Pays basque (communauté autonome)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pays basque.
Communauté autonome du Pays basque
Euskal Autonomia Erkidegoa
Comunidad Autónoma del País Vasco
Blason de Communauté autonome du Pays basque
Héraldique
Drapeau de Communauté autonome du Pays basque
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Capitale Vitoria-Gasteiz
Statut d'autonomie 22 décembre 1979
Sièges au Parlement 19 députés
9 sénateurs
Président Iñigo Urkullu (PNV-EAJ)
ISO 3166-2:ES ES-PV
Démographie
Gentilé euskal herritar, euskotar (en basque)
vasco, a ; vascongado, a (en espagnol)
Population 2 193 093 hab. (2012)
Densité 303 hab./km2
Rang 7e rang (4.6 %)
Géographie
Coordonnées 43° 02′ N 2° 37′ O / 43.033333333333, -2.6166666666667 ()43° 02′ Nord 2° 37′ Ouest / 43.033333333333, -2.6166666666667 ()  
Superficie 723 400 ha = 7 234 km2
Rang 14e rang (1,4 %)
Localisation
Localisation de Communauté autonome du Pays basque
Liens
Site web http://www.euskadi.net/

La communauté autonome du Pays basque[1] (appelée aussi Euskadi) ou la Communauté autonome basque[2] est l'une des 17 Communautés autonomes de l'Espagne, une des trois autonomies historiques reconnues par le gouvernement espagnol en 1977 avec la Catalogne et la Galice, et composée de 3 provinces historiques basques: l'Alava, la Biscaye et le Guipuscoa[3].

Elle est située dans le nord de l'Espagne et dispose d'une autonomie certaine dans plusieurs domaines : fiscalité (tous les impôts sont levés par l'administration fiscale basque qui reverse 5 % des impôts à l'Espagne), enseignement, police (police autonome Ertzaintza), soins de santé Osakidetza, etc. La capitale de la communauté est Vitoria-Gasteiz (province d'Alava).

Le nom en basque est Euskal Autonomia Erkidegoa[4] et en espagnol il s'agit de la Comunidad Autónoma del País Vasco[5].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Pont de Biscaye, patrimoine mondial de l'UNESCO

La Communauté autonome du Pays basque est entourée par la mer Cantabrique (en basque Bizkaiko golkoa ou golfe de Biscaye), la France (Aquitaine), la Castille-et-León, la Navarre, la Rioja et la Cantabrie. C'est une région montagneuse, marquée par le relief des Pyrénées au nord, et de la Cordillère Cantabrique ailleurs. Son climat océanique doux et très humide (plus de 1 000 mm de précipitations annuelles) et ses paysages verts contrastent avec une grande partie de la péninsule ibérique.

Elle couvre une superficie de 7 234 km², soit l'équivalent d'un grand département français. Mais elle est densément peuplée (291 habitants/km²), c'est une des régions les plus urbanisées d'Espagne, avec les métropoles de Bilbao (plus de 800 000 habitants), Saint-Sébastien et Vitoria-Gasteiz (environ 250 000 habitants), ainsi que tout un réseau de moyennes et de petites villes.

Elle est composée de trois provinces (officiellement territorios históricos, territoires historiques) :

  • l'Alava (en basque Araba) ; capitale : Vitoria-Gasteiz (en espagnol Vitoria, en basque Gasteiz) ;
  • la Biscaye (en basque Bizkaia, en espagnol Vizcaya) ; capitale : Bilbao (en basque Bilbao ou Bilbo) ;
  • le Guipuscoa (en basque Gipuzkoa, en espagnol Guipúzcoa) ; capitale : Saint-Sébastien (en espagnol San Sebastián, en basque Donostia).

Transports[modifier | modifier le code]

Trois aéroports desservent cette région : Foronda (Alava), Fontarrabie (Guipuscoa), l'aéroport international de Bilbao à Loiu-Lujua (Biscaye). Il compte aussi deux importants ports dont celui de Bilbao (Port Autonome de Bilbao).

Un projet de TGV devant relier les 3 grandes villes de la région est en cours de construction. Il est surnommé le "Y basque" en raison de sa forme.

