Christian d'Oriola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Christian d'Oriola
Importez l'image de cette personne
Contexte général
Sport pratiqué escrime
Période d'activité de 1941 à 1970
Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance
Lieu de naissance Perpignan
Décès (à 79 ans)
Surnom d'Artagnan
Palmarès
Jeux olympiques 4 2 0
Championnats du monde 8 1 0
Jeux méditerranéens 3 1 0
Championnats de France 5 0 0

Christian d'Oriola est un escrimeur français, né le 3 octobre 1928 à Perpignan et mort le 29 octobre 2007 à Nîmes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Surnommé d'Artagnan par les Anglais dès 1948, ce fleurettiste est issu d'une famille de noblesse provinciale, de tradition vigneronne. Dès l'âge de neuf ans, son père l'entraîne dans la salle d'escrime, au sous-sol de la demeure familiale, ce qui lui permet de disputer ses premières compétitions officielles à 13 ans, et de défier les meilleurs séniors régionaux à 15 ans. À dix-huit ans, il est vice-champion de France, battu en finale par Jehan Buhan. Quand il annonce fièrement au téléphone sa performance à son père, ce dernier lui réplique : « Tu n'es que second! ». « Ca a été une bonne leçon. À partir de ce jour-là, seule la première place a compté à mon esprit. » admet Christian bien plus tard. Il fut formé aux plastrons des maîtres Bourret et Helmer.

Entré en équipe de France à 18 ans en 1946, il participe à son premier championnat du monde en 1947 au Portugal, et enlève déjà son premier titre mondial au fleuret. Ce titre lui vaut alors d'être désigné Champion des champions français par L'Équipe en 1947. Un an plus tard, il dispute à vingt ans la finale olympique du fleuret par équipes à Londres face à l'Italie. C'est son premier sacre olympique. En individuel, il s'incline en finale face à Jehan Buhan.

Furieux d'avoir laissé le titre olympique en 1948, il prépare sa revanche en devenant champion du monde en 1949 malgré une urémie. La maladie l'écarte des podiums les deux années suivantes, mais il revient en condition à l'occasion des championnats du monde 1951, où il enlève deux nouveaux titres mondiaux, individuel et par équipes. Il est clairement supérieur à ses adversaires lors des Jeux olympiques de 1952 à Helsinki. Le 27 juillet l'équipe de France confirme son titre olympique après une finale qui dure près de cinq heures[1] ; Le 28 juillet, Christian d'Oriola devient champion olympique en individuel.

D'Oriola et l'équipe de France poursuivent leurs moissons à l'occasion des championnats du monde 1953. Il est un farouche opposant à l'introduction du fleuret électrique en escrime à partir de 1954 et s'incline en finale des championnats du monde 1955 face à un jeune Hongrois de 20 ans, Jozsef Guyricza. Il modifie alors sa technique pour l'adapter aux nouvelles contraintes matérielles. Aux Jeux olympiques de 1956 à Melbourne, l'équipe de France s'incline en finale face à l'Italie, mais Christian d'Oriola remporte le tournoi individuel. Il est lauréat du Prix Guy Wildenstein de l'Académie des sports la même année.

Avec l'autre fleurétiste Lucien Gaudin, il est le seul Français à avoir remporté 4 médailles d'or aux Jeux olympiques.

En 1960, il est le porte-drapeau de la délégation française aux Jeux olympiques et termine 7e du tournoi de fleuret, à 32 ans. Depuis quatorze ans, d'Oriola n'avait connu que deux places : la première, ou la seconde.

Il remporte encore le titre de champion de France d'épée par équipe avec la salle Réant de Montpellier en 1970; il fait alors des compétitions officielles depuis 1941 (à 13 ans). Il devient ensuite arbitre international durant dix ans de 1970 à 1980, puis est nommé vice-président de la fédération française, ce jusqu'en 1984.

Après son immense carrière sportive, il s'établit à Nîmes, et devient inspecteur d'assurances pour les départements limitrophes. Il obtint la Légion d'honneur en 1971, et en 2001 la FIE lui décerne le titre d'Escrimeur du XXesiècle.

Il est le cousin par alliance du champion olympique, équitation – saut d'obstacles, Pierre Jonquères d'Oriola. Il fut également membre de l'Académie des sports.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

  • En 1947, il est désigné Champions des champions français par le journal L'Équipe.
  • Décoré de la Légion d'honneur en 1971[2], il reçoit de nouveau cet honneur en 1995 lors de la « promotion pascale »[3];
  • Prix Marie-Christine Ubald-Bocquet de l'Académie des sports en 1956, pour une carrière sportive "constituant un exemple";
  • La promotion 2009-2012 du Lycée François-Arago à Perpignan a été nommée en son honneur, Il fut élève de cette institution scolaire durant sa jeunesse catalan.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. coll., L'Équipe (1946-1971), Paris, L'Équipe, 1995, p. 114(ISBN 270212484)
  2. a et b « Christian d'Oriola. », sur escrime-avenir.org (consulté le 4 août 2011)
  3. « La promotion pascale de la Légion d'honneur », sur liberation.fr,‎ 17 avril 1995 (consulté le 4 août 2011)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fernand Albaret, Les d'Oriola et les vendanges olympiques, Paris, éd. La Table ronde, 1965
  • Notice biographique de Christian d'Oriola in coll., 100 champions pour un siècle de sport, Paris, L'Équipe, 2000, p. 147-149 (ISBN 2951203128)
  • Notice biographique de Christian d'Oriola in Henri Charpentier et Euloge Boissonnade, 100 ans de Jeux olympiques, Paris, France-Empire, 1996, p. 235-239 (ISBN 2704807922)

Lien externe[modifier | modifier le code]