
  36. (en) « 45 Tours : I'm A Believer (1989) », sur www.discogs.com, Discogs (consulté le 23 août 2014)
  37. (en) « Label Slamm Records », sur www.discogs.com, Discogs (consulté le 23 août 2014)
  38. (en) « Artiste : Mr. & Mrs. Smith », sur www.discogs.com, Discogs (consulté le 23 août 2014)
  39. (en) « Artiste : Mankey », sur www.discogs.com, Discogs (consulté le 23 août 2014)
  40. (en) « 45 Tours : Jump To It! (1987) », sur www.discogs.com, Discogs (consulté le 23 août 2014)
  41. (en) « Groupe : Promise Land (1990-1992) », sur www.discogs.com, Discogs (consulté le 23 août 2014)
  42. (en) David Roberts, British Hit Singles & Albums, vol. 19, Guinness World Records Limited,‎ 2006 (ISBN 1-904994-10-5), p. 556
  43. (en) Julie Wiskirchen, « The Big Rewind Tour : Culture Club/Human League/Howard Jones », sur www.apeculture.com, Ape Culture,‎ 2 août 1998 (consulté le 9 août 2014)
  44. a et b (en) « Boy George Biography », sur www.biography.com, A&E Television Networks, LLC (consulté le 9 août 2014)
  45. (en) Roger Catlin, « Culture Club Reunites », sur www.pqarchiver.com, Los Angeles Times,‎ 12 août 1998 (consulté le 9 août 2014)
  46. (en) Michael Gallucci, « Culture Club : VH1 Storytellers/Greatest Moments », sur www.allmusic.com, All Music,‎ 11 août 1998 (consulté le 9 août 2014)
  47. (en) Jose F. Promis, « Culture Club : Don't Mind If I Do (1999) », sur www.allmusic.com, All Music (consulté le 9 août 2014)
  48. (en) « Culture Club classement de Your Kisses Are Charity (1999) », sur www.everyhit.com, Every Hit (consulté le 9 août 2014)
  49. (en) « Culture Club Live At The Royal Albert Hall The 20th Anniversary 2002 », sur books.google.fr, Google Books (consulté le 9 août 2014)
  50. (en) « Boy George slams new Club singer », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 12 octobre 2006 (consulté le 9 août 2014)
  51. Source : Cyber-Esque. Fanzine Boy George & Culture Club, pg 8, Issue 1 - mars 2011.
  52. Source : Cyber-Esque. Fanzine Boy George & Culture Club, pg 1-28, Issue 7 - janvier 2012.
  53. (en) KH, « Culture Club join star-studded line-up for BBC One’s Live At Edinburgh Castle », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 18 juin 2014 (consulté le 18 août 2014)
  54. (en) « Classements français : Culture Club », sur www.infodisc.fr (consulté le 15 juin 2014)
  55. (fr) « Classements Top 50 français : page Culture Club », sur www.lescharts.com (consulté le 15 juin 2014)
  56. (en) « Classements pop et R&B Billboard : Culture Club », sur www.billboard.com (consulté le 15 juin 2014)
  57. (en) « Classements Top 40 britannique : Culture Club », sur www.everyhit.com (consulté le 15 juin 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :