Álvaro Pombo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Álvaro Pombo

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Álvaro Pombo et Fernando Savater en 2008.

Nom de naissance Álvaro Pombo García de los Ríos
Activités poète, écrivain, personnalité politique
Naissance 23 juin 1939
Santander, Espagne
Langue d'écriture Castillan
Mouvement réalisme
Genres roman, poésie
Distinctions Membre de l'Académie royale espagnole au siège J depuis 2004
Prix national de Narration (1997)
Prix Planeta (2006)
Prix Nadal (2012)

Œuvres principales

  • Donde las mujeres
  • La Fortuna de Matilda Turpin
  • El temblor del héroe
Álvaro Pombo et Fernando Savater en 2008.

Álvaro Pombo García de los Ríos (né le 23 juin 1939 à Santander) est un poète, écrivain, personnalité politique et activiste espagnol.

Depuis 2008, Pombo est un collaborateur actif du parti UPyD, où il représente l'aile la plus progressiste[1].

Il est membre de l'Académie royale espagnole au siège J depuis 2004 et a reçu de nombreux prix, aussi bien en narration qu'en poésie, dont le Prix national de Narration en 1997 pour Donde las mujeres, le Prix Planeta 2006 pour La Fortuna de Matilda Turpin et le Prix Nadal en 2012 pour El temblor del héroe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait des études de lettres et de philosophie à Madrid puis à Londres, où il vit de 1966 à 1977. Il publie en 1973 son premier recueil de poèmes, Protocolos. Il reçoit le prix El Bardo avec Variaciones en 1977. La même année, il publie un recueil de nouvelles, Relatos sobre la falta de substancia, dont certaines manifestent déjà un caractère homosexuel.

En 1983, il reçoit à Madrid où il s'est installé le premier Prix Herralde du Roman avec El héroe de las mansardas de Mansard, paru chez Anagrama, édition où sont parus tous ses romans.

Son style, unique et original, bien qu'il soit classé dans le « réalisme subjectif », l'a tout de suite placé parmi les figures essentielles des lettres espagnoles. Sa maîtrise du langage, propre à un véritable poète, et l'emploi frappant et contagieux de l'humour dans tous ses romans caractérisent une prose unique, louée par les critiques et les écrivains de tous bords.

Passionné d'histoire médiévale et de philosophie phénoménologique, il mêle dans tous ses livres l'analyse psychologique et les préoccupations philosophiques. Lui-même définit sa méthode littéraire comme de la « psychologie-fiction ».

Ses premières œuvres peuvent passer pour pessimistes, car elles présentent toujours des situations, des arguments et des personnages sans espoir, mais son œuvre narrative connaît un tournant avec la publication de El metro de platino iridiado (1990), peut-être son chef-d'œuvre, pour lequel il a reçu le Prix national de la Critique. Dans ce roman, Pombo commence à pratiquer ce qu'il nomme « la poétique du Bien », où l'éthique, l'humanité et en définitive, le Bien, paraissent être l'objectif de son travail. Dans l'un de ses derniers romans, Contra natura, Pombo exprime ses critiques envers une « mercantotechnie » et une trivialisation excessives de l'homosexualité qui, selon lui, est en train d'envahir une partie de la communauté.

Álvaro Pombo a été reçu à la Real Academia Española le 20 juin 2004, sa candidature ayant été proposée par Luis María Ansón, Luis Mateo Díez et Francisco Rico. Il occupe le fauteuil j qu'a laissé à sa mort Pedro Laín Entralgo. Son discours d'entrée à l'Académie s'intitule Verosimilitud y Verdad ; dans celui-ci, Pombo réfléchit sur l'utilité de réserver le terme « vérité » pour le raisonnement et « vraisemblance » pour le récit contemplatif[2].

Le 16 octobre 2006, il reçoit le prix Planeta, le plus populaires des prix littéraires en Espagne, pour son roman La fortuna de Matilda Turpin.

Il a reconnu publiquement son homosexualité dans de nombreux entretiens où il opine sur divers thèmes sur le sujet, dont le mariage homosexuel[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Relatos sobre la falta de sustancia (1977) ; trad. Les Êtres immatériels, Paris, Christian Bourgois,1990.
  • El héroe de las mansardas de Mansard (1983) ; trad. Le Héros des mansardes de Mansart, Paris, Pierre Belfond, 1985 — Premio Herralde de Novela
  • El hijo adoptivo (1986) ; trad. Le Fils adoptif, Paris, C. Bourgois, 1992.
  • Los delitos insignificantes (1986) ; trad. Des Crimes insignifiants, Paris, Gallimard, 1988.
  • El parecido (1988)
  • El metro de platino iridiado (1990) ; trad. Le Mètre de platine iridié, C. Bourgois, 1998 — Premio de la Crítica de narrativa castellana
  • Aparición del eterno femenino contada por S. M. el Rey (1993) ; trad. Apparition de l'éternel féminin, Paris, Christian Bourgois, 2013.
  • Telepena de Celia Cecilia Villalobo (1995)
  • Vida de San Francisco de Asís (1996)
  • Donde las mujeres (1996) ; trad. Du côté des femmes, C.Bourgois, 1998 — Prix national de Narration
  • Cuentos reciclados (1997)
  • La cuadratura del círculo (1999) ; trad. La Quadrature du cercle, C. Bourgois, 2002 — Premio Fastenrath
  • El cielo raso (2001) ; trad. Ciel de lit, C. Bourgois, 2004 — Premio Fundación José Manuel Lara
  • Una ventana al norte (2004) ; trad. Une fenêtre au Nord, Paris, C. Bourgois, 2006.
  • Contra natura (2005)
  • La Fortuna de Matilda Turpin (2006) — Prix Planeta
  • La previa muerte del lugarteniente Aloof (2009)
  • El temblor del héroe (2012) — Prix Nadal
  • Quédate con nosotros, Señor, porque atardece (2013)
  • La transformación de Johanna Sansíleri (2014)

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Protocolos (1973)
  • Variaciones (1977) Premio El Bardo
  • Hacia una constitución poética del año en curso (1980)
  • Protocolos para la rehabilitación del firmamento (1992)
  • Protocolos, 1973-2003 Poesías completas (2004)
  • Los enunciados protocolarios (2009)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) EFE, « Álvaro Pombo asegura que no le preocupa que "internet corrompa un poco el lenguaje" », sur soitu.es,‎ 2009 (consulté le 26/09/2013)
  2. (es) « Verosimilitud y Verdad. Discours d'Álvaro Pombo à la Real Academia Española, 20 juin 2004 », sur rae.es (consulté le 24 juin 2014)
  3. (es) Jesus Rocamora, « Yo no soy gay: soy pre-gay », sur publico.es,‎ 2009 (consulté le 11 mai 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]