Afrique espagnole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Territoire colonisés par l'Espagne en Afrique

L'Afrique espagnole fait référence à la colonisation espagnole de l'Afrique du Nord à l'époque moderne. Au XVIe siècle, après les grandes découvertes, l'histoire maritime semble dominée par l'apparition de deux empires : l'empire portugais à l'est du cap de Bonne-Espérance s'appuyant sur l'Afrique orientale et l'océan Indien, et l'empire espagnol reposant sur les Caraïbes, l'Amérique centrale avec une avancée dans le Pacifique en direction des Philippines.

Ce bouleversement ne peut faire oublier, pendant une bonne partie du XVIe siècle, le rôle stratégique essentiel de la Méditerranée, théâtre d'affrontement privilégié entre la Croix et le Croissant. Un des épisodes des plus fameux, la colonisation espagnole du Maghreb au XVIe siècle.

La situation géographique du Far West méditerranéen[modifier | modifier le code]

Dans l'extrême ouest de la Méditerranée, au détroit de Gibraltar, les côtes d'Espagne et d'Afrique se rapprochent au point que d'une rive on distingue les feux allumés sur l'autre. La Méditerranée occidentale n'est plus qu'un bras de mer, une Manche, un channel facile à traverser et qui ne peut jouer le rôle d'obstacle.

Les raisons qui ont poussé les Espagnols à attaquer le Maghreb[modifier | modifier le code]

La passion religieuse[modifier | modifier le code]

"Santa Teresa de Jesús". Peinture à l'huile d'Alonso del Arco, XVIIe. Jeune, elle voulait lutter contre l'islam et trouver le martyre.

L'antagonisme pluriséculaire entre le christianisme et l'islam, le désir d'évangélisation, ainsi que la volonté de repousser les frontières de l'islam, dans la continuité de la Reconquista ont, dès la fin du XVe siècle et durant tout le XVIe, poussé les Espagnols à intervenir dans les pays musulmans d'Afrique du Nord.

  • Ferdinand le Catholique répète à plusieurs reprises qu'il lutte « pour le service de Dieu », qu'il agit par zèle « à l'endroit de notre sainte religion », puis qu'il attaque « les ennemis de la Sainte Foi Catholique ».
  • La papauté s'est également intéressée à la croisade africaine sous les pontificats successifs d'Alexandre VI Borgia (1492-1503) et de Jules II (1503-1513). En 1493 et 1494, deux bulles d'Alexandre VI apportaient à la croisade africaine la bénédiction pontificale. Enfin, les souverains espagnols continuèrent à percevoir, avec l'assentiment de Rome, le précieux impôt de la "Croisade" ("la Cruzada").
  • Sainte Thérèse d'Avila, durant son enfance sur le revers de la Sierra de Guadarrama (Castille), rêvait de partir pour la montagne au pays des Maures et d'y subir le martyre[1].
  • Le clergé espagnol apporta son soutien à la croisade africaine : Ximénes, archevêque de Tolède, le primat d'Espagne, fut l'instigateur, en 1505 de l'expédition contre Mers el-Kébir. En 1509, Ximénes réussit à mener à bonne fin l'expédition contre Oran. Il avait dû avancer les sommes nécessaires, à la générosité de toutes les églises d'Espagne.

« Elles lui envoyèrent, des sommes considérables. Le chapitre de Tolède se piqua si bien de seconder le zèle de son archevêque qu'il y eut des chanoines qui vendirent jusqu'à leur chapelle et à leur vaisselle d'argent[2]. »

Des raisons politiques[modifier | modifier le code]

Les expéditions en Afrique ont répondu à des préoccupations temporelles : les Espagnols, de Ferdinand à Charles Quint, et même au delà, ont voulu par leurs interventions en Afrique prévenir le danger de nouvelles invasions musulmanes et mettre un terme aux ravages de la piraterie maghrébine.

