Norman MacMillan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Norman MacMillan (14 décembre 1947 - ) est un homme politique québécois. Il a été député du libéral de Papineau de l'élection partielle de 1989 à l'élection générale de 2012. Il a notamment été ministre délégué au Transport.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et carrière commerciale[modifier | modifier le code]

Né dans la ville de Buckingham dans la région de l'Outaouais, Norman MacMillan a étudié dans la région, sans toutefois terminer aucune formation d'études supérieures. À l'âge de 22 ans, il devient agent d'assurances avant de devenir, en 1972, propriétaire d'un commerce d'hôtellerie pendant une dizaine d'années. Il restera copropriétaire, malgré son implication en politique, de la compagnie Norm MacMillan inc. qu'il avait fondé en 1983. Il cessera toutefois toute activité commerciale lorsque son parti prendra le pouvoir en 2003.

Il est marié à Marie-Laure Chénier et est père de deux enfants.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Norman MacMillan s'impliqua pour la première fois en politique en tant que conseiller municipal de sa ville natale de Buckingham durant les années 1980. Ce n'est toutefois qu'en 1989 qu'il fit le saut en politique provinciale à la suite de la démission de Mark Assad qui se présentait alors pour le Parti libéral du Canada aux élections fédérales de 1988.

MacMillan remporta donc l'élection partielle de 1989, bénéficiant d'une avance de 1 025 voix sur le candidat péquiste Paul André David. Il a été réélu à l'élection suivante en 1989 dans la circonscription de Papineau. Il remporta par la suite l'ensemble de ses élections générales (1994, 1998, 2003, 2007).

Durant ses mandats dans l'opposition (de 1994 à 2003), il occupa différentes fonctions parlementaires, dont celles de whip-adjoint (1997 à 2003) et de porte-parole de l'opposition en matière de sports et de loisir.

Son entrée au gouvernement Charest[modifier | modifier le code]

Lors de la victoire des libéraux à l'élection générale de 2003, il est nommé président du caucus gouvernemental. Il occupera cette fonction jusqu'à ce que Jean Charest le nomme whip en chef du gouvernement, poste qu'il occuperas jusqu'à l'élection de 2008.

Après les élections de 2007, il fait un mea-culpa sur la façon dont les libéraux ont gouverné et ont mené la campagne électorale:

« [le concept de machine électorale est] dépassé. C’était ma sixième campagne électorale et sûrement ma meilleure. Je pense que c’est fini le pointage. On va devoir faire autre chose. J’ai gagné par 4 000 voix. Mais quand tu en perds 5 000 par rapport à la dernière élection... [...] L’adéquiste ? Zéro débat. Pas d’entrevues avec des journalistes. Pas de pancartes. Moi, j’ai rempli mes promesses dans le comté et mes salles. [...] Morale de cette histoire, c’est que les gens nous ont dit de changer nos manières de gouverner et de faire de la politique[1] »

Exploitation des gaz de schiste[modifier | modifier le code]

Controverses politiques[modifier | modifier le code]

MacMillan est reconnu pour avoir un franc parler. Il est souvent appelé à commenter dans les médias les situations délicates du gouvernement Charest. Le premier ministre Charest l'avait publiquement rabroué lorsqu'en 2006, lors de l'arrivée du nouveau chef péquiste André Boisclair, il avait affirmé que le chef « n'est pas de taille » et qu'il sera mis « T.K.-O. (knock-out technique) drette la première journée » de débat à l'Assemblée nationale[2].

Il a été aussi l'un des députés libéraux à admettre que plusieurs personnes étaient au courant des pratiques du comité du NON, lors du référendum de 1995[3].

Il fait partie des opposants à la réforme du mode de scrutin au Québec[4].

En 2009, il a laissé entendre que des entreprises privées contribuent au financement du Parti libéral du Québec, ce qui contrevient à loi électorale. [1] À la même époque, le député affirmait que chacun des ministres du gouvernement Charest se devait de récolter 100 000 $ en contribution au Parti libéral du Québec. [2] Le Directeur général des élections (DGE) n’a pas trouvé de preuves de financement illégal dans l’association libérale de la circonscription de Papineau. Cependant, certaines irrégularités ont été relevées.

Le 22 septembre 2011, alors que le ministre des Transports, Pierre Moreau, répondait à la députée de Lotbinière, Sylvie Roy, on a pu voir et entendre Norman MacMillan dire à la leader parlementaire adéquiste qu'elle devrait s'informer avant de parler. Quelques secondes plus tard, il a ajouté « grosse crisse ». Ces paroles ont été captées par le micro de Pierre Moreau.

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Il faut nous virer de bord vite sinon on sera vraiment dans le trouble » (en parlant de la dernière session parlementaire avant les élections générales de 1994)[5].
  • « grosse crisse » (en parlant de la députée de Lotbinière de l'Action démocratique du Québec, Sylvie Roy. Le 22 septembre 2011)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Québecpolitique.com, « Mettre fin à l'affichage sauvage ? », 11 mai 2007. [lire en ligne]
  2. Tommy Chouinard, « Charest rabroue l'un de ses députés », dans La Presse, 1 septembre 2006, p. A7.
  3. Normand Lester et Robin Philpot, « En attendant le jugement Grenier sur Option Canada... », dans La Presse, 20 janvier 2007. [lire en ligne]
  4. Denis Lessard, « Réforme du scrutin », dans La Presse, 29 septembre 2006, p. A4
  5. André Bellemare, « Le caucus libéral va s'efforcer de rajuster le tir », La Presse,‎ 23 février 1994, B5.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]