Agence tous risques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la série télévisée. Pour son adaptation au cinéma, voir L'Agence tous risques (film).

L'Agence tous risques

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo original de la série.

Titre original The A-Team
Genre série d'action
Création Frank Lupo
Stephen J. Cannell
Acteurs principaux George Peppard
Dirk Benedict
Dwight Schultz
Mister T
Musique Mike Post
Pete Carpenter (en)
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine NBC
Nb. de saisons 5
Nb. d'épisodes 98 (liste)
Durée 45 minutes
Diff. originale 23 janvier 19838 mars 1987

Agence tous risques (The A-Team) est une série télévisée américaine en 98 épisodes de 45 minutes, créée par Frank Lupo et Stephen J. Cannell, diffusée pour la première fois aux États-Unis entre le 23 janvier 1983[1] et le 8 mars 1987 sur la chaîne télévisée NBC. Le 16 juin 2010, un film du même nom est commercialisé par 20th Century Fox[2].

En France, la série a été diffusée à partir du 1er juillet 1984 sur TF1[3], rediffusée en juillet 2002 sur M6 et sur 13ème rue, ainsi que sur TMC de juin 2010 à août 2013. Elle est également rediffusée depuis le 16 décembre 2013 sur HD1.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Pendant la guerre du Viêt Nam, le chef hiérarchique de l'Agence tous risque, le général Morrison, leur a donné l'ordre de voler la banque de Hanoï afin de précipiter la fin de la guerre. La mission est un succès, mais quatre jours après la fin de la guerre, ils retrouvent le général assassiné par les Viet Cong, le quartier général étant entièrement brûlé. Par conséquent, aucune preuve indiquant que l'Agence tous risques agissait sur ordre n'existe. Les membres passent alors devant une cour de justice militaire, celle-ci les condamnant à la prison. Incarcérés aux États-Unis, ils s'évadent rapidement et mènent désormais une vie de mercenaires au service « de la veuve et de l'orphelin », combattant les injustices locales.

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs principaux[modifier | modifier le code]

Acteurs récurrents[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

L'Agence tous risques a été créée par les producteurs américains Stephen J. Cannell et Frank Lupo à la demande du président de la chaîne télévisée NBC, Brandon Tartikoff. Stephen J. Cannell a été renvoyé de chez ABC au début des années 1980, après avoir échoué dans sa tentative de produire une émission à succès pour la chaîne. Cannell est engagé à la NBC et son premier projet était de créer L'Agence tous risques. Brandon Tartikoff considère l'émission comme un mélange de Les Douze Salopards, Mission Impossible, Les Sept Mercenaires, Mad Max et Capitaine Furillo, avec « Mr. T conduisant l'engin[4],[5],[6],[7]. »

L'Agence tous risques n'était, au départ, pas considérée comme une future série à succès, mais Stephen J. Cannell explique que George Peppard était persuadé qu'elle deviendrait un succès « avant même que l'on allume la caméra »[8]. L'émission se popularise ; le premier épisode, diffusée juste après le Super Bowl XVII le 30 janvier 1983, atteint 26,4 % de l'audience sur la chaîne, le classant ainsi quatrième sur l'Échelle de Nielsen[9].

Le titre original de la série vient des « Special Forces » (SF, « forces spéciales[10] »), que les américains surnomment A-Teams et populairement connues sous le surnom des « bérets verts » (green berets), qui sont une des forces spéciales de l'US Army. Spécialisées dans la guerre non conventionnelle, les actions commandos et la formation de troupes alliées, elles ont, depuis leur création au début des années 1950, été engagées dans la plupart des conflits impliquant les États-Unis.

Contexte[modifier | modifier le code]

La série s'inscrit dans un contexte particulier aux États-Unis, qui voit apparaître divers avatars de vétérans de la guerre du Viêt Nam, comme le détective privé Thomas Magnum ou le sergent T.J. Hooker. Rapatriés après la fin officielle de la guerre, en 1975, de très nombreux vétérans américains ont éprouvé de grandes difficultés à se réintégrer dans une société qui ne les reconnaissait plus. D'une part, les traumatismes physiques et psychologiques des soldats les rendaient extrêmement fragiles, d'autre part, à la frustration patriotique de la population s'est ajouté le rejet de soldats dont l'opinion publique découvrit brusquement les techniques de combat. En effet, si l'Amérique moyenne soutenait la guerre au début des années 1960, dans un contexte de guerre froide, il en allait tout autrement quinze ans plus tard. Les milliers de morts et de blessés dans le camp américain ne trouvaient plus aucun sens dans l'opinion publique, tandis que de nombreux journalistes révélaient la nature des combats, opposant des soldats lourdement armés à des combattants mêlés à la population. Des photos d'enfants brûlés au napalm ont tôt fait de retourner le peuple américain contre une guerre jugée mal préparée, idéologiquement discutée et grande consommatrice d'hommes et d'argent public.