Démographie[modifier | modifier le code]

La population s'élevait à 2 178 339 habitants en 2010, soit 4,8 % (5,4 % en 1998) de la population de l'État.

L'espérance de vie s'élève à 74,2 ans pour les hommes et 84,8 ans pour les femmes la plus haute de l'Union européenne. La Communauté autonome du Pays basque compte 4,5 médecins pour 1 000 habitants.

Politique[modifier | modifier le code]

La Communauté autonome du Pays basque a son propre gouvernement depuis 1980, dont le chef porte le titre de Lehendakari, il s'agit de Iñigo Urkullu (PNV-EAJ) depuis le 21 octobre 2012, à la tête du parti nationaliste basque. Il est élu par le parlement basque.

Les principaux partis politiques sont:

Xe législature du Parlement basque.

Parti politique Voix en % (2012) Sièges (2012) Voix en % (2009) Différence (2009/2012)
EAJ/PNV 34 27 38.68 -3
EH Bildu 25 21 Nouveau +25
PSE-EE 19 16 30.71 -9
PP 11 10 14.09 -1
UPyD 1 1 1 0

Économie[modifier | modifier le code]

Le centre financier de Bilbao

Aujourd’hui, la Communauté autonome basque fait partie des dix régions dont le niveau d’industrialisation et le niveau de richesse sont les plus élevés d’Europe, aux côtés de la Bavière, du Bade-Wurtemberg, de la Lombardie et de la Haute-Autriche. Le PIB est de 68 milliards d'euros en 2008 avec une croissance de 0,8 % interannuelle. En juin 2007, le taux de chômage atteignait le niveau record de 3,4 % et le taux de croissance du PIB 4,2 %. Après avoir traversé une grave crise économique et sociale pendant les années 1980, la Communauté autonome basque, Euskadi a opéré un redressement économique spectaculaire.

Avec un PIB par habitant supérieur à la moyenne de l'Union européenne (indice 140 en 2007 contre 109 en Espagne - 111 en France), Euskadi est la devenue en 2007 la région la plus riche et innovatrice d’Espagne devant la Communauté de Madrid (indice 139 en 2007). C'est la première fois qu'une Communauté autonome dépasse la région capitale qui s'était toujours, logiquement, imposée comme la plus riche du pays. En 2008 le PIB par habitant est de 31 952 euros, et en 2010 est de 31 314 euros très supérieur à la moyenne espagnole 23 063 euros et moyenne européenne 24,486 euros.

Le centre financier du Pays basque est Bilbao, siège de la Bourse de Bilbao et des banques comme la BBVA, Banco Bilbao Vizcaya Argentaria qui est un groupe bancaire espagnol d'origine basque présent dans 37 pays. Les caisses d'épargnes basques se sont regroupées en Kutxabank. Celle-ci est composée des anciennes caisses d'épargne BBK Bilbao Bizkaia Kutxa, Kutxa Gipuzkoa SanSebatian, Vital Kutxa fusionnées en 2011. Elle est la troisième plus grande banque de l'État en termes d'actifs.

Le tourisme est très développé, en particulier dans les villes (musée Guggenheim à Bilbao, Saint-Sébastien, et sur le littoral). Le poids du secteur agricole et de la pêche est inférieur au reste de l'Espagne (1,2 %).

Innovation[modifier | modifier le code]

L'innovation s’est considérablement développée par l'intermédiaire de la création de technopoles (comme le parc technologique de Bizkaia) et de la fondation Innobasque (Tecnalia, IK4, DIPC, Universités, Industrie).

L'innovation du Pays basque a atteint la moyenne européenne UE-27 de 2,01 % du PIB en 2009 des autres grandes régions industrielles européennes. Euskadi est la région la plus innovante d’Espagne avec 2,08 % du PIB[6]consacré à la R&D en 2010 (Finlande 3,96 %, France 2,21 % et Espagne 1,38 % du PIB). Le territoire du Guipuscoa est supérieur à cette moyenne avec 2,41 % du PIB en 2009. La comarque de Deba Garaia atteint 4,58 % où se situe le groupe Mondragón Corporación Cooperativa, Deba Beherea 3,21 %. L'un des objectifs intermédiaires de l'agence d'innovation Innobasque est d'atteindre les 2,75 % du PIB consacré à la R&D en 2012[7].

