New Order

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir New Order (homonymie).

New Order

Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical new wave, post-punk, electro-pop
Années actives 1980 - 1993
1998 - 2007
Depuis 2011
Labels Factory (1981-1992)
Warner (1998-) et les filiales de Warner London (1993-), Reprise et QWest
Site officiel http://www.neworder.cc/
Composition du groupe
Membres Bernard Sumner
Stephen Morris
Gillian Gilbert
Phil Cunningham
Tom Chapman
Anciens membres Peter Hook

New Order est un groupe new wave / electro-pop britannique originaire de Manchester formé en 1980.

Il se compose au départ des membres restant du groupe Joy Division dont le chanteur Ian Curtis s'est suicidé. À la suite de ce drame, ils optent pour un changement de nom et adoptent celui de New Order[1] sur une suggestion de leur manager, Rob Gretton. Ce nom a fait l'objet de polémiques, comme celui de Joy Division qui pouvait faire allusion au nazisme.

Le groupe comprend Bernard Sumner (dit Barney ou encore, dans Joy Division, Bernard Albrecht ou Bernard Dicken) au chant, à la guitare et aux claviers, Peter Hook (dit Hooky) à la basse et Stephen Morris à la batterie. Gillian Gilbert, la compagne de Stephen Morris, rejoint les trois anciens de Joy Division dès le tout début des années 1980, aux claviers. Elle est remplacée depuis 2001 par Phil Cunningham (ancien guitariste du groupe Marion (en), autre groupe de Manchester).

Leur premier album Movement garde une identité très Joy Division dans le son et aussi la façon de chanter de Bernard Sumner qui rappelle Curtis. Ensuite, le groupe explore d'autres voies, plus électroniques et dansantes. Innovateur par son mélange des genres post punk et house, New Order est considéré comme l'un des groupes de musique occidentale les plus acclamés et influents des années 1980[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts du groupe[modifier | modifier le code]

De 1977 à 1980, Ian Curtis, Bernard Sumner, Peter Hook et Stephen Morris forment le groupe post-punk Joy Division, après s'être initialement appelé Warsaw (Varsovie), en hommage à la chanson Warszawa de David Bowie présente sur l'album Low.

Après la mort de Ian Curtis en mai 1980, le groupe décide de se former à nouveau, choisissant finalement Bernard Sumner, guitariste, comme chanteur. Au cours du mois d'octobre, la petite amie de Stephen Morris, Gillian Gilbert, le rejoint. Les premières chansons sont dans la droite ligne de Joy Division : sombres et mélodiques. Les derniers titres écrits par Joy Division (Ceremony sorti en 1981, In a Lonely Place) vont d’ailleurs sortir sous le nom de New Order. Martin Hannett, producteur attitré de Joy Division, produit également le premier album du groupe intitulé Movement (1981).

La consécration[modifier | modifier le code]

La musique de New Order prendra ensuite un virage électronique, de plus en plus marqué au fil du temps, (même si l’influence d’un groupe comme Kraftwerk est déjà présente chez Joy Division), avec des titres comme Everything’s Gone Green, Temptation, ou Blue Monday (1983), qui devient la meilleure vente de maxi 45 tours de tous les temps, ou encore Confusion (1983), qui est coproduit par Arthur Baker. En France, le titre Confusion est alors choisi comme générique du programme musical Rockline, spécialisé dans la new wave anglaise et présenté par Bernard Lenoir dans le cadre de l'émission du samedi soir Les Enfants du rock de la chaîne de télévision française Antenne 2 (l'actuelle France 2) et a permis au public français de mieux connaître ce groupe. Un sample du titre Shell Shock est utilisé dans le générique de l'émission Top 50 sur Canal+.

Ils vont d’ailleurs largement financer l'Haçienda : boîte de nuit du label Factory (leur label depuis la période Joy Division), qui ouvre en mai 1982.

L'album Power, Corruption & Lies voit le jour en 1983. Il est suivi en 1985 par Low-Life (sur le label de Quincy Jones). Son titre « s'inspire de l'écrivain Jeffrey Barnard, dont la citation « I live what's called the low life » est samplée sur This Time of night » (d'après Chris Shade[3]). Viendra ensuite Brotherhood en 1986.

