Gerardo Diego

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gerardo Diego

Description de cette image, également commentée ci-après

Monument à Gerardo Diego situé rue Pío Baroja à Madrid, face à la Maison de la Cantabrie.

Nom de naissance Gerardo Diego Cendoya
Activités Poète
Naissance
Santander, Cantabrie, Espagne
Décès (à 90 ans)
Madrid, Communauté de Madrid, Espagne
Langue d'écriture Espagnol
Mouvement Génération de 27
Genres Poésie
Distinctions Prix national de Poésie (1925)
Prix Cervantes (1979)

Œuvres principales

Versos humanos

Statue de Gerardo Diego à Santander.

Gerardo Diego, né le à Santander et mort le (à 90 ans) à Madrid, est un poète espagnol appartenant à la génération de 27.

Il symbolise l'idéal de cette génération par la façon magistrale qu'il a de faire alterner la poésie traditionnelle avec la poésie d'avant-garde, dont il fut l'un des plus grands représentants pendant les années 20. Son œuvre poétique suit par conséquent ces deux lignes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Sa poésie traditionnelle comprend des poèmes de structure classique, où apparaissent fréquemment le romance, la décima et le sonnet. Les thèmes sont très variés : paysages, religion, musique, tauromachie, amour, etc.

Dans ses premiers recueils — Iniciales (1918), El romancero de la novia (1918) et Soria (1923) — on observe une influence évidente de ses maîtres les plus admirés : Gustavo Adolfo Bécquer, Juan Ramón Jiménez et Antonio Machado.

Formé par 42 sonnets écrits avant la guerre d'Espagne, Alondra de verdad (1941) est un livre qui appartient aussi à la poésie traditionnelle, et qui présente, comme le déclare l'auteur lui-même, « un type de poésie directe, concrète, toujours vécue et élaborée au premier niveau ».

Son inclination pour l'avant-garde le pousse d'abord vers l'ultraïsme et plus tard vers le créationnisme (es), mouvement poétique initié par le poète chilien Vicente Huidobro. L'absence de signes de ponctuation, la disposition des vers, les thèmes non transcendantaux et les images extraordinaires caractérisent cette poésie. Deux de ses livres sont nettement créationnistes : Manual de espumas (livre de poèmes de 1924, dans lequel se consolide son goût pour les images surprenantes et la métaphore audacieuse qui a tant caractérisé les disciples de Huidobro), et Fábula de Equis y Zeda (1932, parodie en « sextinas reales » des fables mythologiques, écrite en hommage à Góngora.

Gerardo Diego participe activement à la vie littéraire de l'époque et fonde deux revues, Carmen et Lola, auxquelles ont accès les nouveaux poètes de l'avant-garde. Son rôle est essentiel dans l'Antología poética en honor a Góngora (1927) et dans la Poesía española contemporánea 1915-31 (1932, seconde édition augmentée en 1934), livre fondamental pour avoir une vue panoramique de la création poétique espagnole de cette époque.

Œuvres poétiques[modifier | modifier le code]

  • El romancero de la novia, Santander, Imp. J. Pérez, 1920.
  • Imagen. Poemas (1918-1921), M., Gráfica de Ambos Mundos, 1922.
  • Soria. Galería de estampas y efusiones, Valladolid, Libros para amigos, 1923.
  • Manual de espumas, M., Cuadernos Literarios(La Lectura), 1924.
  • Versos humanos, M., Renacimiento, 1925 — Prix national de Poésie 1925.
  • Viacrucis, Santander, Talleres Aldus, 1931.
  • Fábula de Equis y Zeda, México, Alcancía, 1932.
  • Poemas adrede, México, Alcancía, 1932.
  • Ángeles de Compostela, M., Patria, 1940 (nueva versión completa- M.- Giner- 1961).
  • Alondra de verdad, M., Escorial, 1941.
  • Primera antología de sus versos, M., Espasa-Calpe, 1941.
  • Romances (1918-1941), M., Patria, 1941.
  • Poemas adrede, M., Col. Adonais, 1943 (Edición completa).
  • La sorpresa, M., CSIC, 1944.
  • Hasta siempre, M., Mensajes, 1948.
  • La luna en el desierto, Santander, Vda F. Fons, 1949.
  • Limbo, Las Palmas de Gran Canaria, El Arca, 1951.
  • Visitación de Gabriel Miró, Alicante, 1951.
  • Dos poemas (Versos divinos), Melilla, 1952.
  • Biografía incompleta, M., Cultura Hispánica, 1953 (Ilustraciones de José Caballero. 2ª edición con nuevos poemas- M.- Cultura Hispánica- 1967).
  • Segundo sueño (Homenaje a Sor Juan Inés de la Cruz), Santander, Col. Tito Hombre, 1953 (Xilografías de Joaquín de la Fuente).
  • Variación, M., Neblí, 1954.
  • Amazona, M., Ágora, 1956.
  • Égloga a Antonio Bienvenida, Santander, Ateneo, 1956.
  • Paisaje con figuras, Palma de Mallorca, Papeles de Sons Armadans, 1956 (Premio Nacional de Literatura).
  • Amor solo, M., Espasa-Calpe, 1958 (Premio Ciudad de Barcelona 1952).
  • Canciones a Violante, M., Punta Europa, 1959.
  • Glosa a Villamediana, M., Palabra y Tiempo, 1961.
  • La rama, Santander, La isla de los ratones, 1961.
  • Mi Santander, mi cuna, mi palabra, Santander, Diputación, 1961.
  • Sonetos a Violante, Sevilla, La Muestra, 1962.
  • La suerte o la muerte. Poema del toreo, M., Taurus, 1963.
  • Nocturnos de Chopin, M., Bullón, 1963.
  • El jándalo (Sevilla y Cádiz)´, M., Taurus, 1964.
  • Poesía amorosa 1918-1961, B., Plaza y Janés, 1965.
  • El Cordobes dilucidado y vuelta del peregrino, M., Revista de Occidente, 1966.
  • Odas morales, Málaga, Librería Anticuaria El Guadalhorce, 1966.
  • Variación 2, Santander, Clásicos de Todos los Años, 1966.
  • Segunda antología de sus versos (1941-1967) M., Espasa-Calpe, 1967.
  • La fundación del querer, Santander, La isla de los ratones, 1970.
  • Versos divinos, M., Alforjas para la poesía española(Fundación Conrado Blanco), 1971.
  • Cementerio civil, B., Plaza y Janés, 1972.
  • Carmen jubilar, Salamanca, Álamo, 1975.
  • Cometa errante, B., Plaza y Janés, 1985.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]