Le Rœulx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour pour la commune française (Nord), voir Rœulx.
Le Rœulx
La grand-place
La grand-place
Blason de Le Rœulx
Héraldique
Drapeau de Le Rœulx
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Soignies
Bourgmestre Benoit Friart (IC)
Majorité IC
Sièges
IC (MR-CDH)
UDP/PS/ECOLO
19
13
6
Section Code postal
Le Rœulx
Gottignies
Mignault
Thieu
Ville-sur-Haine
7070
7070
7070
7070
7070
Code INS 55035
Zone téléphonique 064
Démographie
Gentilé Rhodien(ne)[1]
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
8 207 (1er janvier 2014)
48,73 %
51,27 %
192 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
(1er janvier 2013)
21,71 %
62,69 %
15,60 %
Étrangers 6,85 % (1er janvier 2013)
Taux de chômage 13,69 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 13 746 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 30′ N 4° 06′ E / 50.5, 4.150° 30′ Nord 4° 06′ Est / 50.5, 4.1  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
42,80 km2 (2005)
72,79 %
9,32 %
14,64 %
3,25 %
Localisation
Situation de la ville dans l'arrondissement de Soignies et la province de Hainaut
Situation de la ville dans l'arrondissement de Soignies et la province de Hainaut

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Le Rœulx

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Le Rœulx
Liens
Site officiel leroeulx.be

Le Rœulx (en wallon El Rû) est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Hainaut. L'étymologie du nom vient du mot germanique röde qui signifie essart, c'est-à-dire terre rendue cultivable après défrichage.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 655, un moine irlandais du nom de Faelan (Feuillien de nos jours) fut assassiné par des brigands. Il fera l'objet d'un culte important au cours des siècles qui suivirent. Sa mémoire sera définitivement assurée par la construction, en 1125, de l'abbaye prémontrée de Saint-Feuillien. C'est autour de cette abbaye que se développeront le domaine et, ensuite, le village du Rœulx.

Initialement, le village du Rœulx appartenait à Wauthier, chatelain d'Ath : il avait épousé Ada de Montdidier, dite de Roucy, mais le couple n'eut qu'une fille Beatrix, née vers 1091. Baudouin II de Hainaut, comte de Hainaut, lui fit épouser son fils Arnould. C'est pourquoi toute la descendance portera le nom d'« Hainaut Rœulx ».

Leur fils Eustache Ier dit le Vieux (1115-1192) sera conseiller et compagnon d'armes du comte de Hainaut, pair du comté. Il participe à toutes les campagnes militaires : ainsi, en 1172, il fera partie de l'expédition victorieuse contre Henri III, duc de Limbourg. En 1182, il participe à l'expédition contre le château de Wanaque et en 1184 à celle contre le duc de Brabant. Il épousa Marie de Morlanwelz qui lui apporta la seigneurie et le château de Morlanwelz.

Son fils aîné, Eustache II dit le Valet de Rœulx (1168-1186), prend part à la guerre contre Philippe Auguste, roi de France, et assiste impuissant aux ravages que causent les troupes de l'évêque de Cologne à sa bonne ville du Rœulx qu'ils incendièrent. Il défend son château de Morlanwelz à l'intérieur duquel il s'était réfugié. Il prit sa revanche lors du retrait des troupes coalisées (Brabant, Cologne et Flandre). Cette retraite devint déroute et il fallut l'intervention du roi de France pour ne pas assister à un carnage. Il épouse Berthe de Gavres.

Eustache III dit Canivet (1180-1224) fut conseiller de Baudouin V de Hainaut. Il signe, en tant que témoin, le traité d'alliance entre le Brabant et le Hainaut ainsi que la charte-loi de Baudouin VI.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est essentiellement agricole bien qu'elle soit en bordure des zones industrielles de La Louvière et de Soignies. Elle se situe à un carrefour enropéen, à la jonction des autoroutes reliant Paris, Amsterdam et Cologne. Elle possède de nombreux quartiers résidentiels. Des étangs de pêche y sont aménagés.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des bourgmestres depuis l'Indépendance de la Belgique
Entrée en fonction Identité Parti
1976 Elie Hoyas PC
1982 Marcel Couteau PC
1985 Albert Tesain IC
2006 Benoît Friart IC

Armoiries[modifier | modifier le code]

Malgré la présence de la noble famille des princes de Croÿ, la Ville n'a jamais adopté son blason, mais elle a, par contre, conservé celui des premiers seigneurs du Rœulx. Aussi, le blason actuel dérive-t-il de l'ancien sceau des échevins du Rœulx.

