Gorontalo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gorontalo (homonymie).

0° 40′ N 123° 00′ E / 0.666667, 123 ()

Gorontalo
(id) Gorontalo
Carte de localisation de la province.
Carte de localisation de la province.
Administration
Pays Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Statut Province
Capitale Gorontalo
Date(s) importante(s) 2000 : création
Gouverneur Rusli Habibie
Fuseau horaire UTC+8
Démographie
Population 922 176 hab. (2005)
Densité 75 hab./km2
Rang 31e
Géographie
Superficie 12 215 km2
Rang 28e
Divers
Langue(s) Gorontalo, indonésien
Religion(s) Islam
Liens
Site web www.gorontaloprov.go.id
Le siège du gouvernement provincial à Gorontalo
Danseuses et musiciens gorontalo vers 1870

Gorontalo est une province d'Indonésie créée en 2000 par séparation de celle de Sulawesi du Nord[1], devenant ainsi la 32ème province de la République d'Indonésie. Elle est située dans la péninsule nord de l'île de Sulawesi.

La superficie de la province est de 12 215 km². Sa population était de 887 000 d'habitants en 2004. Sa capitale s'appelle également Gorontalo.

Géographie[modifier | modifier le code]

La province s'étend entre 0º30’ et 1º de latitude nord et entre 121º et 123º30’ de longitude est. Elle est bordée :

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

La province est divisée en cinq kabupaten :

et une kota :

Population et langues[modifier | modifier le code]

La majorité de la population de la province est formée par le groupe des Gorontalo. D'autres groupes peuplent la province :

  • Les Bolango,
  • Les Suwawa.

Les langues de ces différents groupes font partie d'un sous-groupe, dit "gorontalique", des langues grandes philippines centrales.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon la tradition, la principauté de Gorontalo aurait été fondée vers 1600. Grâce à sa position stratégique, c'est-à-dire à la fois sur le golfe de Tomini au sud et la mer de Célèbes au nord, elle devient un centre économique important, commerçant non seulement avec le royaume voisin de Bolaang Mongondow (dans l'actuelle province de Sulawesi du Nord) mais aussi avec Donggala (dans l'actuelle province de Sulawesi central).

La VOC (Vereenigde Oostindische Compagnie ou "Compagnie hollandaise des Indes orientales") établit un poste à Gorontalo en 1667.

La région de Gorontalo était le siège de petites principautés regroupées en Pohala'a, au nombre de cinq. En 1824, le gouvernement colonial nomme auprès du souverain des Limo Lo Pohala'a ("les cinq Pohala'a") un assistent resident. En 1889, le gouvernement des Indes néerlandaises prend directement en charge l'administration du pays Gorontalo.

Le souverain de Gorontalo, l' assistent-resident hollandais et des chefs indigènes (1874)

En 1942, alors que les troupes japonaises envahissent les Indes néerlandaises, Gorontalo proclame son indépendance sous la conduite de Nani Wartabone, fils du dernier roi de Gorontalo, Zakaria Wartabone (1868-1950). Cette souveraineté prendra en fin en 1944. Aujourd'hui, la province continue de hisser le drapeau indonésien à cette date.

Lors de la rébellion séparatiste de la Permesta à Sulawesi du Nord en 1956, la population de Gorontalo a affirmé son désir de rester dans la République d'Indonésie.

Tourisme[modifier | modifier le code]

La région de Kwandang près de Gorontalo
Le fort Otanaha

Gorontalo est le point d'embarquement pour les îles Togian.

Pour se rendre à Gorontalo, on peut soit:

L'aéroport est sécurisé bien qu'un avion y ait percuté une vache en août 2013 [1]. La ville elle-même est charmante, propre et agréable, avec ses belles constructions coloniales. Un peu à l'écart de la ville, sur une colline dans le village de Dembe, se trouve l'ensemble fortifié d'Otanaha, constitué de 3 forts : Otanaha, Otahiya et Ulupahu, que l'on date de l'époque du roi Ilato (règne 1505-85).

Le parc national Bogani Nani Wartabone, nommé d'après le fils du dernier roi de Gorontalo, avec une superficie de 287 115 hectares, est la plus grande zone protégée de Sulawesi. La forêt tropicale couvre 60 % du parc, qui abrite des espèces menacées comme l'anoa, le babiroussa, trois espèces de macaques ainsi que 19 espèces d'oiseaux menacées.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Statoids - Provinces of Indonesia  » (consulté le 8 novembre 2010)