Dans ce contexte d'après-guerre, la société américaine rejette les vétérans du Viêt Nam, une attitude illustrée notamment par la chanson Born in the USA de Bruce Springsteen, le film Rambo ou plus tard le film Né un 4 juillet avec Tom Cruise. L’Agence tous risques en est une autre illustration, puisque des soldats ayant agi sur ordre de la hiérarchie se retrouvent face à la justice de leur pays, pour un délit qu'ils n'ont commis que dans le cadre de leur fonction. Évadés, ils seront pourchassés pour ce délit, ne parvenant pas à faire reconnaître par le département de la Défense le contexte dans lequel les faits reprochés ont été commis.

Par ailleurs, d'un point de vue plus strictement formel, la série marque une évolution (ou du moins y participe) dans la structure des personnages. Autrefois seul, tel un Colombo ou une Arabesque, le héros se multiplie, ici par quatre, offrant plus de possibilités d'identification au spectateur. Chaque personnage est nettement marqué dans ses singularités, l'ensemble formant une équipe hétérogène mais néanmoins soudée, où tous les grands types de caractères se reconnaîtront. Cette formule d'écriture des séries coexistera néanmoins avec d'autres personnages isolés, tels Magnum ou MacGyver, mais elle continuera de se développer pour atteindre un casting étendu dans des séries comparable à 21 Jump Street, Beverly Hills 90210 ou Urgences. Dans ces derniers exemples, il est possible de voir apparaître une nébuleuse de personnages, chacun développant une histoire parallèle ou imbriquée avec celle des autres protagonistes. De multiples spectateurs peuvent désormais s'identifier à un personnage en particulier, peu importe leur race, sexe, religion ou orientation sexuelle dans certains cas.

Enfin, pour les séries plus récentes, une telle évolution correspond peut-être aussi aux plans de carrière des acteurs, qui profitent des séries pour développer une carrière au cinéma (tels Johnny Depp) ou pas (Jason Priestley). Dans une telle perspective, les producteurs de la série ne peuvent se permettre d'interrompre une saison à cause du départ du rôle-titre. La multiplication des héros offre une solution à ce problème, puisqu'une série peut se passer d'un personnage dont l'histoire dira qu'il est parti à l'étranger, décédé ou quoi que ce soit qui explique son absence au générique.

Saisons une à quatre[modifier | modifier le code]

Le fourgon GMC Vandura qui sert de véhicule aux membres de l'Agence tous risques

Les épisodes sont en général construits sur des schémas très semblables[1]. Le début de l'épisode correspond à la prise de contact entre un client qui est terrorisé par une association de malfaiteurs ou un potentat local. La manière classique de cette rencontre est que le client entre en contact alors qu'Hannibal Smith est déguisé, afin de vérifier que le client n'est pas en réalité à la solde des militaires. Dans d'autres cas, l'Agence est en train de rouler et tombe sur quelqu'un qui a besoin d'aide. La plupart du temps, les honoraires pour l'intervention de l'Agence ne sont soit pas demandés, soit pas perçus ou sont récupérés d'une autre manière (en prélevant sur l'argent des malfaiteurs par exemple).

