Yves Bolduc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yves Bolduc (né le 6 mars 1957 à Alma) est un médecin, administrateur et homme politique québécois. Il est le député libéral de Jean-Talon et Ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport et ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et des Sciences du Québec. Bolduc est natif d'Alma, au Lac Saint-Jean, où il pratiquait la médecine générale avant de devenir ministre au sein du gouvernement Charest.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yves Bolduc est diplômé en médecine de l'Université Laval depuis 1981. Il détient une maîtrise en administration publique de l'École nationale d'administration publique (ENAP) et un diplôme en bioéthique de l’Université du Québec à Chicoutimi. Il a été directeur des services professionnels du centre de santé et de services sociaux Lac-Saint-Jean-Est entre juillet 1994 et le 25 juin 2008. Il a aussi été directeur général par intérim et directeur des services professionnels par intérim du Centre de santé et de services sociaux de la Vallée-de-l'Or de décembre 2007 au 25 juin 2008. Pendant cinq ans, il a servi à titre de président de l'Association des conseils des médecins, dentistes et pharmaciens du Québec.

Il a été candidat dans la circonscription électorale de Lac-Saint-Jean aux élections de 2007. Il a perdu face au péquiste Alexandre Cloutier par 5 589 voix.

Yves Bolduc a été nommé ministre de la Santé et des Services sociaux le 25 juin 2008, avant d'être élu député. Il remplaçait alors Philippe Couillard, ministre démissionnaire. Il se fait élire dans Jean-Talon, la même circonscription que son prédécesseur, lors d'une élection complémentaire le 29 septembre 2008 et a été réélu à l'élection générale de 2008.

Le 7 septembre 2011, à la suite de la démission de Nathalie Normandeau, Jean Charest le nomme ministre responsable des régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine[1].

Rémunérations multiples[modifier | modifier le code]

En juillet 2014, des médias rapportent que pendant les 19 mois qu'il a été député dans l'opposition, Yves Bolduc aurait pratiqué la médecine et pris en charge environ 1 500 patients, touchant ainsi environ 215 000 dollars canadiens en incitatif salarial et 151 000 $ en salaire d'omnipraticien en plus de son salaire de député de 89 950 $.

Ces révélations suscitent diverses réactions. Ainsi, Claude Castonguay réclame la démission du ministre[2].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]