CommunesBelgique-Le-Roeulx.svg
Blason du Rœulx
Blasonnement : De sinople à un lion au naturel tenant dans la patte dextre une roue d’or.



Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

  • L'ancienne abbaye
Article détaillé : Abbaye Saint-Feuillien du Rœulx.
  • Le château des Princes de Croÿ
Article détaillé : Château des Princes de Croÿ.
  • L'hôpital Saint-Jacques
Article détaillé : Hôpital Saint-Jacques du Rœulx.
  • L'Église Saint-Nicolas
Article détaillé : Église Saint-Nicolas du Rœulx.
  • L'Hôtel de Ville
L'Hôtel de Ville actuel date de 1862. La façade s'inspire amplement de la partie centrale du château : six ouvertures, fronton triangulaire, balcon avec garde-fou en fer forgé. C'est le Prince Emmanuel de Croÿ qui en proposa les plans. Une plaque en bronze placée dans la salle des pas perdus évoque le plus illustre des bourgmestres rhodiens, Léon Mabille. Hormis ses fonctions maïorales au Rœulx de 1903 à 1922, il fut aussi député à la chambre des Représentants et professeur de droit à l'université catholique de Louvain.
  • Autour de la Grand-Place
Déjà signalée au XVe siècle, cette place est située sur l'ancienne voie de communication Nivelles-Binche. Il s'agissait d'un espace où se tenait le marché. On disait en 1469 : « Su l'marchiet a Roes ». La place a été réaménagée au début du XXIe siècle et une fontaine y a trouvé place. La statue en son centre est l'œuvre du sculpteur Fredy Taminiaux. Elle symbolise la fertilité. L'inauguration officielle eut lieu le 7 septembre 2002. Le site de la Grand-Place est classé depuis 1980.
  • La Maison du Cornet (Grand-Place, 30)
L'hostellerie du Cornet était autrefois une petite auberge dont les écuries pouvaient accueillir une quinzaine de chevaux. La demeure est de style gothique. La porte d'entrée est encadrée par un arc brisé en pierre de taille. Les marques du tailleur de pierre sur la façade datent de la fin du XVIe siècle, début du XVIIe siècle. Les bâtiments de la cour sont marqués 1632.
  • La Maison espagnole (Grand-Place, 35)
Cette maison de style hispanique a été construite en 1727, alors que la région n'était plus sous le régime espagnol. Elle est située à l'emplacement des anciennes halles de la ville. Le bien est classé depuis 1981.
  • L'Hôtel Saint-Nicolas (Grand-Place, 28)
L'hostel de Saint-Nicolas date de 1745. Cette auberge, déjà citée au XVe siècle, comptait chambres, estables, graingette et jardin. La porte d'entrée est surmontée d'une petite niche abritant saint Nicolas.
  • La Maison et la Brasserie de l'Épée (Grand-rue, 4)
Cette ancienne auberge fournissait déjà du vin à l'hôpital Saint-Jacques en 1480. Le bâtiment actuel présente la marque d'un tailleur de pierre de la fin du XVIe siècle, début du XVIIe siècle. On remarque sa porte cochère de style gothique.
  • La Maison des Chapelains (Place de la Chapelle, face à la rue Verte)
Cette demeure, construite en 1728, était autrefois occupée par des religieux de l'abbaye Saint-Feuillien desservant la paroisse. Élevée sur deux niveaux, elle est de type tournaisien. Cette ancienne bâtisse est classée depuis 1976.
  • La Maison des Vicaires (Place de la Chapelle, 10 et 11)
Cette demeure forme un ensemble néogothique brugeois. L'édifice en brique, grès et pierre bleue et blanche a été bâti en 1902, comme l'indique un cartouche en façade.
  • L'ancien Lycée Lamberte de Croÿ (à l'angle de la Place de la Chapelle et de la rue Verte)
La fondation de cet ancien lycée date du 20 janvier 1601. Lamberte de Croÿ, comtesse douairière de Berlaimont, tenait ainsi à promouvoir l'éducation et la formation des jeunes gens de la région.

Économie[modifier | modifier le code]

La brasserie St-Feuillien située au centre du Rœulx produit plusieurs bières parmi lesquelles la St Feuillien et la Grisette.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Quinsac (France) depuis 1962[2]
Drapeau de l'Allemagne Steinenbronn (Allemagne) depuis 1992
Drapeau de l'Italie Polla (Italie) depuis 2011

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Germain, Guide des gentilés : Les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française,‎ 2008 (lire en ligne), p. 37.
  2. Annuaire des villes jumelées

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Guide touristique, Le Rœulx - Terre de découvertes, éditeur Office du Tourisme de la Ville du Rœulx. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]