Tableau de Francisco Pradilla, XIXe siècle. Reddition de Grenade, le dernier bastion musulman d'Andalousie tombe aux mains des Espagnols. Malgré cette victoire, la lutte et la guerre continueront entre chrétiens et musulmans à l'intérieur même du royaume d'Espagne
  • L'islam fut aussi un ennemi de l'intérieur pour l'Espagne : en 1501 des émeutes meurtrières éclatèrent dans les Alpujarras et la Sierra Vermeja, en raison du non-respect des traités de capitulation qui devait permettre aux musulmans de pratiquer leur religion. Au début du XVIe siècle, nombreux étaient, parmi les sujets du Roi Catholique, les descendants des musulmans d'Espagne qui tous, en 1526, ont reçu le baptême. Ces "nouveaux chrétiens" formaient en Andalousie et à Valence une partie essentielle de la population ; en Catalogne et en Aragon, ils constituaient de fortes colonies. La Castille proprement dite avait elle aussi ses Morisques.
  • Ces musulmans de l'intérieur demeuraient, particulièrement en Andalousie et à Valence, un très grand péril[3]. Même convertis, ils restaient souvent secrètement fidèles aux croyances du Coran[4]. Les Morisques restaient en relations avec les Maghrébins. Les pirates barbaresques, dans leurs incursions en territoire espagnol, trouvaient auprès d'eux des guides dévoués. Les musulmans d'Afrique encourageaient ceux d'Espagne dans leur résistance religieuse. À la fin du XVe siècle, dès avant la chute du dernier bastion musulman d'Espagne (Grenade), de nombreux musulmans espagnols s'étaient réfugiés dans les pays maghrébins. Ces exilés comptaient parmi les ennemis les plus acharnés de l'Espagne. La question vitale, dès lors pour l'Espagne, était de séparer les Morisques des Maures : l'occupation des rivages nord-africains étaient alors la solution.
  • Posséder les côtes du Maghreb, c'était aussi rendre impossible la piraterie musulmane. Au XVe siècle et après, les côtes d'Espagne, surtout les côtes méditerranéennes, avaient à souffrir des pillages continuels des marins musulmans. À Tanger, dans la rivière de Larache, à Bone, à Oran, à Cherchell, à Alger, à Bougie, à Bizerte, à Tunis, etc, les musulmans armaient des galères et des fustes qui couraient sus aux navires chrétiens. Avec l'afflux des musulmans espagnols en côte d'Afrique du Nord, la piraterie déjà si prospère avait pris une ampleur nouvelle dans les ports du Maghreb. Cette recrudescence a rendu nécessaire, contre les Maghrébins, les expéditions espagnoles dont le but principal fut la destruction des ports des corsaires et des pirates.

Des intérêts économiques[modifier | modifier le code]

  • Rien ne montre, dans l'élaboration de la politique africaine des Rois Catholiques, une quelconque influence de quelque groupe de pression issu des milieux marchands espagnols.
  • L'esprit d'aventure et l'appât du gain ont eu une certaine emprise sur les hommes d'Espagne des XVe et XVIe siècles et les ont poussé à entreprendre la conquête de la côte nord-africaine.

État de la puissance musulmane en Afrique du Nord[modifier | modifier le code]

La faiblesse maghrébine[modifier | modifier le code]

