Pierre Curzi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pierre Curzi

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Pierre Curzi

Naissance 11 février 1946 (68 ans)
Montréal, Canada
Nationalité Canadienne
Profession Acteur
Syndicaliste
Homme politique

Pierre Curzi (Montréal, 11 février 1946 - ) est un acteur, scénariste, syndicaliste et homme politique québécois (Canada). Il a été député de la circonscription de Borduas à l'Assemblée nationale du Québec de 2007 à 2012, sous la bannière du Parti québécois. Il était le porte-parole de l'opposition officielle en matière de langue, depuis le 9 janvier 2009. Le 6 juin 2011, il a annoncé sa démission du Parti québécois, et qu'il serait député souverainiste indépendant jusqu'à la fin de son mandat.

Il est marié à l'actrice Marie Tifo et père de Mélissa et Alexandre.

Parcours artistique[modifier | modifier le code]

Dès sa sortie de l’École nationale de théâtre du Canada en 1969, Pierre Curzi connaît une riche carrière diversifiée d'acteur en alternant entre le cinéma, la télévision et le théâtre.

Au cinéma, il travaille avec de grands réalisateurs et tient des rôles dans des productions importantes de la cinématographie québécoise, dont Les Plouffe et Maria Chapdelaine de Gilles Carle, Pouvoir intime de Yves Simoneau (qu’il scénarise avec ce dernier et reçoit une nomination pour le meilleur scénario aux prix Génie de 1987), Le Déclin de l'empire américain et le succès international Les Invasions barbares de Denys Arcand.

À la télévision, il tourne principalement dans des télé-théâtres dans les années 1970 tout en participant à des émissions comme Duplessis et marque l'imaginaire des jeunes québécois en interprétant Michel dans Youhou. Il apparaît dans plusieurs téléromans dans les années 1980 et devient un acteur de télévision incontournable dans les années 1990 en participant à plusieurs séries à succès, dont Les Filles de Caleb, Marguerite Volant, et Virginie. Au début des années 2000, il apparaît dans Smash, Le Négociateur et Providence.

Au théâtre, il participe à plus de 30 productions entre 1969 et 2006 en défendant, entre autres, les œuvres de Shakespeare, Bertolt Brecht, Claude Gauvreau et Tchekhov, confirmant ainsi sa polyvalence entre le théâtre classique, le théâtre contemporain et les œuvres d'avant-garde les plus exigeantes.

Syndicalisme et politique[modifier | modifier le code]

Pierre Curzi prononçant un discours à l'occasion du 30e anniversaire de l'adoption de la Charte de la langue française, en août 2007.

Parallèlement à sa carrière d’acteur, il devient en 1998 et pour une durée de huit ans le président de l'Union des artistes, principal syndicat d'artistes de la scène, de la télévision et du cinéma au Québec. La même année, il fait la promotion de la diversité culturelle en occupant le poste de coprésident de la Coalition pour la diversité culturelle. Également, il occupe la vice-présidence de l'Association internationale des acteurs, de 2004 à 2007.

Au cours de ses années de syndicalisme, il a mené une campagne vigoureuse pour une ratification d'un traité de l'Unesco en faveur de la diversité culturelle.

En septembre 2006, il annonce sa retraite de la scène et sa démission à titre de président de l'Union des artistes afin d'aller défendre la cause souverainiste sur la scène politique.

Candidat du Parti québécois, il est élu député de la circonscription de Borduas le 26 mars 2007. À titre de député, Curzi agit comme porte-parole officiel du deuxième groupe d'opposition en matière de culture et communication et en matière de langue.

En automne 2007, au cours d'une entrevue avec Gilles Proulx, il déclare qu'un Québec souverain enlèverait aux anglophones du West Island leurs droits de voter et d'être citoyens[1],[2].