Généralement, Looping n'est pas présent dans l'équipe car il est interné dans un hôpital psychiatrique, et l'Agence utilise en général Futé pour aller le récupérer grâce à divers stratagèmes. Ou alors il s'évade de lui-même pour aller rejoindre l'Agence. Dans beaucoup d'épisodes, il aime avoir un objet ou un animal qui ne le quitte pas jusqu'à la fin, tel qu'un cafard, un homard, une chaussette, avec lequel il agace généralement Barracuda avec ses facéties. Ensuite, l'Agence qui doit se rendre sur le lieu des crimes et délits des malfaiteurs emprunte parfois l'avion, ce que Barracuda déteste particulièrement auquel cas ils doivent l'endormir. Une fois sur les lieux, il y a souvent une annonce d'Hannibal aux malfaiteurs indiquant qu'ils doivent désormais compter avec eux. Cela produit en général une bagarre sans armes que l'Agence gagne facilement, tout en laissant curieusement leurs ennemis s'échapper. Peut-être dans l'espoir que ces derniers, impressionnés par les membres de l'Agence, abandonnent leurs entreprises malhonnêtes et s'en aillent.

Les antagonistes reviennent et au lieu de tuer les membres de l'Agence, les laissent (souvent, sans même les ligoter et/ou les bâillonner) dans une grange, un garage ou un entrepôt, voire une mine. Privés de leurs armes, ils ont néanmoins à leur disposition du matériel tel que de l'acétylène, de la poudre, des tôles et des tubes d'acier permettant à Barracuda de bricoler des armes ou de refaire fonctionner un engin (voiture, tracteur...) ce qui leur permet de s'échapper, et d'arriver à arrêter les malfaiteurs. Dans d'autres cas, Looping arrive à prendre le contrôle d'un hélicoptère, souvent sous le nez de son propriétaire, ce qui permet de constituer un appui aérien non négligeable. L'arrestation finale des méchants se fait parfois par un combat à mains nues, qui oppose toujours les méchants à l'agence en respectant la hiérarchie (Hannibal contre le chef de l'équipe, Barracuda contre le noir ou le plus costaud des méchants), ou alors au terme d'une des innombrables poursuites homériques de la série, qui permettent à chaque fois d'admirer les talents de pilote de Barracuda au volant de sa camionnette ou d'un bolide étrange bricolé par l'agence. Ils doivent souvent partir rapidement après l'arrestation des méchants pour échapper aux colonels Lynch ou Decker. Dans tous les cas, il n'y a en général, même avec l'utilisation d'armes de guerres mortelles, pas de personnes qui soient tuées, voire sérieusement blessées. La plupart du temps, les ennemis sont sonnés, ou très légèrement blessés (une douleur à un membre ou à la tête). Il n'y a eu, en tout et pour tout, que deux morts dans toute la série. Cette série est devenue pour cette raison un genre à part entière dans la télévision, puisque c'est la première série violente à avoir été diffusée aux heures de grande écoute aux États-Unis justement en raison de l'absence, ou presque, de morts. À ce titre, la série apparaît quelquefois peu crédible, notamment dans l'épisode Tirez sur le Cheik, où l'hélicoptère des méchants s'écrase contre une falaise et que leurs occupants en ressortent indemnes.

Cinquième saison[modifier | modifier le code]

L'avant-dernière saison perdant en popularité[réf. nécessaire], le format de la série a été changé pour la dernière saison (1986-1987). Après avoir échappé pendant des années aux militaires, l’Agence tous risques est finalement arrêtée. Ils ont le choix entre retourner en prison, être exécutés ou être affectés à une agence gouvernementale dirigée par le général Hunt Stockwell qui réalise des missions secrètes. Ils choisissent de travailler avec Stockwell.

Arrêt de la série[modifier | modifier le code]

Selon le producteur Stephen J. Cannell, la série s'est arrêtée au bout de cinq ans parce qu'elle devenait de plus en plus chère à produire. Qui plus est, les acteurs étaient de plus en plus démotivés, George Peppard, Dirk Benedict et Mr. T (ce dernier avait d'ailleurs sa propre série, de 1988 à 1990).

Générique[modifier | modifier le code]

L'Agence tous risques bénéficie de génériques différents à chaque saison, avec une accroche commune : « Il y a dix ans (en 1972), une unité de commando d'élite stationnée au Viêt Nam fut envoyée en prison par un tribunal militaire, pour un crime qu'ils n'avaient pas commis. Ces hommes s'évadèrent rapidement de leur prison militaire de haute sécurité, se réfugiant dans les bas-fonds de Los Angeles. Aujourd'hui, encore recherchés par le gouvernement, ils fuient encore et toujours devant leurs poursuivants et survivent comme des mercenaires. Si vous avez un problème, si vous êtes seul, si personne ne peut vous aider, si vous êtes acculé, si la justice ne peut plus rien pour vous, il vous reste un recours, un seul : l'Agence tous risques[11],[1]. »

Plus tard, au cours de la saison 2, l'accroche fut modifiée : « accusés d'un vol qu'ils n'ont pas commis, n'ayant aucun moyen d'en faire la preuve, ils fuient sans cesse devant leurs poursuivants. Pour subsister, ils emploient leurs compétences. Si la loi ne peut plus rien pour vous, il vous reste un recours, un seul : l'Agence tous risques. »

Épisodes[modifier | modifier le code]

La série est composée de cinq saisons.