A cette époque, le groupe commence à de nouveau interprêter régulièrement en concert des morceaux de Joy Division, mais aussi des reprises du Velvet Underground (Sister Ray, et The Ostrich, des The Primitives). Ils interprêteront une seule fois, en 1982, When I'm With You des Sparks, ainsi qu'Anarchy in the UK des Sex Pistols.

Substance est leur première compilation. Elle voit le jour en 1987. Ce double album regroupe la plupart des singles du groupe, y compris True Faith, enregistré pour cet album. Technique paraît en 1989, celui-ci se place en tête des charts à sa sortie. Il est enregistré à Ibiza, alors capitale de la Balearic house.

En 1990, le groupe enregistre World in Motion avec John Barnes, à l’occasion de la coupe du monde de football, un hymne destiné à soutenir l’équipe anglaise. C'est un nouveau succès.

À cette période, le groupe, traverse un passage difficile entre tensions internes (personnelles) et externes : ultime tentative pour sauver Factory (leur label, dirigé par Tony Wilson) en signant avec le label London Records, en 1992, afin d’organiser sa distribution. Fermeture temporaire de l'Haçienda, suite à des violences au sein de la boîte de nuit (avant fermeture définitive).

New Order se retrouve finalement pour produire l’album Republic (prévu au départ pour le label Factory) qui sort finalement chez Warner en 1993. Le single Regret, devient le titre le mieux classé du groupe aux États-Unis. Les avis des fans de New Order sont généralement assez partagés sur cet album conçu dans une ambiance délétère entre les membres du groupe. Le clip vidéo du titre World (The Price of Love) est réalisé par Baillie Walsh (également auteur du clip en un seul plan séquence Unfinished Sympathy pour Massive Attack en 1992), en noir et blanc, d'une durée de 4 minutes à Cannes.

Les membres de New Order sont alors engagés dans d’autres expériences musicales :

Bernard Sumner s'associe avec l'ex-guitariste de The Smiths, Johnny Marr pour former Electronic (auquel participe également Neil Tennant des Pet Shop Boys, ou Karl Bartos de Kraftwerk). Leur premier album, Electronic, contenant le titre Getting Away with It de 1989, est salué par la critique. Il travaille également avec les Chemical Brothers (sur le titre Out of control) ou Sub Sub (avec les futurs membres de Doves) (sur le titre This Time, I'm Not Wrong) ou encore 808 State.

Peter Hook, qui avait également un temps envisagé de collaborer avec Johnny Marr, lance les groupes Revenge et Monaco (en), et plus récemment sur d'autres projets dont Freebass (à partir de 2005) ou The Light (à partir de 2010).

Le couple Stephen Morris et Gillian Gilbert fonde le bien nommé The Other Two (en).

Le retour[modifier | modifier le code]

Le groupe se retrouve de manière épisodique pour enregistrer le titre Brutal qui figure sur la bande originale du film La Plage de Danny Boyle.

En 2001 un nouvel album, intitulé Get Ready, voit le jour (auquel participe Billy Corgan, le leader des Smashing Pumpkins et Bobby Gillespie de Primal Scream), marquant le retour retentissant du New Order. Le single Crystal qui ouvre l'album est un succès. Le groupe repart en tournée, mais sans Gillian Gilbert dont l’une des filles est gravement malade. Son mari continue pour sa part à assurer son rôle de batteur alors que Phil Cunningham remplace Gillian au sein du groupe. En 2003, le groupe enregistre le titre Vietnam (de Jimmy Cliff) pour le disque philanthropique Hope (en).

New Order collabore également avec les Chemical Brothers sur le titre Here to Stay qui figure sur la bande originale du film 24 Hour Party People qui retrace l'histoire de Factory et de Tony Wilson.

En 2005 le groupe sort un nouvel album intitulé Waiting for the Sirens' Call. L'album est produit par des producteurs de renom : John Leckie (Radiohead, The Verve), Stephen Street (The Smiths, Blur) et Stuart Price (Madonna). Enregistré à Bath, il sort en mars avec l'appui du single Krafty. Après la surprise créée par Get Ready, ce Waiting For The Sirens' Call apparaît convenu et par trop commercial.