À l'été 2008, le député de Borduas endosse une lettre de l'artiste Luc Archambault dénonçant la venue de sir Paul McCartney sur les plaines d'Abraham dans la ville de Québec à l'occasion du 400e anniversaire de cette dernière. Selon Archambault, il s'agit de la "canadianisation" des fêtes et M. Curzi affirme qu'il s'agit de "la goutte qui fait déborder le vase". Quelques jours plus tard, la chef du Parti Québécois, Pauline Marois, se dissocie de Curzi et affirme qu'il s'agit d'une initiative personnelle. Reconnaissant sa bévue, M. Curzi s'excuse pour son excès de zèle indépendantiste et demande à M. McCartney «de se souvenir que la langue française qui anime le Québec et que nous célébrons est encore bien fragile». En septembre 2010, M. Curzi affirme à l'émission Les Franc-Tireurs que le faible nombre de joueurs Québécois dans l'équipe de hockey Canadiens de Montréal est pour lui une "prise de possession du pouvoir fédéral sur le club Canadien". La chef Pauline Marois se dissocie encore une fois des propos de M. Curzi[3].

Au printemps 2010, le député de Borduas publie une étude intitulée Le grand Montréal s'anglicise et une partie du document dresse un portrait préoccupant de la situation linguistique dans l'enseignement postsecondaire. « Nous avons montré que l'enseignement supérieur anglophone attirait une part considérable des jeunes francophones et près de la moitié des jeunes allophones. Cette situation rappelle à plusieurs égards celle qui prévalait dans l'enseignement primaire et secondaire avant l'entrée en vigueur de la Charte de la langue française

Pierre Curzi livrant un discours à la place Émilie-Gamelin le 13 octobre 2013

En janvier 2011, publication de l'étude L'application de la Charte de la langue française au collégial : un prolongement nécessaire. Cette étude confirme la nécessité de l'application de la Charte de la langue française au réseau collégial et le besoin d'une formation plus achevée en langue anglaise pour les élèves du secondaire. Pour Pierre Curzi, il est évident que « devant l'accélération de la détérioration de la situation du français révélée par le recensement de 2006, de plus en plus de Québécois sont convaincus de l'opportunité d'une telle réforme, et nous croyons qu'il est temps de répondre à ces préoccupations. » La ministre libérale responsable de la Charte de langue française, Christine St-Pierre, a pour sa part réagit en exprimant clairement sa position: « C'est une proposition radicale, démesurée, pour des étudiants qui arrivent à l'âge adulte et qui veulent faire des choix en fonction de leur carrière »[4],[5],[6].

Lors du XVIe congrès national du Parti Québécois, tenu les 15, 16 et 17 avril 2011 au Palais des congrès de Montréal, les délégués du Parti Québécois appuient massivement la proposition de Pierre Curzi à appliquer la Charte de la langue française au collégial.

Le 6 juin 2011, à la suite d'un projet de loi (loi 204) pour une entente privée pour construire un nouvel amphithéâtre à Québec entre la ville de Québec et Québecor, Pierre Curzi démissionne ainsi que deux autres membres du PQ. Ils vont devenir candidats indépendants dans l'Assemblée nationale. Le 9 juin, il annonce sur sa page Facebook que "sans regret, sans remords, je n’ai aucunement l’intention de réintégrer le caucus du Parti Québécois"[7].

Prix, distinctions et nominations[modifier | modifier le code]

  • Mars 2006 Prix Camille Laurin : Prix attribué par l'Office québécois de la langue française à une personne qui, au cours de sa carrière et dans sa vie quotidienne, défend le français et en fait la promotion.
  • Février 2007 Soirée des Prix Jutra: un Prix Jutra-hommage lui est décerné. Un long hommage, à connotation humoristique, lui est dédié à la soirée des Jutra. Très ému, il a longuement remercié sa grande famille du cinéma dans un discours. Il a conclu son discours en affirmant que « le cinéma se devait d'être à l'image du Québec : fier, libre et souverain. »

Principaux projets[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Au théâtre[modifier | modifier le code]

Comme scénariste[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]