Distribution de dépenses de R+D selon eustat en 2009[8].

Pôles de compétitivité[modifier | modifier le code]

Torre Iberdrola, nouveau siège à Bilbao

La Communauté autonome basque est une des premières régions européennes à avoir mis en place des pôles de compétitivité (ou clusters). Cette politique industrielle a été lancée dès 1991 par le Gouvernement basque sur la base des recommandations de Michael Porter, professeur à Harvard Business School et théoricien des clusters.

Les clusters basques sont aujourd’hui au nombre de treize, principalement dans le secteur industriel, ils génèrent 45 % du PIB de la région. :

  • Aéronautique, Hegan[9]: Sener, ITP, Gamesa classé second fabricant européen d’aérogénérateurs
  • Automobile, ACICAE[10]: Plus de 60 000 employés et 500 usines. Daimler-Benz Vitoria.
  • Construction navale[11]: La Naval Construcciones Navales del Norte
  • Électronique, Informatique et Télécommunications[12]:
  • Énergie[13]: Iberdrola est le premier producteur mondial d'énergie éolienne
  • Environnement, ACLIMA[14]:
  • Électroménager[15]:
  • Machine-outil, AFM, INVEMA[16]: classé troisième producteur européen et 92 % production espagnole.
  • Papier, ClusterPapel[17]:
  • Port de Bilbao, Uniport Bilbao[18]: premier port espagnol certifé par le LME London Metal Exchange.
  • Sciences du management, Innobasque, nanoBASQUE[19]: RVCT, IkerBasque, IK4, Tecnalia, DIPC, Euskampus, Universités (UPV-EHU Universidad del Pais Vasco, Mondragon Unibertsitatea, Escuela Politécnica Superior S.Coop., HUHEZI S.Coop., Universidad de Deusto, Fundación Deusto, TECNUN Universidad de Navarra)
  • Transport, Logistique
  • Audiovisuel

Dans la Communauté autonome basque, les clusters sont conçus comme un partenariat stratégique et opérationnel qui associe les 'entreprises', les 'organismes de recherche publics et privés' mais aussi les 'pouvoirs publics', qui participent activement au fonctionnement et au suivi des projets.

Chaque pôle est financé conjointement par les entreprises et les pouvoirs publics. Néanmoins, le financement public est plafonné (le coût est d’environ trois millions d’euros par an pour le gouvernement basque). Autre spécificité, notamment par rapport aux pôles de compétitivité français : les subventions sont versées directement aux clusters et non aux entreprises membres qui ne bénéficient à ce titre d’aucun avantage fiscal [20],[21].

Industrie[modifier | modifier le code]

Haut Fourneau de Bizkaia

L'industrie de la sidérurgie et de la métallurgie occupe traditionnellement une place prépondérante dans l’économie basque.

Au XIXe siècle, l’exploitation des nombreux gisements miniers permet à la région de développer une industrie du fer et de l’acier. En 1880, le territoire basque de Bizkaia s’impose comme la première région productive d’Espagne en minerai de fer.

Au début du XXe siècle, de nouvelles industries se développent et prospèrent : papier, chimie, gaz et pétrole, machines-outils, biens d’équipement, construction navale. De gisements de gaz découverts en mer, la création de la société Petronor (Petroleos de Norte), et Iberdrola (Iberduero et Hidrola), un leader dans le secteur électrique, donne une impulsion au secteur énergétique basque. Après la crise pétrolière de 1973 et après 1975 la Communauté autonome basque subit de plein fouet deux épreuves : l’ouverture de l’économie espagnole à la concurrence et la crise énergétique et sidérurgique mondiale. Euskadi traverse alors une crise industrielle sans précédent : faillites en cascade, taux de croissance nul voire négatif certaines années, taux de chômage oscillant autour de 20 %.

Au début des années 1990, alors que la plupart des pays d’Europe se désengagent de l’industrie lourde, le gouvernement basque lideré par le EAJ-PNV fait au contraire le choix de sauver l’industrie traditionnelle et de diversifier le secteur en misant sur l’innovation. Aujourd’hui, les parts de marché de l’industrie basque au sein de l’industrie espagnole illustrent la réussite de la reconversion industrielle de la communauté basque: la machine-outil représente 80 % de la production espagnole, l’acier, l’électroménager et l’électronique professionnelle 40 %, l’automobile 30 % et l’aéronautique 22 %.