Univers de la série[modifier | modifier le code]

Les personnages principaux[modifier | modifier le code]

Membres de l'équipe[modifier | modifier le code]

Colonel John Smith, dit « Hannibal »

Son surnom est en référence au général carthaginois. Amateur de déguisements et cerveau de l'équipe, il a généralement toujours un cigare à portée de main, et des gants en cuir noir. Il est souvent déguisé et a comme paroles préférées : « J'adore quand un plan se déroule sans accroc ! » (« I love it when a plan comes together. » en VO) et son fameux « Allez ! Roule Barracuda ». C'est un tacticien hors pair (bien que ses plans ne se déroulent généralement pas comme prévu) et il a toujours un plan pour sortir l'Agence de toutes les situations, même les plus difficiles, choses qu'il aime. C'est pour cela qu'il accepte chaque nouvelle mission comme un nouveau défi. En dehors de son rôle dans l'équipe, il travaille en tant qu'acteur, jouant des monstres dans des films d'horreur à faible budget. Bien que l'Agence tous risques soit formée de quatre membres partageant le même sort, la hiérarchie militaire reste marquée entre eux. Hannibal s'impose tout naturellement comme le chef d'orchestre de leurs opérations. Il est ainsi le seul à écouter Looping, considéré comme fou ou crétin par les deux autres membres du groupe, qui ne font que l'entendre. De même, Hannibal est le seul à avoir une autorité naturelle sur Barracuda, parvenant à s'interposer en cas de dissensions avec Looping. Dans l'épisode pilote, Hannibal joue le rôle de Monsieur Lee, un commerçant asiatique sourd tenancier d'une laverie automatique, qui use souvent de proverbes chinois ; il est le contact imposé pour engager l'Agence. Monsieur Lee n'apparait que lors de cet unique épisode de la série, il n'est plus que mentionné dans le reste de la série mais apparait dans le montage vidéo de certains génériques des premières saisons.

Lieutenant Templeton Peck, dit « Futé »

Futé est un baratineur hors pair et le logisticien de l’équipe. Suave, ayant énormément de succès auprès des femmes, « Futé » est capable d'obtenir n'importe quel objet ou renseignement dont l'équipe a besoin de façon très rapide utilisant généralement des déguisements les plus divers. Bien que Futé ait un grade militaire moins important que Looping, il opère en tant que second après Hannibal. Il est responsable de l'approvisionnement, de l'équipement et du rassemblement de toutes les informations intéressantes en utilisant de nombreuses astuces. Grâce à son talent, il arrive à avoir un niveau de vie élevé, habitant des appartements luxueux, et conduisant une Chevrolet Corvette blanche (avec une raie rouge comme celle de la camionnette GMC Vandura noire de Barracuda) à partir de la deuxième saison. Il est également un expert dans l'ouverture de serrures et de coffres-forts. N'aimant pas beaucoup le combat à mains nues, il se plaint souvent des bagarres qui arrivent inévitablement entre l'Agence et les malfaiteurs. Dans l'équipe, il est responsable de l'argent et du calcul des dégâts occasionnés par les malfaiteurs. C'est un orphelin, et il fut amoureux lorsqu'il était à l'université d'une femme qui devint nonne. Au cours de la saison 4, on apprend que Templeton Peck n'est pas son vrai prénom, et dans la saison 5 est révélé que le nom de son père est A.J. Bancroft et qu'il se prénomme Richard. Il a une demi-sœur, Ellen. Ses nombreux alias varient : Richard Bancroft (son véritable nom), Ricky Ticky, Alvin Brennar, Al Brennan, Al Peck, Holmes Morrison, Morrison Holmes, Templeton Peck.

