Séries provinciales du championnat de Belgique de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Provinciales

Généralités
Création années 1950
pour le format actuel
Organisateur(s) Union belge de football
Catégorie Division 5 à 8
Lieu Drapeau de la Belgique Belgique
Participants 9 x 16
pour la 1e Provinciale
Statut des participants Amateurs
Palmarès
Tenant du titre 2013
Anv.: K. FC Zwarte Leeuw
Bbt: K. Wolvertem SC
Fl. Occ.: FC Gullegem
Fl. or.: K. FC Sp. St-Gillis
Hai.:R. JE Binchoise
Liè.: R. Spa FC
Lim.: RC Hadès
Lux.: R. RC Longlier
Nam.: CS Onhaye
Vainqueur 2014
Anv.: Beerschot-Wilrijk
Bbt: en cours
Fl. Occ.: en cours
Fl. or.: K. FC Sp. Petegem
Hai.: en cours
Liè.: en cours
Lim.: en cours
Lux.: R. RC Mormont
Nam.: R. JS Taminoise

En Belgique, les séries provinciales constituent la base de la pyramide du football. Les compétitions provinciales sont organisées selon une hiérarchie de 4 niveaux numérotés de 1 à 4, appelée Première Provinciale, Deuxième Provinciale, Troisième Provinciale et enfin Quatrième Provinciale. Ils sont familièrement dénommés et usuellement appelés P1, P2, P3 et P4.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la suite de la fondation de l'UBSSA (aujourd'hui URBSFA) et la création du Championnat de Belgique en 1895, la fourmilière des clubs se mit à l'ouvrage.

Au fil des saisons, des compétitions régionales furent organisées. Autour des pôles d'émergence du football en Belgique comme Anvers, Bruxelles et Liège, les clubs furent rapidement nombreux. En d'autres endroits, il fallut plus de temps. À cette époque, les provinces de Luxembourg ou de Namur sont plus isolées puisque les lignes de chemin de fer restent rares et que le réseau routier est composé de petits chemins. Les autoroutes actuelles n'existent évidemment pas. Le football en province de Hainaut se développa plus vite de par sa proximité avec le Nord de la France où des clubs (Lille, Roubaix, Tourcoing) se créèrent très tôt.

Par rapport aux zones urbaines, les régions plus rurales tardèrent aussi à découvrir le football ou à le voir s'implanter car les gens « bien pensants » de l'époque, le plus souvent influencés par l'Église et les vielles habitudes, voyaient le football comme une activité très peu chrétienne (des adultes en culottes courtes qui se disputent un ballon ! Pensez-donc, c'est un jeu du diable ![réf. nécessaire]).

Tout cela évolua finalement assez vite et paradoxalement, on put dire (familièrement) que « là où il y avait un clocher, il y avait au moins un terrain de football ! » Dans les zones urbaines, cette maxime se complétait par « plus terrain de football par Maison du Peuple »...

Jusqu'aux années 1920, les compétitions inférieures furent donc régionales. Si par exemple, les Liégeois jouaient entre eux, les Luxembourgeois et Namurois luttaient avec leurs voisins hennuyers ou liégeois, voire brabançons. Le succès de la Belgique aux Jeux Olympiques d'Anvers en 1920 fut un facteur d'accroissement de la popularité du football dans le « plat pays ».

On peut noter qu'en 1914, la Fédération belge comptait 159 clubs affiliés (pour un total de 12 357 joueurs inscrits). En 1922, ces nombres étaient passés à 377 clubs pour 37 164 joueurs inscrits. Le total de clubs affiliés allait massivement augmenter avec l'arrivée des congés payés en 1936, amenant la société à évoluer dans le sens de la prise en compte d'une notion jusque-là abstraite : les loisirs. Le travail de l'URBSFA dans la fidélisation de ses clubs va aussi attirer des entités initialement inscrites dans des ligues rivales. L'augmentation importante du nombre de clubs à gérer amena l'Union Belge à créer son système de numéro matricule (première publication le 26 décembre 1926).

Dès le début des années 1930, des « ententes de Clubs » furent formées et s'affilièrent à la Fédération nationale qui en même temps voyait les rivalités avec d'autres ligues diminuer. Les compétitions inférieures commencèrent à s'organiser selon les frontières administratives du pays.