En 2005, l’indice de production industrielle a progressé de 4 % dans la Communauté autonome basque. Le secteur emploie 36 % de la population active - contre 24 % en France par exemple. Sur un plan national, avec seulement 5 % de la population espagnole, la Communauté autonome basque contribue à hauteur de 10 % à la production industrielle totale du pays.

Autre indicateur du poids du secteur industriel dans l’économie basque espagnole : il contribue à hauteur de 32 % du PIB, un chiffre du même ordre que ceux enregistrés par les autres grandes régions industrielles d’Europe comme la Lombardie (35 %), le Bade-Wurtemberg (33 %) ou encore la Bavière (30,3 %).

Industrie automobile[modifier | modifier le code]

Modèle Vito de Mercedes produit à Vitoria-Gasteiz

Aujourd’hui, 26 % des composants automobiles espagnols sont produits en Euskadi.

L’industrie des composants automobiles est constituée majoritairement par de petites et moyennes entreprises : 68 % d’entre elles comptent moins de 100 salariés. Les entreprises du secteur sont particulièrement performantes sur les marchés étrangers : 63 % de leur production est destinée à l’export.

La Communauté autonome basque compte également deux sites de production et d’assemblage de produits finis. L’usine implantée en 1980 par Mercedes-Benz (Daimler Chrysler) près de la capitale administrative Vitoria-Gasteiz emploie 3 500 personnes et produit 85 000 véhicules par an du modèle Vito.

Dans le domaine de l’industrie automobile, le constructeur d'autocars Irizar est leader en Espagne sur ce secteur avec 39 % des parts de marché et est, en volume, le deuxième constructeur d'autocars en Europe.

Machine-outil[modifier | modifier le code]

Makino-S33-MachiningCenter-example.jpg

La production basque représente 82 % des exportations espagnoles et mobilise 78 % de l’emploi total du secteur.

Depuis plus de dix ans, le secteur de la machine-outil basque espagnol exporte en moyenne 56 % de sa production en direction de 120 pays différents. 50 % de la production de machines-outils est destinée à l’industrie automobile.

La société plus innovatrice du secteur est le Groupe Danobat[22] située dans la ville d'Elgoibar dans le territoire du Guipuscoa, appartenant au groupe coopérative du MCC Mondragon Corporacion Cooperativa avec 93 000 employées.

En 1991 a été créé à Elgoibar l'Institut de Machine - Outil (IMH), qui est venu remplir l'important secteur dans la spécialisation des travailleurs de ces industries, ainsi que les centres de développement Ideko et de Fatronik.

Industrie aéronautique et Industrie aérospatiale[modifier | modifier le code]

Totalement inexistante au début des années 1990, l’industrie aéronautique basque est née de l’organisation d’entreprises de secteurs voisins en cluster.

Aujourd’hui, ce pôle de compétitivité regroupe l’essentiel des entreprises du secteur c’est-à-dire les trois leaders locaux (l’ingénierie Sener, le motoriste ITP et l’équipementier Gamesa) et de nombreuses PME. Il représente 20 % de la production espagnole.

Énergie[modifier | modifier le code]

Pétrole et pétrochimie[modifier | modifier le code]

L'industrie pétrochimique basque est née avec la création en 1968 de la société Petronor (Petroleos del Norte) filiale de Repsol YPF, sa raffinerie moderne (avec unités de FCC, SR5 désulfuration 100 T/j, MTBE naphte de haut octane, ETBE biocarburant en 2002, congénération électrique, URF Unité Réduction Fuel-Oil en 2011) produisant 11 millions de tonnes par an à Muskiz.

La raffinerie de Petronor est la plus grand de la péninsule ibérique et ses réseaux de distribution des hydrocarbures et de gaz naturel dans toute la Communauté autonome basque.

En 2008, le président du club Athletic de Bilbao, Fernando Garcia Macua conclut un contrat de sponsoring maillot de trois ans avec la compagnie pétrolière basque[23].