  • La faiblesse des musulmans d'Afrique du Nord se caractérisait, par rapport aux Espagnols, par leur infériorité militaire. Les Maures ayant pris du retard dans l'art de la guerre, ainsi leur infériorité subsista durant tout le XVIe siècle. Les habitants du Maghreb combattaient encore comme aux siècles précédents, la règle restait le corps à corps, les armes favorites le sabre, la lance, les flèches ou le poignard. Ils savaient à peine se servir des armes à feu, et quand ils en capturaient aux Espagnols, ils ne savaient pas s'en servir et même quand les arquebuses fonctionnaient, l'adresse des Maghrébins en faisait qu'elles étaient moins dangereuses que des flèches[5][réf. insuffisante].
  • Une des faiblesses des Maures résidaient dans leur division politique. « Tout le pays, écrivait en avril 1494 Fernando de Zafra, est dans un tel état d'esprit qu'il semble que Dieu veuille donner à Leurs Majestés. »[6] Aux vieilles divisions entre montagnards, gens des plaines, nomades chameliers du désert et des steppes, urbains de l'antique Ifriqya et de Numidie, aux grandes divisions régionales entre Maroc, Algérie et Tunisie qui n'ont jamais cessé de compter et vont s'affirmer avec netteté et vigueur au XVIe siècle[7], de nouvelles divisions se sont ajoutées. Des villes, des villages formaient des États indépendants. Les oasis du Figuig constituaient ainsi un groupement autonome ; avant la conquête espagnole, Oran, sous la suzeraineté fictive des souverains zianides de Tlemcen, apparaît comme une véritable ville indépendante. Les luttes, l'insécurité, les rapines et la guerre étaient continuelles entre les différents potentats.

Les atouts des Maghrébins[modifier | modifier le code]

Si la conquête espagnole a été favorisée dans les premières années du XVIe siècle par les divisions de l'Afrique du Nord et l'armement dépassé des musulmans, elle a été en revanche contrariée par l'immigration maghrébine en Afrique, le fanatisme religieux et le pays lui-même.

  • L'immigration massive des morisques en Afrique, ainsi que leur expulsion définitive d'Espagne en 1609 a été l'objet d'atouts et de faiblesse pour la puissance musulmane. Elle a d'abord provoqué dans le Maghreb bien des remous. L'arrivée des exilés a été le signal de l'insécurité, de conflits et de querelles. Un document, une lettre d'un secrétaire du sultan de Fès datée de 1491 souligne la violence des conflits entre les autochtones et les immigrés musulmans[8]. En revanche, ils ont bien été accueilli par les zianides de Tlemcen. Ainsi dans cet état de fait, l'immigration donna aux musulmans d'Afrique des forces supplémentaires, qui plus est, ils maitrisaient l'art des armes à feu et étaient de farouches ennemis des Espagnols qui les avaient expulsé de leurs terres.
  • Dès le XVe siècle, on assista à un renouveau de l’islam au Maghreb, à un regroupement de la société musulmane autour des imams et des confréries. Ces confréries musulmanes ont formé, contre l'Espagne, le grand parti de la guerre et assuré ensuite, par leur agitation, la prodigieuse fortune des corsaires d'Alger[9].
  • Le pays nord-africain a constitué un obstacle sérieux aux progrès espagnols. Les conditions géographiques de la guerre d'Afrique étaient en effet très dures. L'immensité du pays, son relief accidenté, ses mers furieuses, ses côtes sans abri sûr, son aridité rendaient les expéditions militaires aléatoires, dangereuses et difficiles. Chaque expédition allait un peu à l'aventure car l'on ne connaissait le pays, les routes, les points d'eau et la position des douars que par les indigènes plus ou moins dignes de foi. On a souvent indiqué comme des grands obstacles à la conquête espagnole le relief même du pays nord-africain comme la barrière du Rif au Maroc.
  • Dans les rangs musulmans, on dénombre quelques chefs exceptionnels comme Khayr ad-Din Barberousse ou Dragut.
  • L'aide de l'Empire ottoman qui envoie aux corsaires d'Alger hommes, argent, vaisseaux. Aides souvent providentielles, comme ces 6000 hommes que Khayr ad-Din Barberousse obtenait, en 1518, au lendemain même de la prestation d'hommage au Grand Turc. À partir de l'arrivée des frères Barberousse, les armes des musulmans d'Afrique du Nord se perfectionnèrent.
  • L'aide de la France qui fournit à partir de 1541 renseignements militaires et matériel de guerre aux Ottomans d'Alger[10].

