Lutte antiaérienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Défense anti-aérienne)
Aller à : navigation, rechercher
Troupes américaines utilisant un canon antiaérien Bofors 40 mm (avec correcteurs à grille) près de la côte algérienne en 1943

L'OTAN définit la lutte antiaérienne comme l'ensemble des mesures destinées à réduire l'efficacité des opérations aériennes hostiles[1]. Elle inclut les systèmes d'armes au sol ou dans les airs associés aux systèmes de détection et aux moyens de commande et de contrôle. Pour la plupart des pays, l'effort principal a porté sur la défense du territoire national. Cependant les forces sur le terrain ont toujours déployé une défense antiaérienne pour se protéger des attaques potentielles. La défense au sol peut également être déployée offensivement pour interdire l'espace aérien aux appareils ennemis.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Le terme « lutte antiaérienne » fut probablement utilisé pour la première fois lorsque la « défense aérienne de la Grande Bretagne » (Air Defence of Great Britain ou ADGB) fut créée en 1925 au sein de la Royal Air Force. Cependant, certains dispositifs furent appelés « antiaériens », abrégé en « AA », un terme qui restera utilisé jusque dans les années 1970. Après la Première Guerre mondiale, on précise parfois « léger » ou « lourd » pour classer les types de canons antiaériens des unités (« canon antiaérien lourd » ou « canon antiaérien léger »).

L'OTAN définit la guerre antiaérienne comme les mesures à prendre pour protéger une flotte ou une armée des armes lancées depuis un aéronef[2]. Dans certaines armées, le terme « défense aérienne toutes-armes » (All-Arms Air Defence en anglais) désigne la lutte antiaérienne menée par des unités non spécialisées. À partir du XXe siècle, d'autres termes comme « défense contre aéronef » ou « défense contre avions » (DCA), « force terrestre antiaérienne » (FTA), « défense aérienne basée au sol », « sol-air à très courte portée » (SATCP) ou « armes sol-air » sont apparus. Les missiles antiaériens sont souvent abrégés en SAM (de l'anglais surface-to-air missile).

D'autres termes venant d'autres langues que le français sont également utilisés comme la flak allemande, qui est une contraction de Fliegerabwehrkanone ou « canon de défense antiaérienne »[3] et le terme russe Противовоздушная оборона (Protivovozdushnaya oborona), traduction littérale de « défense antiaérienne », abrégé en PVO. Aux États-Unis, on trouve air defense (AD), air defense artillery (ADA) ou anti-aircraft artillery (AAA, armement souvent dénommé par les anglophones comme triple-a).

La distance maximale d'engagement d'un canon ou d'un missile est une donnée importante. Cependant, il existe de nombreuses définitions. Pour les canons, seule la partie ascendante de la course de l'obus peut être utile. Un des termes est plafond. Le plafond maximal désigne la hauteur atteinte par l'obus lorsqu'il est tiré à la verticale, ce qui est rarement le cas car beaucoup de canons ne peuvent tirer à la verticale. Les britanniques ont donc adopté la notion de plafond efficace, soit l'altitude à laquelle le canon peut délivrer une série de projectiles sur une cible mouvante qui peut être défini par les caractéristiques de l'obus et par la puissance du canon. À la fin des années 1930, la définition britannique était « l'altitude à laquelle un appareil se déplaçant à 600 km/h pouvait être engagé pendant 20 secondes avant que l'élévation du canon n'atteigne 70°[4] ». Cependant le plafond efficace dépendait également de facteurs non balistiques :

  • la durée du retard ou du délai avant explosion qui peut être réglé au sol et qui détermine la durée du vol ;
  • la capacité des systèmes à déterminer l'altitude de l'appareil à longue distance ;
  • la précision de la cadence de tir et de la durée du retard pour que l'obus atteigne l'altitude voulue au moment voulu.