Gaz[modifier | modifier le code]
Plataforme de gaz "La Gaviota" à Bermeo, Bizkaia

La découverte de gisement de gaz et l'exploitation de la Plateforme de Gaz Gaviota en océan Atlantique en face de Bilbao entre 1980 et 1994 1.5 MNm3 permet la captation et le stockage de CO2 opéré par ENAGAS.

L'année 2003 a été construit le terminal GNL dans le Grand Port de Bilbao appelé en basque "Bizkaiko Badia" ou BBG (Bizkaia Badia Gasa). Il fut inauguré en 2003, avec une inversion de 264 millions d'euros et 30 mois de construction. La capacité du terminal est de 800 000 m3/h. Le premier cargo LNG fut le British Innovator, le 8 août 2003.

Le terminal GNL dispose de deux grand réservoir de 150 000 m3. Afin de répondre à l'augmentation de la demande la société BBG a un projet de construction du troisième réservoir. La BBG est constitué des sociétés Repsol, British Petroleum, Iberdrola et la EVE (Ente Vasco de Energia) du Gouvernement Basque.

La Communauté autonome basque produit de l'électricité d'origine thermique dans ses 4 centrales thermiques.

Énergie renouvelable : énergie éolienne[modifier | modifier le code]
Aérogénérateurs

Gamesa, fondée à Vitoria-Gasteiz en 1976, est l'une des sociétés les plus innovatrices du secteur des énergie renouvelables est le premier producteur d'énergie éolienne avec la participation de la société d'énergie Iberdrola no 3 européen de l'énergie.

Le siège d'Iberdrola est situé à Bilbao dans la province de Bizkaia. L'entreprise se consacre à la production et à la distribution d'énergie (gaz et éolienne), avec plus de 21 000 mégawatts installés.

Télécommunications[modifier | modifier le code]

La Communauté autonome basque est siège de la société de télécommunication Euskaltel. Euskaltel développe un réseau de fibre optique de dernière génération, avec des investissements de 1 200 millions d'euros (600 euros par habitant), le plus gros investissement en réseau par habitant de toute l'Espagne.

Euskaltel est opérateur de câble basque créé en juillet 1995, qui commercialise ses services en Pays basque et Navarre. Il opère en téléphonie fixe et mobile, numérique et accès à Internet à bandes larges tant par l'ADSL que par câble (seul détenteur d'une licence pour cela au Pays basque), pour des particuliers et des entreprises.

Euskaltel a agi comme société commerciale de la Communauté autonome basque des services de téléphonie mobile d'Amena (actuellement Orange) en vertu d'un accord commercial. Euskadi désigne la communauté autonome du Pays basque qui sponsorise l'équipe cycliste en partenariat avec la société téléphonique Euskaltel, Euskaltel-Euskadi.

Euskaltel investit 1,1 milliard d’euros pour construire plus de 200 000 kilomètres de fibre optique dernière génération sur l’ensemble du territoire basque. Ce réseau constitue aujourd’hui l’un des premiers atouts du Pays Basque espagnol pour le développement de la société de l’information et notamment l’accès au haut-débit. La progression de l’entreprise est fulgurante. Entrée sur le marché en 1998, Euskaltel devient dès 2003 le premier opérateur de télécommunications de la région, dépassant le leader historique espagnol Telefónica. En dépit de la crise qui a touché les opérateurs européens de télécommunications ces dernières années, Euskaltel est aujourd’hui une entreprise florissante. En 2005, son chiffre d’affaires a progressé de 9 % pour atteindre 316 millions d’euros et son bénéfice net a quadruplé, passant à 63 millions d’euros.