Les opérations militaires[modifier | modifier le code]

...la Méditerranée devient alors un vaste lac musulman

Nature et difficultés de l’occupation espagnole du Maghreb[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

L’argent, nerf de la guerre[modifier | modifier le code]

  • L'argent a manqué pour financer les opérations militaires. La pauvreté des terres africaines a déçu les espoirs des chefs et des aventuriers.
  • La mainmise sur une partie du Maghreb ne rapporta pas d'argent à l'Espagne.
  • Les questions financières ont lourdement pesé sur la conduite des opérations. Pedro Navarro, faute de renforts et abandonné à ses seules ressources, n'osa pas attaquer Tunis. Il fallait des sommes énormes pour équiper les vaisseaux, réunir les vivres nécessaires, pour avancer la solde aux troupes embarquées. Ferdinand le Catholique a bien souvent opposé aux arguments des apôtres de la guerre africaine la pénurie du Trésor royal.

Le système de l’occupation restreinte[modifier | modifier le code]

  • Les Espagnols se contentaient d'occuper à demeure quelques points du littoral nord-africain : Melilla, Oran, Mers el-Kébir, Bougie, le Penon d'Alger, pour ne citer pour que les postes les plus importants. Ils furent ainsi, grâce à ces murailles, mis à l'abri des attaques musulmanes.
  • L'arrière-pays était abandonné aux indigènes.
  • Quelques raids étaient organisés par les Espagnols à l'intérieur des terres (jornadas).
  • Aucune émigration ne vint d'Espagne donner force et vigueur à l'Afrique espagnole.
  • Les villes que posséda le Roi Catholique au Maghreb ne furent jamais, en effet, que des garnisons, des villes militaires, des presidios.

La solution du moindre effort[modifier | modifier le code]

Le système de l'occupation restreinte était la solution du moindre effort.

  • Cette méthode était une des conséquences des moyens insuffisants employés par l'Espagne à la conquête du Maghreb.
  • Cela évite de réunir des armées nombreuses et chères pour occuper les pays africains.
  • À l'abri des hautes murailles d'Oran, quelques centaines d'hommes tenaient en respect l'immense royaume de Tlemcen. Pour prendre réellement possession de l'arrière-pays oranais, des milliers d'hommes auraient été nécessaires.
  • Sur l'immense pays maghrébin, les Espagnols n'eurent aucune influence sérieuse. Économiquement le pays leur échappa ; politiquement il resta soumis plus en apparence qu'en réalité; religieusement il demeura irréductiblement hostile.

Les difficultés au quotidien[modifier | modifier le code]

Prisonnières entre la mer et les États musulmans, les forteresses espagnoles connurent au début même de la conquête des heures difficiles où l'on devait plus souvent lutter contre la faim que contre l'ennemi.

  • Les présides ne vivaient presque exclusivement que du ravitaillement venu d'Espagne.
  • La vie était particulièrement difficile pour les soldats : disettes et privations étaient fréquentes.

Une évangélisation quasi nulle[modifier | modifier le code]

  • Malgré la pompe des cérémonies officielles qui accompagnaient toute conversion, le succès de la propagande catholique auprès des indigènes ne fut pas très vif.
  • Il n'y eut jamais d'efforts sérieux de la part des Espagnols pour attirer l'indigène à la foi du Christ.
  • Les rares succès : dans la correspondance d'Alcaudète rédigé en 1535, on note le baptême de cinquante Arabes.

Le commerce dans les possessions espagnoles en Afrique[modifier | modifier le code]

  • Le commerce officiel se réduisait essentiellement au ravitaillement des bases espagnoles par l'Europe.
    • Le ravitaillement des postes tunisiens était normalement assuré par les ports de Sicile ou du Royaume de Naples.
    • Barcelone, Valence, Malaga expédiaient blé, orge et biscuits que consommaient les garnisons du Maroc et d'Algérie.
  • Les Espagnols n'ont guère exploité les rares richesses du Maghreb : ils n'ont pas participé directement aux pêcheries de corail des côtes africaines où les Corses et les Génois régnaient en maitres incontestés[11].