Description générale[modifier | modifier le code]

L'essence de la défense antiaérienne est de détecter et de détruire les appareils hostiles. Le problème principal est que la cible se déplace dans les trois dimensions, ce qui signifie que l'attaque doit avoir lieu dans quatre dimensions pour placer le projectile au bon endroit au bon moment. Ainsi, le projectile doit être guidé jusqu'à sa cible ou il doit être projeté en avant de sa cible en calculant sa position probable et en tenant compte du temps de vol du projectile.

Au cours du XXe siècle, la défense antiaérienne a connu l'une des évolutions les plus rapides de la technologie militaire, répondant à l'évolution tout aussi rapide des avions, en exploitant diverses technologies comme le radar, les ordinateurs ou les missiles guidés. Initialement, les détecteurs étaient acoustiques ou optiques puis ils furent remplacés par le radar lui même supplanté par l'opto-électronique dans les années 1980.

Les commandes et les contrôles restèrent primitifs jusque dans les années 1930 quand la Grande-Bretagne créa un système de contrôle intégré entre le commandement et les défenses au sol. L'OTAN définit cette organisation comme « le réseau de radars et de centres de commandement et de contrôle au cœur d'un théâtre d'opération utilisé pour le contrôle tactique des opérations de défense[1]. »

Les règles d'engagement sont importantes pour éviter les tirs amis ou l'attaque d'appareils neutres. Leur utilisation est assistée mais non gouvernée par les systèmes d'identification friend or foe créés durant la seconde guerre mondiale. Cependant il existe différents types de règles d'engagement.

L'OTAN appelle ces règles Weapon Control Orders (Ordres de contrôle des armes) :

  • Armes libres : Règle selon laquelle le système d'arme peut engager tout appareil n'ayant pas été reconnu comme ami ;
  • Armes retenues : Règle selon laquelle le système d'arme ne peut tirer qu'en cas de légitime défense ou avec un ordre formel ;
  • Armes bloquées : Règle selon laquelle le système d'arme ne peut engager que des appareils reconnus comme ennemis[1].


Jusque dans les années 1950, les obus étaient la norme, puis les missiles devinrent dominants sauf pour les très courtes portées. Cependant, le type d'ogive, de propulsion ou le système de guidage sont très variés. Les cibles ne sont pas simples à abattre même si les appareils endommagés peuvent être forcés de stopper leur mission. Les canons antiaériens peuvent avoir des calibres très variés depuis 20 mm jusqu'à 149 mm[5].

Canon à lumière utilisé lors de la bataille d'Angleterre

Les défenses antiaériennes peuvent être déployés en de nombreuses occasions :

  • Auto-défense des troupes au sol qui utilisent leurs propres systèmes d'armes (AAAD) ;
  • Défense d'un point stratégique comme un pont ou un poste de commandement ;
  • Défense d'une zone aérienne pour offrir un parapluie sur un secteur. Ces zones peuvent avoir une taille variable. Certaines protègent une frontière comme les missiles Hawk qui couraient le long de la frontière allemande durant la guerre froide, d'autres se limitent à la protection d'une ville. Ces zones peuvent être utilisées offensivement en se positionnant sur les voies de transit aérien de l'ennemi.

La défense antiaérienne incluait également d'autres éléments qui tombèrent en désuétude après la seconde guerre mondiale :

  • Ballons captifs pour dissuader les appareils ennemis de voler à basse altitude ;
  • Canons à lumière pour illuminer le ciel nocturne à la recherche des appareils adverses ;
  • De larges rideaux de fumée pouvaient être utilisés pour empêcher l'ennemi de viser les installations au sol.

Il existe également de mesures de défense passive comme la protection des artilleurs ou le camouflage des défenses.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c AAP-6
  2. .AAP-6
  3. (en) « flak » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Merriam-Webster Online Dictionary. Consulté le 2008-06-30
  4. Hogg WW2 p. 99–100
  5. Routledge pg. 456

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]