Capitaine H. M. Murdock, dit « Looping »

Donné comme orphelin de mère depuis l'âge de huit ans dans l'épisode pilote, son véritable prénom (Henry) n'est mentionné qu'une fois dans la série, dans l'épisode pilote par John Smith au téléphone « Puis-je parler à M. Henry M Murdock s'il vous plait ? ». Capable de piloter tout ce qui peut voler, il est le seul membre de l'équipe non recherché par la police militaire car officiellement interné dans un hôpital militaire pour anciens combattants. Bien qu'il ait été le pilote lors du vol de la banque de Hanoï, il ne faisait pas officiellement partie de l'agence et n'a donc jamais été traqué par la police militaire. Il s'échappe cependant régulièrement de l'hôpital psychiatrique afin de pouvoir rejoindre l'Agence. Les symptômes de sa folie changent d'épisode en épisode, mais collent souvent avec le thème principal de l'épisode. Il s'identifie à des personnages fictifs, a des hallucinations, et croit en l'intelligence des objets inanimés (ex : une plante, une chaussette qui lui sert de marionnette...). Il se réfère souvent à son chien invisible « Billy ». Looping et Barracuda ont le même groupe sanguin (AB négatif), ce qui permet à Barracuda lors d'un épisode de se faire transfuser avec le sang de Looping. Dans un épisode de la troisième saison, Barracuda indique que Murdock est devenu fou après que son avion se soit écrasé. Looping a une grande culture et parle plusieurs langues dont le chinois, l'espagnol, l'italien, le vietnamien, le swahili ... Il est capable d'imiter les voix d'individus célèbres. Il accompagne souvent « Futé » pour récupérer du matériel ou des informations. En VO, son surnom est « H. M. », et est censé signifier « Howling Mad », qui pourrait être traduit par « Frappadingue ». Looping mentionne lors d'un épisode où il tombe sous le charme du docteur (vétérinaire) Kelly Stevens, qu'il n'est pas fou, qu'il simule juste car il se sent bien à l'hôpital militaire. Il devient fou quand on lui parle d'ammoniaque.

Sergent Bosco Albert Barracus, dit « Barracuda »

Ancien sergent de la police militaire, il est capable de réparer tout ce qui relève du domaine de la mécanique et a des fabuleux talents de pilote automobile. Connu, dans la bande, pour son goût de la bagarre, c'est en réalité un dur au cœur tendre. Il ne boit jamais d'alcool, mais privilégie le lait. Il prétend détester Looping, mais en réalité, il montrera dans plusieurs épisodes qu'il tient beaucoup à lui, comme au reste de la bande. Barracuda souffre d'un incurable mal de l'air et sa phobie des transports aériens est doublée lorsque c'est Looping qui est aux commandes de l'appareil qui doit transporter l'Agence. Du coup, pour lui faire prendre l'air, l'équipe doit ruser pour l'endormir en droguant sa nourriture ou en l'assommant. Il ne supporte pas que quiconque (surtout Looping) touche à sa camionnette. Ne tolérant pas l'injustice, il se dépense sans compter pour les enfants défavorisés (ce qu'il a été dans sa jeunesse) en les entrainant dans des clubs de sport et des ateliers de travail manuel. Sa mère le surnomme « douceur », ce qui suscite la moquerie de ses compagnons, surtout Looping.

Autres personnages[modifier | modifier le code]

Général Morrison

Personnage qui est seulement évoqué dans la série, il était le chef de l'Agence pendant la guerre jusqu'à sa mort, après que l'équipe revienne à leur quartier général qu'ils retrouvent détruit par les Viet Cong, peu de temps après avoir dévalisé une banque sous l'ordre du général. Mais, malheureusement pour eux, toutes les preuves indiquant qu'ils agissaient sous ordre de Morrison ont été détruites.

Amy Amanda Allen, dite « Triple A »

La touche féminine de l’équipe, elle est journaliste et a intégré l’équipe après l’avoir engagée pour venir en aide à un de ses amis. Elle ne participa qu'aux deux premières saisons.

Tawnia Baker

Elle constitua un remplacement de courte durée d'Amy (épisodes 29 à 40). Elle était également journaliste.

