François Bonnardel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François Bonnardel
François Bonnardel
François Bonnardel
Fonctions
Député de Granby
En fonction depuis le 26 mars 2007
Élection 26 mars 2007
Réélection 7 avril 2014
Législature 38e , 39e, 40e et 41e
Prédécesseur Bernard Brodeur
Biographie
Date de naissance 8 novembre 1967 (47 ans)
Lieu de naissance Verdun
Nationalité Canadienne
Parti politique Coalition Avenir Québec
Enfant(s) 1
Profession Homme d'affaires

François Bonnardel est un homme d'affaires et un homme politique québécois. Depuis 2007, il représente la circonscription de Shefford, puis Granby, à l'Assemblée nationale du Québec sous la bannière de l'Action démocratique du Québec, puis de la Coalition Avenir Québec.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Bonnardel est né le 8 novembre 1967 et a grandi à Verdun (Québec). Son père né en France y a travaillé en tant que marchand forain. Après avoir immigré au Québec, il rencontra celle qui deviendra sa femme. Sa mère originaire du Lac-St-Jean était esthéticienne. François Bonnardel fit des études au Collège militaire royal de Saint-Jean, M. Bonnardel occupe différents emplois à la Banque nationale du Canada et à la Banque CIBC. Il se lance en affaires dans les années 1990, exploitant différents commerces reliés à l'automobile dans la région de Granby[1].

Sa lecture du livre de Mario Dumont Avoir le courage de ses convictions[2] a eu un impact énorme sur sa décision de se lancer en politique active[3]. Élu sous la bannière de l'Action démocratique du Québec lors de l'élection de mars 2007, il est le député de Shefford à l'Assemblée nationale du Québec. La circonscription de Shefford comprend les villes de Granby, Shefford, Waterloo et Warden. François Bonnardel a établi son bureau de circonscription dans la ville de Granby et un point de service à Waterloo.

Dans le cadre d'un gouvernement minoritaire issu des élections de 2007, Jean Charest déclenche des élections précipitées pour le 8 décembre 2008. François Bonnardel sera réélu par une mince majorité de 70 voix[4].

Suite aux modifications apportées à la carte électorale en 2011[5], la circonscription de Shefford devient celle de Granby, avec l'exclusion de Warden, Shefford et Waterloo.

Il se présente sous les couleurs de la Coalition Avenir Québec lors de l'élection générale du 4 septembre 2012 et gagne par 11 015 voix[6].

Dans le cadre d'un gouvernement minoritaire issu des élections de 2012, Pauline Marois déclenche des élections précipitées pour le 7 avril 2014. François Bonnardel sera réélu par 10 811 voix[7].

Fonctions parlementaires[1][modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'Action démocratique du Québec est devenue à l'élection du 26 mars 2007 le parti d'opposition officielle. Au cours de ce premier mandat, les fonctions de François Bonnardel furent : whip en chef de l'opposition officielle, membre de la Commission de l'Assemblée nationale, porte-parole de l'opposition officielle en matière d'habitation, membre suppléant du Bureau de l'Assemblée nationale, membre de la Commission de la culture, porte-parole de l'opposition officielle en matière de famille, porte-parole de l'opposition officielle en matière de travail, membre de la Commission de l'économie et du travail.

À l'élection générale du 8 décembre 2008, François Bonnardel a été réélu député de la circonscription de Shefford. Au cours de ce deuxième mandat ses fonctions parlementaires furent : membre suppléant du Bureau de l'Assemblée nationale, membre de la Commission des finances publiques, porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière de développement économique et de finances publiques, vice-président de la Commission de l'administration publique, membre de la Délégation de l'Assemblée nationale pour les relations avec l'Assemblée nationale française (DANRANF), membre de la Délégation de l'Assemblée nationale pour les relations avec le Sénat français (DANRSF), membre de la Commission de l'économie et du travail, porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière de finances, porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière de Conseil du trésor, porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière de relations internationales, porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière de Francophonie, porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière de réforme des institutions démocratiques, chef du deuxième groupe d'opposition, membre de la Commission de l'administration publique, vice-président de la Commission de l'administration publique, porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière de finances publiques.

Réélu en 2012, il se voit attribuer les fonctions parlementaires suivantes: membre suppléant du Bureau de l'Assemblée nationale, whip du deuxième groupe d'opposition, membre de la Commission de l'Assemblée nationale, membre de la Sous-commission de la réforme parlementaire, vice-président de la Commission de l'administration publique, porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière de ressources naturelles.

Réélu en 2014, il se voit entre autres attribuer les fonctions parlementaires suivantes: leader parlementaire, porte-parole du deuxième groupe d'opposition responsable de la région de l'Estrie, membre de la Commission de l'Assemblée nationale, membre de la Sous-commission de la réforme parlementaire. En décembre 2014, il se voit réattribuer le dossier des finances[8].

Normandeau-Bonnardel[modifier | modifier le code]

Dans son édition du 23 avril 2009, le quotidien Le Soleil a révélé que M. Bonnardel a une liaison amoureuse avec la vice-première ministre et ministre des Affaires municipales Nathalie Normandeau du Parti libéral du Québec[9]. L'information, confirmée au journal par Mme Normandeau[9], pose des questions sur le traitement qui serait accordé par le ministère des Affaires municipales aux dossiers touchant la circonscription de M. Bonnardel[10] ainsi que sur le secret des délibérations et des documents du Conseil des ministres[11].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  1. a et b Assemblée nationale du Québec, « François Bonnardel », Assemblée nationale du Québec,‎ 23 mars 2015 (consulté le 23 mars 2015)
  2. Mario Dumont, Avoir le courage de ses convictions, Éditions Les Sociétaire,‎ 2005 (ISBN 2-9809151-0-6).
  3. http://www.francoisbonnardel.ca/biographie.php
  4. « Résultats électoraux Shefford 2008 », sur Directeur Général Élections du Québec (consulté le 24-03-2015)
  5. « Historique de la carte électorale de 2011 », sur Directeur général élection des élections du Québec (consulté le 24-03-2015)
  6. « François Bonnardel réélu », sur Radio-Canada,‎ 05-09-2012 (consulté le 24-03-2015)
  7. « Résultats électoraux Granby 2014 », sur Directeur Général des Élections du Québec (consulté le 24-03-2015)
  8. « De nouvelles tâches pour Bonnardel », sur www.lapresse.ca,‎ 19 décembre 2014 (consulté le 23 mars 2015)
  9. a et b Michel Corbeil et Simon Boivin, « Idylle Normandeau-Bonnardel: la ministre lève le voile », Le Soleil,‎ 23 avril 2008, p. 2-3 (lire en ligne)
  10. Gilbert Lavoie, « Vie privée ou intérêt public? », Le Soleil,‎ 23 avril 2008, p. 2 (lire en ligne)
  11. Simon Boivin et Michel Corbeil, « Idylle Normandeau-Bonnardel: une «situation délicate», croit le jurisconsulte », Le Soleil,‎ 23 avril 2008, p. 3 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]