Jusqu'aux années 1950 (la Seconde Guerre mondiale joua évidemment un rôle de frein), la plus haute série, sous les trois niveaux nationaux existants, fut la 2e Provinciale qui chapeautait des séries encore appelées « régionales » (Gewestelijk en Néerlandais), le plus souvent la 2e Régionale puis la 3e Régionale. Avec le temps, sous la 2e Provinciale vint s'installer une 3e Provinciale avant les « régionales ». Celle-ci disparurent avec l'augmentation du nombre de club.

Lors de la création du 4e niveau national suite à la saison 1951-1952, le terme de Première Provinciale fut donné à la plus haute division de chaque province. Hiérarchiquement, les divisions subalternes prirent le nom de 2e et 3e Provinciales. Enfin, un 4e niveau provincial fut finalement créé.

Organisation[modifier | modifier le code]

Depuis la fédéralisation du pays, la Belgique compte dix Provinces. Mais en matière de football, elle n'en a toujours que neuf.

Les compétitions en province de Brabant regroupent aussi bien les club du Brabant flamand que du Brabant wallon ainsi que ceux installés dans la Région de Bruxelles-Capitale.

Les clubs de la communauté germanophone jouent dans les séries de la province de Liège.

Dans chaque province (sauf celle de Luxembourg), la compétition est hiérarchisée en quatre niveaux. Les différentes séries comptent en général 16 clubs. Au 3e et plus souvent au 4e et dernier niveau, les poules comptent moins d'équipes.

Dans toutes les provinces, la Première Provinciale (P1) compte 16 clubs.

Les autres niveaux sont répartis en plusieurs séries dont le nombre varie selon les provinces. La « Deuxième Provinciale » (P2) est répartie en 2 ou 3 séries. La Troisième Provinciale (P3) est répartie entre 3 à parfois 6 séries (Brabant). La Quatrième Provinciale (P4) est répartie de 4 à 8 séries (Brabant). Dans la province de Luxembourg, il n'y a pas de P4.

La P4 est le niveau le plus bas de la hiérarchie du football belge. Tout club qui s'affilie à l'URBSFA commence à ce niveau. De même, si un club se met en cessation d'activités, il doit reprendre en P4 (P3 pour le Luxembourg).

Pyramide provinciale 2011-2012 (par provinces)[modifier | modifier le code]

Note : le nombre total d'équipes est supérieur au nombre de clubs existants puisque certains de ceux-ci engagent une « équipe B » dans une division inférieure à celle de leur équipe A.

Entre parenthèses le nombre d'équipes.

La colonne « en nationale » renseigne le nombre de clubs de cette province qui évolue dans l'une des quatre divisions nationales en 2010-2011.

