Yvon Vallières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yvon Vallières
Image illustrative de l'article Yvon Vallières
Fonctions
Député de Richmond
13 avril 19814 septembre 2012
Prédécesseur Yvon Brochu
Successeur Karine Vallières
Président de l'Assemblée nationale du Québec
13 janvier 20091er avril 2011
Prédécesseur François Gendron
Successeur Jacques Chagnon
Biographie
Date de naissance 5 février 1949 (65 ans)
Lieu de naissance Danville,
Drapeau : Québec Québec
Parti politique Parti libéral du Québec
Diplômé de Université de Sherbrooke

Yvon Vallières (5 février 1949 à Danville, Estrie -) est une personnalité politique québécoise. Il est député de Richmond à l'Assemblée nationale du Québec, et a été président de cette assemblée de janvier 2009 à avril 2011.

Biographie[modifier | modifier le code]

M. Vallières est le deuxième parmi les membres actuels de l'Assemblée nationale qui comptent le plus d'expérience parlementaire. Député de Richmond pour un premier mandat de 1973 à 1976, il est réélu, pour le compte du Parti libéral du Québec sans interruption depuis l'élection de 1981.

M. Vallières est titulaire d'un baccalauréat en pédagogie et d'un certificat en psychologie des relations humaines de l'Université de Sherbrooke. Il a été enseignant et conseiller pédagogique de 1970 à 1973 et de 1976 à 1981 respectivement. Il possède aussi une connaissance du secteur bioalimentaire.

En près de 28 années comme député, M. Vallières a occupé de nombreuses fonctions politiques, parlementaires et ministérielles.

Le fonds d'archives de Yvon Vallières est conservé au centre d'archives de l'Estrie de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[1].

Gouvernement Robert Bourassa[modifier | modifier le code]

Yvon Vallières a été ministre délégué aux Transports (1989 - 1990), ministre délégué au Développement régional (1990 - 1992) et ministre délégué à l'Agriculture, aux Pêcheries et à l'Alimentation (1990 - 1994).

Gouvernement Daniel Johnson (fils)[modifier | modifier le code]

Yvon Vallières est whip en chef du gouvernement de janvier à juillet 1994.

Gouvernement Jean Charest[modifier | modifier le code]

Il a été d'abord whip en chef du gouvernement d'avril 2003 à février 2005. Il entre alors au Cabinet comme ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du 18 février 2005 au 18 avril 2007. Il devient ensuite président du caucus du gouvernement du 18 avril 2007 au 10 septembre 2008.

En 2008, il tente de se présenter sans succès au poste de président de l'Assemblée nationale du Québec. Il est toutefois battu à cause d'une alliance entre les partis d'opposition afin de faire élire le péquiste François Gendron.

Le gouvernement Charest réussit toutefois à faire élire une majorité à l'Assemblée lors de l'élection de 2008 et Yvon Vallières est élu président de l'Assemblée le 13 janvier 2009. Le 1er avril 2011, il démissionne de ce poste à cause d'un conflit avec le leader de l'opposition officielle Stéphane Bédard. Vallières ne tolérait plus de faire mettre en doute son impartialité[2]. Le 7 septembre 2011, Vallières est nommé ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Francophonie canadienne[3] .

En juin 2012, « [après] plus de 34 ans à l'Assemblée nationale, le ministre Yvon Vallières annonce qu'il prendra sa retraite à la fin du présent mandat. »[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fonds Yvon Vallières (P42) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  2. Antoine Robitaille, « Zizanie à l'Assemblée nationale - Le gouvernement et l'opposition se renvoient mutuellement la responsabilité de la démission d'Yvon Vallières », Le Devoir,‎ 2 avril 2011 (lire en ligne).
  3. Radio-Canada, « Remaniement à Québec : Line Beauchamp prend du galon », Radio-Canada (consulté le 7 septembre 2011)
  4. Jean-Luc Lavallée, « Yvon Vallières quitte la politique : Les libéraux perdent un autre fidèle soldat. », Le Journal de Sherbrooke,‎ 20 juin 2012
  5. Jean-Luc Lavallée, « Vallières se retirera », Le Journal de Montréal,‎ 18 juin 2012 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]