Merbes-le-Château

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Merbes-le-Château
La maison communale
La maison communale
Blason de Merbes-le-Château
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Thuin
Bourgmestre Philippe Lejeune(PS)
Majorité PS
Sièges
PS
MR
ECOLO
15
10
4
1
Section Code postal
Merbes-le-Château
Fontaine-Valmont
Labuissière
Merbes-Sainte-Marie
6567
6567
6567
6567
Code INS 56049
Zone téléphonique 071
064 (Merbes-Sainte-Marie)
Démographie
Gentilé Merbien(ne)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
4 280 (1er janvier 2014)
49,91 %
50,09 %
142 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
(1er janvier 2013)
23,57 %
63,32 %
13,11 %
Étrangers 4,15 % (1er janvier 2013)
Taux de chômage 17,45 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 11 625 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 19′ N 4° 09′ E / 50.317, 4.1550° 19′ Nord 4° 09′ Est / 50.317, 4.15  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
30,24 km2 (2005)
85,59 %
3,55 %
8,40 %
2,46 %
Localisation
Situation de la commune dans l’arrondissement de Thuin et la province de Hainaut
Situation de la commune dans l’arrondissement de Thuin et la province de Hainaut

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Merbes-le-Château

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Merbes-le-Château
Liens
Site officiel merbeslechateau.be

Merbes-le-Château (en wallon Mierbe) est une commune francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Hainaut.

Certaines parties de l'église, dédiée à Saint-Martin, datent de 1561.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'origine du mot Merbes vient de maribaki, (Meerbeek a la même origine), qui signifie le « ruisseau du marécage ».

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville be Merbes-le-Château.svg
Blason de Merbes-le-Château
Blasonnement : D'argent au château couvert de gueules, à la porte ouverte munie de sa herse levée de sable, flanqué de châque côté de deux tours rondes, couvertes, également de gueules, et sommées chacune d'un globe d'or, le tout posé sur une terrasse alésée de sinople[1].



Histoire[modifier | modifier le code]

Un cimetière franc a été découvert sur le territoire. Autrefois il y avait dans la commune une forteresse, aujourd'hui disparue, et c'est de là que vient la dénomination de Merbes-le-Château.

Le village a porté autrefois le nom de Merbes-Poteries au XVIIIe siècle, en raison de nombreux artisans potiers qui y exerçaient un artisanat important.

Il y eut plusieurs seigneuries sur le territoire. La plus grande appartenait aux princes de Barbençon, dont un des seigneurs fut enterré dans l'église de Merbes. Les autres seigneuries étaient celles de Boustaine, de Rochelaire et celle de Saint-Martin de Tournai qui remonte au XIIe siècle.

Merbes a été le théâtre, à deux reprises, de combats violents. À la fin du XVIIIe siècle, l'armée des Ardennes, sous les ordres de Kléber, battit les Autrichiens et plus récemment, le 24 août 1914, une vingtaine de maisons furent détruites.

Économie[modifier | modifier le code]

Merbes-le-Château a bénéficié de trois sources de revenus, l'exploitation du minerai de fer, l'agriculture et l'élevage.

Presque un quart de la population active a trouvé un emploi dans le bassin industriel français tout près dans la seconde moitié du XXe siècle.

Démographie[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1970, presque 4 000 habitants vivaient à Merbes ; à l'heure actuelle, il y a peu de progression démographique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lieve Viaene-Awouters et Ernest Warlop, Armoiries communales en Belgique, Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, t. 2 : Communes wallonnes M-Z, Communes bruxelloises, Communes germanophones, Bruxelles, Dexia,‎ 2002, p. 543

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]