  • Attention que ce tableau renseigne « le nombre d'équipes ». Au niveau provincial, il est devenu fréquent qu'un même club aligne une équipe « B » dans une série inférieure à celle de l'équipe « A » principale.
Provinces Equipes
en séries
prov.
1e Provinciale 2e Provinciale 3e Provinciale 4e Provinciale Equipes
en Nationale...
Nombre total
d'équipes
Diff avec 2010-11
Anvers 179 P1 (16) P2A (16)
P2B (16)
32 équipes
P3A (16)
P3B (16)
P3C (16)
48 équipes
P4A (16)
P4B (16)
P4C (18)
P4D (17)
P4E (16)
83 équipes
26 clubs 205 équipes +1
Brabant 308 P1 (16) P2A (17)
P2B (16)
P2C (16)
49 équipes
P3A (17)
P3B (18)
P3C (16)
P3D (16)
P3E (16)
P3F (16)
99 équipes
P4A (17)
P4B (19)
P4C (16)
P4D (15)
P4E (15)
P4F (15)
P4G (15)
P4H (17)
P4I (15)
144 équipes
20 clubs 328 équipes +9
Fl. orientale 229 P1 (16) P2A (16)
P2B (16)
P2C (16)
48 équipes
P3A (16)
P3B (16)
P3C (16)
P3D (16)
P3E (16)
80 équipes
P4A (14)
P4B (14)
P4C (14)
P4D (14)
P4E (14)
P4F (15)
85 équipes
20 clubs 249 équipes +7
Fl. occidentale 148 P1 (16) P2A (16)
P2B (16)
32 équipes
P3A (16)
P3B (16)
P3C (16)
48 équipes
P4A (18)
P4B (17)
P4C (17)
52 équipes
18 clubs 166 équipes -2
Hainaut 256 P1 (17) P2A (16)
P2B (16)
P2C (15)
47 équipes
P3A (16)
P3B (15)
P3C (16)
P3D (17)
64 équipes
P4A (14)
P4B (14)
P4C (14)
P4D (15)
P4E (15)
P4F (14)
P4G (15)
P4H (13)
P4I (14)
128 équipes
12 clubs 268 équipes -6
Liège 249 P1 (16) P2A (16)
P2B (16)
P2C (16)
48 équipes
P3A (16)
P3B (17)
P3C (16)
P3D (16)
65 équipes
P4A (16)
P4B (14)
P4C (14)
P4D (16)
P4E (15)
P4F (15)
P4G (15)
P4H (15)
120 équipes
16 clubs 265 équipes +17
Limbourg 189 P1 (16) P2A (16)
P2B (18)
34 équipes
P3A (16)
P3B (16)
P3C (17)
P3D (16)
65 équipes
P4A (14)
P4B (14)
P4C (16)
P4D (16)
P4E (14)
74 équipes
14 clubs 203 équipes +15
Luxembourg 132 P1 (16) P2A (16)
P2B (16)
P2C (16)
48 équipes
P3A (14)
P3B (14)
P3C (13)
P3D (13)
P3E (14)
68 équipes
6 clubs 138 équipes -2
Namur 183 P1 (16) P2A (16)
P2B (16)
32 équipes
P3A (16)
P3B (16)
P3C (16)
48 équipes
P4A (14)
P4B (14)
P4C (15)
P4D (15)
P4E (14)
P4F (15)
87 équipes
4 clubs 187 équipes +5
TOTAUX 1873 145 P1 370 P2 585 P3 773 P4 134 clubs 2007 équipes +47
  • 17 clubs en P1 Hainaut : ce fait est exceptionnel. Il est la suite d'un dossier concernant le RSC Estaimpuis qui "aurait" annoncé son retrait en fin de saison 2010-2011, mais n'en fit finalement rien. Le Comité Provincial du Hainaut ayant déjà entériné le résultat du tour final des séries de « P2 », ne refusa pas la montée aux clubs qui en avait été victorieux. La situation sera régularisée en mai 2012.

Fonctionnement - Montée/Descente[modifier | modifier le code]

Nationale ⇔ Provinciales[modifier | modifier le code]

Les 9 championnats de P1 sacrent donc annuellement neuf champions (9x1). Ceux-ci sont automatiquement promus en Promotion pour la saison suivante. Au sein de chaque P1, on joue un Tour final (le plus souvent entre les vainqueurs de périodes et le 2e classé).

Le vainqueur du Tour final de P1 des Provinces d'Anvers, de Brabant et de Flandre orientale est promus directement en Promotion. Ces trois Provinces disposent d'un second car elles comptent le plus grand nombre de clubs affiliés à l'URBSFA.

Le vainqueur du Tour final de P1 des six autres Provinces participe au Tour final interprovincial avec deux clubs « barragistes » de Promotion. Généralement, ce Tour final octroie deux places au 4e niveau national.

Les derniers classés de P1 sont relégués en P2. Évidemment, le nombre de descendants peut varier selon les provinces selon qu'il y ait un ou plusieurs clubs relégués de « nationale » vers leur P1.

Entre Provinciales[modifier | modifier le code]

Un principe de montée/descente existe entre les différents niveaux des séries provinciales. Les champions de série sont promus au niveau directement supérieur (P4 ⇒ P3, P3 ⇒ P2 et P2 ⇒ P1). Par niveau, un Tour final regroupe des clubs des différentes séries en fin de saison pour désigner un ou plusieurs montant(s) supplémentaire(s).

Les moins bien classés d'une série sont relégués au niveau directement inférieur (P1 ⇒ P2, P2 ⇒ P3 et P3 ⇒ P4). Le nombre de descendants peut varier selon les relégations aux étages supérieurs.

Équipe A et équipe B[modifier | modifier le code]

Depuis quelques saisons, un club engagé dans les séries provinciales peut aligner une deuxième équipe. L'équipe évoluant dans la série la plus haute est appelée « équipe A », l'autre « équipe B ».

L'équipe B ne peut monter d'une division que si elle ne rejoint pas l'équipe A. Dans le cas de figure où les deux équipes se retrouvent en P4, elles doivent se trouver dans des séries distinctes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]