Armée de terre indonésienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Tentara Nasional Indonesia Angkatan Darat (« armée nationale indonésienne force terrestre ») est l'armée de terre de la République d'Indonésie. Ses effectifs sont de 277 000 hommes.

L'armée de terre indonésienne comporte 2 types de structures de commandement :

  • Une structure de commandement territoriaux, les Komando Daerah Militer ("commandements de région militaire") ou « Kodam », au nombre de 12, couvrant chacun une ou plusieurs provinces,
  • Des commandements opérationnels :
    • Le Komando Cadangan Strategis Angkatan Darat (« commandement des réserves stratégiques de l'armée de terre ») ou « Kostrad »,
    • Le Komando Pasukan Khusus (« commandement des troupes spéciales ») ou « Kopassus ».

Les commandements territoriaux[modifier | modifier le code]

Le territoire indonésien est divisé en 12 Kodam. 8 d'entre eux hébergent une brigade d'infanterie (sauf Tanjungpura pour Kalimantan, en raison de l'étendue du territoire). Les autres Kodam disposent de bataillons indépendants :

Les Kodam
  1. Kodam Iskandar Muda : Aceh, créé par séparation du Kodam I/Bukit Barisan;
  2. Kodam I/Bukit Barisan : Sumatra du Nord, Sumatra occidental, Riau, Îles Riau (qui abrite notamment la 7e brigade d'infanterie);
  3. Kodam II/Sriwijaya : Jambi, Bengkulu, îles Bangka Belitung, Sumatra du Sud, Lampung;
  4. Kodam Jayakarta : Jakarta (1re brigade);
  5. Kodam III/Siliwangi : Java occidental, Banten (15e brigade);
  6. Kodam IV/Diponegoro : Java central, Yogyakarta (4e brigade);
  7. Kodam V/Brawijaya : Java oriental (16e brigade);
  8. Kodam VI/Tanjungpura : Kalimantan (19e et 24e brigades);
  9. Kodam VII/Wirabuana : Célèbes;
  10. Kodam IX/Udayana : Bali, petites îles de la Sonde occidentales, petites îles de la Sonde orientales (ainsi que Timor oriental jusqu'en 1999, 21e brigade),
  11. Kodam XVI/Pattimura : Moluques, Moluques du Nord;
  12. Kodam XVII/Trikora : Papouasie, Papouasie occidentale (20e brigade).

Les Kodam sont divisés en Komando Resor Militer (« commandements de zone militaire ») ou « Korem », chacun accueillant un ou plusieurs bataillons d'infanterie, parfois un bataillon de cavalerie, d'artillerie ou du génie[1].

Les Korem sont divisés en Komando Distrik Militer (« commandements de district militaire ») ou Kodim. Les Kodim sont divisés en Komando Rayon Militer (« commandements de rayon militaire ») ou Koramil. Les Koramil coiffent les bintara pembina desa (« sous-officiers d'orientation de village ») ou babinsa postés dans les villages (desa) qu'ils couvrent.

Depuis la fin du régime Soeharto, les babinsa ne jouent plus vraiment de rôle dans le fonctionnement des villages.

Les commandements opérationnels[modifier | modifier le code]

Le Kostrad (id)[modifier | modifier le code]

Le quartier général du Kostrad à Jakarta

Fort de 35 000 hommes, ce corps est composé de 3 divisions :

Le Kostrad possède en outre une 3ème brigade aéroportée (id) indépendante, composée d'anciens éléments du Kopassus et basée à Makassar (sud de Célèbes).

Au moment du « Mouvement du 30 septembre 1965 », qui avait servi de prétexte à la dissolution du Parti communiste indonésien, suivi du massacre de 500 000 à un million de personnes, le commandant du Kostrad était le major-général Soeharto.

Lors des émeutes de Jakarta de mai 1998, le commandant était le lieutenant général Prabowo, son gendre.