La fin des Espagnols en Afrique du Nord[modifier | modifier le code]

  • La situation de l'Afrique espagnole apparaît en 1559 déjà bien compromise. Dix-huit ans plus tard, en 1577, sa ruine à peu près complète est un fait accompli.
  • En dehors de la période 1573-1574, où les Espagnols furent les maîtres de Tunis, le Roi Catholique ne disposa jamais que d'un poste dans les des pays barbaresques, La Goulette. En Sicile et à Naples, on s'ingéniait à pourvoir à son ravitaillement en vin, en eau potable, en blé, en poudre, en artillerie, en chaux, en alambics, pour distiller l'eau de mer.
  • En 1574, malgré la défaite de Lépante, les Turcs s'emparaient à la fois de Tunis et de La Goulette. La prise de La Goulette, survenue la première, était particulièrement douloureuse pour les Espagnols. C'était un vieux bastion de l'Afrique espagnole qui s'effondrait.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Bertrand, Sainte Thérèse, Paris, 1927
  2. Marsollier, Histoire du ministère du cardinal Ximénes, archevêque de Tolède et régent d'Espagne, Toulouse, 1643 (accessible à la Bibliothèque Sainte-Geneviève, 75005 Paris, place du Panthéon).
  3. cité dans l'article de Fernand Braudel consacré à l'Afrique du Nord dans la Revue Africaine n°2, 1928.
  4. Lea, The Moriscos of Spain, their conversion and expulsion, Philadelphie, 1901.
  5. Ruff, La Domination espagnole d'Oran sous le comte d'Alcaudète, Paris, 1900
  6. Fernando de Zafra, Correspondiancia sobre la empresa espanola en el Norte de Africa en el periodo 1492-1494.
  7. Léon l'Africain, Description de l'Afrique, tierce partie du monde ; Ernest Mercier, Histoire de l'Afrique septentrionale (Berbérie), depuis les temps les plus reculés jusqu'à la conquête française, Paris, 1888-1890.
  8. A. Cour, Établissements des dynasties des chérifs du Maroc et leur rivalité avec les Turcs d'Alger, p45, Paris, 1904.
  9. Berque, Essai de bibliographie critique des confréries musulmanes, 1919.
  10. Jean Dumont, Lépante, l'histoire étouffée ; J. Ursu, La politique orientale de François Ier, 1903.
  11. Paul Masson, Les Compagnies du Corail, 1908.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Heers, Les Barbaresques - Course et guerre en Méditerranée, XIVe-XVIe siècle, éd. Perrin.
  • Fernand Braudel :
    • La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, 2 vol., Paris, Armand Colin, 1949. Deuxième édition, 1966.
    • article dans Revue africaine no 2 et 3, 1928.
  • Philippe Masson, Affrontement de la croix et du croissant en Méditerranée, in La Nouvelle Revue d'Histoire, no 16, La Turquie et l'Europe, p. 42-44, 2005.
  • Pierre de Meuse, La politique ottomane des rois de France, in La Nouvelle Revue d'Histoire, no 16, p. 48-49, 2005.
  • Jean Dumont, Lépante. L'histoire étouffée, 1997.
  • J. Ursu, La politique orientale de François Ier, 1903.
  • Ruff, La Domination espagnole d'Oran sous le comte d'Alcaudète, Paris, 1900
  • A. Cour, Établissements des dynasties des chérifs du Maroc et leur rivalité avec les Turcs d'Alger, Paris, 1904.
  • Berque, Essai de bibliographie critique des confréries musulmanes, 1919.
  • N. Blum, La Croisade du cardinal Ximénes en Afrique, Oran, 1898.
  • Bartolomé Bennassar et Lucile Bennassar: Les Chrétiens d'Allah. L'histoire extraordinaire des renégats, XVIe-XVIIe siècles, Paris, 1989.