Colonel Derryck Lynch

Commandant de la prison militaire d'où s'est échappée l'Agence. Le colonel les a poursuivis tout au long de la première saison (il a été mentionné pour être toujours à la poursuite de l'équipe au début de la deuxième saison, sans cependant avoir été vu réellement). Il a également fait un retour surprise dans l'espoir d'attraper l'Agence dans l'épisode La Dernière Séance.

Colonel Roderick Decker

C'est le second colonel qui essaye d'attraper l'Agence. Il est beaucoup plus impitoyable que le colonel Lynch, mais n'obtient pas plus de résultat.

Capitaine Crane

Capitaine de l'armée américaine, il seconde le colonel Decker dans sa mission d'arrêter l'Agence.

Colonel Briggs

Colonel qui essaye d'arrêter les membres de l'Agence peu de temps dans la troisième saison.

Général Harlan Fullbright, dit « Bull »

Un autre général qui a essayé également d'attraper l'Agence, excepté lorsqu'il voyage avec eux lors d'un voyage au Vietnam dans la fin de la quatrième saison. Le personnage fut tué lors du dernier épisode de cette même saison. L'acteur (Jack Ging) joue le rôle d'un policier dans l'épisode 5 de la première saison.

Tia

Tia est la fille du général Fullbright, qui part le retrouver au Vietnam avec l'Agence.

Général Hunt Stockwell

C'est le patron de l'Agence pour la dernière saison. Il demande à l'Agence de travailler pour des missions top secret du gouvernement des États-Unis. En contrepartie, l'Agence pourra un jour être libre.

Carla

Assistante du général Stockwell.

Frankie Santana

Expert qui aide l'agence durant la dernière saison. Il rejoint l'équipe sous la demande du général Stockwell après que lui et Looping eurent aidé l'Agence à échapper à un peloton d'exécution.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • Dans le générique d'introduction de la série, un robot chromé passe devant Futé, c'est un centurion Cylon issu de la série Galactica de 1978 dans laquelle Dirk Benedict (l'interprète de Futé) jouait le rôle du lieutenant Starbuck. Le générique français est lui chanté par Noam Kaniel et ?? et les paroles sont de Haim Saban.
  • Dans l'épisode 10 de la première saison, Amy conduit une Renault 5, voiture qui sera transformé en char d'assaut pour affronter les « méchants » de l'épisode.
  • Dans l'épisode 7 de la saison 5 Une vieille amitié, l'épisode fait référence à la série Des agents très spéciaux dans lequel le général Stockwell retrouve son partenaire d'antan, l'acteur David McCallum. On peut remarquer le jingle de transition lumineux entre les scènes, emprunté à cette série. Les noms de leurs personnages, par contre, ont été modifiés.
  • James Coburn a été approché pour jouer le rôle d’Hannibal Smith[3].
  • De manière récurrente qu'il convient de le souligner, il est possible de reconnaître dans la version française, la voix du doublage français d'Amy (Catherine Lafond) dans de très nombreux épisodes alors que la journaliste est absente de l'épisode. Ainsi, par exemple, cette voix est entendue pour doubler une infirmière dans l'hôpital où est enfermé Looping, une auto-stoppeuse qui fait succomber Futé, une secrétaire d'un marchand de voitures véreux, la serveuse d'un restaurant qui les recrute dans Nouvelle cuisine ou bien encore la chef des pompiers (la célèbre coéquipière Stepfanie Kramer de Rick Hunter) dans l'épisode Au feu !, etc.
  • Si l'on prête attention à l'Immatriculation de la camionnette de Barracuda, on s'aperçoit qu'elle change souvent.
  • La camionnette de Barracuda appartenait en réalité à Stephen J. Cannell, qui, tout comme Barracuda, n'aimait pas que qui que ce soit, même les acteurs de la série, touche à sa camionnette. Les séquences montrant l'intérieur du véhicule ont donc été tournées dans un décor de studio et le producteur a catégoriquement refusé de prêter son van à l'équipe du film sorti en 2010, ce qui a obligé les accessoiristes du film à hâtivement déguiser un autre GMC Vandura qui, néanmoins, est très peu de temps utilisé dans le film. L'habillage du véhicule de la série a été créé par George Barris, célèbre accessoiriste d'Hollywood, qui s'est également occupé de la Ford Gran Torino de Starsky et Hutch, de la Dodge Charger de Shérif, fais-moi peur, de la Batmobile de la série Batman des années 1960, du 4x4 de L'Homme qui tombe à pic, de Kitt dans la dernière saison de K2000 (lorsque la voiture est hérissée d'appendices divers) et de la DeLorean de Retour vers le futur.
  • L'hélicoptère de la série Supercopter apparaît dans l'épisode Le Jugement dernier, 1re partie.
  • La notion de temps est étrange au cours de la série. Dans plusieurs épisodes, l'action commence vraiment de bonne heure le matin (bien avant 7 heures par exemple) ou encore qu'en une demi-heure (temps indiqué par Futé) l'équipe a réussi à transformer un bus ordinaire en un bus de transport de prisonniers avec soudures, blindage et peinture.
  • Les voitures des malfaiteurs ont une large propension au vol plané qui s'achève sur le toit du véhicule, dès qu'elles heurtent un obstacle, bien au-delà des lois usuelles de la cinématique.
  • Dans le second épisode de la première saison (1h05 du pilote), sur un biplan digne de la guerre 14, que devra conduire Looping, il est fait allusion à la synchronisation entre la mitrailleuse et l'hélice - problème qui, en France, a jadis été traité par Roland Garros.