En 2005 est également éditée une nouvelle compilation de singles intitulée The Singles, contenant quelques versions alternatives. Le groupe recommence à se produire sur scène et reprend son ancien répertoire de la période Joy Division de façon plus marquée.

New Order et Joy Division sont également entrés dans le UK Hall of Fame, après que New Order ait gagné le Godlike Genuises du NME pour 2005.

Film basé sur la vie de Ian Curtis, Control, réalisé par Anton Corbijn, est l'occasion pour New Order de participer à la musique du film, reprenant notamment quelques titres de Joy Division. Anton Corbijn avait déjà travaillé avec eux, puisqu'il avait signé la fameuse vidéo de la chanson Atmosphere de Joy Division.

Le DVD Live In Glasgow (sortie en 2008) a été enregistré à la Glasgow Academy en 2006 et comprend 18 chansons, dont quatre de Joy Division. Le coffret contient aussi un DVD extra des archives personnelles du groupe, dont des extraits de concerts des années 1980 à Glastonbury, Rome, Cork, Rotterdam et Toronto.

Sans Peter Hook[modifier | modifier le code]

Bernard Sumner, chanteur de New Order, sur la grande scène lors de la fête de l'Humanité le 14 septembre 2012.

Peter Hook a quitté le groupe en 2006, et participé depuis aux projets Freebass et Peter Hook and The Light. Les membres restants ont alors déclaré ne plus vouloir continuer sous le nom de New Order mais sous celui de Bad Lieutenant en compagnie d'Alex James, bassiste du groupe Blur. Un album est sorti à l'automne 2009.

Le groupe a cependant repris le nom de « New Order » depuis octobre 2011. Ce fut d'abord pour deux concerts, à l'Ancienne Belgique à Bruxelles le 17 octobre (leur premier concert en Belgique depuis décembre 1985) et au Bataclan à Paris le 18. Le but de ces concerts était de rassembler des fonds pour soins médicaux pour leur ami et producteur Michael Shamberg[4]. Ils se sont déroulés avec Gillian Gilbert, pour la première fois depuis une dizaine d'années, mais sans Peter Hook : Tom Chapman a assuré la basse et Phil Cunningham les guitares. L'année suivante, en septembre 2012, « New Order » a joué sur l'une des scènes de Bestival, festival de musique anglais[5], puis en France à la fête de l'Humanité[6] le 14.

Après plusieurs reports, un album d'inédits issus des sessions du précédent album, Lost Sirens, paraît le 14 janvier 2013[7]. La même année le groupe effectue une tournée mondiale.

Ils devraient entrer en studio en vue d'un nouvel album[8]. Une nouvelle chanson est jouée durant le festival Lollapalooza Chile en mars 2014, intitullée "Singularity."[9]

Esthétique[modifier | modifier le code]

New Order, comme la plupart des groupes du label Factory, a fréquemment recours au design minimaliste de Peter Saville : pochette n'indiquant pas le nom du groupe, ou même le titre de l’album. Cette esthétique a évolué avec leur changement de label, mais la participation de Peter Saville reste régulière.

Le groupe a aussi la réputation de ne donner que peu d’interviews, ce qui renforce l'image d’un groupe ne jouant pas forcément le jeu de la promotion médiatique.

Le bassiste Peter Hook, contribue au son de New Order par son jeu de basse très caractéristique, souvent assez aigu, mélodique plutôt que rythmique. Le batteur Stephen Morris mélange allègrement batteries acoustique et électronique. Bernard Sumner écrit les textes. Chacun, pour ce que l’on en sait contribue à l’écriture des chansons.

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de New Order.

Reprises[modifier | modifier le code]

En 1998, le groupe de Jay Gordon, Orgy, reprend le tube Blue Monday sur leur premier album Candyass. En 2006, Nouvelle Vague a également repris, en version bossa nova, Blue Monday dans leur deuxième album Bande à part. Le titre Confusion figure en bonus sur une édition limitée de ce second opus. À la fin des années 2000, Real Life a repris Blue Monday dans l'album Send Me an Angel : '80s Synth Essentials.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]