Rue Vernet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
8e arrt
Rue Vernet
Situation
Arrondissement 8e
Quartier Quartier des Champs-Élysées
Début Rue Quentin-Bauchart
Fin Avenue Marceau
Historique
Création 1777
Dénomination 1864
Ancien(s) nom(s) Promenoir de Chaillot ; Rue des Vignes

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Vernet
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

48° 52′ 19″ N 2° 17′ 54″ E / 48.871927, 2.298288

La rue Vernet est une voie du 8e arrondissement de Paris. Elle commence rue Quentin-Bauchart et se termine avenue Marceau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque de la rue Vernet à Paris

La rue Vernet a été formée sur l'ancien chemin des Vignes, qui existait depuis le XVIIe siècle, et une partie de l'ancien promenoir de Chaillot, créé en 1777.

La partie comprise entre la rue de Bassano et l'avenue Marceau fut ouverte de 1848 à 1866 sur l'emplacement de l'ancien Château des Fleurs, établissement de plaisirs rival du Bal Mabille. L'entrée faisait face à la rue du Château-des-Fleurs (actuelle rue de Bassano). L'établissement fut détruit pour permettre le prolongement de la rue de Bassano à travers les terrains de l'hospice Sainte-Périne.

La rue des Vignes a reçu en 1864 le nom de rue Vernet en l'honneur de la célèbre famille de peintres français : Claude Joseph Vernet, son fils Carle Vernet, et le fils de ce dernier Horace Vernet (1789-1863).

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • no 9 : Hôtel appartenant à M. Demachy (en 1910)[1].
  • no 11 : Hôtel particulier. « Tardif exemple du néo-classicisme, cet immeuble pourrait dater des années 1850 ; il porte en fait la date 1880. Pourrait avoir le même auteur que l'hôtel suivant. »[2]
  • no 11bis : Immeuble construit par l'architecte Paul Sédille vers 1880[2].
  • no 29 : Hôtel de la comtesse de Brye (en 1910)[1].
  • no 33 : « L'hôtel de la comtesse de Cossé au 33, est occupé jusqu'aux mansardes par des gens que passionnent les problèmes du tabac en feuilles. Mme de Cossé a fui Paris et ses bouleversements et est allée se réfugier dans son domaine du Var. Mais avant la dernière guerre, on était assuré de la trouver toujours chez elle, rue Vernet, dans son atelier. Passionnée de peinture, elle a en effet donné à cet art la plus grande partie de son temps, composant des toiles pleines de grâce. Et puis, sa santé fragile lui fit mesurer ses sorties, mais sa retraite était animée par un groupe d'amis fidèles, parmi lesquels on retrouvait toujours Mme de Béhague, la comtesse Lafond[3] et M. Carlo Placci, un Italien plein d'esprit, dont la verve intarissable animait les réunions de la rue Vernet. »[4] Propriété de la SCI AKN World Investment, l'hôtel particulier est aujourd'hui occupé par une crèche interentreprises, gérée par l'entreprise People and Baby[5]. La SCI AKN World Investment a pris soin de conserver le cachet intérieur et extérieur du bâtiment, de style Eiffel.
  • no 35 : Ancien hôtel de La Renaudière (1860) devenu hôtel Coleman (de 1898 à 1915)[1] « Mme Coleman, née Roseline Parent, avait fait percer une porte secrète donnant sur l'avenue Marceau et qui lui permettait d'introduire chez elle qui elle voulait sans avoir à subir le contrôle de son concierge. Cette demeure, léguée à ds sociétés de secours aux victimes du devoir et à des sociétés de sauvetage, été vendue en 1918 à Mme Mugnier et est maintenant la propriété de sa fille, Mme Grandjean. Sir Eric Drummond l'occupa de 1921 à 1937, alors qu'il était attaché au secrétariat de la S.D.N. Il est occupé aujourd'hui (1954) par la maison Louis Vuitton. »[6]

Bâtiments détruits[modifier | modifier le code]

  • no 1 : Hôtel de Mme A. Darblay (V. no 44, avenue George-V) (en 1910)[7].
  • no 25 : Hôtel de M. R. Étienne (en 1910)[1].
  • no 37 : Hôtel de M. Salomon, propriété de M. Espivent de La Villeboisnet (en 1910)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Rochegude, Op. cit., p. 98.
  2. a et b Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Le Guide du patrimoine. Paris, Paris, Hachette, 1994, p. 556.
  3. née Claire Manca-Amat de Vallombrosa. V. Maison de Pérusse des Cars.
  4. Becq de Fouquières, Op. cit., p. 111.
  5. http://www.people-and-baby.com/creches/ile-de-france/paris/75008/creche-de-l-etoile.html
  6. André Becq de Fouquières, Mon Paris et mes Parisiens. II. Le quartier Monceau, Paris, Pierre Horay, 1954, p. 260-261.
  7. Rochegude, Op. cit., p. 99.

Sources[modifier | modifier le code]

  • André Becq de Fouquières, Mon Paris et mes Parisiens. Vol. 1, Paris, Pierre Horay, 1953
  • Félix de Rochegude, Promenades dans toutes les rues de Paris. VIIIe arrondissement, Paris, Hachette, 1910