Marc Picard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marc Picard, né le à Saint-Raphaël, est un homme politique québécois. Il est député indépendant de la circonscription de Chutes-de-la-Chaudière à l'Assemblée nationale du Québec. Il a été élu pour la première fois lors de l'élection générale de 2003 sous la bannière de l'Action démocratique du Québec (ADQ). Il a démissionné de ce parti en . Il a siègé comme député indépendant jusqu'en février 2012, par la suite, il va siéger pour la Coalition Avenir Québec[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Etudes[modifier | modifier le code]

Marc Picard est diplômé en techniques administratives du Cégep de Lévis-Lauzon (1978) et a suivi une formation en sciences comptables à l'université Laval (1992).

Carrière[modifier | modifier le code]

Marc Picard a travaillé comme technicien en vérification fiscale, agent de gestion financière et agent de recherche en fiscalité au Ministère du Revenu du Québec de 1978 à 2003. Il a été conseiller municipal à Saint-Jean-Chrysostome de 1999 à 2001, puis de Lévis de 2001 à 2003, suite à la fusion de ces municipalités.

Impliqué socialement, il a été administrateur du Comité de restauration de la rivière Etchemin, président de la Commission consultative des personnes vivant un handicap de 2001-2003 et président du Comité de circulation de la ville de Lévis. Il a également été actif dans le domaine de l'éducation (centre de la petite enfance, comité de parents et conseil d'établissement).

Lors de l'élection de 2003, il remporta la victoire dans la circonscription des Chutes-de-la-Chaudière sous la bannière de l'Action démocratique du Québec. Réélu lors de l'élection générale du 26 mars 2007, il a été élu par les députés de la 38e législature au poste de troisième vice-président de l'Assemblée nationale du Québec. Il a été réélu député en décembre 2008.

Membre de la Commission de l'Assemblée nationale du 8 mai 2007 au 5 novembre 2008, il siégeait d'office au Bureau de l'Assemblée nationale à titre de vice-président.

Suite à sa réélection en 2008, il a été nommé leader parlementaire du deuxième groupe d'opposition, porte-parole en matière de famille et d’aînés et porte-parole en matière d’environnement et de ressources naturelles.

Le , il annonce son appui a la candidature d'Éric Caire comme chef de l'Action démocratique du Québec. L'élection du prochain chef aura lieu en .

Le , suite à la diffusion par TVA d'un message du président de l'ADQ, Mario Charpentier, sur la boîte vocale d'un militant, prouvant qu'il amassait des fonds pour financer la campagne de Gilles Taillon alors qu'il devait conserver une stricte neutralité et à leur limogeage de leurs fonctions parlementaires respectives par le nouveau chef, Éric Caire et Marc Picard annoncent qu'ils quittent le parti et siégeront désormais comme indépendants[2].

Le , il annonce avec qu'il joint les rangs de la Coalition Avenir Québec avec Benoit Charette, Daniel Ratthé et Éric Caire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Précédé par Marc Picard Suivi par
Denise Carrier-Perreault
Parti québécois
Député de Chutes-de-la-Chaudière
Action démocratique puis Coalition Avenir
Assemblée nationale du Québec
2003-(actuellement)
(actuellement en poste)