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Sorties DVD[modifier | modifier le code]

Saison Épisodes Nombre de disques Dates de sortie
1 14 5 1er janvier 2005
2 23 6 21 juin 2005
3 25 6 20 juillet 2006
4 23 6 12 décembre 2006
5 13 4 22 mai 2007
1 à 5 98 32 14 octobre 2008
12 octobre 2010

Les DVD de L'Agence tous risques - Version intégrale auraient dû sortir en août 2012 mais cette opération a échouée pour faute d'audience (à la télévision) et faute de chiffres d'affaires (des DVD précédents)[réf. souhaitée].

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Le tournage du film L'Agence tous risques a débuté en septembre 2009 pour sortir le 16 juin 2010[12]. Le script de Skip Woods a été retravaillé par Joe Carnahan et Brian Bloom[13] et produit par 20th Century Fox[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Thierry Le Peut, « Agence Tous Risques », sur Arrêt sur Séries (consulté le 1er septembre 2012)
  2. a et b (en) « Plan coming together for The A-Team », Variety, 19 mars 2008
  3. a et b « L’Agence tous risques - L'Encyclopédie des séries TV » sur Toutelatele.com
  4. (en) Robert Edelstein, Stephen J. Cannell; A Novel Approach to Life and television, Broadcasting & Cable,‎ 2007 (lire en ligne)
  5. (en) Joe Neumaier, Encore: A Real Kick In the 'A', Entertainment Weekly,‎ 2001 (lire en ligne)
  6. (en) Sally Bedell, How TV Hit 'The A Team' Was Born, New York Times,‎ 1983
  7. (en) Stephen J. Cannell dans le DVD The A-Team Season Five DVD boxset.
  8. (en) Debra Pickett, 'I'm not into acclaim. I tune it out.', The Chicago Sun-Times,‎ 2006
  9. (en) NBC Scores In Ratings With Super Bowl Broadcast,‎ 1983
  10. Pour éviter une confusion entre les Special Forces et les forces spéciales au sens général du terme, les forces armées des États-Unis utilisent le terme « Special Forces » exclusivement pour désigner les bérets verts (ayant réussi la Q-course et étant autorisé à porter le tab « Special Forces » en récompense), et le terme « Special Operations Forces » (« forces d'opérations spéciales ») pour désigner les forces menant des opérations spéciales en général (tels que les PsyOps, Rangers, Special Operations Aviation,... qui eux n'ont pas nécessairement accomplis la Q-Course). Les forces spéciales sont une des sous-catégories des forces menant des opérations spéciales.
  11. « In nineteen seventy-two, a crack commando unit was sent to prison by a military court for a crime they didn't commit. These men promptly escaped from a maximum security stockade to the Los Angeles underground. Today, still wanted by the government, they survive as soldiers of fortune. If you have a problem, if no one else can help, and if you can find them, maybe you can hire... the A-Team. »
  12. « L'Agence tous risques », sur AlloCiné.fr (consulté le 1er septembre 2012)
  13. « L'Agence tous risques (2010) », sur Télérama (consulté le 1er septembre 2012)