Le Kopassus[modifier | modifier le code]

Fort de 5 530 hommes, ce corps se divise en 5 groupes dont chacun à un statut équivalent à la brigade :

  • Groupe 1 basé à Serang (ouest de Java);
  • Groupe 2 basé à Kartasura (Java central);
  • Groupe 3 basé à Jakarta;
  • Unité anti-terroriste 81 basée à Jakarta;
  • Centre de formation basé à Batujajar (Java Ouest).

Le Kopassus, qui s'appelait alors RPKAD (Resimen Pasukan Komando Angkatan Darat, « régiment des troupes de commando de l'armée de terre ») et était commandé par le colonel Sarwo Edhie, a joué un rôle clé dans les massacres de 1965-1966.

Le Kopassus est également lié à des violations des droits de l'homme et des « disparitions ». Dans les derniers mois du régime Soeharto, 23 militants ont été ainsi enlevés. 9 ont été relâchés, un a été trouvé mort et 13 sont portés disparus. À l'époque, le commandant du corps était le général Prabowo[2].

  1. International Institute for Strategic Studies, The Military Balance 2006
  2. www.globalsecurity.org

La Penerbad[modifier | modifier le code]

La Penerbad (penerbangan angkatan darat ou « aviation de l'armée de terre ») est l'aviation légère de l'armée de terre indonésienne. Elle comprend 3 escadrons (skadron) :

  • Le Skadron 11 basé à Semarang (Java central), et équipé de 8 hélicoptères Bell 205A-1 et 8 NBell 412.
  • Le Skadron 21 basé sur l'aérodrome de Pondok Cabe à Jakarta, et équipé de 15 hélicoptères NBO-105CB produits par IPTN;
  • Le nouveau Skadron 31, également basé à Semarang et équipé d'hélicoptères russes Mil Mi-35.

Unités militaires[modifier | modifier le code]

Les unités de l'armée de terre indonésienne sont celles des armées européennes. De la plus petite à la plus grande, on trouve, pour l'infanterie :

  • L’équipe (regu), avec un effectif d’environ 20 hommes, commandée par un sergent ou un caporal-chef ;
  • Le peloton, formé de 2 à 4 regu, avec un effectif de 30 à 50 hommes, commandée par un lieutenant ;
  • La compagnie, formée de 3 ou 4 pelotons, avec un effectif de 100 à 250 hommes, commandée par un capitaine ;
  • Le bataillon, formé de 2 à 6 compagnies, avec un effectif de 700 à 1 000 hommes, commandée par un lieutenant-colonel.

Le bataillon est l'unité de base de l'armée de terre indonésienne. Celle-ci comporte ainsi :

L'artillerie, la cavalerie et le génie ont les mêmes unités.

Les bataillons peuvent être directement rattachés à une unité territoriale, elle-même subdivision d'un « commandement de région militaire » ou Kodam.

3 bataillons peuvent également être regroupés pour former :

  • Un régiment, dans l’artillerie, la cavalerie ou le génie ;
  • Une brigade, dans l’infanterie, avec un effectif allant de 3 000 à 5 000 hommes.

Le régiment comme la brigade sont commandés par un colonel.

Dans le Kopassus (forces spéciales), 2 bataillons forment un groupe, commandé par un colonel.

Dans le Kostrad (réserves stratégiques), plusieurs brigades ou régiments sont regroupés en une division.

Armements et équipements[modifier | modifier le code]

Véhicule blindé Anoa fabriqué par la Pindad et exposé durant l'Indo Defense and Aerospace Expo 2008

Armes d'Infanterie : elles sont pour l'essentiel produite localement.

'Artillerie

L'armée et les droits de l'homme en Indonésie[modifier | modifier le code]

Manifestation contre l'armée indonésienne ("ABRI" sur la banderole) à l'université de Timor oriental en novembre 1998

Articles connexes[modifier | modifier le code]