Lisette Lapointe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lisette Lapointe
Image illustrative de l'article Lisette Lapointe
Fonctions
Députée de Crémazie
26 mars 20074 septembre 2012
Élection 26 mars 2007
Législature 38e, 39e législature du Québec
Prédécesseur Michèle Lamquin-Éthier
Successeur Diane De Courcy
Biographie
Date de naissance 13 septembre 1943 (71 ans)
Lieu de naissance Montréal (Drapeau : Québec Québec)
Nationalité Drapeau du Canada Canadienne
Parti politique Députée indépendante
Conjoint Jacques Parizeau
Diplômé de Pédagogie et méthodologie, Institut Sainte-Anne-Marie, Montréal
Profession Enseignante

Lisette Lapointe, M.A.N. (née à Montréal le 13 septembre 1943) est une femme politique québécoise. Elle est la fille de Phillippe Lapointe et Laurette Picard. Elle est l'épouse de l'ancien Premier ministre du Québec Jacques Parizeau. Lors de l'élection générale québécoise de 2007, elle est élue députée péquiste de la circonscription de Crémazie à l'Assemblée nationale du Québec. Réélue en décembre 2008, elle a été porte-parole de l'Opposition officielle en matière d'aînés et de régie des rentes[1]. Le 6 juin 2011, elle quitte le Parti québécois avec Pierre Curzi et Louise Beaudoin afin de protester contre le projet de loi présenté par ce parti sur l'amphithéâtre de Québec[2].

Le 3 novembre 2013, dans le cadre des élections municipales québécoises, elle est élue mairesse de Saint-Adolphe-d'Howard avec 32,82% des voix exprimés[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1970, elle travaille étroitement à la campagne électorale de Pierre Marois dans le même comté que Pierre Laporte. D'abord attachée de presse de Jacques Parizeau en 1976, elle devient son épouse en 1992.

Le fonds d'archives de Lisette Lapointe est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[4].

Élection québécoise de 2007[modifier | modifier le code]

Avec Jacques Parizeau en 2009.

En 2006, elle annonce sa décision, avec le soutien de Jacques Parizeau et d'André Boisclair, de se porter candidate à l'élection générale québécoise de 2007 sous la bannière du Parti québécois. Elle songe d'abord à se présenter dans la circonscription de Deux-Montagnes, mais devant le refus de se désister d'un des deux candidats à l'investiture, elle se tourne finalement vers la circonscription de Crémazie, sans opposition d'un autre membre du parti. Elle est la première épouse d'un ancien Premier ministre du Québec à se porter candidate à une élection générale. Elle remporte l'élection dans sa circonscription avec 170 voix d'avance[5] sur sa principale adversaire, la députée libérale sortante Michèle Lamquin-Éthier.

Élection québécoise de 2008[modifier | modifier le code]

Le soir de l'élection générale de 2008, Lisette Lapointe est réélue avec une majorité de 1412 votes[6]. Le 6 juin 2011 elle démissionne du caucus du parti québécois en même temps que les députés Pierre Curzi et Louise Beaudoin afin de s'opposer à la loi 104[2], ouvrant une crise interne au Parti Québécois qui durera plusieurs mois.

Elle adhère ensuite au jeune parti Option nationale créé par Jean-Martin Aussant tout en gardant sa carte au PQ et en siégeant comme indépendante[7]. Elle ne se représente pas aux élections générales de 2012.

Élections municipales de 2013[modifier | modifier le code]

Le 23 septembre 2013, elle annonce sa candidature aux élections municipales à Saint-Adolphe-d'Howard[8]. Le 3 novembre 2013 elle remporte ces élections avec 36,82 % des voix devant quatre autres candidats[9], elle est officiellement assermentée mairesse quelques jours plus tard[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]