Sport[modifier | modifier le code]


Club Sport Ligue Stade/enceinte Date de fondation
Athletic Bilbao football Liga BBVA San Mamés Barria 1898
Real Sociedad football Liga BBVA Stade d'Anoeta 1909
Bilbao Basket basket-ball Liga ACB Bilbao Arena 2000
Saski Baskonia basket-ball Liga ACB Fernando Buesa Arena 1959
Lagun Agro GBC basket-ball Liga ACB Donostia Arena 2016 2001
CD Bidasoa handball Liga ASOBAL Polideportivo Artaleku 1962
CH Txuri Urdin hockey sur glace Superligua Española Txuri Urdin Izotz Jauregia 1972
Escor Auto Avendaño hockey sur glace Superligua Española BAKH 2011

La Classique de Saint-Sébastien est une épreuve cycliste annuelle pour coureurs professionnels (Élites avec contrat). Cette compétition, qui se déroule directement le samedi qui suit la fin du Tour de France, fait partie de l'UCI World Tour, exigeant ainsi des équipes agréées "World Tour" leur participation à cette compétition. Au programme de l'épreuve : la double ascension du Jaizkibel, une montagne de faible altitude marquant la limite la plus occidentale des Pyrénées. L'arrivée se déroule dans la station balnéaire de Saint-Sébastien, sur le golfe de Gascogne.

Culture[modifier | modifier le code]

La Plage de la Concha à Saint-Sébastien
Musée Guggenheim de Bilbao

Langue[modifier | modifier le code]

Deux langues bénéficient du statut de langue officielle : le basque (euskara) et l'espagnol (castillan). Les élèves peuvent étudier dans des écoles en langue espagnole ou basque voire dans des écoles utilisant les deux langues.

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

Inauguré le 17 octobre 1997, le musée Guggenheim de Bilbao a constitué le fer de lance d’un vaste plan de développement urbain qui a réussi à faire de la ville un pôle économique et touristique de premier plan. Il organise diverses expositions de renommée mondiale.

Le Festival du film de Saint-Sébastien est un évènement se déroulant en septembre, le meilleur acteur recevant la "Coquille d'Or".

Euskal Herria[modifier | modifier le code]

Euskadi forme, avec la Communauté forale de Navarre et le pays basque français, l'Euskal Herria, "le pays basque" au sens de pays antiquement de langue basque. La Communauté forale de Navarre a le droit de s'intégrer à la Communauté Autonome Basque en accord avec la Constitution espagnole (quatrième disposition transitoire). Une telle intégration n'a jamais été à l'ordre du jour lors des trois dernières décennies.

Médias[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Titre préliminaire de la loi organique du 18 décembre 1979 portant statut d'autonomie du Pays basque »
  2. Corpus Universalis ENCYCLOPEDIA UNIVERSALIS », Troisième volume de 18 volumes, page 853, ISBN 2-85229-550-4
  3. Langues et identités dans la Péninsule Ibérique, Alain Milhou, Publication Universitaire, Rouen, Havre, 1989-01-01, 146 pages,(ISBN 2877750027)
  4. Littéralement « Communauté autonome basque ». Selon la Loi fondamentale sur la normalisation de l'usage de l'euskara (loi 10/1982 du 24 novembre) : « 2. artikulua. Euskara da Euskal Herriko hizkuntza propioa. » Traduction : Article 2 La langue propre au Pays basque est l'euskara.
  5. Littéralement « Communauté autonome du Pays basque ». Selon la Loi fondamentale sur la normalisation de l'usage de l'euskara (loi 10/1982 du 24 novembre) : « 3. Artículo Las lenguas oficiales en la Comunidad Autónoma del País Vasco son el euskera y el castellano. » Traduction : Les langues officielles dans la Communauté autonome du Pays basque sont l'euskara et le castillan.
  6. Eurostat, INE, Eustat, [1]
  7. Institut France Euskadi
  8. Institut basque de statistique,
  9. Cluster basque d'aéronautique
  10. Cluster basque automobile
  11. Cluster basque en construction navale
  12. Cluster basque d'électronique, informatique et télécommunications
  13. Cluster basque d'énergie
  14. Cluster basque d'environnement
  15. Cluster basque d'électroménager
  16. Cluster basque de machine-outil
  17. Cluster basque du papier
  18. Cluster basque de ports
  19. Cluster basque de connaissance
  20. Organisme de statistique basque
  21. Institut France-Euskadi
  22. Danobat Group, corporate video
  23. name="Europa Press">El Athletic firma con Petronor un acuerdo para lucir publicidad en su camiseta por 2 millones de euros, Europa Press, 29 July 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Pays basque, pour l'ensemble des territoires du Pays basque.
  • Euskalmet, le service météo du gouvernement basque

Liens externes[modifier | modifier le code]